Comment écrire une thèse de linguistique (2)

Suite de ce billet

(3) articles
Pour trouver un poste en linguistique après la thèse, que ce soit à l’université ou au CNRS, il est crucial d’avoir des publications dans des supports reconnus. En linguistique, les livres et les articles comptent à égalité, mais il est néanmoins préférable de commencer ses publications, pendant voire même avant la thèse, par des articles dans des revues à comité de lecture. Il est d’ailleurs important, lors du choix de son sujet de thèse, de bien réfléchir, en concertation avec son directeur et aux autres membre de l’équipe, aux articles potentiels auxquels ce sujet pourrait donner lieu — les bons sujets de thèse doivent ouvrir des perspectives de publications dans les meilleures revues du domaine.

L’auteur d’un article soumettant un article à une revue à comité de lecture, reçoit, après un délai qui peut aller de trois semaines (dans le meilleur des cas, lorsque les relecteurs sont très réactifs) à plus de 18 mois, un ou deux rapports écrits par des relecteurs anonymes, suggérant des corrections et des modifications, et indiquant si oui ou non l’article peut être accepté. Les critères de sélection dépendent de la revue. Les revues plus abordables (par lesquelles je conseille de commencer) sont celles spécialisées sur des aires géographiques particulières. Pour les revues généralistes (comme Linguistic typology ou Diachronica par exemple, il est plus rare d’avoir un article accepté sans deux séries de relectures, ce qui peut prendre près d’un an et demi au total.

La revue par les pairs ralentit considérablement la vitesse de publication, mais permet de garantir un minimum de qualité, et évite parfois des erreurs que l’auteur pourrait regretter d’avoir écrites par la suite. Les commentaires sont presque toujours constructifs (dans mon expérience) et jamais inutiles, même si le relecteur n’a pas compris un point de l’article — c’est sans doute le signe que le passage en question n’a pas été rédigé de façon assez claire. Il est crucial de ne pas se laisser démoraliser lorsque l’on a un article rejeté, cela arrive régulièrement à tous les linguistes, même chevronnés.

Je recommande aux étudiants de viser au moins trois articles parus ou acceptés à l’échéance de leur thèse. Etant donné les délais de publications en linguistique, il est important de songer à la rédaction d’un article le plus tôt possible.

Il est préférable de commencer par des revues plus spécialisées et moins sélectives dans un premier temps.

Pour les doctorants travaillant sur les langues d’Asie, je conseille en particulier pour commencer:
* Cahiers de linguistique — Asie orientale (revue dirigée par votre serviteur — soumissions bienvenues!)
* Journal of Chinese Linguistics
* Linguistics of the Tibeto-Burman Area
* Language and Linguistics

Pour les langues anciennes:
* Bulletin of the School of Asian and African Studies
*
Journal of the American Oriental Society.

Pour les langues des Amériques:
* Amérindia
* Journal de la société des américanistes
* International Journal of American Linguistics

Pour l’austronésien:
* Oceanic Linguistics
* Language and Linguistics

Il existe aussi de bonnes revues de linguistiques généralistes relativement accessibles pour des jeunes chercheurs, en particulier Transactions of the Philological Society (c’est en particulier dans cette revue que Gong Xun et Lai Yunfan ont publiés leur premier article), et en linguistique historique Folia Linguistica Historica.

Après avoir réussi à publier deux articles dans des revues de ce type, le doctorant peut songer à des revues plus sélectives, sachant que le travail sera infiniment plus exigeant, consommera plusieurs mois à temps plein, et pourra malgré tout mener à un rejet de la revue. Voici quelques revues de ce type auxquelles un doctorant peut essayer de s’attaquer:

* Glossa (remplace la défunte Lingua). Revue généraliste (y compris générativiste), sélective mais les relectures sont rapides (entre 2 et 4 mois), ce qui permet d’être fixé sur son sort sans avoir à languir de nombreux mois.
* Linguistic typology. Revue à rapidité moyenne, accepte rarement des articles sur un phénomène particulier dans une seule langue, mais peut être un bon choix si l’on observe un phénomène rarissime dans sa langue de spécialité, ou un phénomène qui contredit un universel proposé.
* Studies in Language. Je conseille en particulier de viser des articles courts dans la section News from the field.
* Diachronica. Pour un(e) doctorant(e) intéressé(e) par la diachronie, s’il(/si elle) découvre un chemin de grammaticalisation ou un changement phonétique rare.

