Archives par mot-clé : changements phonétiques

La racine sino-tibétaine « traverser »

En lisant cet article qui parle entre autres du verbe 越 hjwot < *ɢwat "traverser" en chinois et de ses dérivés, je me suis rappelé du verbe khaling |wett| « cross over a ridge » (voir aussi ce lien au cas où l’autre ne fonctionnerait plus).

Cette comparaison fonctionne du point du vue du sens (on dit communément en chinois 翻山越岭, bien qu’il faudrait revérifier l’antiquité de cette collocation). La comparaison phonétique est aussi presque parfaite, mais mérite quelques commentaires.

Tout d’abord, la correspondance du chinois *a au khaling *e n’est pas surprenante. Dans cet article sur le proto-kiranti, je postule au §6.2.4, Table 19, un changement de *a > *ɛ (> e en khaling) dans les rimes fermées en *-t et *-l. Ce verbe est un exemple de plus qui confirme cette correspondance.

Ensuite, la correspondance de la consonne initiale que Baxter et Sagart reconstruisent *ɢw- et que d’autres systèmes reconstruisent comme *w- au proto-kiranti *w- (khaling w-) est attestée par d’autres exemples, en particulier le Limbu |wa| ‘be, exist’ et le chinois 有 *ɢwəʔ.

La double consonne finale -tt est une question d’ordre morphologique (voir cet article); elle mérite un examen plus détaillé, mais qui requiert la recherche de cognats de la racine khaling |wett| dans d’autres langues kiranti.

La comparaison avec le tibétain སྐྱོད་ skʲod, un verbe qui signifie « agiter (par exemple, un drapeau) » ou « aller » est quant à elle en fait assez douteuse. Le /o/ du tibétain peut sans doute provenir d’un plus ancien *wa (c’est la loi de Laufer, à propose de laquelle voir cet article, celui-ci et celui-là (Tableau 11)), mais un ancien *s-wat devrait donner †sod; difficile d’accepter une comparaison qui pose de tels problèmes sémantiques et phonétiques sans exemples additionnels d’une telle correspondance.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "La racine sino-tibétaine « traverser »," Panchronica, 11/02/2017, https://panchr.hypotheses.org/1676 (ISSN 2494-775X)

La métathèse *pk- > *kp- > pp- en Dhegiha

Parmi les langues siouanes, les langues Dhegiha (omaha, kansa, osage, quapaw) ont le système verbal le plus irrégulier; ces paradigmes, qui ont été presque intégralement régularisés dans les langues de l’ouest (crow, hidatsa, mandan) et considérablement simplifiés dans toutes les autres langues (à l’exception du hochank et du chiwere), sont riches en information sur la phonologie historique.

Dans ce billet, je discute du cas des verbes à consonne initiale venant de *k- (g- en omaha), comme par exemple le verbe « faire » (données tirées du livre « 500+ Verbs in Umoⁿhoⁿ (Omaha) »de Eschenberg et Saunsoci, dans l’orthographe d’usage et dans la transcription siouaniste; voir le mémoire de Julie Marsault, pp.202-3, pour les correspondances), qui présentent une alternance synchroniquement étrange entre pp- à la première personne et g- à la troisième:

1sg páxe (ppaxe)
2sg shkáxe (škaxe)
3sg gáxa (gáxa)

Les verbes à *p- (>b-)et *t- (>d-) initiaux ont des initiales pp- et tt- respectivement:

« pousser dans »
1sg pásnu (ppásnu)
2sg shpásnu (špásnu)
3sg basnú (basnú)

« voir »
1sg tóⁿbe (ttąbe)
2sg shtóⁿbe (štąbe)
3sg dóⁿba (dąba)

On explique le tt- à la 1sg des thèmes en *t- par l’idée qu’il provient d’un groupe *pt-, lui-même provenant d’une forme plus ancienne *w-t- avec obstruentisation du *w-en position préconsonantique; le *št- lui-même viendrait d’un plus ancien *y-t- obstruentisé.

