Archives par mot-clé : articles de linguistique

Comment écrire une thèse de linguistique (3)

Suite du billet n°1 et du billet n°2 de cette série.

(4) Ouvrages collectifs
Une particularité de la linguistique par rapport à d’autres domaines est l’importance des ouvrages collectifs, dont le ou les directeur(s) (en anglais editor) se charge de sélectionner les auteurs, de faire relire anonymement les articles et d’harmoniser le tout. La majorité des ouvrages de ce type sont publiés par Benjamins, Mouton de Gruyter, Brill ou Language Science Press. Certains de ces livres collectifs sont indexés dans Scopus, mais la majorité ne l’est pas, ce qui signifie que les contributions à des volumes ont moins de visibilité que des articles de revue. D’un autre côté, certains livres collectifs sont de fait des références de base sur un sujet particulier, et avoir une contribution dedans peut être très utile pour un doctorant / jeune chercheur.

Certains, comme Martin Haspelmath dans ce billet, remettent en question cette omniprésence des ouvrages collectifs dans notre discipline. Je n’ai pas un avis tranché sur la question, j’ai participé moi-même comme auteur et relecteur à de nombreux ouvrages collectifs (jamais comme directeur d’ouvrage toutefois) et j’ai trouvé que les exigences des relecteurs sont en effet souvent moins élevées que pour des articles. Toutefois, il n’est pas certains pour autant que la qualité des contributions à des volumes soit plus basse, si le directeur a bien choisi ses collaborateurs.

Pour un doctorant, publier dans un volume collectif est à double tranchant: la contribution est sans doute moins difficile à publier que dans une revue, mais peut être moins prestigieuse dans le CV. D’un autre côté, un jeune chercheur peut difficilement refuser une invitation de participation à un volume, et c’est l’occasion de prouver au directeur de l’ouvrage sa capacité à tenir un délai. Cette question est d’ailleurs liée à celle des conférences invitées, abordée ci-dessous en (5).

(5) Conférences
En phonétique et en linguistique informatique, certaines conférences sont très prestigieuses, parfois plus qu’un article de revue. Il n’en est pas ainsi en linguistique descriptive/typologique/diachronique. Pour les commissions de spécialistes qui analysent les dossiers, aussi bien à l’université qu’au CNRS, les conférences comptent pour peu, à l’exception des présentations invitées (surtout lorsque ces dernières ont donné lieu à la publication d’un ouvrage collectif).

L’intérêt principal des conférences, pour un doctorant, est donc surtout de se faire connaître et de se créer un réseau de relation. Je ne minimise pas l’importance de ces contacts, mais avec des sites comme Academia, ce rôle des conférences est bien moins important qu’il ne l’était autrefois, et je ne conseille pas aux doctorants d’investir trop de temps dans les conférences — mieux vaut privilégier le terrain, la rédaction de la thèse et la rédaction d’articles (dans cet ordre).

Les conférences invitées, lorsque l’organisateur paie tous les frais de déplacement et de logement aux participants, sont naturellement un cas différent. Il est plus rare qu’un doctorant bénéficie d’invitations de ce type, mais lorsque c’est le cas, il est évident que la présentation en question doit être une priorité pour lui, d’autant qu’elle mène en général à une publication soit dans un ouvrage collectif, soit dans un numéro spécial de revue.

Les conférences les plus importantes dans notre domaine sont celle de l’Association for Linguistic Typology (qui a lieu tous les deux ans) et de la Societas Linguistica Europaea. Ce type de conférence, avec plus de 200 participants en général, sont très utiles pour avoir une vision générale du domaine, mais la brièveté des présentations (20 minutes) et l’organisation en sessions parallèles rend souvent difficile les échanges d’idées fructueux. Une autre conférence du même type est Syntax of the World’s Languages, qui se tient tous les deux ans en alternance avec la conférence de l’ALT.

