Archives par mot-clé : arménien

*Wékʷos dwityóm

Le deuxième numéro de *wékʷeses est maintenant paru — voici les préfaces de Xavier Delamarre et de Romain Garnier. Comme pour le précédent numéro, l’article le plus court du volume est de votre serviteur.

Outre plusieurs contributions savantes sur l’italique et le celtique, cette année le numéro contient deux articles très approfondis sur l’arménien de Daniel Kölligan et de Vincent Martzloff. Notons que le second, chose rare, utilise pour son argumentation sur l’étymologie du verbe arménien gerem « emmener en captivité » (qui selon lui provient de la racine *wedh-) un parallèle en albanien / vieil oudi où la même phrase est traduite par gerem en arménien et par un verbe signifiant « conduire » en albanien. Cet article présente en outre de façon exhaustive le dossier passionnant du traitement du *-dh- intervocalique en arménien (qui doit correspondre à -r- pour que cette hypothèse soit possible).

Les compte-rendus ne sont pas moins intéressants que les articles, en particulier celui de Romain Garnier sur l’ouvrage récent de Jean-Paul Demoule, dont il montre les auto-contradictions, les imprécisions et les contresens (dont il n’est pas toujours clair s’ils sont involontaires ou feints). Je reviendrai moi-même plus tard, sur ce blog ou dans un article détaillé, sur cet ouvrage au succès médiatique disproportionné.

A propos de la loi de Meillet

La correspondance de l’arménien rk avec l’indoeuropéen *dw en initiale de mot, observation connue sous le nom de ‘loi de Meillet’, est l’un des cas les plus connus de correspondances phonologiques sans ressemblance phonétique de surface, souvent cité dans les manuels de linguistique historique. Néanmoins, la suite d’étapes intermédiaires menant de *dw à rk ne fait pas encore l’objet d’un consensus. Le problème n’est pas tant la présence d’une occlusive vélaire, puisque le *w passe régulièrement à g en arménien, mais le fait que cette vélaire est sourde. En effet, si les voisées simples de l’IE deviennent sourdes en arménien, ce changement a eu lieu avant *w > g, (sans quoi la correspondance serait *w : k).

Rémy Viredaz propose dans cet article la solution suivante:

*dw > *tw > *tkʷ > *rkʷ > rk

L’étape *dw > *tw ne pose aucun problème, car comme mentionné ci-dessus, les occlusives s’assourdissent régulièrement. *tw > *tkʷ serait un cas particulier du changement *w > *gʷ > g, reflétant le stade où *w et *gʷ ou ẉ et kʷ (en contact avec une obstruante sourde) étaient en variation libre.

A propos de l’étape *tkʷ > *rkʷ, toutefois, R. Viredaz reconnaît que ‘An exact parallel for this step has still not been found’.

Les langues tibétaines offrent cependant un bon exemple d’un changement de ce type. Le groupe écrit dk- du tibétain ancien était probablement prononcé d’abord *tə-k-, puis *tk-, car l’opposition de voisement est neutralisée en coda et comme premier élément de groupe de consonne, et l’écriture tibétaine note l’occlusive voisée dans tous les contextes à neutralisation. Ce groupe devient rk- (phonétiquement ʂk- ou ṛk-), se confondant avec l’ancien rk-, dans un grand nombre de langues modernes, y compris dans la couche principale des emprunts au tibétain en japhug (où dkon ‘rare’ par exemple devient rkɯn), le dialecte tibétain donneur ayant subi ce changement phonétique.

Cet exemple d’un changement phonétique tk- > rk-, se confondant avec l’ancien rk-, offre donc un parallèle à l’arménien, et évacue la dernière objection contre la suite de changements phonétiques proposée par R. Viredaz pour expliquer la loi de Meillet.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "A propos de la loi de Meillet," Panchronica, 18/10/2015, http://panchr.hypotheses.org/485 (ISSN 2494-775X)