Archives par mot-clé : comptine

Les comptines enfantines comme élément de substrat?

Comme la quasi-totalité des bretons de ma génération, j’ai été peu exposé à cette langue durant mon enfance; ne restent que quelques mots de substrat dans mon français (« taguer » pour « s’étouffer », du breton tagañ), le seul contact direct que j’ai eu avec cette langue avant de décider de l’apprendre à l’écrit est une petite comptine sur doigts assez répandue en Bretagne, dont voici la transcription:

(1) həmãnøsdʒweluhat,
(hemañ ‘neus gwel(et) ur c’had)
Celui-ci a vu un lièvre,

(2) həmãnøsti ʁidət
(hemañ ‘neus t’hi redet)
Celui-ci l’a poursuivi,

(3) həmãnøsti tapət
(hemañ ‘neus t’hi tapet)
Celui-ci l’a attrapé,

(4) a həmãnøsti debət
(hag hemañ ‘neus t’hi deb(r)et)
Celui-ci l’a mangé

(5) a nən biãnbiãnbiãnøskəbe mãn,
(hag n’heni bihan (x3) ‘neus ket bet mann)
Et le tout petit n’a rien eu,

(6) a eit dadʒeʁ dəlaʁti mãm
(hag aet d’ar ger da lavaret d’he mamm
Il est allé à la maison le dire à sa maman,

a i mãm nøs gret pitiklaw pitiklaw pitiklaw di ʁeʁ biãn
(hag he mamm ‘neus graet pitiklao (x3) d’e re(v)r bihan)
Et elle lui a fait « pitiklaw » (une fessée) sur son petit derrière.

Ce petit texte mérite quelques commentaires (je remercie Loic Cheveau, spécialiste de dialectologie bretonne et irlandaise, pour son aide):
(1) On remarque un pronom objet « -ti » suffixé; on trouve cette série innovatrice de pronom à l’impératif dans certains dialectes vannetais. Cet article explique comment ces pronoms suffixés ont été créés par fausse coupe: le suffixe féminin de3sg -(h)i donne -ti après les verbes en -t final, et la forme -ti est réanalysée comme le pronom objet et généralisée après tous les verbes. Le dialecte de ma famille (qui vient de la commune de Canihuel) a poussé l’innovation plus loin, généralisant ce pronom objet à des tiroirs verbaux autres que l’impératif.
(2) L’absence de mutation avec le possessif i (on attendrait e vamm « sa mère ») — il pourrait s’agir du féminin, mais dans ce cas on attendrait an heni vihan plus haut (et de toute façon, le nom bis « doigt » est masculin en breton).

La lecture de ce billet sur les versions d’une comptine en arabe et en berbère me fait penser que les comptines font partie des derniers éléments d’une langue à résister à l’oubli, et peuvent par conséquent contenir des informations intéressantes sur les substrats en général. Je n’ai malheureusement jamais réussi à en éliciter ou à en observer en japhug.

Références
Cheveau, Loïc 2007. The Direct Object Personal Pronouns in Lorient Area Breton, Studia Celtica 41:91-102.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Les comptines enfantines comme élément de substrat?," Panchronica, 06/08/2016, https://panchr.hypotheses.org/1423 (ISSN 2494-775X)