Pour ma part, je préfère toutefois les journées d’études (workshop) spécialisées sur un domaine en particulier, comme la conférence sur les langues du Sichuan, où les participants disposent de 30 minutes de temps de parole, ce qui implique un nombre plus restreint de présentations, mais avec plus de temps pour comprendre les travaux des collègues.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Comment écrire une thèse de linguistique (3)," Panchronica, 03/04/2016, http://panchr.hypotheses.org/1019 (ISSN 2494-775X)

Comment écrire une thèse de linguistique (2)

Suite de ce billet

(3) articles
Pour trouver un poste en linguistique après la thèse, que ce soit à l’université ou au CNRS, il est crucial d’avoir des publications dans des supports reconnus. En linguistique, les livres et les articles comptent à égalité, mais il est néanmoins préférable de commencer ses publications, pendant voire même avant la thèse, par des articles dans des revues à comité de lecture. Il est d’ailleurs important, lors du choix de son sujet de thèse, de bien réfléchir, en concertation avec son directeur et aux autres membre de l’équipe, aux articles potentiels auxquels ce sujet pourrait donner lieu — les bons sujets de thèse doivent ouvrir des perspectives de publications dans les meilleures revues du domaine.

L’auteur d’un article soumettant un article à une revue à comité de lecture, reçoit, après un délai qui peut aller de trois semaines (dans le meilleur des cas, lorsque les relecteurs sont très réactifs) à plus de 18 mois, un ou deux rapports écrits par des relecteurs anonymes, suggérant des corrections et des modifications, et indiquant si oui ou non l’article peut être accepté. Les critères de sélection dépendent de la revue. Les revues plus abordables (par lesquelles je conseille de commencer) sont celles spécialisées sur des aires géographiques particulières. Pour les revues généralistes (comme Linguistic typology ou Diachronica par exemple, il est plus rare d’avoir un article accepté sans deux séries de relectures, ce qui peut prendre près d’un an et demi au total.

La revue par les pairs ralentit considérablement la vitesse de publication, mais permet de garantir un minimum de qualité, et évite parfois des erreurs que l’auteur pourrait regretter d’avoir écrites par la suite. Les commentaires sont presque toujours constructifs (dans mon expérience) et jamais inutiles, même si le relecteur n’a pas compris un point de l’article — c’est sans doute le signe que le passage en question n’a pas été rédigé de façon assez claire. Il est crucial de ne pas se laisser démoraliser lorsque l’on a un article rejeté, cela arrive régulièrement à tous les linguistes, même chevronnés.

Je recommande aux étudiants de viser au moins trois articles parus ou acceptés à l’échéance de leur thèse. Etant donné les délais de publications en linguistique, il est important de songer à la rédaction d’un article le plus tôt possible.

Il est préférable de commencer par des revues plus spécialisées et moins sélectives dans un premier temps.

Pour les doctorants travaillant sur les langues d’Asie, je conseille en particulier pour commencer:
* Cahiers de linguistique — Asie orientale (revue dirigée par votre serviteur — soumissions bienvenues!)
* Journal of Chinese Linguistics
* Linguistics of the Tibeto-Burman Area
* Language and Linguistics

Pour les langues anciennes:
* Bulletin of the School of Asian and African Studies
*
Journal of the American Oriental Society.

Pour les langues des Amériques:
* Amérindia
* Journal de la société des américanistes
* International Journal of American Linguistics

Pour l’austronésien:
* Oceanic Linguistics
* Language and Linguistics

Il existe aussi de bonnes revues de linguistiques généralistes relativement accessibles pour des jeunes chercheurs, en particulier Transactions of the Philological Society (c’est en particulier dans cette revue que Gong Xun et Lai Yunfan ont publiés leur premier article), et en linguistique historique Folia Linguistica Historica.

