Archives par mot-clé : complémentation

L’influence du chinois sur l’ordre des mots du tujia

Comme la majorité des langues sino-tibétaines, dont le japhug et le tibétain, le tujia est une langue à verbe final (« SOV »). Néanmoins, dans ce livre p. 132, les auteurs proposent que, sous l’influence du chinois, un certain nombre de verbes sont utilisés avec des complétives post-verbales.

(1) miɛ̃54tie33 [ʑi35thã54 ɣə33]
afin.d’éviter.de un.tour aller
免得再跑一趟 « afin de ne pas avoir à y aller à nouveau »

(2) tɕɛ̃35ɲi35 [sɿ33tɕɛ̃35 a54zɿ33 pia35 tsẽ55tɕa3]
suggérer temps beaucoup un.peu augmenter
建议增加时间 « (je) suggère de donner un peu plus de temps »

Remarquons tout d’abord que (i) aucun des exemples qu’ils donnent dans cette section (mais voir plus bas) n’ont un objet nominal suivant un verbe: les constituants qui se situent après le verbe, ici marqués par des parenthèses carrées, sont des propositions, (ii) à l’intérieur de ces propositions, l’ordre est toujours objet-verbe.

Notons que dans les langues comme le japhug, même dans des textes influencés par le chinois, l’ordre des mots objet-verbe et complétive-verbe est strictement observé. On trouve au mieux des propositions complétives ou des objets disloqués à droite, comme en (3), mais ces cas ne sont pas très courants et ont une prosodie particulière.

(3) tsuku tɕe kɯ-jom tsa ku-lɤt-nɯ ŋgrɤl, ɯ-khɤftsɯɣ
certains LNK NMLZ:S/A-être.large un.peu IPFV-jeter-PL être.le.cas.habituellement:FACT 3SG.POSS-tour.d’aiguille
« Certains ont un tour d’aiguille plus large. » (cette histoire)

Il me semble en fait qu’une analyse plus prometteuse d’exemples comme (1) et (2) est de le considérer comme deux propositions indépendantes paratactiques; donc en (2) « je fais une suggestion, on laisse plus de temps », plutôt que de vraies complétives. Il n’y aurait donc pas à proprement parler de complétive post-verbale. Dans une langue de ce type à morphologie réduite et où la distinction entre formes finies et non-finies est peu claire, un certain nombre de tests, et aussi une prise en compte de la prosodie, sont nécessaires, et il est impossible de statuer sur cette question à partir des données de ce livre.

Néanmoins, dans le même livre p. 357, nous trouvons la phrase suivante (qui n’est pas commentée, malheureusement):

(4) ɛ54sɿ33tɕe33 tha33pa33kha33 po33ɕo33 ɲe33tsa33kha33
autrefois propriétaire.terrien exploiter pauvre
从前地主剥削穷人 « Autrefois les propriétaires terriens exploitaient les pauvres. »

Dans cette phrase éminemment « post-1949 », le verbe po33ɕo33 venant du mandarin 剥削 prend un objet post-verbal; cette phrase soulève le problème de savoir si l’ordre des mots ici reflète une traduction trop servile du chinois, ou si ɲe33tsa33kha33 « pauvre » est un constituent disloqué à droite comme ɯ-khɤftsɯɣ « tour d’aiguille » en (3). Ce problème illustre combien une description syntaxique non accompagnée de fichiers sons est difficile à utiliser.

====

戴庆厦、田静 2005 《仙仁土家语研究》北京:中央民族大学出版社

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "L’influence du chinois sur l’ordre des mots du tujia," Panchronica, 06/01/2018, http://panchr.hypotheses.org/2083 (ISSN 2494-775X)

Les phrases complétives en japhug

J’ai commencé à travailler sur un article à propos des phrases complétives en japhug, qui est un des derniers points majeurs de la grammaire, après les relatives, les comparatives, les subordonnées circonstancielles et l’évidentialité que j’ai besoin de défricher avant de pouvoir me mettre à la rédaction de la grammaire complète de la langue (ma précédente grammaire est toujours utile, mais déjà périmée).

Le japhug a des phrases infinitives avec dans le cas de certains verbes des restrictions de coréférence similaires à celles qu’on observe en français (je pense venir : le sujet de la phrase principale est nécessairement le même que de celle de la subordonnée infinitive).

La complémentation en japhug pourrait donc sembler un sujet relativement ennuyeux, d’autant qu’il existe déjà un très bon article sur le même sujet à propos du tshobdun, une langue très proche. Toutefois, lorsque l’on étudie ce sujet vraiment en détail, on peut trouver dans le corpus des phrases intéressantes dont je n’aurais pas soupçonné l’existence. Pour illustrer le type de phénomènes que l’on peut observer, et que je vais traiter dans cet article, je ne prendrai qu’un seul exemple.

En japhug, le verb mŋɤm ‘avoir mal’ ne peut pas accepter comme sujet (pour une définition de « sujet » en japhug, voir cet article) qu’une partie du corps (jamais un être humain, en particulier une première ou une deuxième personne), et on exprime la personne qui ressent la douleur par un préfixe possessif sur le nom:
(1) a-xtu ɲɯ-mŋɤm
1SG.POSS-ventre SENS-avoir.mal
« j’ai mal au ventre. »

Toutefois, on trouve la complétive suivante:
(2) aʑo pɯ-xtɕɯxtɕi-a ʑo ri tɯxtɤŋɤm nɯ-atɯɣ-a tɕe, nɯ kɤ-mŋɤm pɯ-rɲo-t-a
1SG PST.IPFV-être.petit-1SG EMPH LOC dysenterie, PFV-rencontrer-1SG CONJ DEM INF-avoir.mal PFV-faire.l’expérience.de-PST:TRANSITIF-1SG
« Quand j’étais petite, j’ai eu (une fois) la dysenterie, j’ai souffert (de douleurs aux ventre) ».

(NB: Ici on peut rajouter a-xtu « mon ventre » avant kɤ-mŋɤm INF-avoir.mal)

Qu’y a-t-il d’étrange dans la phrase (2)? L’infinitif en kɤ- est employé alors qu’il n’y a pas de coréférence entre le sujet de l’infinitive et celui du verbe de la phrase matrice (rɲo ‘faire l’expérience de’, qui a un sens proche de 曾经 en chinois), la coréférence est entre le sujet de la phrase matrice et le possesseur du sujet dans l’infinitive.

En d’autres mots, c’est comme si en français, à côté de la construction:
(3) Il me faut du temps.
le seul moyen de mettre (3) au futur périphrastique en « aller faire » était de dire:
(4) Je vais falloir du temps.
au lieu de « Il va me falloir du temps ».

Étonnant, non ?

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Les phrases complétives en japhug," Panchronica, 12/04/2016, http://panchr.hypotheses.org/1095 (ISSN 2494-775X)