La reconstruction d’un préfixe *w- à la première personne des verbes à occlusive en Dhegiha vient de l’idée qu’il s’agit de la forme réduite du préfixe wa- de première personne (paradigme actif) que l’on trouve toujours en Lakhota (en Dhegiha la 1sg des verbes réguliers actifs est a-, forme encore inexpliquée), d’où le nom de ‘paradigme à syncope’ employé en linguistique siouane pour les trois paradigmes ci-dessus et d’autres du même type (je reviendrai sur cette question dans un billet futur). Cette idée est confirmée par le fait que le Lakhota pt- correspond systématiquement à tt- en Dhegiha (par exemple, Lakhota pté ‘bison’, Omaha tté).

Pour les verbes en *p-, qui ont pp- à la 1sg, on peut admettre un changement du même type *w-p- > pp- et *y-p- > šp-. Pour les verbes en *k-, en revanche (à l’exception du verbe très particulier gą́ða « désirer », 1sg kką́bðe, 2sg šką́hne qui a une double indiciation du sujet), on a pp- à la première personne au lieu de kk- comme on l’attendrait. Si l’on accepte que la reconstruction *pt- > tt- pour les verbes en *t- est correcte, il est logique de supposer que pour les verbes en *k- du type de « faire », le paradigme était

*w-k- > *pk- > *kp- > pp-
*y-k- > *šk- > *šk- > šk-
*k- > *k- > *k- > g-

Le changement *kp- > pp- n’est pas problématique, car le Lakhota kp- correspond par ailleurs régulièrement à pp- en Dhegiha (L. kpázA « être sombre », O. ppáze « soir »).

A-t-on des preuves indépendantes en Dhegiha de la métathèse *pk- > *kp-? Malheureusement, la phonotactique du lakhota (qui préserve généralement mieux les groupes de consonne que les autres langues siouanes) ne permet pas de groupe †pk-.

Seul un exemple de *pk- à *kp- en Dhegiha est explicitement indiqué dans le CSD : l’étymon *tappa « être court », (doⁿppá en omaha, čáahpa en osage), qui comporte une racine *tap- suivie du suffixe *-ka (très productif en lakhota, voir le New Lakota Dictionary pour une description de ses fonctions); Notons au passage que cette étymologie présente des problèmes non expliqués, comme la nasalisation de la première voyelle en omaha.

La question de la métathèse *pk- > *kp- devient plus complexe lorsque l’on prend en compte la suggestion de John Koontz (1985), selon laquelle les formes verbales archaïques phú « I come », škú « you come », seraient les traces du paradigme à syncope en *k- — il les analyse comme les formes anciennes du verbe « revenir » (vertitif de ‘ú « venir »; les formes actuelles sont régulières, wa-kú, ya-kú).

Pour rendre compte de la 1sg phú, il faudrait admettre que ph- en lakota est le réflexe régulier de *pk-; notons que kp- ne peut pas être une étape intermédiaire de de *pk- à ph- (puisque le kp- ancien existe toujours en lakota).

Koontz note en plus que *pk- semble donner Dhegiha kk- et Lakhota kh- dans certains cas:

(i) Le nom *kké « tortue » (O. kké, L. khé), qui correspond à pké en mandan.

(ii) La forme omaha kką́bðe « je désire » (des formes identiques modulo les changements phonétiques existent dans toutes les langues Dhegiha), qui doit venir d’une protoforme du type *w-ką=w-re.

Comme seule la première page est visible sur le site de IJAL, voici une copie d’écran de la deuxième page de cet article:

koontz

Je suis d’accord avec Koontz avec l’idée que le verbe « venir » en Lakhota prouve que cette langue a connu autrefois des verbes à occlusive à syncope. En revanche, son idée, pour expliquer l’alternance entre vélaires et labiales, d’une analogie avec les thèmes en *p- me semble difficilement acceptable, et irréconciliable avec l’étymon « être court » mentionné ci-dessus. Je reviendrai sur cette question dans un billet ultérieur.