Après avoir réussi à publier deux articles dans des revues de ce type, le doctorant peut songer à des revues plus sélectives, sachant que le travail sera infiniment plus exigeant, consommera plusieurs mois à temps plein, et pourra malgré tout mener à un rejet de la revue. Voici quelques revues de ce type auxquelles un doctorant peut essayer de s’attaquer:

* Glossa (remplace la défunte Lingua). Revue généraliste (y compris générativiste), sélective mais les relectures sont rapides (entre 2 et 4 mois), ce qui permet d’être fixé sur son sort sans avoir à languir de nombreux mois.
* Linguistic typology. Revue à rapidité moyenne, accepte rarement des articles sur un phénomène particulier dans une seule langue, mais peut être un bon choix si l’on observe un phénomène rarissime dans sa langue de spécialité, ou un phénomène qui contredit un universel proposé.
* Studies in Language. Je conseille en particulier de viser des articles courts dans la section News from the field.
* Diachronica. Pour un(e) doctorant(e) intéressé(e) par la diachronie, s’il(/si elle) découvre un chemin de grammaticalisation ou un changement phonétique rare.

Parvenir pour un doctorant à publier dans une revue de ce type (même comme co-auteur) est un exploit, et mérite d’être tenté.

Ecrire des articles en collaboration avec son directeur de thèse, avec les autres doctorants de l’équipe ou avec des chercheurs d’autres affiliations n’est pas encore une pratique courante chez les linguistes diachroniciens et typologues, mais j’invite vivement les doctorants à tenter cette expérience. On apprend mieux à rédiger et à problématiser ses données en travaillant en collaboration, surtout avec un chercheur plus expérimenté. On entend parfois l’affirmation selon laquelle la thèse serait un travail solitaire; je pense que si c’est le cas dans certains milieux, c’est une pratique à éviter, car un doctorant, même doué et brillant, peut difficilement s’en sortir dans les arcanes du monde académique.

Pour le moment, l’habitude de tout écrire en solitaire parmi les linguistes fait que, contrairement à d’autres domaines, il est indispensable en linguistique d’avoir quelques articles à son seul nom dans sa liste de publication.

Parallèlement aux « vrais » articles, les doctorants peuvent écrire des rapports de conférences ou des compte-rendus d’ouvrages. Ce type de publication ne dispose pas du même prestige (puisque non soumis à relecture anonyme), mais c’est néanmoins une occasion utile de se faire connaître et de présenter ses idées.

(à suivre)

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Comment écrire une thèse de linguistique (2)," Panchronica, 31/03/2016, http://panchr.hypotheses.org/997 (ISSN 2494-775X)

Comment écrire un mauvais article de linguistique historique?

Comme me l’avait dit l’inimitable Michel Ferlus il y a de nombreuses années, en me tendant l’un des nombreux ouvrages publiés à compte d’auteur d’un personnage dont je préfère taire le nom par charité, ‘pour devenir un bon chercheur, il ne suffit pas d’étudier les articles de qualité (comprendre: les siens), il faut aussi lire les mauvais.’

L’article de Song (2014) ‘Stop codas in Old Chinese and Proto Sino-Tibetan: A lexical diffusion analysis’, publié dans la nouvelle revue ‘International Journal of Chinese Linguistics’ éditée par Benjamins, nous donne l’occasion de tester les vertus pédagogiques des exemples négatifs.

Certains travaux sont mauvais par absence d’originalité, d’autres parce qu’ils contiennent des données douteuses ou une méthodologie erronée. Celui de Song a le mérite d’illustrer tous ces défauts dans le même texte.

Présentons tout d’abord le contexte. Il y a de cela plus de soixante ans, Haudricourt (1954) a démontré que les tons du chinois provenaient de la transphonologisation de consonnes finales. La démonstration exacte a été présentée en détail (et de façon plus claire que dans l’article original) dans de nombreux ouvrages (notamment celui de Baxter 1992:308-311). Les lecteurs intéressés peuvent aussi consulter mon introduction (très perfectible) à la phonologie historique du chinois: https://www.academia.edu/2261546/La_phonologie_historique_du_chinois

Je présente néanmoins un compte-rendu rapide de l’idée fondamentale du travail d’Haudricourt.
Le chinois moyen (VIIe siècle de notre ère, le plus ancien état de langue dont le système phonologique soit complètement connu, grâce à un dictionnaire indiquant la prononciation par une méthode que je ne peux décrire ici) comportait trois tons, traditionnellement appelés plat (A), montant (B) et partant (C). La phonologie traditionnelle ajoute un ‘ton rentrant’ (D) désignant les syllabes à occlusives finales, mais il est plus simple de considérer que l’opposition tonale était neutralisée pour ce type de syllabe.

