Archives par mot-clé : conférence

Journées d’étude sur le kiranti

Aimée Lahaussois et moi-même avons organisé ces 1 et 2 décembre des journées d’études sur les langues kiranties, dont le programme est disponible ici. Les présentations ont porté sur des sujets variés, de la linguistique descriptive à la typologie en passant par la linguistique historique. Contrepartie népalaise de la conférence sur les langues du Sichuan, cette manifestation a été l’occasion de rassembler les trop rares spécialistes de ces langues, et aussi d’engager des interactions entre rgyalrongologues et kirantologues, car j’ai la ferme conviction que la linguistique sino-tibétaine/trans-himalayenne ne pourra se développer sur des bases saines que lorsque davantage des linguistes se seront familiarisés avec les langues à morphologie complexes des deux côtés de l’Himâlaya.

J’en profite pour mentionner que Nathan Hill a rendu public les enregistrements de la conférence sur la phonologie du chinois archaïque qui a eu lieu l’année dernière; voici ma présentation, celle de Lai Yunfan et de celle de Gong Xun.

Les journées d’études sur les langues du Sichuan

La semaine dernière ont eu lieu les quatrièmes journées d’études sur les langues du Sichuan à Seattle, organisées par Zev Handel. Les journées précédentes avaient eu lieu à Paris en 2013.

Cinq doctorants et anciens doctorants de notre équipe étaient présents: Lai Yunfan, Gong Xun, Zhang Shuya, Rao Min et Gao Yang, qui ont chacun présenté des communications sur leurs langues de spécialité respective (khroskyabs, zbu, situ, guiqiong et menya).

Une des communications les plus inattendues de la conférence était celle de Hiroyuki Suzuki et de Tashi Nyima, qui ont révélé l’existence d’une langue jusqu’alors inconnue, le ‘bo-skad (dont le second auteur, bien que résidant en Norvège, est locuteur natif). Cette langue, bien que très clairement gyalronguique, et même plus proche de la branche stau-khroskyabs, est parlée loin du Sichuan, dans le département de Mdzosgang, au district de Chamdo, à plus de 900 km de Mbarkhams par la route. La présence d’une langue gyalronguique aussi loin de la région Gyalrong est très étonnante (bien que des rumeurs circulaient concernant des langues non-tibétaines dans cette région), mais il semble qu’elle ne soit pas isolée.

Cette découverte confirme l’idée d’une expansion « récente » de la langue tibétaine hors du Tibet central (c’est à dire postérieure à l’établissement de l’empire tibétain) sur des régions où étaient parlées plutôt des langues gyalronguiques, dont la région Gyalrong et les poches isolées de Chamdo sont les dernières traces. Il faut souligner l’importance de cette découverte pour notre compréhension de l’histoire du peuplement du Tibet oriental.

Journées d’étude sur la phonologie historique du chinois

Je viens de participer à deux journées d’étude au SOAS intitulées Recent advances in Old Chinese Historical Phonology à propos de la phonologie historique du chinois, rassemblant des phonologues du chinois, des philologues, des linguistes de terrain comparatistes et des indo-européanistes pour discuter de la nouvelle reconstruction de Baxter et Sagart.

Cette rencontre organisée par Nathan Hill était très dense, et quasiment toutes les interventions étaient riches et intéressantes; il est rare de pouvoir aborder collectivement des questions techniques sur ce sujet un peu ésotérique.

Plusieurs interventions (celles de Marc Miyake, de Laurent Sagart et aussi de Lai Yunfan) portaient entièrement ou en partie sur la question épineuse de l’opposition dite A/B en chinois archaïque, reconstruite, suivante Jerry Norman, comme une opposition de pharyngalisation dans le système de Baxter / Sagart.

Mattis List a présenté un outil d’analyse des rimes du Shijing encore à l’état de prototype, mais qui ouvre des perspectives d’un immense intérêt pour l’usage de ces données dans la reconstruction du chinois archaïque, et notamment facilite l’évaluation immédiate d’hypothèses (il a d’ailleurs été utilisé pour revérifier la réalité de l’opposition entre la rime *-an et la rime *-on du chinois archaïque lors de la discussion d’une des interventions).

D’autres (celles de Gong Xun, de Mark Alves, de Hannes Fellner) ont étudié dans des perspectives différentes le contact entre le chinois et les langues avoisinantes; Gong Xun a proposé une nouvelle reconstruction du proto-Bai qui rend obsolète les travaux précédents sur la question.

Une autre catégorie d’interventions (celles de Christoph Harbsmeier, Marco Caboara, Matthias Richter, Park Haeree and Deng Lin) concernaient plus la philologie, notamment sur l’usage de la reconstruction pour interpréter les parties phonétiques des caractères dans les textes excavés, soit pour comprendre certaines alternances morphologiques à l’intérieur du chinois.

Les présentations de Lai Yunfan, de Yeshes Sotrug, ainsi que la mienne portaient sur les comparaisons morphologiques entre chinois et autres langues sino-tibétaines. J’espère que certaines de ces comparaisons pourront être utiles pour les philologues du chinois pour affiner l’interprétation des alternances lors de la lecture des textes. Je pense que pour que l’étude des alternances morphologiques dans les textes chinois progresse vraiment, il serait hautement désirable que les philologues du chinois aient une expérience directe de lecture de textes dans des langues sino-tibétaines à morphologie riche, notamment rgyalronguiques ou kiranties; à quand une chaire de rgyalrongologie à l’université de Pékin et un enseignement obligatoire du japhug pour tous les étudiants en mastaire de phonologie historique?

Il est à espérer que d’autres événement du même type auront lieu à l’avenir, et que des liens solides pourront se tisser entre linguistes de terrains, philologues et aussi indo-européanistes, qui j’espère pourront nous rejoindre et nous aider à introduire en sino-tibétain la linguistique néogrammairienne.