===================
Koontz, John 1985. A Syncopating Conjugation *k-Stem in Lakota. International Journal of American Linguistics, Vol. 51, No. 4, pp. 483-484.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "La métathèse *pk- > *kp- > pp- en Dhegiha," Panchronica, 30/12/2016, https://panchr.hypotheses.org/1596 (ISSN 2494-775X)

Khaling keŋ ‘refroidir’ et la loi de Dempsey

Le khaling |keŋ| केऽन्य ‘refroidir’, qui s’emploie en particulier à propos de la nourriture (jûː kêŋtɛ यु: के:ङ्त्य ‘le repas a refroidi’) pourrait être apparenté au tibétain ɴkʰeŋ འཁེང་ ‘se solidifier après avoir refroidi, geler’ (à ne pas confondre avec le verbe kʰeŋs ཁེངས་ ‘se remplir de’, dont on a parlé dans ce billet).

Cette comparaison soulève néanmoins un problème: d’après la loi de Dempsey, les *-eŋ du pré-tibétain deviennent -iŋ, et par conséquent tous les -eŋ du tibétain sont secondaires: soit des emprunts, soit des formes analogiques. l’explication analogique, qui fonctionne pour les verbes transitifs traités par Hill (2014) et pour kʰeŋs ཁེངས་ ‘se remplir de’ (où l’on pourrait argumenter d’une analogie avec une forme comme kʰebs), n’est en revanche pas possible pour ce verbe. Pourrait-il s’agir d’un mot dialectal emprunté à une variété n’ayant pas subi la loi de Dempsey (il faut signaler que ce mot n’est pas très courant)?

Références
Dempsey, Jakob (2003). Analysis of Rime-Groups in Northern-Burmish. Linguistics of the Tibeto-Burman Area 26.1: 63-124.
Hill, Nathan W. (2014). Some Tibetan verb forms that violate Dempsey’s law, Revue d’Etudes Tibétaines 29. pp. 91-101.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Khaling keŋ ‘refroidir’ et la loi de Dempsey," Panchronica, 01/06/2016, https://panchr.hypotheses.org/1332 (ISSN 2494-775X)

bsam mno et bsam blo

On trouve en tibétain une forme bsam mno བསམ་མནོ་ ‘pensée’ de même sens que le composé plus courant bsam blo བསམ་བློ་ qui comporte le verbe « penser » à son radical passé et le nom blo ‘esprit’.

Que faire de la syllabe mno qui n’apparaît pas vraiment toute seule dans ce sens? Une relation avec nod ནོད་ / mnos མནོས་ ‘recevoir’, dont nous avons déjà parlé dans ce billet, quoique concevable, ne semble pas évidente. Serait-il possible que mno soit la forme nasalisée de blo sous l’effet de la coda -m de bsam བསམ་ ?

Le problème avec une telle hypothèse est que l’on ne s’attendrait pas à une nasalisation complète du groupe de consonne (qui rappelle le lakhota blé ‘je vais’, mni kte lo ‘j’irai’, même si en sioux la nasalisation a lieu dans l’autre sens). En effet, d’après les lois phonétiques connues du tibétain (voir cet article et ceux qu’il cite), le proto-tibétain *ml- donne md- et non pas mn-.

D’un autre côté, (1) il ne doit pas s’agir d’un composé pré-impérial (il est probablement né de la langue de traduction du sanskrit, encore qu’il faudrait le démontrer par la philologie) et (2) on peut concevoir l’existence d’une loi phonétique dialectale n’affectant que les seconds membres de composés. Pour confirmer cette hypothèse, il faudrait trouver d’autres cas similaires de nasalisation inattendue, mais une recherche rapide dans la version électronique du grand dictionnaire tibétain des mots disyllabiques à codas nasales suivi d’une syllabe à initiale nasale (en regex \w*[m|ng|n] [n|m]) n’a pas révélé de candidats potentiels.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "bsam mno et bsam blo," Panchronica, 29/05/2016, https://panchr.hypotheses.org/1321 (ISSN 2494-775X)

La chute des consonnes initiales

J’ai remarqué une particularité intéressante dans la prononciation de mon fils Archimède (qui a deux ans et demi): dans un grand nombre de mots (je n’ai pas essayé de faire de comptes systématiques), la consonne initiale chute sans laisser de trace, par exemple « tomber » est réalisé comme [obe].