Parvenir pour un doctorant à publier dans une revue de ce type (même comme co-auteur) est un exploit, et mérite d’être tenté.

Ecrire des articles en collaboration avec son directeur de thèse, avec les autres doctorants de l’équipe ou avec des chercheurs d’autres affiliations n’est pas encore une pratique courante chez les linguistes diachroniciens et typologues, mais j’invite vivement les doctorants à tenter cette expérience. On apprend mieux à rédiger et à problématiser ses données en travaillant en collaboration, surtout avec un chercheur plus expérimenté. On entend parfois l’affirmation selon laquelle la thèse serait un travail solitaire; je pense que si c’est le cas dans certains milieux, c’est une pratique à éviter, car un doctorant, même doué et brillant, peut difficilement s’en sortir dans les arcanes du monde académique.

Pour le moment, l’habitude de tout écrire en solitaire parmi les linguistes fait que, contrairement à d’autres domaines, il est indispensable en linguistique d’avoir quelques articles à son seul nom dans sa liste de publication.

Parallèlement aux « vrais » articles, les doctorants peuvent écrire des rapports de conférences ou des compte-rendus d’ouvrages. Ce type de publication ne dispose pas du même prestige (puisque non soumis à relecture anonyme), mais c’est néanmoins une occasion utile de se faire connaître et de présenter ses idées.

(à suivre)

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Comment écrire une thèse de linguistique (2)," Panchronica, 31/03/2016, https://panchr.hypotheses.org/997 (ISSN 2494-775X)

Comment écrire une thèse de linguistique (1)

Ce billet s’adresse aux étudiants qui écrivent ou se destinent à écrire une thèse en linguistique descriptive, en typologie ou en linguistique historique. Les suggestions qui suivent ne s’appliquent pas à d’autres domaines, comme la phonétique ou la linguistique informatique.

(1) Travail préparatoire
En complément des connaissances en linguistique et en langues indispensables pour envisager une thèse dans ce domaine, il peut être avantageux pour le doctorant ou le futur doctorant d’acquérir un minimum de formation en informatique et dans des domaines annexes.

Tout d’abord, je conseille fortement aux doctorants d’apprendre à utiliser LaTeX pour rédiger leur mémoire de M2 et leur thèse. Si l’usage de LaTeX était confidentiel en linguistique il y a seulement dix ans, depuis qu’il est possible d’utiliser Unicode (avec XeTeX), de plus en plus de linguistes de terrain s’en servent, et la grande majorité des bonnes revues de linguistiques (au moins celles éditées par Mouton de Gruyter, Benjamins et Brill) acceptent les soumissions en LaTeX. Les avantages d’utiliser LaTeX plutôt qu’un traitement de texte sont tellement nombreux qu’il est difficile de les énumérer, mais en particulier:
(a) Avec le package gb4e, il est possible d’aligner automatiquement les exemples glosés, ce qui représente un gain de temps considérable pour quasiment tous les articles de linguistiques, surtout ceux qui portent sur la morphosyntaxe.
(b) Les références croisées, la bibliographie et l’index sont générés automatiquement sans le moindre surcroît de travail (et se modifient sans risque d’erreur).
(c) Avec le package tikz, il est possible de concevoir des figures compliquées avec un effort relativement minime.
(d) Pour les utilisateurs plus avancés, il est possible de combiner LaTeX avec des langages de programmation ou avec R.
Pour les doctorants intéressés étudiant à Paris, Thomas Pellard offre une formation LaTeX à l’INALCO au premier semestre.

