Un préfixe de nominalisation en jinghpo

Dans un précédent billet, j’avais mentionné l’existence de la fortition du *l en t en jinghpo après ʃə- et mə-; j’ai depuis trouvé d’autres exceptions à celle fortition, comme mə̀là « âme » (tibétain བླ་ bla, japhug tɯ-rla).

Il est intéressant de noter que cette loi phonétique ne s’applique pas non plus dans les mots dérivés par le préfixe causative ʃə- (sha-). Je me suis posé la question de savoir si c’était le cas aussi avec les préfixes mə-; la grammaire de Dai Qingxia ne semble pas indiquer clairement de dérivation en mə-, mais en fouillant un peu, il est assez évident qu’il existe en fait un préfixe de nominalisation mə- (en orthographe ma-; j’utilise l’orthographe du jinghpo avec les tons et coups de glotte rajoutés dans ce qui suit):

  • gūn « porter sur le dos 背;担任;携带 » => mà-gún « (un) fardeau » (classificateur; exemple suggéré sans explication p115 de la grammaire de Dai), cognat du tibétain ɴkʰur འཁུར་
  • yúʔ « descendre 下 » => mà-yúʔ « contrebas 下坡 »
  • rà « manque, avoir de besoin de, commettre une erreur 差欠;需要;差错 » => mà-rà « erreur, faute 错误;罪 »
  • ràʔ « aimer 爱 » => mà-ràʔ « souhait 意愿 »
  • lún « placer en haut (往高处放东西) » => ma-lún « chemin en pente vers haut 上坡路 » ; noter que lún dérive de lùng « monter » par l’application de la dérivation applicative (*-t), qui se manifeste ici par un changement tonal et -ng > -n
  • lái « échanger 换 » => mà-lái « remplacement 替身;代用品 », cognat du tibétain brdʑe བརྗེ་

Le dernier exemple montre que cette dérivation (quelle que soit l’étymologie de ce préfixe ma-) non plus ne cause pas la fortition des latérales.

Un autre exemple de préfixe ma- est le causatif dans:
lūm « chaud, tiède 温 »=> ma-lūm « cuire (de la soupe de riz) 煮(稀饭) »

La non plus, la fortition ne s’applique pas. La non-fortition dans ces dérivations a plusieurs interprétations:
(i) Réfection analogique (assez probable, mais l’on devrait s’attendre à trouver quelques exceptions fossilisées)
(ii) Conditionnement phonologique des préfixes (Etant donné que certains mots de toute façon échappent à la fortition, comme « âme » mentionné plus haut, on peut imaginer que les mots à fortition avaient en fait de vrais groupes de consonnes, qui auraient été brisés après la fortition par l’insertion d’une voyelle d’anaptyxe (*slV > ʃə-tV etc), tandis que les mots sans fortition, y compris les causatifs et les noms dérivés mentionnés ci-dessus, avaient une voyelle qui empêchait le contact direct entre consonne et latérale)
(iii) Si le préfixe mə- de nominalisation est une innovation (une question qui se pose malgré tout), il n’est pas impossible qu’il ait été grammaticalisé après la fortition.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Un préfixe de nominalisation en jinghpo," Panchronica, 18/08/2016, http://panchr.hypotheses.org/1450 (ISSN 2494-775X)

Une curiosité philologique

En lisant cet article sur le cycle sexagésimal chinois, j’ai appris l’existence d’une liste attestée à l’époque Han (dans le Huainanzi et le Shiji) de noms alternatifs des termes du cycle sexagésimal venant probablement d’une langue inconnue (page 28 et note final 110). Je ne vais pas entrer dans les détails sur l’usage de ce cycle, ni de la relation entre l’usage du cycle pour marquer les années et l’observation du mouvement apparent de Jupiter (太岁), car il existe sur ce sujet de nombreuses publications accessibles en ligne.

On peut facilement trouver des listes de ces termes étranges sur internet, par exemple ici. Des étymologies chinoises capillotractées ont été proposées, (certaines sont recensées dans l’édition du Huainanzi que j’utilise , pp 195-8), mais elles ne valent pas la peine d’être discutées.

Voici les termes du cycle avec le chinois moyen dans une version APIfiée de la transcription de Baxter. Je n’indique pas systématiquement de reconstructions du chinois archaïque, car celles-ci seraient anachroniques pour des noms transcrits à l’époque Han, mais je rajoute quelques reconstructions simplifiées pour certains mots.

J’indique aussi les noms des animaux correspondants dans l’usage du cycle pour noter les années en chinois et dans les langues d’Asie, du Cambodge à la Mongolie. Bien entendu, il n’est pas certains que, quelle que soit la langue d’où proviennent ces mots, il aient quoi que ce soit à voir avec les douze animaux, mais c’est néanmoins une piste au moins concevable.