Pour reconstruire les stades du chinois antérieurs au VIIe siècle, on a recours à cinq types de données:
(1) Les rimes des poèmes antiques (notamment, du Shijing)
(2) Les séries phonétiques des caractères chinois, qui ne sont plus transparentes si on les lit en chinois moderne (par exemple, 率 a deux lectures apparemment sans rapport shuài et lǜ, qui remontent à *s-rut et *rut en chinois archaïque).
(3) Le chinois moyen, les dialectes modernes, et les lectures des caractères chinois en japonais, coréen et vietnamien.
(4) Les différentes couches d’emprunts du chinois dans les autres langues (cette source de données a été très marginalement exploitée avant Baxter et Sagart 2014).
(5) Les cognats entre le chinois et les autres langues sino-tibétaines. Cette source est toutefois plus difficile à manier que les autres, à la fois parce que les cognats sont en petit nombre et parce que les langues apparentées au chinois présentent des caractéristiques plus archaïques que les stades les plus anciens du chinois, et nous renseignent donc davantage sur le proto-chinois que sur les chinois archaïque à proprement parler.

Sur la base de (1) et de (2), on remarque que des mots chinois à occlusive finale en chinois moyen (ton ‘rentrant’ D) peuvent rimer avec des mots sans occlusive finale (dans presque tous les cas, mais pas exclusivement, des mots au ton partant C). Par exemple, 路 lu (C) ‘chemin’ appartient à la même série phonétique que 落 lak (D) ‘tomber’. Les mots à occlusives finales -t et -p correspondent à des mots au ton partant (C) avec une finale -j, comme par exemple 入 rù < ɲip (D) ‘rentrer’ et 内 nèi < nwoj (C) ‘intérieur’ ou 葉 yè < yep (D) ‘feuille’ et 世 shì < ɕjej (C) ‘génération’.

Karlgren (1923), pour expliquer ce phénomène, propose que le chinois archaïque avait des occlusives finales voisées qui ont chuté, alors que les occlusives sourdes ont été préservées en chinois moyen (en se basant sur un changement phonétique en suédois). On aurait ainsi *lag > lu (C) ‘chemin’ contre *lak > lak (D) ‘tomber’. Cette hypothèse a eu un grand succès: si certains auteurs tels que Wang Li l’ont refusée, la plupart des spécialistes de la phonologie historique du chinois qui ont suivi Karlgren, en particulier Dong Tonghe et Li Fang-kuei (dont la reconstruction complète est parue seulement en 1971, d’ailleurs publiée presque à contre-cœur par l’auteur), l’ont appliquée et systématisée.

L’hypothèse de Karlgren pose trois problèmes fondamentaux:

(1) Appliquée de façon systématique, comme l’a fait Li Fang-kuei, le système reconstruit n’a plus de syllabes ouvertes, et la consonne finale la plus courante est *-g. Un tel système n’a aucun équivalent dans une langue attestée.
(2) Aucune langue sino-tibétaine n’a d’opposition de voisement en fin de syllabe.
(3) Cette reconstruction implique que *-g > zéro, *-d > -j, mais aussi que *-b > -j, avec un changement intermédiaire *-b > *-d > -j, un changement hautement improbable.

