Archives par mot-clé : analogie

Le nom du « foie » en indo-iranien et l’analogie proportionnelle

Le nom du « foie » en indo-européen fait partie des noms neutres hétéroclitiques, avec une alternance entre r au nominatif/accusatif et n aux cas obliques (voir cet article de Schindler à propos de cette classe de noms). En sanskrit, on a par exemple nom/acc yak-ṛt, abl/gen yak-nas, instr yak-nā, un paradigme alternant qui n’est partagé qu’avec le nom śak-ṛt « excrément, bouse de vache » (notons que la présence du -t au nom/acc est encore mal expliquée, voir la thèse d’Aurelijus Vijūnas pour une discussion de ce sujet).

Or, on trouve dans certaines langues iraniennes des formes remontant à *yakṛna-, combinant les deux thèmes, proto-forme qui sous-tend le khotanais gyagarrä (voir Mayrhofer, EWA, tome II:391). Cette forme a été proposée comme exemple d’analogie non-proportionnelle dans une discussion sur académia. Je pense néanmoins qu’il est possible d’en rendre compte par une analogie proportionnelle stricte.

Le paradigme de ce nom en iranien a dû être:

Nom/acc *yak-ṛ (sans le -t, dont on ne trouve de traces qu’en sanskrit; l’avestique jeune a yākarə)
Gen/Abl *yak-nah

Or, les thèmes en -n neutres on le paradigme suivant en sanskrit (en prenant nāma < *h3nomṇ "nom")
Nom/acc nām-a (le a venant du n syllabique)
Gen/Abl nām-nas

En iranien, le paradigme devait être à peu de choses identique:
Nom/acc *nāma
Gen/Abl *nāmnah

Or, dans un état de langue précédant le khotanais attesté, où les voyelles finales avaient déjà chuté, le paradigme des noms neutres en -n serait:
Nom/acc *nām
Gen/Abl *nāmnah (avec préservation du -a du fait du -h)

A ce stade, les cas obliques des thèmes en -n serait formés synchroniquement par le simple ajout de désinences combinant un élément -n- avec les suffixes des thèmes consonantiques (Instr -nā, Gen/abl -nah etc). Si à ce stade le paradigme de "foie" est réanalysé comme étant un thème en -n neutre (n’oublions pas ici que « foie », comme tous les hétéroclitiques, est neutre), et le *ṛ comme une partie du radical, il devient possible d'appliquer l'analogie proportionnelle:

*nām ==== *yakṛ
*nām-nah ==== X
X=*yakṛ-nah

ce qui donne le prototype du nom khotanais, sans avoir à supposer de changement analogique exotique.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Le nom du « foie » en indo-iranien et l’analogie proportionnelle," Panchronica, 08/04/2017, http://panchr.hypotheses.org/1710 (ISSN 2494-775X)

========================
Correctif (12 avril 2017)

Comme l’indique ce livre, p 341, les thèmes en -n neutres du khotanais n’avaient pas perdu le -a final (venant de *-ṇ) en khotanais ancien; c’est une caractéristique du khotanais tardif, et donc l’explication proposée ci-dessus est problématique.

L’hébreu à la rescousse du gyalronguique

Un des problèmes non-résolus de la linguistique gyalronguique est la reconstruction des suffixes d’indexation personnelle. Si certaines langues, comme le situ et le zbu présentent des alternances non-triviales, notamment pour marquer la 1sg, le japhug a un système complètement parallèle entre pronoms, préfixes possessifs et suffixes d’indexation, comme le montre le tableau suivant tiré de cet article:

japhug_pronoms

Etant donné les points communs entre les systèmes d’indexation du gyalronguique et ceux du kiranti (en particulier le situ et le kiranti du sud), notamment les préfixes, le système d’indexation dans son ensemble ne peut pas être une innovation récente des langues rgyalronguiques. Si c’était le cas, outre que les ressemblances avec le kiranti et d’autres langues devraient être considérées comme fortuites, il faudrait admettre que les pronoms aient été grammaticalisés indépendanmment dans chaque langue individuelle, puisque les correspondances irrégulières entre langues gyalrong dans les suffixes d’indexation sont les mêmes que dans les pronoms: ainsi le zbu et le situ ont des suffixes et des pronoms palatalisés pour le pluriel et le duel (-ndʑə et -ɲə), tandis que le tshobdun a des formes non-palatalisés (-ndzə, -nə) et le japhug a seulement le duel qui est palatalisé (-ndʑi, -nɯ).

