« Chauve-souris » en sino-tibétain

On trouve dans le vocabulaire potentiellement reconstructible du sino-tibétain (je dis « potentiellement » car sommes très loin d’avoir quoi que ce soit ressemblant à un système de reconstruction) des mots inattendus, pour lesquels aucun étymon équivalent n’existe dans le vocabulaire hérité de familles mieux connues comme l’indo-européen.

L’un de ces étymons est celui de la chauve-souris; le STEDT présente une liste de mots qui sont assez certainement cognats, et qui incluent le Khaling पाक्ति pakti et le chinois 蝠 *pɨk. En kiranti, ce mot n’est attesté sinon à ma connaissance qu’en dumi (on l’on a प्वाक्ती pwakti dans le dictionnaire de Netramani Rai; le -w- est inattendu).

Le fait que cet étymon soit attesté en chinois, en sal (bobo-garo, naga du nord), en kuki-chin et en kiranti mais pas en tibéto-birman central (tibétain, birmo-qianguique) est à mon avis une bonne indication qu’il n’a pas pu être transmis par contact, et qu’il est donc très certainement hérité dans toutes ces langues. Par contraste, en indo-européen chaque branche a créé, et renouvelé en permanence, le vocabulaire pour désigner cet animal. Comment expliquer sa préservation en ST? Peut-être son usage culinaire?
En tous les cas, je doute que cette information soit cruciale pour déterminer l’emplacement de l’Urheimat sino-tibétaine, car on trouve des espèces de chauves-souris dans toutes les régions pour lesquelles le berceau de la famille a été proposé (y compris la Chine du nord, le Sichuan, l’Arunachal, le Bhutan etc).

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "« Chauve-souris » en sino-tibétain," Panchronica, 28/02/2016, http://panchr.hypotheses.org/885 (ISSN 2494-775X)

Les animaux domestiqués des proto-sino-tibétains

Parmi les rares mots apparentés entre langues gyalrong et chinois (si l’on exclut les emprunts récents et les emprunts passés par le tibétain), on trouve quatre ou cinq mammifères domestiques (le cinquième étant plus spéculatif):

(1) « mouton »:
japhug qaʑo < *-jaŋ « mouton » (qa- est un préfixe de noms d’animaux)
chinois 羊 *jaŋ « ovin » (je pense qu’il faut reconstruire un *j primaire ici en chinois — cette solution diffère de celle de de Baxter/ Sagart, mais je prépare un article sur la question où ce problème sera discuté).

(2) « vache »:
japhug nɯŋa < *-ŋwa (l’élément nɯ- est à mon avis l’état construit de tɯ-nɯ « sein » c’est à dire « la vache à pis »)
chinois 牛 *ŋwə.

(3) « yak »:
japhug qambrɯ « yak mâle » < *mru)
chinois 犛 *mˁrə

(4) « cheval »:
japhug mbro < *mraŋ)
chinois 马 *mˁraʔ

(5) « cochon »:
Laurent Sagart propose que l’étymon correspondant au japhug paʁ « cochon » soit apparenté au chinois 富 *pək-s « riche » ce qui fonctionne phonétiquement et n’est pas absurde du point de vue sémantique, même si cette étymologie ne peut se mettre au même plan que les autres.

Les noms du yak et le cheval sont clairement des Wanderwörter: leur phonologie se correspond mal entre branches éloignées du sino-tibétain, et l’archéologie ne semble pas indiquer une origine suffisamment ancienne pour justifier l’hypothèse que la domestication de ces animaux pré-daterait la séparation du sino-tibétain (voir par exemple cet article sur le yak).

En revanche, les autres mot semblent se conformer aux lois phonétiques des cognats; notamment, le *ə du chinois correspond bien au *a du proto-gyalrong.

Il n’y a guère de doute que la domestication du cochon est très ancienne en Asie orientale; pour le mouton et la vache en revanche, la question est plus compliquée. J’avais l’impression jusqu’ici que les trace d’ovins et de bovins dans les sites archéologiques chinois étaient trop tardifs pour supposer que les proto-sino-tibétains avaient déjà domestiqués ces animaux, et qu’il ne pouvait s’agir que de mots voyageurs très anciens.

Néanmoins, au moins certains travaux indiquent qu’une domestication indépendante de bovins aurait eu lieu en Chine du nord, ce qui pourrait malgré tout ne pas exclure d’office l’hypothèse que le chinois 牛 *ŋwə soit bien un cognat du gyalrong *ŋwa.

