Archives par mot-clé : altaïque

Quelques sujets de thèse en linguistique à éviter

Il en va des thèses à l’inverse des familles; les bonnes thèses le sont pour des raisons différentes, tandis que les mauvaises thèses ont une forte tendance à se ressembler. A l’intention des étudiants qui se destinent à un doctorat en linguistique, en particulier sur les langues d’Asie, voici quelques exemples de sujets à éviter.

(1) La construction ba 把 en mandarin: le grand classique du mauvais sujet de thèse, qui a été l’objet de plus de travaux à lui tout seul que n’en ont été écrits sur toutes les autres langues de la famille réunies. Si ce sujet vous intéresse, mieux vaut travailler à la description de la grammaire d’une langue chinoise encore non décrite qui a une construction similaire.

(2) L’écriture Domba (东巴文) des naxi: j’ai vu à plusieurs reprises des étudiants essayer de s’intéresser à ce sujet, qui n’est pas intrinsèquement sans intérêt, mais dont les connaissances prérequises dépassent largement ce qu’un étudiant en thèse, même excellent et motivé, peut espérer atteindre en un espace de temps raisonnable. Si ce sujet vous intéresse, commencez par étudier une langue naïque moderne en vous basant notamment sur le travail d’Alexis Michaud (voir ce billet où il expose ses méthodes de travail de terrain) ET apprenez la philologie tibétaine, le bouddhisme et le bon. Après cela seulement, il sera possible de commencer à travailler sur ces textes sans accumuler les énormités.

(3) La différence entre « ceci » et « cela » dans la langue X (ou toute autre opposition sémantique très subtile entre deux formes): S’il est louable de vouloir décrire toute les finesses sémantiques des oppositions grammaticales dans les langues que l’on étudie, il faut fuir, pour un projet de thèse, les sujets où la différence entre deux formes peut être contrainte par de nombreux facteurs, y compris syntaxiques, pragmatiques et stylistiques. Les thèses résultantes sont des collections d’exemples indigestes qui au final ne montrent rien de clair. Si ce genre de sujet vous intéresse, essayez d’en faire une sous-partie d’une étude grammaticale plus générale sur la langue en question, et écrivez un article à ce propos, mais ne construisez pas toute votre thèse dessus.

(4) Les chengyu 成语: Encore un grand classique. Le sujet est aussi mauvais qu’il est populaire auprès des étudiants; si ce sujet vous intéresse, soit reconvertissez-vous dans l’étude de la philosophie chinoise, soit consacrez-vous à la syntaxe diachronique du chinois.

(5) L’évolution des caractères chinois: Quel étudiant de chinois n’a pas un moment été fasciné par les inscriptions sur bronze ou carapace de tortue? Si cet intérêt est légitime, il est préférable de vous former tout d’abord en phonologie historique du chinois en étudiant les travaux de Baxter et Sagart (voir aussi mon cours d’introduction sur ce domaine), et aussi en philologie, en archéologie et en histoire — la paléographie ne doit pas être étudiée en isolation.

(6) La question altaïque (y compris coréen-japonaique): Sujet de thèse potentiellement intéressant mais suicidaire; si ce sujet vous intéresse (NB: il m’intéresse aussi), étudiez d’abord très en détail la philologie d’une ou deux langues (nous avons la chance d’avoir au CRLAO Sasha Vovin qui peut diriger des travaux sur absolument toutes ces langues) ou effectuez du terrain, par exemple sur une langue des Ryûkyû (auquel cas Thomas Pellard est la personne à contacter).

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Quelques sujets de thèse en linguistique à éviter," Panchronica, 18/02/2016, http://panchr.hypotheses.org/818 (ISSN 2494-775X)

La diversité linguistique perdue de l’Eurasie

En terme de nombre de familles de langues, l’Eurasie fait pâle figure par rapport aux Amériques ou à la Papouasie. Parmi les langues parlées ou récemment éteintes, on compte seulement 29 familles distinctes en Eurasie (en comptant les isolats: bourouchaski, basque, nahali, kusunda et nivkh comme des familles). Ce chiffre inclut des langues insulaires, qui ne sont pas parlées sur le continent proprement dit: deux groupes des îles Andaman, et le japonique.