Une telle hypothèse ne serait acceptée par personne, pas même ceux qui veulent remettre en cause l’antiquité des systèmes d’indexations en ST comme LaPolla. Toutefois, l’isomorphie entre suffixes d’indexation et pronoms/préfixes possessifs néanmoins demande une explication. Il me semble qu’il faut considérer la possibilité d’une analogie massive entre pronoms et suffixes d’indexations. Ce type de cas est rare dans les langues dont l’histoire est bien connue, mais il existe un exemple bien attesté: celui des suffixes d’accompli en hébreu (voir Joüon et Muraoka, pp 122-3).

Observons d’abord le paradigme régulier de l’inaccompli en hébreu (avec le verbe qāṭal « tuer »), comparé avec celui de l’arabe (avec kataba « écrire »). Le formes phonétiquement irrégulières en hébreu sont en gras:

1sg qāṭál-tî — katab-tu
1pl qāṭál-nû — katab-nā

2m.sg qāṭál-tā — katab-ta
2f.sg qāṭal-t — katab-ti
2m.pl qāṭal-tem — katab-tum
2f.pl qāṭal-ten — katab-tunna

3m.sg qāṭal — katab-a
3f.sg qāṭəlâ — katab-at
3pl qāṭəl-û — katab-ū / katab-na

Voici le paradigme des suffixes possessifs (avec sûs « cheval ») et des pronoms:

1sg sûs-î — ʔănî, ʔănōxî
1pl sûsḗ-nû — ănáħnû

2m.sg sûsə-xā — ʔattâ
2f.sg sûsē-x — ʔat
2m.pl sûsə-xem — ʔattem
2f.pl sûsə-xen — ʔatten

3m.sg sûs-ô — hûʔ
3f.sg sûs-āh — hîʔ
3m.pl sûs-ām — hēm, hḗmmâ
3f.pl sûs-ān — hēn, hḗnnâ

Une analyse exhaustive de ces paradigmes dépasse le cadre de ce billet, mais notons que plusieurs suffixes de l’inaccompli ont des formes inexplicables si l’on admet pour le proto-sémitique du nord-ouest des suffixes similaires à ceux de l’arabe:
(i) La 1sg *-ta devrait donner †-t en hébreu, et non -tî, qui ajoute à la désinence le -î du suffixe possessif et du pronom ʔănî.
(ii) La 1pl *-na ou *-nâ devrait donner soit †-n soit †-nô en hébreu; le -nû est rigoureusement identique au suffixe possessif.
(iii) La 2m.sg devrait être †-t comme le féminin, et les formes du pluriel devraient être différentes; on observe le même paradigme -â, zéro, -em, -en entre pronoms, suffixes possessifs et suffixes d’inaccompli.

L’hébreu offre donc un exemple de contamination entre les paradigmes possessifs et pronoms d’une part, et suffixes d’indexation d’autre part, ce qui peut servir de modèle pour expliquer les formes des langues gyalronguiques, qui ont apparemment poussé plus loin cette analogie entre les trois paradigmes — l’analogie semble est restée constamment active, et a maintenu la ressemblance entre les paradigmes en supprimant à intervalles réguliers les accidences dues aux changements phonétiques réguliers.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "L’hébreu à la rescousse du gyalronguique," Panchronica, 22/01/2017, http://panchr.hypotheses.org/1660 (ISSN 2494-775X)

Les exceptions à la métathèse *pk- > *kp- en Dhegiha

Dans ce billet, j’aborde la questions des deux exceptions à la métathèse *pk- > *kp- proposées par J. Koontz: le nom « tortue » et le verbe « désirer ». Dans des billets ultérieurs, je discuterai du paradigme archaïque phú « je viens », škú « tu viens » et des paradigmes à lénition.

