Archives par mot-clé : bantawa

« Oublier » et « se rappeler »

Le bantawa |mitt| ‘to think, remember’ et le yakkha |mit| ‘remember’ reflètent une racine verbale *mit « se rappeler » en proto-kiranti, pour laquelle je n’ai pas suggéré de correspondant extra-kiranti dans cet article.

En rgyalronguique, le japhug jmɯt ‘oublier’, le situ jmə̂s et le khroskyabs lmə̂ (voir la thèse de Lai Yunfan) reflètent une racine proto-rgyalronguique dont la reconstruction approximative doit être *lmîs « oublier ». La possibilité d’une comparaison entre les deux étymons ne me paraît pas impossible, même si elle soulève plusieurs questions: la correspondance du *-s final du rgyalronguique (le japhug -t est secondaire, voir la discussion dans ce billet) au -t du kiranti, et bien entendu la correspondance sémantique. Voir aussi cette entrée du STEDT qui rassemble des mots dont certains sont probablement apparentés, commele jinghpo myìt « penser, pensée » (le sens originel).

Dans les langues ayant des préverbes d’origine adverbiale, comme l’indo-européen ancien, il est tout à fait possible de passer de « se souvenir » à « oublier » par l’ajout d’un préverbe; ainsi, le sanskrit a vismarati « il oublie » dérivé de smarati « il se souvient ». Parfois, des préverbes apparentés ont des effets opposés dans des langues distinctes, comme l’illustre l’exemple amusant du tchèque zapomenout « oublier » au regard du russe запоминать « se rappeler ».

En rgyalronguique, le verbe « oublier » s’emploie par exemple en japhug avec un préverbe dont l’un des usage est le mouvement centrifuge (nɯ-, voir dans cet article); par ailleurs, notons que le sens de « se rappeler » est exprimé par un mot dérivé d’un emprunt au tibétain (ɕɯftaʁ) qui ne peut donc pas être bien ancien. Il est donc loisible de considérer la possibilité qu’à un stade plus ancien le même verbe s’employait pour les deux sens, avec « oublier » lorsqu’on lui mettait le préfixe centrifuge, et « se souvenir » avec le préfixe centripète (en pseudo-japhug *ka-jmɯt), le second ayant donc été perdu dès le proto-rgyalronguique. La différence de sens entre rgyalronguique d’une part, et kiranti d’autre part peut donc s’expliquer par une innovation rgyalronguique.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "« Oublier » et « se rappeler »," Panchronica, 23/09/2017, http://panchr.hypotheses.org/1966 (ISSN 2494-775X)

Le proto-sino-tibétain, une langue flexionnelle?

Un des plus grands débats en linguistique du sino-tibétain porte sur l’ancienneté de l’indexation en personne qui est présente dans certaines branches (gyalronguique, kiranti, kouki-tchin, dulong/rawang etc) mais absente dans d’autres, et notamment dans les « grandes » langues littéraires comme le chinois, le tibétain et le birman.

Ma position sur la question a déjà été suggérée dans cet article: au vu de la ressemblance frappante entre les paradigmes verbaux du kiranti du sud (bantawa, pouma et chintang) et du rgyalrong situ, et étant donné que certains des affixes marquant la personne dans ces langues ne ressemblent pas aux pronoms, il est difficile de concevoir que cette morphologie ne serait pas reconstructible en partie au moins à l’ancêtre commun du rgyalrongique et du kiranti. Je pense également que les langues sans indexation personnelle, y compris le chinois et le tibétain, l’ont perdue en conservant peut-être quelques traces comme l’irrégularité du verbe « manger », une idée que Sprigg avait eu déjà plus de trente ans auparavant mais n’avait jamais jugé utile de publier.

Ce point de vue est partagé par des auteurs tels que George van Driem et Scott DeLancey, lequel a été très prolifique sur la question et a récemment publié une grande quantité d’articles: 2010, 2011, 2013, 2014, 2015a, 2015b.

Un point de vue opposé, défendu essentiellement par Randy LaPolla (1992, 2003, 2012a, 2012b), et plus récemment soutenu aussi par Bettina Zeisler, serait que les systèmes d’indexation personnelle seraient des innovations indépendantes, que les langues sans indexation telles que le chinois et le tibétain ne l’auraient jamais eu, et que dans certaines langues, comme le tangoute, elle serait très récente et à peine grammaticalisée.

Dans cet article, qui vient d’être publié dans la revue Linguistic Vanguard, je clarifie un certain nombre d’imprécisions concernant l’interprétation des données du tangoute, des langues rgyalronguiques et kiranties, et j’espère ainsi contribuer à ce que cet important débat avance sur des bases saines.

Un corpus inattendu

Le plus grand obstacle à la description et l’étude historique et typologique des langues kiranties et gyalronguiques (et de la majorité des langues du monde, d’ailleurs) est la taille limitée des corpus de textes disponibles. A ce titre, tous les corpus de textes de taille respectable, même incongrus, méritent d’être utilisés.

Etant donné les ressources financières de certains groupes évangélistes américains, il n’est pas surprenant que pour un certain nombre de langues mal dotées, les seuls matériaux disponibles en ligne soient ceux créés par des missionnaires.

Une ressource inattendue, dont j’ai découvert l’existence grâce à ce billet de Yvonne Treis, est le Jesus film, un film sur la vie de Yēšūăʕ bēn Yôsēp̄ (ישוע בן יוסף) de 128 minutes, apparemment traduit dans près de 1000 langues. Dans la liste on ne trouve aucune langue gyalronguique, mais il est traduit dans plusieurs langues kiranties: en limbou, en bantawa, en lohorung et en chamling. En l’absence de sous-titre, ces documents ne sont pas utilisables tels quels sans un certain travail, mais pourraient contenir des données utiles. Par comparaison, le corpus limbou sur Pangloss fait en tout 95 minutes environ.

Pour le khaling, il n’y a apparemment pas de « Jesus film », mais on trouve en revanche quelques documents du même genre sur Youtube. Même si les histoires traditionnelles sont sans le moindre doute un matériau plus intéressant pour étudier ces langues, nous n’avons pas encore assez de documents sur ces langues pour nous permettre de négliger complètement ces données.