C’est exactement le chiffre auquel on parvient si l’on additionne le nombre de familles de langues amérindiennes des régions correspondant aux états actuels de Californie, d’Orégon et de Washington aux Etats-unis. Simplement en Californie, on comptait au minimum, avant le contact avec les européens, au moins 17 familles de langues irréductibles.

La haute diversité linguistique de l’Amérique du nord (surtout sur sa côte ouest) peut sembler surprenante étant donné le peuplement plus tardif des Amériques par rapport à celui de l’Eurasie. Le problème, selon moi, est inverse: ce qu’il convient d’expliquer, c’est la faible diversité de l’Eurasie. Je pense qu’elle a dû connaître à une certaine époque une diversité comparable, mais que celle-ci a été « tuée » par l’expansion de l’agriculture, des grands empires et du nomadisme pastoral scytho-altaïque. De ce point de vue, l’existence d’isolats tels que le basque ou le sumérien n’est pas un « mystère »; ces langues sont plutôt des îlots de normalité.

Les langues isolées disparues qui ont été préservées dans des inscriptions, le sumérien bien sûr, mais aussi le hourrite, l’élamite, le hattien et l’étrusque, témoignent de cette diversité plus ancienne, laminée par les langues indo-européennes et sémitiques au moyen-orient. Il reste également quelques traces indirectes d’autres langues non-identifiables, sous la forme d’emprunts dans des langues attestées, comme par exemple le fameux substrat commun aux langues indo-iraniennes (voir l’article de Lubotsky à ce propos). Toutefois, la majorité des familles de l’Eurasie a été vouée à l’oubli sans laisser la moindre trace.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "La diversité linguistique perdue de l’Eurasie," Panchronica, 11/08/2015, http://panchr.hypotheses.org/422 (ISSN 2494-775X)

Les scissions non-conditionnées: mythe ou réalité?

La linguistique historique de l’indo-européen n’est devenue une discipline rigoureuse que lorsque l’idée de la régularité des changements phonétiques a été adoptée par l’ensemble de la communauté des spécialistes de ce domaine. Ce principe simple a des conséquences nombreuses et parfois inattendues, sur lesquelles nous reviendrons dans d’autres billets. L’une d’entre elles est l’impossibilité des scissions non-conditionnées (unconditioned split).

Ainsi, dans une perspective strictement néo-grammairienne, si entre plusieurs langues on observe des correspondances multiples pour un même son, seulement quatre hypothèses sont possibles:

  • Reconstruction d’un phonème qui n’est distinct dans aucune des langues étudiées, mais qui s’est confondu de façon différente dans chaque langue.
  • Changement phonétique conditionné (qui ne s’applique que dans un contexte très précis)
  • Effet de la morphologie (à l’intérieur d’un même paradigme, des effets d’analogie vont obscurcir les lois phonétiques régulières)
  • Mélange de dialectes ou emprunts.

Ce principe a été remis en cause par l’école de la diffusion lexicale (lexical diffusion, voir par exemple Wang 1977), qui ne sera pas l’objet du présent billet mais à propos de laquelle je reviendrai plus tard. Mon but aujourd’hui portera uniquement sur les travaux de chercheurs d’obédience néo-grammairienne, qui souscrivent au principe de la régularité des changements phonétiques.

Plusieurs écoles de linguistique historique admettent néanmoins, souvent implicitement, l’existence de scissions non-conditionnées.