(1) « tortue »
Concernant le nom « tortue », le seul indice d’une reconstruction *pk- est la forme mandan pké. Il est en particulier manifeste que le lakota khé et l’omaha kké peuvent s’expliquer par une proto-forme *hke, car les pré-aspirées du proto-siouane de la vallée du Mississippi (pSVM) donnent des post-aspirées en lakota.

L’élément p- en mandan, comme l’indique le CSD, est un préfixe de classe *wi- réduit qui se retrouve dans beaucoup de noms d’animaux sous forme fossilisée (notamment dans lakota pté « bison », omaha tté). Le fait qu’il s’agisse d’un élément morphologique implique également qu’il est tout à fait possible de poser plusieurs proto-formes en proto-sioux, l’une préfixée *wi-hké d’où proviendrait le mandan, et l’autre non-préfixée qui aurait donné le pSVM.

L’étymon « tortue » n’est donc pas un contre-exemple à la loi de métathèse; d’autre part, notons qu’il serait surprenant que *pk- donne kh- en lakhota, car dans cette langue les autres groupes *Ck ne donnent pas des aspirées.

(2) le verbe « désirer »
Rappelons le paradigme de ce verbe en omaha:
1sg kką́bðe,
2sg šką́hne
3sg gą́ða

voici celui de l’osage (tiré de Quintero 2009):
1sg hkǫ́bra
2sg škǫ́šta
3sg kǫ́ða

Le proto-Dhegiha était (*A note la voyelle à Ablaut, sujet que je réserve pour une autre fois).
1sg *hkǫ́=brA
2sg *škǫ́=šrA
3sg *kǫ́=rA

Le second élément est un thème en *r-. comme le souligne Lameen Souag, les paradigmes en *r- sont plus clairs que ceux à occlusive pour montrer la nécessité de reconstruire un préfixe *w- à la 1sg. Je discute de ce paradigme, et de celui du thème en *y- qui s’est confondu avec lui, dans cet article.

Il y a à mon avis plusieurs façon de rendre compte de la forme de 1sg. Celle que propose Lameen Souag, à savoir un blocage de la règle de métathèse dans les verbes monosyllabiques en *ka-, n’est pas absolument impossible (même si, comme il le reconnait, elle semble peu motivée phonétiquement).

A mon avis, une autre possibilité est de prendre en compte qu’il s’agit d’un verbe à double indiciation (le seul, d’ailleurs, préservé dans ces langues). Mon expérience avec les langues kiranti et rgyalronguiques, où ce genre de phénomène est beaucoup plus courant, est que les indices personnels ont souvent des formes idiosyncratiques dans les verbes de ce type (je prépare un article sur cette question). La solution que j’envisagerais est la suivante.

(1) *w-kǫ=w-rA
(2) *pkǫ=brA (obstruentisation)
(3) *kkǫ=brA (dissimilation des deux groupes à labiale)

La règle (3) fait des prédictions concernant le reste du vocabulaire: on ne devrait pas trouver de mots reconstructibles du type pCVpCV (mis à part les mots rédupliqués, bien sûr). A ma connaissance (et j’ai vérifié dans le CSD), il n’y a pas de racine de ce type, mais au vu du faible nombre de racines reconstruite, cette absence pourrait être accidentelle. Précisons toutefois qu’il existe plusieurs règles de dissimilation labiale dans les langues siouanes, et que ce changement ne serait pas isolé.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Les exceptions à la métathèse *pk- > *kp- en Dhegiha," Panchronica, 01/01/2017, http://panchr.hypotheses.org/1623 (ISSN 2494-775X)

Métathèse ou analogie

Avant de proposer de nouvelles idées pour rendre compte des données présentées dans ce billet précédent, il est tout d’abord nécessaire d’expliciter l’hypothèse de Koontz, qui n’est que rapidement esquissée dans son article.