Haudricourt, en utilisant le parallèle typologique du vietnamien où les finales *-s et *-ʔ du proto-viet-muong se transphonologisent en tons, propose une solution alternative qui explique les rimes et les séries phonétiques sans les problèmes (1) à (3). Selon Haudricourt, on trouvait en chinois archaïque non seulement une consonne finale *-s (qui donne le ton C), mais aussi des groupes finaux *-ps, *-ts, *-ks. Les mots ayant groupes finaux pouvaient rimer ou apparaître dans la même série phonétique que des mots à occlusive simple *-p, *-t, *-k. Dans cette théorie, il convient de faire davantage de distinctions que les *-b, *-d et *-g finaux de Karlgren et Li. Là où Li Fang-kuei a *-g au ton (C), Haudricourt reconstruit soit une syllabe à finale *-s, soit *-ks; pour le *-g aux tons (A) et (B), qui ne riment que très rarement avec des mots à occlusive finale -k, Haudricourt reconstruit une syllabe ouverte. Ainsi, il résout les problèmes (1) et (2), tout en rendant compte des rimes et des séries phonétiques: le *-s final n’intervient pas, ou peu, dans les rimes de l’époque du Shijing et dans les séries phonétiques.

La théorie d’Haudricourt offre aussi une explication lumineuse au problème (3): plutôt qu’un changement *-b > *-d > -j (C), on a en fait *-ps > *-ts > -j (C), avec assimilation de lieu d’articulation, un changement tout à fait banal. Ainsi, avec les exemples ci-dessus 葉 yè < yep (D) ‘feuille’ et 世 shì < ɕjej (C) ‘génération’. L’hypothèse d’Haudricourt permet les reconstructions *lap > yep > yè ‘feuille’ et *lhaps > ɕjej (C) > shì.

La théorie d’Haudricourt est acceptée par la quasi-totalité des chercheurs modernes, en Chine continentale ou dans les pays occidentaux, mais certains restent attachés à la reconstruction de Li Fang-kuei. Il convient de dire qu’aucun de ceux qui continuent à soutenir le modèle de Li Fang-kuei n’ont fourni une argumentation construite contre la thèse d’Haudricourt.

Abordons maintenant l’article de Song. Ce travail n’apporte au débat aucune donnée nouvelle — les étymologies et les comparaisons citées viennent d’autres articles; sa contribution est de relier deux idées, l’hypothèse de Karlgren sur les occlusives voisées finales d’une part, et d’autre part l’hypothèse de la diffusion lexicale (qui ne fera pas l’objet du présent billet, mais sur laquelle je reviendrai plus tard). Les données sont très mal traitées (en particulier, les exemples tibétains sont pleins de coquilles, au point qu’on peut même douter que l’auteur sache déchiffrer l’alphabet), mais je me concentrerai ici sur les arguments de l’article.

L’auteur propose (pp. 122-123) que le proto-sino-tibétain avait deux séries d’occlusives finales, voisées *-b *-d *-g et non-voisées *-p *-t *-k. Il suppose les changements suivants (je présente ici une copie d’écran de son article, afin d’éviter d’introduire des inexactitudes en recopiant)

Song (2014:122)
Song (2014:122)

(i) Les occlusives voisées donnent régulièrement des occlusives sourdes en chinois moyen *-b *-d *-g > -p -t -k et les occlusives finales notées comme voisées dans l’écriture tibétain -b -d -g.

(ii) Les occlusives sourdes *-p *-t *-k donnent zéro en tibétain, et en chinois archaïque parfois zéro parfois des occlusives sourdes (ce qui explique les rimes et les séries phonétiques), puis zéro en chinois moyen et dans toutes les formes de chinois attestées.

La solution de Song ne constitue pas un progrès par rapport aux travaux précédents: non seulement elle n’apporte d’explication à aucun des problèmes (1), (2) et (3), mais en plus elle rajoute deux nouveaux problèmes:
(4) Un changement non-conditionné de chute des occlusives finales en chinois sans aucun équivalent dans une langue autre que le chinois. Si ce type d’hypothèse semble être acceptable pour les partisans de la diffusion lexicale, il est virtuellement infalsifiable, non parcimonieux, et néglige de prendre en compte l’ensemble des langues de la famille autres que les langues chinoises et tibétaines (soit, en terme de nombre de langues, plus de 90% des données).
(5) La solution de Song n’a même pas le mérite de celle de Karlgren d’être basée sur un parallèle attesté: supposer la chute des occlusives sourdes alors que les voisées sont préservées va à l’encontre de tout ce que l’on connaît sur les changements phonétiques (voir Kümmel 2007).

