Archives par mot-clé : calendrier

Une curiosité philologique

En lisant cet article sur le cycle sexagésimal chinois, j’ai appris l’existence d’une liste attestée à l’époque Han (dans le Huainanzi et le Shiji) de noms alternatifs des termes du cycle sexagésimal venant probablement d’une langue inconnue (page 28 et note final 110). Je ne vais pas entrer dans les détails sur l’usage de ce cycle, ni de la relation entre l’usage du cycle pour marquer les années et l’observation du mouvement apparent de Jupiter (太岁), car il existe sur ce sujet de nombreuses publications accessibles en ligne.

On peut facilement trouver des listes de ces termes étranges sur internet, par exemple ici. Des étymologies chinoises capillotractées ont été proposées, (certaines sont recensées dans l’édition du Huainanzi que j’utilise , pp 195-8), mais elles ne valent pas la peine d’être discutées.

Voici les termes du cycle avec le chinois moyen dans une version APIfiée de la transcription de Baxter. Je n’indique pas systématiquement de reconstructions du chinois archaïque, car celles-ci seraient anachroniques pour des noms transcrits à l’époque Han, mais je rajoute quelques reconstructions simplifiées pour certains mots.

J’indique aussi les noms des animaux correspondants dans l’usage du cycle pour noter les années en chinois et dans les langues d’Asie, du Cambodge à la Mongolie. Bien entendu, il n’est pas certains que, quelle que soit la langue d’où proviennent ces mots, il aient quoi que ce soit à voir avec les douze animaux, mais c’est néanmoins une piste au moins concevable.

子 souris 困敦 kʰunH twon
丑 vache 赤奮若 tɕʰek pjunH nyak
寅 tigre 攝提格 ɕep dej kæk < ??*nhep de rkak
卯 lapin 單閼 ɕenH 'at < ??*dars'at
辰 dragon 執徐 tɕip zjo < *tip zla
巳 serpent 大荒落 dajH xwaŋ lak < ??*lats hmaŋ rak
午 cheval 敦牂 twon tsaŋ
未 mouton 協洽 ɣep ɣɛp < *gep grop
申 singe 涒灘 tʰwon than
酉 poulet 作噩 tsak ŋak
戌 chien 閹茂 'jem muwH < *ʔom mus
亥 cochon 大淵獻 dajH 'wen xjʌnH

Aucun de ces mots n'a la moindre ressemblance avec les désignations des animaux en tibétain, tangoute ou en
turcique, ni apparemment dans aucune famille de la région qui me vienne à l’esprit. L’identification de la langue derrière ces transcriptions et leur étymologisation est peut-être un cas désespéré, mais il ne faut pas s’interdire d’y réfléchir.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Une curiosité philologique," Panchronica, 14/08/2016, http://panchr.hypotheses.org/1442 (ISSN 2494-775X)