Avant d’entrer dans les détails, notons tout d’abord, comme le dit Koontz, que les thèmes en *p- sont très nombreux en Dhegiha, car ce paradigme s’applique aux verbes pourvus du préfixe instrumental *pa- « en poussant » qui est très productif (voir Marsault 2016 p 120; originellement, probablement un verbe, mais j’aborderai cette question dans un billet ultérieur). S’il existe des préfixes en *k-, ceux-ci suivent une toute autre conjugaison (celle à lénition, voir Marsault 2016 p.80).

En lakota, les verbes à préfixe pa– n’ont pas d’alternance, comme le montre le paradigme du verbe pa-ská « pétrir (la pâte) »:

1sg wa-páska
2sg ya-páska
3sg paská

Rappelons le paradigme d’un verbe pourvu du préfixe ba- (de *pa-) en omaha:

« pousser dans »
1sg pásnu (ppásnu)
2sg shpásnu (špásnu)
3sg basnú (basnú)

Koontz suggère que le paradigme des verbes en *k- aurait prit sa 1sg au paradigme en *p- du fait de la plus grande fréquence de ce dernier, et qu’aucune métathèse n’aurait donc jamais eu lieu en Dhegiha. Autrement dit, à un stade plus ancien du Dhegiha (peut-être l’ancêtre commun au Dhegiha et au Lakhota), on avait pour les verbes à instrumental *pa- le paradigme:

1sg *ppa-
2sg *špa-
3sg *pa-

et pour les verbes en *k-:

1sg *kk-
2sg *šk-
3sg *k-

stade dont seul le verbe gą́ða « désirer » (1sg kką́bðe, 2sg šką́hne) garde une trace.

Ensuite, les formes de première personne en *kk- auraient tout simplement été remplacées par *pp- par analogie. Une telle hypothèse n’est pas absolument impossible, même si ce type de cas (la généralisation brutale d’une forme alternante d’un paradigme à un autre paradigme causant une alternance plus opaque que celle présente originellement) me semble très inhabituel. Il faudrait admettre que la première sg pp- a été réanalysée par fausse coupe comme étant un préfixe qui remplace la consonne initiale; autrement dit la règle synchronique d’alternance b- => pp- est réinterprétée comme (i) suppression du b- (ii) préfixation de pp-.

L’exemple le plus proche auquel je puisse penser est le cas, en Thulung, du suffixe de 1sg>3 -pu (voir ce travail d’Aimée Lahaussois, p14, qui apparemment résulte de la fausse coupe CVp-u > CV-pu des verbes en CVp-, généralisant ce -pu aux verbes à finale -k). Si les lecteurs de ce blog connaissent d’autres exemples comparables, je suis preneur.

Etant donné toutefois le fait que l’étymon *táppa mentionné dans le billet précédent offre une preuve indépendante de la métathèse *pk- > *kp-, l’hypothèse déjà fragile de Koontz devient intenable. Quelle alternative proposer pour expliquer le paradigme du verbe « désirer » et le nom « tortue », qui semblent soutenir l’hypothèse d’un changement *pk- > kk-? Nous discuterons de cette question dans un prochain billet.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Métathèse ou analogie," Panchronica, 30/12/2016, http://panchr.hypotheses.org/1578 (ISSN 2494-775X)

L’astérisque et l’obèle

L’obèle † est un symbole typographique utilisé (en autre) en linguistique historique pour indiquer une forme attendue mais inattestée.

Il s’emploie notamment lorsqu’une forme phonétiquement régulière hypothétique a été remplacée par l’analogie. Par exemple, en grec attique où *kʷ > t devant voyelle antérieure, on attendrait des paradigmes où p et t alternent (mais tous ont été régularisés par analogie). Ainsi, le vocatif de ἄνθρωπος ánthrôpos ‘homme’ devrait être †ἄνθρωτε †ánthrôte; l’obèle permet d’indiquer de façon concise cette absence d’attestation.

On peut aussi se servir de ce symbole pour indiquer les formes non-attestées prédites par une loi phonétique hypothétique, ainsi que tout simplement des formes incorrectes dans une langue particulière (« barbarismes » comme on dit en thème grec).