Ensuite, pour ceux qui s’intéressent à la morphologie (notamment les linguiste de terrain décrivant des langues à morphologie lourde), il existe des outils tout faits pour générer ou analyser des paradigmes; si l’on peut y parvenir avec des langages tels que Python et Perl (dont la connaissance peut être utile pour tout linguiste), les transducteurs (par exemple XFST) permettent d’appliquer la quasi-totalité des alternances morphonologiques imaginables à des formes abstraites (à l’exception de la réduplication, car ils sont limités aux expressions régulières strictes). Ecrire un programme pour générer des paradigmes (comme je l’ai fait pour le khaling) a l’avantage, outre d’apporter au linguiste un gain de temps considérable, de s’assurer que l’analyse proposée est correcte, ce qui est difficile, voire impossible à faire à la main.

Enfin, des connaissances en mathématiques, en particulier en probabilité et statistique et en théorie des langages formels et automates, peuvent s’avérer très utiles même pour les linguistes typologues / diachroniciens.

(2) Choisir un sujet de thèse
Le choix du sujet de thèse est crucial, et il est préférable de le choisir en concertation avec le directeur pressenti et l’équipe dans laquelle le doctorant souhaite s’insérer. Il faut savoir non seulement éviter les sujets de thèse catastrophiques, mais également déterminer un sujet optimal adapté à soi-même en particulier, en fonction de ses compétences, de ses intérêts, de la faisabilité du projet et de l’intérêt qu’il suscite dans l’équipe. Dans la plupart des disciplines, en particulier en mathématiques, les doctorants ne choisissent pas eux-mêmes leur sujet de recherche.

En linguistique, il devrait en être de même, à une exception près: pour les linguistes de terrain, il est possible de choisir soi-même la langue sur laquelle on souhaite travailler (même si son directeur ou les autres membres de l’équipe ne connaissent aucune langue du même groupe) à condition d’avoir un minimum de garantie concernant l’accès au terrain — il serait suicidaire de choisir pour une thèse une langue inétudiable soit parce que la région étudiée est fermée aux étrangers, soit parce qu’il s’agit d’une zone de guerre ou que la communauté ne souhaite pas partager sa langue.

La description grammaticale d’une langue non-décrite est un sujet possible, qui permet au doctorant de se former en même temps dans tous les domaines de la linguistique, de la phonologie à la pragmatique. Evidemment, décrire exhaustivement une langue inconnue en trois ans est impossible, même pour le plus doué des linguistes, et la faisabilité dépend de la langue et de la communauté, en particulier la facilité à collecter des textes: le don de raconter des histoires de façon cohérente n’est pas donné à tous les informateurs, et il faut donc choisir judicieusement les personnes avec qui travailler.

Toutefois, la rédaction d’une grammaire de référence n’est pas le seul sujet de thèse possible: en fonction des intérêts du doctorant et de son directeur de thèse, combiner terrain, philologie, linguistique historique et typologie me semble également une bonne façon de procéder. Ces quatre disciplines sont en effet complémentaires:

(a) La linguistique de terrain offre au doctorant d’avoir des données originales, qui peuvent lui évitent l’écueil de ressasser inlassablement les mêmes données. C’est aussi l’occasion de découvrir des faits intéressants inattendus, et d’ouvrir son esprit sur des domaines de la linguistique nouveaux (dans mon cas par exemple, j’avoue n’avoir commencé à m’intéresser à la syntaxe qu’à partir du moment où j’ai effectué mon premier terrain sur le japhug — or, c’est maintenant mon sujet de recherche principal).
(b) Il est possible également d’apporter de nouvelles données en étudiant des textes (en particulier des documents inédits) dans des langues anciennes ou disparues. Dans certaines disciplines, comme les études indo-européennes ou sémitiques, la quasi-totalité des linguistes sont en même temps philologues, alors que la linguistique de terrain a un rôle plus marginal.
(c) La typologie permet au descripteur de langue (qu’il soit chercheur de terrain ou philologue) de ne pas commettre des erreurs élémentaires dans sa description, et aussi de déterminer quels phénomènes sont rares, et lesquels sont plus courants (ce qui est bien entendu capital ensuite pour le choix de sujets sur lesquels écrire des articles).
(d) La diachronie permet d’expliquer les irrégularités dans la morphologie, de rendre compte de certaines constructions syntaxiques étranges. En outre, selon la langue étudiée, la contribution des données collectées par le doctorant soit à la typologie des changements linguistiques soit à la reconstruction de la proto-langue et à l’éclairage qu’elle offre sur les langues voisines, mérite d’être valorisée dans la thèse.

