A propos des alternances thématiques du kuki-chin et du tangsa

Outre les langues rgyalronguiques et kiranties, dont les alternances de thème sont particulièrement riches et de mieux en mieux documentées (voir par exemple cet article), la famille trans-himalayenne comprend de nombreuses langues ayant des traces d’alternance vocaliques et consonantiques, ce qui soulève naturellement la question de savoir si l’une de ces alternances est reconstructible pour la proto-langue.

Pour le kuki-chin, le livre de VanBik a l’immense mérite d’indiquer les deux thèmes I et II pour plusieurs langues, et donne une reconstruction en proto-kuki-chin, qui est proche de la forme toujours attestée en Hakha Lai. Observons quelques exemples des deux thèmes:

zâa-I, zaat-II ‘itch, tickle’
khàa-I, khaat-II 

zâaŋ-I, zǎan-II ‘light (not heavy)’
kǎaŋ-I, kaŋʔ-II  ‘blaze, burn’

liak-I, liaʔ-II ’lick’
sǎa-I, sak-II  ‘build, connect’

Le thème II ne semble pas complètement prédictible du thème I, ni le thème I du thème II, mais l’on peut offrir quelques généralisations: le thème II semble parfois formé à partir du thème I en rajoutant une coda -t ou en convertissant -ŋ en -n (peut être de *ŋt), ou en convertissant -k en -ʔ (ou -ŋ en -ŋʔ). On sait qu’une des origines de -ʔ en Kuki-chin est *-s (ruʔ « os » , cf tibétain rus.pa རུས་པ་) et il est donc concevable que les formes II sont en partie construites en rajoutant des suffixes *-t ou *-s. Quelle pourrait être la nature de ces suffixes?

Le thème II a une variété d’usages en KC, mais semble refléter une ancienne forme nominalisée; il n’est donc pas illégitime de supposer que ces suffixes puissent être la traces de suffixes de nominalisation, d’autant que *-t et *-s sont attestés comme tels dans de nombreuses langues, dont le tibétain, l’himalayen de l’ouest et le rgyalronguique (voir cet article, section 4.1). Une possibilité alternative serait de comparer le -t du et l’alternance de glottalisation dans le thème II du KC avec le thème 2 des langues rgyalronguiques (le -t est attesté avec le verbe ti, tɯt « dire » en japhug, qui est ici un vrai -t et non pas un ancien *-s). Le champs est ouvert pour tester laquelle de ces deux hypothèses, ou une autre, est la plus prometteuse.

Dans les langues tangsa maintenant, Stephen Morey, dans son chapitre de l’ouvrage collectif « The Sino-Tibetan languages », décrit un système d’alternance thématique qui rappelle fortement celui du kuki-chin. On trouve en Tangsa deux thèmes décrits comme « verbal » et « nominal » respectivement (voir Morey 2017:362-363). Or, certains exemples de verbes ont un thème nominal formé au moyen d’un suffixe *-t, comme le Ngaimong (langue où *-t passe à -l, comme le montre mul¹ « blow » = japhug ɣɤmɯt; le -t est préservé dans certaines variétés de tangsa comme le rinkhu ou le tikhak voir Morey 2017:361, tableau 17.9):

‘roast’: ʃu¹, ə-ʃɔl⁴
‘go’ ka¹, ə-kal⁴

Notons que cette alternance n’est pas productive (certains verbes à syllabe ouverte, au même ton, comme ʒu¹ « flee », n’ont pas de suffixe à la forme nominale).

Je n’ai pas encore trouvé de paire partagée par le KC et le tangsa, et encore moins par le rgyalronguique, mais il me semble que l’étude comparative de ce phénomène ouvre des perspectives fascinantes pour l’histoire de la famille.

========================
Références
Morey, Stephen 2017 Tangsa. In Graham Thurgood & Randy LaPolla (eds.), The Sino-Tibetan Languages, second edition, 350-368 London: Routledge.
Jacques, Guillaume. [2016]2017. How many *-s suffixes in Old Chinese? Bulletin of Chinese Linguistics 9(2). 205–217.
VanBik, Kenneth 2009. Proto-Kuki-Chin: A Reconstructed Ancestor of the Kuki-Chin Languages, STEDT Monograph Series 8, University of California, Berkeley.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "A propos des alternances thématiques du kuki-chin et du tangsa," Panchronica, 29/06/2017, http://panchr.hypotheses.org/1868 (ISSN 2494-775X)

*sr- et *j-

Comme j’en ai discuté à plusieurs reprises déjà dans cet article et sur ce blog (voir ce billet et ce billet), le groupe initial *sr- en sino-tibétain est bien attesté dans plusieurs étymons, dont « pou » (japhug zrɯɣ), « honte » (nɤzraʁ), « racine » (tɤ-zrɤm), et ses réflexes sont japhug zr-, proto-kiranti *s-, tibétain ɕ-, chinois moyen ʂ-, proto-kuki-chin *hr- et jinghpo ts- (par exemple dans tsí’ « pou »).