Dans certains domaines de la linguistique historique, en particulier le sino-tibétain, on emploie l’astérisque à la fois pour indiquer les formes reconstruites, les formes non-attestées et les phrases incorrectes. L’usage de l’obèle est quasiment inconnu dans la discipline, au point que le directeur d’une revue m’a demandé une fois de remplacer ce symbole par une astérisque. Cet emploi généralisé de l’astérisque, indéniablement dû à l’influence de la linguistique chomskyenne, me semble dommageable.

Un système de reconstruction n’est pas à mettre sur le même plan qu’une forme non-attestée synchroniquement; c’est un système hypothétique, d’un certain degré d’abstraction, d’où on peut dériver mécaniquement les formes attestées des langues. Confondre les deux décrédibilise la reconstruction, et justifie la pratique courante parmi les linguistes peu familiers avec la méthode comparative de proposer des reconstructions au gré de leur fantaisie, sans aucun système revérifiable.

NB: L’obèle est parfois aussi utilisé pour l’interprétation d’une transcription ancienne pré-phonémique, comme c’est l’usage dans le Comparative Siouan Dictionary; je ne conseille pas cette pratique, qui ne peut qu’induire davantage de confusion.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "L’astérisque et l’obèle," Panchronica, 11/02/2016, http://panchr.hypotheses.org/783 (ISSN 2494-775X)

Les verbes à radical discontinu en sioux

L’existence de radicaux discontinus est un trait bien connu des langues sioux (voir par exemple cet article). On trouve dans les langues sioux de la vallée du Mississippi (Lakhota-Nakoda, Hochank/Chiwere, Dhegiha) une grande proportion de verbes où les préfixes d’indexation personnelle sont insérés à l’intérieur du radical, comme par exemple en Lakhota wot’é ‘tuer en jetant un projectile’ est à la première personne du singular wowát’e ‘je l’ai tué en jetant un projectile’ avec le préfixe wa-. L’origine de cette discontinuité est toutefois assez triviale: les radicaux en question sont quasiment tous historiquement bipartite, avec pour premier élément un préfixe locatif ou « instrumental », ici wo- « avec un impact à distance » avec le verbe t’é ‘mourir’ (noter au passage l’effet causativisateur du préfixe instrumental, aussi bien connu).

Néanmoins, on trouve des cas où l’origine de la discontinuité des radicaux n’est pas aussi évidente. Je traiterai dans le billet d’aujourd’hui d’un seul exemple, le verbe ‘entendre’, en lakota naȟ’úŋeten omaha na’óⁿ. Ce verbe est discontinu en lakota nawáȟ’uŋ ‘j’entends’ mais pas en omaha aná’oⁿ (NB: le préfixe de 1sg est a- en omaha et wa- en lakota; voir le mémoire de M1 de Julie Marsault pour une présentation des paradigmes verbaux de l’omaha).

L’étymologie de ce verbe est complètement opaque synchroniquement, et le premier élément na- n’a rien à voir avec l’instrument na- ‘avec le pied’. Comme l’indique le Comparative Siouan Dictionary, le radical de ce verbe doit être découpé en *rãx- ‘oreille’ et *ʔũ ‘utiliser’. Si en lakota ‘úŋ « utiliser » existe toujours, il n’en est pas de même de la première partie de ce radical, qui n’est préservée que dans ce mot. Or, il est intéressant de remarquer que le lieu de placement de la marque de personne, na_ȟ’úŋ, ne correspond pas à l’étymologie (on se serait attendu à des formes telles que †naȟwáuŋ si l’insertion du préfixe était conforme à l’étymologie). Il semble donc que la pression analogique avec les verbes à instrumental en na- ‘avec le pied’ comme nat’é ‘tuer en écrasant du pied/ en donnant des coups de pied’, dont la première personne du singulier est nawáte, a servi de modèle à la conjugaison de ce verbe, qui a été refaite sous une forme contraire à celle attendue étant donnée son étymologie. Cet exemple montre que malgré les apparences, l’histoire des verbes à radical discontinu est plus compliquée qu’on ne pourrait le penser au premier abord. Je reviendrai sur cette question dans un autre billet.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Les verbes à radical discontinu en sioux," Panchronica, 06/02/2016, http://panchr.hypotheses.org/777 (ISSN 2494-775X)