La thèse doit être pour le doctorant non seulement l’occasion de contribuer à la linguistique, mais aussi de se former et d’acquérir le plus de nouvelles connaissances possible. A ce titre, il me semble plus formateur de se spécialiser sur une langue que d’effectuer des recherches superficielles sur un grand nombre de langues. Je ne conseille pas, pour une thèse de linguistique, un travail de typologie pure basé exclusivement sur des données de seconde main. En effet, l’expérience montre que les linguistes qui n’ont pas effectué de terrain approfondi pendant leur thèse parviennent très rarement ensuite à s’y mettre, alors que les linguistes de terrain et les philologues n’ont aucun mal à écrire des articles de typologie.

(à suivre)

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Comment écrire une thèse de linguistique (1)," Panchronica, 31/03/2016, https://panchr.hypotheses.org/979 (ISSN 2494-775X)

Indo-européen et linguistique historique

La linguistique indo-européenne a une place à part parmi les sous-domaines de la linguistique historique. Cette discipline, née de la combinaison de la grammaire paninéenne et de la philologie classique du latin et du grec, a une avancée considérable sur les études portant sur les autres familles de langues, et un degré de sophistication inégalé.

Cette avancée est due à une combinaison de plusieurs facteurs. Tout d’abord, à l’exception de la famille afro-asiatique, l’indo-européen est la seule famille pour laquelle on dispose d’autant de données anciennes remontant pour certaines à l’âge du bronze. Ensuite, le nombre d’indo-européanistes est bien supérieur à l’ensemble des spécialistes de linguistique historique de toutes les autres familles de langue combinés — c’est dû en grande partie au fait que les linguistes dans les départements d’études gréco-latines (qui malheureusement sont en train de dépérir dans tous les pays, sauf la Chine) étaient tous traditionnellement des indo-européanistes. Enfin, la méthode comparative néogrammairienne a été développée tout d’abord en indo-européen, avant d’avoir été appliquée à d’autres familles.

Il existe bien sûr des traditions remarquables de linguistique comparée en dehors de l’indo-européen, en particulier pour le sémitique, l’ouralique, l’algonquien, l’austronésien et le bantou, mais (mis à part peut-être le cas de l’austronésien) le nombre de chercheurs dans ces spécialités est trop restreint pour permettre des études d’un niveau de détail comparable. Par exemple, alors que des dictionnaires étymologiques existent pour les plus obscures des langues indo-européennes, pas une seule langue algonquienne n’a de dictionnaire étymologique (en sino-tibétain de même: même le tibétain n’en a pas).

Pour les spécialistes d’autres familles de langues, même de langues sans contact historique avec des langues indo-européennes, une connaissance de l’indo-européen est d’une grande utilité, voire indispensable si l’on s’intéresse à la morphologie historique. En effet, on ne peut pas étudier la linguistique historique en lisant passivement des manuels, on ne peut l’apprendre qu’en s’exerçant sur des données réelles. Pour les étudiants qui se destinent à une spécialisation en linguistique historique, voici mes suggestions:

(1) Etudier les bases du sanskrit (je conseille en particulier les Textes épiques sanskrits de Romain Garnier). Si l’on ne doit apprendre qu’une langue indo-européenne ancienne, c’est celle-là, sans discussion.
(2) Prendre un manuel d’indo-européen (comme celui de Fortson ou de Schmidt-Brandt; malheureusement il n’y a pas l’équivalent en français) et regarder les listes de cognats et les paradigmes comparés un par un mais cacher les reconstructions, et essayer de parvenir à des reconstructions soi-même.
(3) Prendre les paradigmes reconstruits et essayer d’appliquer mécaniquement les lois phonétiques: cet exercice simple permet de se rendre compte qu’absolument aucun paradigme dans aucune langue, même celui de οἶδα ‘je sais’ (sans doute le plus archaïque et le plus bizarre de tous les paradigmes indo-européen), n’est parvenu jusqu’à nous sans changement analogique. Essayer par soi-même de déterminer quels changements analogiques ont eu lieu, puis lire la « solution » dans les manuels.