子 souris 困敦 kʰunH twon
丑 vache 赤奮若 tɕʰek pjunH nyak
寅 tigre 攝提格 ɕep dej kæk < ??*nhep de rkak
卯 lapin 單閼 ɕenH 'at < ??*dars'at
辰 dragon 執徐 tɕip zjo < *tip zla
巳 serpent 大荒落 dajH xwaŋ lak < ??*lats hmaŋ rak
午 cheval 敦牂 twon tsaŋ
未 mouton 協洽 ɣep ɣɛp < *gep grop
申 singe 涒灘 tʰwon than
酉 poulet 作噩 tsak ŋak
戌 chien 閹茂 'jem muwH < *ʔom mus
亥 cochon 大淵獻 dajH 'wen xjʌnH

Aucun de ces mots n'a la moindre ressemblance avec les désignations des animaux en tibétain, tangoute ou en
turcique, ni apparemment dans aucune famille de la région qui me vienne à l’esprit. L’identification de la langue derrière ces transcriptions et leur étymologisation est peut-être un cas désespéré, mais il ne faut pas s’interdire d’y réfléchir.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Une curiosité philologique," Panchronica, 14/08/2016, http://panchr.hypotheses.org/1442 (ISSN 2494-775X)

Les comptines enfantines comme élément de substrat?

Comme la quasi-totalité des bretons de ma génération, j’ai été peu exposé à cette langue durant mon enfance; ne restent que quelques mots de substrat dans mon français (« taguer » pour « s’étouffer », du breton tagañ), le seul contact direct que j’ai eu avec cette langue avant de décider de l’apprendre à l’écrit est une petite comptine sur doigts assez répandue en Bretagne, dont voici la transcription:

(1) həmãnøsdʒweluhat,
(hemañ ‘neus gwel(et) ur c’had)
Celui-ci a vu un lièvre,

(2) həmãnøsti ʁidət
(hemañ ‘neus t’hi redet)
Celui-ci l’a poursuivi,

(3) həmãnøsti tapət
(hemañ ‘neus t’hi tapet)
Celui-ci l’a attrapé,

(4) a həmãnøsti debət
(hag hemañ ‘neus t’hi deb(r)et)
Celui-ci l’a mangé

(5) a nən biãnbiãnbiãnøskəbe mãn,
(hag n’heni bihan (x3) ‘neus ket bet mann)
Et le tout petit n’a rien eu,

(6) a eit dadʒeʁ dəlaʁti mãm
(hag aet d’ar ger da lavaret d’he mamm
Il est allé à la maison le dire à sa maman,

a i mãm nøs gret pitiklaw pitiklaw pitiklaw di ʁeʁ biãn
(hag he mamm ‘neus graet pitiklao (x3) d’e re(v)r bihan)
Et elle lui a fait « pitiklaw » (une fessée) sur son petit derrière.

Ce petit texte mérite quelques commentaires (je remercie Loic Cheveau, spécialiste de dialectologie bretonne et irlandaise, pour son aide):
(1) On remarque un pronom objet « -ti » suffixé; on trouve cette série innovatrice de pronom à l’impératif dans certains dialectes vannetais. Cet article explique comment ces pronoms suffixés ont été créés par fausse coupe: le suffixe féminin de3sg -(h)i donne -ti après les verbes en -t final, et la forme -ti est réanalysée comme le pronom objet et généralisée après tous les verbes. Le dialecte de ma famille (qui vient de la commune de Canihuel) a poussé l’innovation plus loin, généralisant ce pronom objet à des tiroirs verbaux autres que l’impératif.
(2) L’absence de mutation avec le possessif i (on attendrait e vamm « sa mère ») — il pourrait s’agir du féminin, mais dans ce cas on attendrait an heni vihan plus haut (et de toute façon, le nom bis « doigt » est masculin en breton).

La lecture de ce billet sur les versions d’une comptine en arabe et en berbère me fait penser que les comptines font partie des derniers éléments d’une langue à résister à l’oubli, et peuvent par conséquent contenir des informations intéressantes sur les substrats en général. Je n’ai malheureusement jamais réussi à en éliciter ou à en observer en japhug.

Références
Cheveau, Loïc 2007. The Direct Object Personal Pronouns in Lorient Area Breton, Studia Celtica 41:91-102.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Les comptines enfantines comme élément de substrat?," Panchronica, 06/08/2016, http://panchr.hypotheses.org/1423 (ISSN 2494-775X)

Dictionnaire Japhug, version 1.1

Je viens de rendre disponible la version 1.1 de mon dictionnaire japhug, qui contient environ 300 nouvelles entrées, et corrige un certain nombre de phrases imparfaites, voire agrammaticales, que j’avais laissées dans la version précédente.

La version sans son peut être téléchargée aux adresses suivantes:
version 1.1 (sans son), academia.edu
version 1.1 (sans son), Himalco

La version plus lourde, comprenant les fichiers sons, est disponible ici:
version 1.1 (sans son), Himalco