Si l’auteur cite Baxter et Sagart (2014), il paraît ignorer l’hypothèse d’Haudricourt, qui n’est mentionnée nulle part. Il s’agit donc d’un ‘grand pas en arrière’ dans la phonologie historique du chinois, et il est regrettable que la nouvelle revue International Journal of Chinese Linguistics contienne un tel article dans son premier numéro.

Il semble que l’auteur lui-même ne soit pas le seul a entretenir une certaine confusion sur les notions de base de la recherche en linguistique historique. Il cite un relecteur de la revue: ‘As an anonymous reviewer pointed out the chronology of WT and OC is not the same, as the former has a much recent time depth of seventh to ninth century. When using the WT data for the purpose of comparative reconstruction, this problem always deserves our attention.’

Autrement dit, le relecteur suggère que la comparaison du chinois archaïque avec d’autres langues poserait problème parce qu’ils ne sont pas attestés à la même époque (ce qui implique que les langues autres que le chinois n’ont pas de valeur cruciale pour reconstruire le chinois archaïque). Cette assertion trahit un grave manque de culture linguistique. Comme le sait n’importe quel étudiant en indo-européen ou en sémitique, on observe plusieurs cas où des langues à attestation ancienne sont moins conservatrices sur certaines points que des langues récemment attestées, et qu’ainsi toutes les langues, anciennes et modernes, doivent être prise en compte:
(a) l’akkadien a perdu quasiment toutes les consonnes ‘gutturales’ du proto-sémitique (*h, *ʔ, *ʕ, *ħ etc) et confondu les fricatives interdentales *θ et *ð avec *ʃ et *z respectivement, et conserve donc moins bien le système consonantique du proto-sémitique que l’arabe ou même les langues sud-arabiques modernes.
(b) le hittite (attesté au second millénaire avant notre ère), malgré certains archaïsmes indéniables, a perdu la triple opposition des occlusives (reconstruites traditionnellement comme sourde, voisée simple, voisée aspirée) qui est pourtant préservée, sous une autre forme, en germanique moderne et en grec moderne.

Il est facile de trouver d’autres exemples du même type.

L’article de Song, et les commentaires des relecteurs qui ont accepté un tel article, rappellent que la linguistique historique d’une langue particulière ne peut être étudiée de façon satisfaisante sans une prise en compte des autres langues de la famille et sans une perspective panchronique sur la vraisemblance des hypothèses posées.

Bibliographie
Baxter, William H. 1992. A Handbook of Old Chinese Phonology, Berlin: Mouton de Gruyter.
Baxter, William; Sagart, Laurent. 2014. Old Chinese: A New Reconstruction. Oxford University Press.
Haudricourt, André-Georges. 1954. Comment reconstruire le chinois archaïque, Word 10(2-3): 351-364.
Karlgren, Bernhard. 1923. Analytic Dictionary of Chinese and Sino-Japanese, Paris: Paul Geuthner.
Li Fang-Kuei. 1971. 《上古音研究》 The Tsing Hua Journal of Chinese Studies IX(1,2): 1–61.
Kümmel, Martin. 2007. Konsonantenwandel: Bausteine zu einer Typologie des Lautwandels und ihre Konsequenzen für die vergleichende Rekonstruktion. Reichert Verlag.
Song, Chenqing. 2014. Stop codas in Old Chinese and Proto Sino-Tibetan: A lexical diffusion analysis, International Journal of Chinese Linguistics, 1.1:96 – 135.
https://benjamins.com/#catalog/journals/ijchl.1.1.04son/fulltext

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Comment écrire un mauvais article de linguistique historique?," Panchronica, 19/04/2015, http://panchr.hypotheses.org/192 (ISSN 2494-775X)