Le cas de « honte » est intéressant; si le japhug –zraʁ, le LB *hrak et le chinois 色 ʂik < *srək reflètent *sr-, certaines langues, dont le jinghpo gayà’ “害羞” (le coup de glotte final vient d’un *-k) et le hakha lai nı̀ŋ-zak-I, -zaʔ-II, ont une initiale remontant à *j-: on retrouve les mêmes correspondances que dans lai zâa-I, zaat-II  et jinghpo gayá « gratter » (japhug rɤʑa « gratter », voir d’autres cognats dans cet article).

Il me semble inacceptable de postuler ici un groupe plus complexe *srj- donnant *sr- dans certaines langues et *j- dans d’autres (*sr- et *rj- donnent ts- en jinghpo, comme le montre matsát « huit »), et il n’existe pas de processus morphologique permettant une alternance entre *sr- et *j-.

La question se pose donc de savoir si nous avons affaire à une ressemblance fortuite (après tout la correspondance est unique, et la ressemblance est limitée à la rime), s’il s’agit de mots diffusés en jinghpo et en lai à partir d’une langue où *sr- donne j- (mais il faudrait identifier cette langue — par ailleurs, l’emprunt aurait été au moins proto-kuki-chin puisqu’il prédaterait le changement *j- > *z-) ou si une explication plus compliquée encore est justifiée.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "*sr- et *j-," Panchronica, 28/06/2017, http://panchr.hypotheses.org/1859 (ISSN 2494-775X)

‘bul et dbul

Si la comparaison sino-tibétaine a plus d’une centaine d’années, et a été menée par de grand savants tels que Li Fang-kuei, South Coblin ou Gong Hwangcherng, la sophistication des comparaisons fait pâle figure en comparaison avec les travaux des collègues indo-européanistes, car la pratique générale est la Wurzeletymologie, où l’on compare des mots du chinois et du tibétain sans égard à leur structure morphologique, comme s’il s’agissait de racines amorphes.

Or, il semble qu’il existe dans les mots comparés entre le chinois et le tibétain des traces de morphologie ancienne, comme par exemple dans la paire suivante due à Gong Hwangcherng:

འབུལ་ ɴbul, pʰul « donner, offrir » = 分 pjun < *pən
དབུལ་པོ་ dbul.po "pauvre" = 貧 bin < *brən

Il est toutefois selon moi malavisé de comparer directement dbul à bin et de baser dessus des lois de correspondances phonétiques, sans essayer d’analyser la morphologie qui se cache derrière. Le problème est que la morphologie du tibétain, et en encore plus celle du chinois, est dans un état tel qu’elle est difficile à interpréter de façon interne.

La morphologie riche et productive des langues rgyalronguiques offre un modèle d’analyse pour interpréter ces alternances, jouant le rôle du sanskrit en indo-européen ou de l’arabe en sémitique. Toutefois, la phonologie très évoluée du tibétain ne permet pas, dans la plupart des cas, une analyse unique. Dans ce billet, j’explore les différentes possibilités pour analyser comment dériver la forme dbul.po « pauvre » à partir du verbe « offrir », interprétée ici comme la forme de base. Je ne prétends pas que d’autres analyses ne seraient pas possibles.

Je suppose admises les idées de cet article et les données sur la dérivations en rgyalronguiques (voir pour commencer cet article). Pour des raisons de temps, je n’explicite pas tous les détails.

Hypothèse I
*pul « distribuer » → *ŋə-pul « être distribué » (passif, japhug a- < *ŋa-, voir cet article et celui-ci, parmi de nombreux autres)
*ŋə-pul « être distribué »→ *kə-ŋə-pul « personne à laquelle on distribue = qui reçoit une aumône » (participe sujet intransitif, japhug kɯ-, voir cet article et celui-ci à propos de l’usage des participes en rgyalronguique).
*kə-ŋə-pul « personne qui reçoit une aumône = mendiant » > dbul « pauvre » (changements phonétiques)

Hypothèse II
*pul « distribuer » → *wə-pul « objet distribué » (infinitif nu avec un préfixe possessif, type Japhug ɯ-ti, voir par exemple cet article).
*wə-pul « objet distribué=offrande » → *nə-pul « quémander des offrandes » (dénominal, Japhug nɯ-/nɤ- type nɤphɯphɯ).
*nə-pul « quémander des offrandes » → *kə-nə-pul « personne qui quémande des offrandes » (participe)
*kə-nə-pul « personne qui quémande des offrandes = mendiant » > dbul « pauvre » (changements phonétiques)

Hypothèse III
*pul « distribuer » → *wə-pul « objet distribué=offrande »
*wə-pul → *ŋə-pul « pourvu d’offrandes » (type japhug aɣɯ-smɤn)
*ŋə-pul « pourvu d’offrandes » → *kə-ŋə-pul « personne qui est pourvu d’offrandes » (participe)
*kə-ŋə-pul « personne qui quémande des offrandes = mendiant » > dbul « pauvre » (changements phonétiques)