Le but de cet exercice n’est pas de devenir indo-européaniste, mais de bien comprendre l’interaction entre changements phonétiques et analogie, et de mémoriser des exemples qui pourront ensuite servir de parallèle à l’analyse des données d’autres familles de langues. En outre, il est crucial à mon avis, plus que d’apprendre une solution particulière (qui peut être fausse), de se faire une opinion personnelle, même sur la base de données restreintes et pré-sélectionnées. Ainsi, c’est pour moi un non-sens que d’apprendre les reconstructions à laryngales sans avoir au préalable essayé d’analyser les classes de présent du sanskrit.

Une métonymie inattendue

Il y a quelques jours, Alex François m’a fait part d’un changement sémantique curieux de certaines langues de Vanuatu, où le verbe « dormir » vient d’une racine signifiant certainement « ronfler ». Dresser un inventaire de changements sémantiques saugrenus de ce type promet d’être à la fois amusant et instructif.

Mon fils de deux ans et demi désigne en ce moment le mucus nasal par le terme 鼻孔 bikong « narine »; une métonymie de ce type s’est apparemment produite dans le sens inverse en zbu, où le mot pour « nez » –sɲîv provient de la racine pour « mucus nasal », attestée par le japhug –ɕnaβ « mucus »(voir ma thèse p. 240); la directionalité est ici confirmée par le cognat tibétain སྣབས་ snabs de même sens. Il faut noter que l’étymon « mucus » est probablement un ancien composé dont le premier élément est « nez », -ɕna en japhug et སྣ་ sna en tibétain; la ressemblance phonétique entre « mucus » et « nez » dans l’ancêtre du zbu a pu contribuer à cette confusion.

Les lecteurs de ce blogs connaissent-ils des exemples comparables?

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Une métonymie inattendue," Panchronica, 24/03/2016, https://panchr.hypotheses.org/961 (ISSN 2494-775X)

Dictionnaire khaling: la version népalaise enfin parue

La version papier népalaise du dictionnaire Khaling-népali-anglais a été publiée par le किरात खालिङ राई उत्थान संघ (Kirat Khaling Rai Development association):

khaling_zabdakoS

Cette version diffère de celle publiée sur internet: outre l’adaptation au format A5, elle ne contient que la version en dévanagari des paradigmes verbaux. Il coûte 350 roupies, prix qui reste abordable pour les habitants des villages.

Quand j’ai commencé l’étude du khaling en 2011, frappé par la complexité du système verbal, j’ai décidé de concevoir l’équivalent d’un « Bescherelle » pour le khaling; c’est maintenant chose faite!

A propos d’un compte-rendu de Baxter et Sagart (2014)

Dans le dernier numéro du Journal of Chinese Linguistics, où est aussi paru cet article de votre serviteur sur les relatives du japhug, se trouve un compte-rendu assez sévère, voire injurieux, du livre de Baxter et Sagart par He Da’an 何大安, où l’on peut lire par exemple « the authors know nothing about 训诂学 xunguxue » et autres délicatesses.

Est-il justifié? Comme je ne connais moi-même probablement rien à propos du xunguxue, je ne commenterai donc pas les parties de son long compte-rendu (57 pages!) portant sur la philologie. Je vais me contenter de discuter l’un des six reproches à l’encontre de ce livre, et qui porte sur le mot buyang ma lɔk 11 « cerf ». Le buyang est une langue assez extraordinaire, c’est la seule parmi les langues kra-dai à préserver les dissyllabes hérités de l’autronésien (voir à ce propos les comparaisons dans le tableau 6 de cet article) dont l’existence avaient été pressentie par Haudricourt.

