Une trace du suffixe de réfléchi en rgyalronguique?

Parmi les langues à morphologie complexe de la famille sino-tibétaine, la branche rgyalronguique est la seule dans laquelle on ne trouve aucune trace apparente du suffixe de réfléchi, attesté non seulement en kiranti, en dulong-rawang et en kham, mais peut-être même en chinois et en tibétain.
A la place, les langues rgyalronguiques ont innové des préfixes comme le Japhug ʑɣɤ- dont l’origine est encore (presque) transparente.

Comme le rgyalronguique est par ailleurs assez clairement conservateur du point de vue morphologique, l’absence complète de toute trace de ce suffixe bien représenté est assez surprenante, et invite à en rechercher des traces potentielle. A quoi pourraient-elles ressembler? Il pourrait s’agir de paires où un verbe transitif a une contrepartie intransitive avec un suffixe -z ou même -t (du fait du changement « sporadique » encore mal compris de *-s > -t, voir ce billet).

Gong Xun présente dans sa thèse (en cours d’écriture) des arguments comparatifs convaincants pour considérer que le m de mɟa « ramasser, trouver » provient de la nasalisation d’un ancien *w (je n’en dis pas plus tant que sa thèse n’est pas publiée), et compare à l’intérieur du japhug le verbe intransitif βɟɤt « obtenir » (la syntaxe de ce verbe est un sujet non trivial, il peut prendre certains type de semi-objets, mais est morphologiquement intransitif). Cette suggestion me semble correcte; le sujet intransitif de βɟɤt correspond au sujet transitif de mɟa, c’est donc une sorte d’antipassif (que je pourrais rajouter à la liste de cet article), une dérivation qui pourrait s’expliquer comme la forme atrophiée d’un suffixe *-s (d’un plus ancien *-si?) ayant subi le changement vers -t. Si effectivement la paire mɟa « ramasser, trouver » / βɟɤt « obtenir » est une trace du suffixe de réfléchi, nous devrions pouvoir en trouver d’autres traces ailleurs en rgyalronguique.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Une trace du suffixe de réfléchi en rgyalronguique?," Panchronica, 15/10/2017, https://panchr.hypotheses.org/1981 (ISSN 2494-775X)

Les paradigmes négatifs en khaling

Dans mes publications précédentes sur le khaling (en particulier celle-ci et celle-là), les paradigmes négatifs n’avaient pas été inclus, car leur formation est pour l’essentiel assez prédictible: ils prennent un préfixe mu- (aux formes finies sans préfixe de seconde personne / inverse ʔi-, y compris l’impératif) ou mʌ- (aux formes ayant un préfixe ʔi- au positif et aux formes infinitive et participiales) et au passé, le suffixe -t- du passé est remplacé par le -w- de l’irréel (voir p 1102 de Jacques et al. 2012; comme je l’indique dans cet article, ce -w- est apparenté au verbe « être » du limbou).

En travaillant avec Benoît Sagot sur l’analyseur morphologique du khaling, je me suis rendu compte que les règles ci-dessus n’étaient pas suffisantes pour certaines formes. En effet, dans les cas des verbes à syllabe ouvertes, on a au passé des formes -tnu -त्नु au lieu de -tɛnu -त्यनु à l’intransitif 2pl et 3pl, comme l’illustre le paradigme suivant du passé (tirés de Jacques et al 2012:1124) de |je| ‘venir’ (vers le bas):

1sg jeŋʌtʌ
1di jêjti
1de jêjtu
1pi jektiki
1pe jektʌkʌ
2sg ʔijā:tɛ
2du ʔijêjti
2pl ʔijā:tnu
3sg jā:tɛ
3du jêjti
3pl jā:tnu

Les formes analogiques jā:tɛnu et ʔijā:tɛnu pour les 3pl et 2pl sont toutefois utilisées par certains locuteurs.

Si le négatif des formes autres que 2pl et 3pl peuvent se former selon la procédure indiquée ci-dessus, les 2pl et 3pl sont plus problématiques, puisque la forme attendue †jā:wnu contreviendrait à la phonotactique du khaling. Je n’avais pas noté cette forme dans mes cahiers de terrain, mais elle est heureusement attestée à plusieurs reprises dans cette histoire (enregistrée, transcrite et traduite par Aimée Lahaussois), qui a mujânwɛ मुया:न्‍व्य « ils ne sont pas descendus » (noté mujaːnwɛ, S77, S79, S83 etc). Notons que le conteur de cette histoire fait partie des gens qui disent jā:tɛnu pour la 3pl (et qui pourtant n’a pas formé un négatif †jā:wɛnu!).

La forme mujânwɛ est intéressante, car le ton tombant vient de la chute d’une voyelle haute, ici de toute évidence *u, donc d’un plus ancien *mu-jā:-nu-wɛ, autrement dit, d’une forme où le suffixe de pluriel –nu se positionnait avant le –; on a déjà observé de tels changements dans l’ordre des suffixes (notamment dans le paradigme des verbes réfléchis), et ils sont tout à fait attendus était donné l’origine des verbes bipartites en kiranti.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Les paradigmes négatifs en khaling," Panchronica, 09/10/2017, https://panchr.hypotheses.org/1975 (ISSN 2494-775X)