Ce phénomène me rappelle un des changements phonétiques les plus surprenants observé dans les langues d’Australie, la disparition complète des consonnes initiales dans les langues arandiques, et aussi dans certaines langues du groupe pama au nord du Queensland. Dans l’article de Harold Koch, on trouve entre autres les exemples suivants qui illustrent ce changement (pre-Arrernte > Arrernte)
*munga > ingwe « serpent »
*ngathu > athe « 1sg »
*pula > ale « 3du »
*ngatatharri > atetherre « perruche ondulée »
La reconstruction du pré-Arrernte n’est pas expliquée de façon explicite dans cet article, mais semble relativement sérieuse.

Le résultat de ce changement est que l’arrernte est une langue sans consonnes initiales, une particularité curieuse qui a fait couler beaucoup d’encre à juste titre.

Les informations sur la phonologie historique de ces langues sont malheureusement dispersées dans un grand nombre d’articles difficiles à dénicher, qui sont de plus assez avares en exemples.

A ma connaissance, on n’observe la chute de toutes les consonnes initiales dans aucune autre langue du monde; tout au plus certaines langues présentent la chute de certaines consonnes spécifiques (par exemple en Yamphu, les *p et *t initiaux disparaissent, et en Belhare le *t initial; mais dans ces langues les *b et les *d du proto-kiranti donnent p et t, si bien qu’il n’y a pas de lacune dans le système).

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "La chute des consonnes initiales," Panchronica, 13/02/2016, https://panchr.hypotheses.org/795 (ISSN 2494-775X)

L’obstruentisation du *l en jinghpo

Il est bien connu qu’en tibétain ancien, le *l du prétibétain devient -d- dans certains groupes, comme *md-, *Nd- > md-, ‘d-/ld- (d’après les lois de Bodman et de Conrady). Ce changement s’est poursuivi dans les langues tibétaines modernes, où en particulier zl- donne une occlusive ou une affriquée dans la quasi-totalité des variétés modernes (voir la présentation de Gong Xun à ce propos, en cours de relecture en ce moment).

Il est moins connu que le jinghpo a un changement du même type; le phénomène est mentionné dans Matisoff (2003:50-63), et mérite un développement plus détaillé. La table suivante montre les exemples les plus clairs:

Jinghpo sens Tibétain
mă³¹ta̱ʔ⁵⁵ « lécher » ldag < *N-lag
ʃă³ta̱³³ « lune » zla
lă³¹ta̱ʔ⁵⁵ « main » lag.pa
ʃă³¹tai³³ « nombril » lte.ba < *t-le

On remarque qu’il s’agit toujours de mots à présyllabe en jinghpo, jamais de mot en initiale absolue. Mon interprétation de cette correspondance (Matisoff ne propose pas de loi phonétique claire) est que la suite de lois phonétiques suivantes a opéré:
*Cl- > *Cd- > *Cə-d- > Că.t-

Autrement dit, le jinghpo avait originellement de vrais groupes de consonnes. Le *l a subi une fortition en *d lorsqu’il suivait certaines consonnes (au moins *s et les nasales *m et *n; lă³¹ta̱ʔ⁵⁵ vient peut-être de *n-lak > *l-dak comme en tibétain), ce qui explique l’absence de cette correspondance en début de mot.

Le nom pă̱⁵⁵la⁵⁵ ‘flèche’ (tibétain mda *məl-) suggère que l’obstruentalisation n’avait pas lieu devant occlusive (*pl- > *pəl- > pă̱.l).