Alternativement à un préfixe de participe sujet, on pourrait considérer un préfixe de possession inaliénable dans un adjectif nominal comme le japhug ɯ-mbe « vieux, vieillerie » (voir la section 5 du chapitre sur le japhug, type du japhug tɤ-mbe au lieu de kɯ-mbe), ce qui mène à 6 hypothèses potentielles (qui n’épuisent pas toutes les possibilités théoriques) pour expliquer la forme tibétaine dbul.po.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "‘bul et dbul," Panchronica, 18/06/2017, http://panchr.hypotheses.org/1742 (ISSN 2494-775X)

Le causatif en jingpo

Dans un article écrit il y a quelques années, je m’intéressais à la question de savoir si le préfixe causatif à sifflante (japhug -, sɯɣ-, z– selon le contexte) était productif ou non dans d’autres langues. En jinghpo, comme en japhug le préfixe cognat a de nombreux allomorphes (sha-, sa-, ja-), mais la grammaire de Dai Qingxia ne précise pas si le préfixe est productif ou non. L’examen des exemples de verbes dérivés dans le dictionnaire permet néanmoins de trancher cette question.

En effet, on trouve (p.734) le verbe shàdáng « 使……挡住 », qui est dérivé du verbe dáng « 挡住 (bloquer) ». Or, ce dernier est de toute évidence un emprunt au chinois mandarin 挡 dǎng de même sens (avec une correspondance tonale attestée par ailleurs), ce qui prouve que le préfixe causatif peut en jinghpo s’appliquer aussi aux emprunts, et donc que ce préfixe est toujours productif. Il serait intéressant d’en recenser plus d’exemples auprès de locuteurs natifs. Cette observation ouvre aussi la question de savoir si d’autres langues que le jinghpo et le japhug ont un préfixe causatif productif en ST.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Le causatif en jingpo," Panchronica, 14/06/2017, http://panchr.hypotheses.org/1831 (ISSN 2494-775X)

Arapaho noohow- ‘voir’

La plupart des langues algonquiennes (sauf les langues de l’est) ont une série de verbes signifiant « voir » dont la racine initiale est *wāp- (qui signifie également « blanc, clair »), comme en ojibwe le VTA waabam-, le VTI waabandan- et le VAI waabi- « avoir une vision », avec des finales différentes (pour une définition de VTA, VTI et VAI, voir par exemple cette page). Même le cheyenne, dont la phonologie est très innovatrice, a un cognat de ces verbes comme le VTA vóom (voir dans ce dictionnaire avec des fichiers sons), le cognat exact de l’ojibwe waabam- (proto-algonquien *wāp-am-(ēwa)).

Si des cognats de ces verbes existaient en arapaho, nous devrions avoir †nookow- et †nookoot pour les verbes correspondants à waabam et waabandan, selon les lois phonétiques découvertes par Kroeber et Goddard (voir cet article et celui-ci). Or les verbes que l’on trouve (et qui sont d’ailleurs utilisés comme exemples dans les tableaux de conjugaison de la grammaire de Cowell and Moss 2008) sont VTA noohow– et VTI noohoot-, avec un h à la place du k attendu. Je ne pense pas que ces verbes, malgré leur ressemblance superficielle, soient apparentés à waabam et waabandan.

Les proto-formes possibles pour noohow– et sa contrepartie VTI sont assez nombreuses; la partie -ow-/-ob- est obligatoirement la finale *-am-, mais l’initiale pourrait être *[wrs]aas- (le *y devient aussi n, mais n’existe pas en début de mot en proto-algonquien). On trouve en ojibwe la forme waazakone ‘glow’ (apparemment d’un proto-algonquien *wās-askweθē-), avec une initiale apparemment provenant de *wās-. Le problème avec l’hypothèse que cette initiale serait cognate avec celle de l’arapaho est que la forme normale de cette initiale est waas– en ojibwe (avoir quelques exemples d’autres verbes ayant cette initiale). Ives Goddard, auquel j’ai soumis mon idée, pense que le z dans waazakone résulte de la dissimilation avec le k (phonétiquement géminé [kk]) suivant, d’après une loi phonétique attestée par ailleurs en ojibwe (voir Goddard 1973:47, dans des mots comme noozhishenh « mon petit-fils » à la place d’une forme †nooshish attendue d’après la reconstruction *nōhšihsa basée sur les autres langues).

Le mystère reste donc assez épais concernant l’étymologie de ces verbes; sans avoir la prétention d’y avoir apporté une réponse, j’espère au moins pouvoir avoir suscité l’intérêt de lecteurs de ce blog à cette question et à la linguistique historique de l’arapaho en général.

=====
Cowell, Andrew; Moss, Alonzo, Sr. (2008). The Arapaho Language. University Press of Colorado. ISBN 978-0-87081-901-8.
Goddard, Ives (1973). Delaware kinship terminology. Studies in linguistics, 23, 39–56.
Goddard, Ives (1974). « An Outline of the Historical Phonology of Arapaho and Atsina ». International Journal of American Linguistics. 40: 102–16.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Arapaho noohow- ‘voir’," Panchronica, 10/06/2017, http://panchr.hypotheses.org/1816 (ISSN 2494-775X)