C’est le cas en austronésien, où Blust par exemple (2008) reconstruit *b > b et *b > ɓ dans certaines langues sans conditionnement visible. Dans ce cas, l’idée est que la reconstruction du proto-austronésien est si solide que des ‘aberrations’ spécifiques à une langues ou un petit groupe de langues peuvent être négligée. N’étant pas spécialiste du domaine, il m’est difficile de juger mais je suis peu déçu de ne pas voir un débat sur ce sujet.

En algonquien, on suppose une scission non-conditionnée pour le passage à zéro du *p et du *k en cheyenne (à l’initiale, la correspondance de *k est particulière, voir Leman 1980 et Proulx 1982). Proulx (1982) propose qu’il s’agit là du résultat d’un mélange de dialectes (certains dialectes proto-cheyenne auraient subi *k,p > zéro, et d’autres auraient préservé ces obstruentes comme k et v). Goddard (1988) montre toutefois que cette idée ne mène à rien, car on trouve de nombreux mots dans lesquelles les deux groupes de correspondances *k,p > zéro et *k,p > k,v sont attestées. Le traitement du cheyenne reste inexpliqué; la seule solution viable à mon avis serait de supposer une opposition, par exemple de voisement, neutralisée dans toutes les autres langues, comme *k, p > k, v ; *g, b > zéro. Il faudrait cependant trouver une trace de cette opposition dans une langue autre que le cheyenne pour que cette hypothèse soit satisfaisante; par ailleurs, si une telle opposition doit être supposée pour *k/g et *p/b, on s’attendrait aussi à *t/d, or aucune trace apparente d’une telle opposition n’existe. Bref, le cas du cheyenne est particulièrement épineux, et ne pourra être résolu que si davantage de spécialistes se penchent sur cette question.

Un autre cas auquel je pense est celui du turcique. Les langues oghouzes ont une opposition de voisement qui ne semble pas avoir d’équivalent dans les autres groupes de la famille. Par ailleurs, comme le montre Georg (2004), il existe des preuves claires que le voisement est secondaire, puisque des mots empruntés au persan ayant des sourdes dans cette langue ont des voisées en oghouze. Toutefois, à mon avis, si ces données prouvent que la prononciation voisée est secondaire, elle ne montrent en aucun cas que l’opposition elle-même le soit. Il est tout à fait possible de supposer qu’un autre type d’opposition (disons, aspirée/non-aspirée ou géminée/non-géminée) ait été transphonologisée en voisement après l’emprunt au persan. Même si la nature phonétique de l’opposition pose problème, et même si le turc ancien et les autres variétés de turc ne préservent pas de trace de cette opposition, il me semble préférable de la reconstruire malgré tout à la proto-langue que de sacrifier le principe de régularité des changements phonétiques et supposer une scission non-conditionnée en oghouze.

Références

Antonov, Anton and Jacques, Guillaume. 2011. [2012] Turkic kümüš ‘silver’ and the lambdaism vs
sigmatism debate. Turkic Languages 15, 151–170.

Blust, Robert. 2008. Is There a Bima-Sumba Subgroup? Oceanic Linguistics. 47.1:45-113.

Georg, Stefan. 2004. Starostin, Sergei,  Anna Dybo and Oldeg Mudrak: Etymological Dictionary of the Altaic Languages. Diachronica. 21.2, pp. 445–450.

Goddard, Ives. 1988. Pre-Cheyenne *y. in In Honor of Mary Haas, W. Shipley (ed), Berlin: Mouton de Gruyter, pp. 345-360.

Proulx, Paul. 1982. Proto-Algonquian *k in Cheyenne. IJAL 48:467-471.

Leman, Wayne. 1980. Evidence for a PA *k: Cheyenne n correspondence IJAL 46:316-8.

Wang, William S.-Y. 1977. The Lexicon in Phonological Change. Berlin: Mouton de Gruyter.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Les scissions non-conditionnées: mythe ou réalité?," Panchronica, 18/04/2015, http://panchr.hypotheses.org/44 (ISSN 2494-775X)