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "L’obstruentisation du *l en jinghpo," Panchronica, 25/01/2016, https://panchr.hypotheses.org/726 (ISSN 2494-775X)

Les ressemblances fortuites entre mots apparentés

Le rma du nord (qiang) zdɤm ‘nuage’ ressemble furieusement au japhug zdɯm de même sens, et la quasi-identité entre les deux mots semble indiquer un rapport de cognation parfait. Si personne ne doute que ces mots sont apparentés, cette correspondance n’est pas aussi parfaite qu’elle en a l’air; en effet, les langues rma en général ont perdu les consonnes finales, et en particulier le –m final dans les mots natifs (par exemple, le numéral ‘trois’, χsɯm en japhug, a la forme khsə en rma du nord).

Le –m du rma ici est en fait un allomorphe de mu ‘ciel’ (cognat du japhug tɯ-mɯ de même sens) avec perte de la voyelle comme c’est régulier pour les éléments de composés non-accentués. Le japhug zdɯm ‘nuage’ correspond donc à proprement parler à la partie zdɤ- de la forme du rma, et cet exemple ne peut donc pas être utilisé pour proposer un correspondance de -m final entre japhug et rma.

Les cas paradoxaux de ce type, où un changement morphologique a rendu deux mots apparentés plus ressemblants qu’ils ne devraient l’être étant données les lois phonétiques régulières, sont rares mais en aucun cas exceptionnels. Les comparatistes doivent garder en tête les exemples de ce type pour éviter de proposer hâtivement des correspondances phonétiques fautives par un examen trop superficiel des données.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Les ressemblances fortuites entre mots apparentés," Panchronica, 08/12/2015, https://panchr.hypotheses.org/616 (ISSN 2494-775X)

šn- > xšn- en iranien

Les langues iraniennes anciennes présentent un changement phonétique inhabituel, l’insertion d’un x avant les groupes šn- et šw- en début de mot (Martinez et de Vaan 2014:31, §11.16; 71 §22.1), comme dans les exemples suivants:

*ǵneh2- > *j́nā- ‘savoir’ > Av. xšnā-, VP xšnā-, Skt jñā– ‘savoir’
*šwaipa ‘queue’ > Av. xšuuaēpā-, Skt śepa-
*sweḱs ‘six’ > Av. xšuuaaš, Skt ṣaṭ
*(yu)šmākam ‘2PL.GEN’ > Av. yūšmākəm, inaccentué xšmākəm

A noter que l’indoeuropéen *ǵn- donne dans certaines formes žn- plutôt que xšn-, comme dans Av žnātar- ‘connaisseur’, Skt jñātar- (le conditionnement n’est pas expliqué dans Martinez et de Vaan).

Ma première réaction pour expliquer cet ajout d’une fricative surnuméraire serait un changement phonétique du type:

s, ʃ > [ɧ] / #_{m,n,w}

Avec un passage à la fricative doublement articulée [ɧ] du suédois, que les scribes achéménides et les rédacteurs de l’Avesta auraient transcrite faute de mieux comme x + š. Néanmoins, connaissant le penchant des inventeurs de l’alphabet avestique pour les signes surnuméraires destinés à noter à l’infini les allophones de tous les phonèmes de la langue, il n’est pas certain que ce soit l’idée la plus simple. Je suis néanmoins curieux de savoir si des explications pour ce changement ont été proposées. Kümmel (2007:234, note 160) mentionne ce ‘x-Vorschlag’ mais sans explication détaillée de la motivation phonétique de ce changement.

Quelle que soit sa réalité phonétique, on doit noter que les *šn- se confondent avec les *kšn- en xšn- en avestique; ainsi, le LIV (p.373) donne Skt kṣṇaumi ‘(ich) wetze, schärfe’ comme cognat de l’av. xšnəuuīšā ‘mögest anhören’, avec un changement sémantique en iranien ‘(die Sinne) schärfen’ > ‘achtgeben auf’ > ‘zuhören’).