Selon BS2014, le buyang, ayant maintenu ces dissyllabes, a également préservé les présyllabes dans les mots empruntés au chinois à l’époque antique, et selon leur interprétation ma lɔk 11 « cerf », qui provient de 鹿 lù (chinois médiéval luwk) « cerf » à une époque où ce mot avait encore une présyllabe *mə, d’où leur reconstruction *mə-rˁok (la présence d’une préinitiale est confirmée par d’autres données).

He Da’an objecte en affirmant que ce mot est d’origine Zhuang, et que la présyllabe a été rajoutée par un mécanisme morphologique. Sur quoi se base la première affirmation? He Daan cite Li Jinfang (1999) de la façon suivante:

Ainsi, comme le mot ma lɔk 11 est au ton 11, il serait nécessairement un emprunt, d’après l’interprétation que He Da’an propose de cette source. Il cite aussi l’original, et j’ai revérifié ce matin que la citation est bien exacte:

Toutefois, He Da’an ne s’est pas rendu compte que la phrase était ambiguë. En effet dans:

塞声韵只出现在11、54调上,少数出现在31调,是壮语借词

la dernière proposition (是壮语借词 « ce sont des emprunts zhuang ») n’a de portée que sur la proposition qui précède immédiatement (少数出现在31调 « il y en a une minorité (de mots à occlusives finales) qui apparaissent au ton 31 ») et non pas sur la précédente (塞声韵只出现在11、54调上 « les rimes à occlusives n’apparaissent qu’aux tons 11 et 54 »). La traduction de He Da’an est donc erronée, et il faut comprendre:

Les rimes à occlusives finales n’apparaissent qu’aux tons 11 et 54; une minorité apparaissent au ton 31, ce sont des emprunts zhuang.

La phrase étant ambiguë, comment puis-je affirmer avec certitude que le découpage syntaxique de He Daan est incorrect, et que le mien l’est? Il suffit de regarder quelques mots au ton 11, comme « l’oiseau » ma nuk 11, dont la première syllabe correspond clairement à celle du mot austronésien *manuk, alors le zhuang de Wuming a ɣok avec lénition (d’autres dialectes on des initiales différentes comme l-, mais pas n-) du *n dans les mots à anciennes présyllabes. De toute évidence, ce mot ne peut pas être un emprunt au zhuang (et l’on peut citer une montagne d’exemples du même type).

Donc, l’argument de He Da’an sur l’origine Zhuang prétendue de ce mot ne tient pas. Chacun a le droit de commettre des erreurs (et j’en ai commis moi-même, notamment lorsque j’ai le malheur de citer du birman sans tout revérifier…), mais même les philologues ont parfois besoin d’explication de texte.

Des langues qui attendent d’être déchiffrées

Mis à part la documentation de langues non (ou mal) décrites et la reconstruction des proto-langues, l’un des plus grand défis intellectuels qui existent en linguistique est le déchiffrement des langues inconnues. Si certaines langues pourtant presque complètement désespérées comme l’étrusque ou le lemnien attirent une foule de travaux érudits (comme par exemple celui-ci) ou plus fantaisistes, les linguistes et anthropologues de la première moitié du siècle dernier nous ont laissé des données brutes non analysées sur de nombreuses langues maintenant défuntes. Un cas notable est celui de Melville Jacobs, un anthropologue qui a étudié de nombreuses langues et cultures de l’Orégon et du Nord-Ouest des Etats-Unis et qui était apparemment plus doué en transcription phonétique et en méthodologie de terrain que son prédécesseur Frachtenberg (dont j’ai parlé dans ce billet). Jacobs a transcrit une grande quantité de textes dans les langues kalapouyennes, en alsea, en hanis et en milouk, sur lesquelles on a peu de documentation par ailleurs. Toutefois, il n’employait pas de gloses morphémiques et n’a pas produit de travaux sur la grammaires de ces langues. C’est particulièrement critique pour les langues kalapouyennes, sur lesquelles on ne dispose quasiment pas d’autre documentation. Le linguiste qui s’attaque à l’étude de ces langues est donc dans une situation comparable à celle des déchiffreurs du tokharien: on dispose de textes bilingues dans une écriture facile à interpréter, mais l’on n’a quasiment aucune indication sur la grammaire ou le vocabulaire de ces langues, qu’ils faut reconstituer à partir des textes.

