Archives par mot-clé : assimilation

La racine sino-tibétaine « traverser »

En lisant cet article qui parle entre autres du verbe 越 hjwot < *ɢwat "traverser" en chinois et de ses dérivés, je me suis rappelé du verbe khaling |wett| « cross over a ridge » (voir aussi ce lien au cas où l’autre ne fonctionnerait plus).

Cette comparaison fonctionne du point du vue du sens (on dit communément en chinois 翻山越岭, bien qu’il faudrait revérifier l’antiquité de cette collocation). La comparaison phonétique est aussi presque parfaite, mais mérite quelques commentaires.

Tout d’abord, la correspondance du chinois *a au khaling *e n’est pas surprenante. Dans cet article sur le proto-kiranti, je postule au §6.2.4, Table 19, un changement de *a > *ɛ (> e en khaling) dans les rimes fermées en *-t et *-l. Ce verbe est un exemple de plus qui confirme cette correspondance.

Ensuite, la correspondance de la consonne initiale que Baxter et Sagart reconstruisent *ɢw- et que d’autres systèmes reconstruisent comme *w- au proto-kiranti *w- (khaling w-) est attestée par d’autres exemples, en particulier le Limbu |wa| ‘be, exist’ et le chinois 有 *ɢwəʔ.

La double consonne finale -tt est une question d’ordre morphologique (voir cet article); elle mérite un examen plus détaillé, mais qui requiert la recherche de cognats de la racine khaling |wett| dans d’autres langues kiranti.

La comparaison avec le tibétain སྐྱོད་ skʲod, un verbe qui signifie « agiter (par exemple, un drapeau) » ou « aller » est quant à elle en fait assez douteuse. Le /o/ du tibétain peut sans doute provenir d’un plus ancien *wa (c’est la loi de Laufer, à propose de laquelle voir cet article, celui-ci et celui-là (Tableau 11)), mais un ancien *s-wat devrait donner †sod; difficile d’accepter une comparaison qui pose de tels problèmes sémantiques et phonétiques sans exemples additionnels d’une telle correspondance.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "La racine sino-tibétaine « traverser »," Panchronica, 11/02/2017, https://panchr.hypotheses.org/1676 (ISSN 2494-775X)

L’harmonie d’uvularité en japhug

Même s’il existe certains indices dans des langues tibétaines modernes périphériques suggérant que le tibétain commun ait pu avoir des uvulaires non représentées dans l’écriture, cette question est encore mal comprise. Les emprunts tibétains en japhug, langue ayant une opposition phonémique entre uvulaires et vélaires, pourraient contribuer à ce débat.

Parmi les mots ayant une occlusive uvulaire en japhug correspondant à une vélaire se trouve le nom tɯ-qhoχpa « organes, état d’esprit », qui provient du tibétain ཁོག་པ་ kʰog.pa. Cette forme apporterait-elle la preuve que le radical /kʰog/ avait une uvulaire en tibétain commun ?
Dans le cas particulier de ce mot, une explication interne au japhug est possible. En effet, il existe dans cette langue une contrainte phonotactique synchronique liée à la distribution des consonnes dorsales : lorsqu’une syllabe a une consonne initiale et une coda dorsale, les deux doivent être soit vélaires (kɤɣ « courber ») ou uvulaires (qaʁ « éplucher, écorcher, enlever la peau »). Cette contrainte ne s’applique pas aux consonnes médianes ou préinitiales (par exemple mbɣaʁ « se retourner »).

Or, les rimes -ag(s)/-eg(s) et -og(s) du tibétain sont régulièrement empruntées comme -aʁ et -oʁ respectivement; la présence d’une uvulaire est ici due au fait que, aussi bien en japhug qu’en tibétain (ancien et amdo, voir dans cet article), les codas uvulaires et vélaires sont en distribution complémentaire. Ainsi, on s’attendrait à ce que kʰog.pa soit emprunté comme *(tɯ-)kʰoχpa. Or, une telle forme violerait la contrainte phonotactique d’harmonie d’uvularité mentionnée ci-dessus. Le nom tɯ-qhoχpa peut donc s’expliquer si l’on admet l’existence d’une loi phonétique *k(ʰ)Vʁ > q(ʰ)Vʁ en japhug. Il existe des preuves indépendantes de cette loi phonétique dans le vocabulaire natif (sujet qui est traité dans un article en train d’être écrit par Gong Xun).

Cette étymologie montre donc que les données des emprunts dans les langues gyalronguiques doivent être utilisées avec précaution pour reconstruire l’histoire du tibétain.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "L’harmonie d’uvularité en japhug," Panchronica, 04/11/2016, https://panchr.hypotheses.org/1528 (ISSN 2494-775X)

bsam mno et bsam blo

On trouve en tibétain une forme bsam mno བསམ་མནོ་ ‘pensée’ de même sens que le composé plus courant bsam blo བསམ་བློ་ qui comporte le verbe « penser » à son radical passé et le nom blo ‘esprit’.

Que faire de la syllabe mno qui n’apparaît pas vraiment toute seule dans ce sens? Une relation avec nod ནོད་ / mnos མནོས་ ‘recevoir’, dont nous avons déjà parlé dans ce billet, quoique concevable, ne semble pas évidente. Serait-il possible que mno soit la forme nasalisée de blo sous l’effet de la coda -m de bsam བསམ་ ?

Le problème avec une telle hypothèse est que l’on ne s’attendrait pas à une nasalisation complète du groupe de consonne (qui rappelle le lakhota blé ‘je vais’, mni kte lo ‘j’irai’, même si en sioux la nasalisation a lieu dans l’autre sens). En effet, d’après les lois phonétiques connues du tibétain (voir cet article et ceux qu’il cite), le proto-tibétain *ml- donne md- et non pas mn-.

D’un autre côté, (1) il ne doit pas s’agir d’un composé pré-impérial (il est probablement né de la langue de traduction du sanskrit, encore qu’il faudrait le démontrer par la philologie) et (2) on peut concevoir l’existence d’une loi phonétique dialectale n’affectant que les seconds membres de composés. Pour confirmer cette hypothèse, il faudrait trouver d’autres cas similaires de nasalisation inattendue, mais une recherche rapide dans la version électronique du grand dictionnaire tibétain des mots disyllabiques à codas nasales suivi d’une syllabe à initiale nasale (en regex \w*[m|ng|n] [n|m]) n’a pas révélé de candidats potentiels.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "bsam mno et bsam blo," Panchronica, 29/05/2016, https://panchr.hypotheses.org/1321 (ISSN 2494-775X)