Bibliographie
Kümmel, Martin. 2007. Konsonantenwandel, Bausteine zu einer Typologie des Lautwandels und ihre Konsequenzen für die vergleichende Rekonstruktion. Wiesbaden: Reichert Verlag.
Rix, Helmut et al. 2001 LIV (Lexikon der Indogermanischen Verben). Wiesbaden: Reichert Verlag.
Martinez, Javier et Michiel de Vaan. 2014. Introduction to Avestan. Leiden: Brill.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "šn- > xšn- en iranien," Panchronica, 26/07/2015, https://panchr.hypotheses.org/370 (ISSN 2494-775X)

Les changements phonétiques peuvent-ils être conditionnés par la morphologie?

Dans un article récent, Hill (2014) ré-affirme la doctrine néo-grammairienne selon laquelle les changements phonétiques ne sont jamais conditionnés par la morphologie, y compris les frontières morphémiques ou les parties du discours.

Il exclut à juste titre les cas, comme en nahuatl, où les différentes parties du discours constituent des contextes phonologiques différents: le *p devient zéro en initiale de mot dans le cas des noms mais pas dans celui des verbes. L’explication tient à ce que les radicaux des verbes sont toujours préfixés sauf à la troisième personne des verbes intransitifs de certains tiroirs verbaux (plusieurs tiroirs verbaux sont préfixés d’un ‘augment’). La chute du *p initial dans les formes non-préfixées du paradigme a dû être immédiatement éliminée dans les paradigmes intransitifs du fait de la pression analogique (voir Campbell et Langacker 1978). Une même explication s’applique à beaucoup de changements conditionnés, par exemple, le fait que le *s- initial en arapaho correspond bien à n- en initiale de radical, même dans les formes préfixées (comme celles de l’irréel qui viennent de l’ordre indépendant) alors qu’on s’attendrait à une alternance n-/h- dans ces formes. La aussi, l’analogie les a immédiatement éliminées.

Toutefois, il existe un cas pour lequel une explication en termes d’analogie semble difficile: celui du onbin 音便 en japonais, qui ne s’est produit que de façon sporadique dans les noms composés, mais s’est appliqué régulièrement, à époque historique, exclusivement dans le système verbal, notamment les formes converbales en -te (voir Frellesvig 1995, 2010:192-199):

(yom-) yomite > yonde ‘lire’
(tor-) torite > totte ‘prendre’
(mot-) motite > motte ‘prendre’

Contrairement à l’absence de chute de *p initial dans les verbes en nahualt ou de la réfection du *-s- de l’aoriste en grec, ce phénomène ne peut s’expliquer comme l’annulation d’un changement phonétique par l’analogie. Aucun conditionnement phonologique qui distinguerait les combinaisons -VCit- dans les noms et dans les verbes ne semble non plus apparente.

Il est louable de vouloir préserver la rigueur néogrammairienne et je conçois qu’il est préférable, avant d’abandonner une hypothèse comme l’impossibilité de conditionnement morphologique des changements phonétiques, d’explorer toutes les alternatives. Néanmoins, le cas du onbin me semble un des cas les plus clairs d’exception à ce principe; ceux qui souhaitent le défendre ne peuvent pas omettre de rendre compte de ce cas particulier.

Bibliographie
Campbell, Lyle and Ronald Langacker. (1978) Proto-Aztecan vowels: part II. International Journal of American Linguistics 44(3). 197–210.
Frellesvig, Bjarke. 1995. A Case Study in Diachronic Phonology: The Japanese Onbin Sound Changes. Aarhus University Press.
Frellesvig, Bjarke. 2010. A History of the Japanese Language. Cambridge University Press.
Hill, Nathan W. 2014. ‘Grammatically Conditioned Sound Change.’ Language and Linguistics Compass 8, 211–22. http://eprints.soas.ac.uk/18595/

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Les changements phonétiques peuvent-ils être conditionnés par la morphologie?," Panchronica, 18/04/2015, https://panchr.hypotheses.org/184 (ISSN 2494-775X)