Si la priorité de la recherche en linguistique doit naturellement être la documentation des langues encore parlées, il ne faut pas s’interdire de s’intéresser à ces documents. Les travaux de Banks (2007) et Doty (2012) représentent des contributions importantes au déchiffrement de ces langues, mais ces documents restent sous-exploités. En particulier, les langues kalapouyennes autres que le santiam sont presque complètement inconnues, bien que des textes publiés soient disponibles, et que des textes non-publiés accumulent la poussière (ou pire) dans d’obscures archives. Si une fraction des amateurs étruscologues s’intéressaient plutôt à ces langues, un travail magnifique pourrait être réalisé!

Références
Banks, Jonathan. 2007. The Verbal Morphology of Santiam Kalapuya. Northwest Journal of Linguistics 1. 1-98.
Doty, Christopher 2012 A Reassessment of the Genetic Classification of Miluk Coos, thèse de doctorat, université de l’Orégon à Eugene.
Jacobs, Melville. 1939. Coos Narrative and Ethnographic Texts, University of Washington Publications in Anthropology, vol. 8. Seattle, WA: The University of Washington.
Jacobs, Melville. 1940. Coos Myth Texts, University of Washington Publications in Anthropology, vol. 8. Seattle, WA: The University of Washington.
Jacobs, Melville. 1945. Kalapuya Texts. Seattle: University of Washington.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Des langues qui attendent d’être déchiffrées," Panchronica, 06/03/2016, https://panchr.hypotheses.org/912 (ISSN 2494-775X)

Un cas de dégrammaticalisation? L’étymologie du nom ɯ-thoʁ « le sol » en japhug

Le japhug ɯ-thoʁ « le sol, par terre » n’est pas un nom comme les autres: il est anormal en ayant un préfixe de troisième personne obligatoire ɯ-, ce qui est peu commun pour un nom désignant le sol. Depuis longtemps, je me posais des questions sur son étymologie, et je crois avoir trouvé la solution.

En tibétain, la syllabe ཐོག་ tʰog, parmi de nombreux autres sens, peu signifier ‘le dessus’, et s’emploie communément comme nom relateur signifiant « sur », en combinaison avec les cas terminatif (ཐོག་ཏུ་ tʰog.tu) et allatif (ཐོག་ལ་ tʰog.la).

Il peut s’employer en particulier pour dire « sur le sol » ou « sur la terre », comme dans སའི་ཐོག་ཏུ་ sa’i tʰog tu (ce n’est pas la manière la plus courante de le dire, je le reconnais, mais c’est attesté). Mon hypothèse est que le japhug a:

(1) Emprunté ཐོག་ tʰog sous la forme attendue ɯ-thoʁ (avec un préfixe de troisième personne comme tous les noms relateurs) dans le sens de « sur ». Il était en compétition avec le mot local ɯ-taʁ « sur » — ce n’est pas très surprenant pour cette langue, où l’on a aussi deux formes en compétition pour le datif, ɯ-phe et et ɯ-ɕki.

(2) Ce nom relateur a dû être souvent employé dans une collocation « sur la terre », peut-être *sɤtɕha ɯ-thoʁ zɯ (avec le zɯ locatif), et a fini par se spécialiser et se restreindre à cette expression. Noter que le japhug utilise le nom tibétain ས་ཆ་ sɤtɕha pour désigner la terre, aussi bien comme matériau que comme extension spatiale.

(3) L’expression *sɤtɕha ɯ-thoʁ zɯ « sur la terre » est réduite en ɯ-thoʁ zɯ « sur la terre », une forme attestée.

(4) On crée par dérivation inverse ɯ-thoʁ « le sol » de ɯ-thoʁ zɯ « sur la terre ».

Cette idée explique le préfixe bizarre dans ce nom ainsi que son étymologie; à ma connaissance il n’existe pas d’étymologie locale potentielle. Je suis curieux de savoir si les lecteurs connaissent des cas similaires dans les langues qu’ils étudient.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Un cas de dégrammaticalisation? L’étymologie du nom ɯ-thoʁ « le sol » en japhug," Panchronica, 06/03/2016, https://panchr.hypotheses.org/904 (ISSN 2494-775X)

« Tibéto-birman »: un terme à abandonner

Le terme « tibéto-birman », dont l’usage est très répandu aussi bien parmi les linguistes généralistes que chez les spécialistes du domaine, pose à mon avis un problème fondamental. Il est généralement compris comme englobant toutes les langues sino-tibétaines mis à part le chinois, et permet ainsi d’opposer artificiellement le chinois aux autres langues. Or:

(1) Il n’existe pas la moindre ombre de preuve que le chinois est la première branche de la famille — aucune innovation commune à toutes les langues sino-tibétaines non-chinoise ne permet de suggérer qu’elles forment un clade auquel le chinois n’appartiendrait pas (les apparences d’innovations communes, comme la confusion supposée de l’opposition entre *a et *ə, sont dues à un examen superficiel des données des langues autres que le chinois). La différence manifeste des langues chinoises avec le reste peut tout aussi bien s’expliquer par des innovations massives du côté chinois. Il n’est pas absolument impossible que le chinois soit le premier embranchement de la famille, mais tant que les lois phonétiques et surtout la morphologie de la famille sont aussi mal comprises, ce n’est pas à mes yeux la question prioritaire, d’autant que le chinois, très innovateur, va de toute façon peu contribuer dans l’ensemble à la reconstruction du sino-tibétain. Son importance est essentiellement due aux emprunts qu’il a diffusés dans une grande partie des langues de la région, et qui doivent être minutieusement distingués des mots cognats.

(2) La diversité typologique des langues ST non-chinoises est immense (c’est même potentiellement la famille la plus diverse au monde du point de vue de la diversité morphosyntaxique), et même donc en tant que groupement typologique, la notion de « tibéto-birman » ne tient pas la route — le birman par exemple ressemble beaucoup plus typologiquement au chinois qu’aux langues gyalronguiques (même si phylogénétiquement il est assez clair qu’il existe un groupe birmo-gyalronguique).

Malheureusement, le fait que le mot « tibéto-birman » existe rend possible de parler de ce groupement artificiel comme s’il s’agissait d’une entité réelle, un peu comme s’il existait un mot pour désigner « les langues indo-européennes autres que l’anglais ». Cela a plusieurs conséquences délétères sur la discipline. Du côté des linguistes spécialistes du chinois, c’est un prétexte de plus pour ignorer complètement les autres langues de la famille. Pour ceux qui s’intéressent au comparatisme sino-tibétain, cela divise la discipline en deux camps qui jusqu’à récemment communiquaient peu, les « tibéto-birmanistes » (ceux qui font du terrain sur des langues à tradition orale et du comparatisme sur la base de langues modernes) et les sino-tibétanistes (qui comparent la reconstruction du chinois archaïque avec la reconstruction du « proto-tibéto-birman »). Le résultat est que les premiers n’intègrent pas le chinois dans leur reconstruction (mais lui donnent néanmoins implicitement un rôle prééminent, suggérant que le chinois vaut autant que toutes les autres langues réunies) et que les seconds se contentent d’étudier le chinois, et ne connaissent aucune autre langue de la famille.

Outre un cloisonnement disciplinaire, je pense que la notion de « tibéto-birman » est profondément sinocentrique et dénigre la valeur des langues à tradition orale de la famille. Il contribue à marginaliser des langues déjà trop peu étudiées en minimisant leur diversité et leur valeur propre individuelle. A mon avis il est préférable d’adopter des périphrases du type « les langues ST autres que le chinois » si besoin est plutôt que de continuer à promouvoir ce terme.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "« Tibéto-birman »: un terme à abandonner," Panchronica, 05/03/2016, https://panchr.hypotheses.org/900 (ISSN 2494-775X)