Les étymons correspondant au chinois 牛 *ŋwə et 羊 *jaŋ « ovin » sont toutefois mal attestés dans la famille sino-tibétaine. En kiranti par exemple, on ne trouve de cognat que pour « cochon » (Khaling पो: pô: < *pɑk); pour les ovins, les mots sont empruntés à des langues indo-aryennes (bhēnde « mouton » est un emprunt ancien au népali भेडा bheɖa « mouton ») et le mot pour la vache semble spécifique aux langues kiranti (khaling बै: bʌ̂j, Limbu pit < *bit). La question de la reconstructibilité des noms de mammifères domestiques en ST est donc un problème assez compliqué.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Les animaux domestiqués des proto-sino-tibétains," Panchronica, 27/02/2016, http://panchr.hypotheses.org/721 (ISSN 2494-775X)

Une trace du suffixe de réfléchi en tibétain?

Comme l’a fait remarquer Nathan W. Hill dans cet article, on trouve en tibétain, non pas deux, mais trois séries de verbes où l’alternance de voisement s’accompagne d’une alternance de transitivité. Voici les exemples qu’il donne dans son article (ici adaptés dans ma transcription du tibétain). Dans la forme B, je n’indique que le présent (la première forme) et le passé (la seconde).

A: འགག་ ɴgag ‘be stopped, break off ’
B: འགེགས་ ɴgegs, བཀག་ bkag ‘hinder, prohibit’
C: ཁེགས་ kʰegs ‘be hindered, be prohibited’

A: གང་ gaŋ ‘fill intr.’
B: འགེངས་ ɴgeŋs, བཀང་ bkaŋ ‘fill tr.’
C: ཁེངས་ kʰeŋs ‘be full’

A: གབ་ gab ‘hide intr.’
B: འགེབས་ ɴgebs, བཀབ་ bkab ‘cover tr.’
C: ཁེབས་ kʰebs ‘be covered over’

A: གྲོལ་ grol ‘be free’
B: འགྲོལ་ ɴgrol བཀྲོལ་ bkrol ‘liberate’
C: ཁྲོལ་ kʰrol ‘unravel’

A: དུལ་ dul ‘be tame’
B: འདུལ ɴdul བཏུལ་ btul ‘tame, subdue’
C: ཐུལ་ tʰul ‘be tame’

A: ཟུག་ zug ‘pierce, penetrate’
B: འཛུགས་ ɴdzugs བཙུགས་ btsugs, gzugs ‘plant, establish, insert’
C: ཚུགས་ tsʰugs ‘go into, begin’

J’ai déjà discuté des séries A et B dans cet article. Je pense que ces séries avaient une non-voisée à l’origine, qui est voisée dans la forme A par une dérivation anticausative et au présent de la forme B par un préfixe historiquement non-apparenté.

La forme C est mystérieuse. On observe qu’elle est intransitive, mais avec une initiale sourde, lorsque la racine a une voyelle /a/ celle-ci subi un umlaut en /e/, et un suffixe -s est rajouté (sauf dans les cas où le groupe résultant aurait été impossible, comme avec le -l final).

Je viens d’avoir une idée pour expliquer ces formes. En kiranti, on trouve un suffixe de réfléchi/moyen dont la forme est -si (parfois sous une forme réduite, comme en wambule). Pour une description de l’usage de ce suffixe, voir par exemple cet article qui porte sur le khaling, qui va bientôt paraître dans LTBA.

Cette hypothèse explique:

(1) Pourquoi on a une initiale sourde (c’est toute simplement l’initiale de la racine)
(2) Pourquoi on a un umlaut (c’est une trace du *i du suffixe)
(3) Pourquoi on a un suffixe -s (c’est tout ce qui reste du suffixe segmentalement)

Un problème avec cette hypothèse, c’est que comme je l’indique dans cet article, les occlusives finales sont nasalisées dans les paradigmes en -si (comme si la forme sous-jacente était qqch comme *-nsi). On s’attendrait donc, si le tibétain était comme le kiranti, à ce que les formes C aient une nasale finale au lieu d’une occlusive orale. Toutefois, je ne pense pas que cette objection soit suffisante pour démolir l’hypothèse — on peut tout à fait imaginer que les alternances complexes liées au suffixe -si aient été simplifiée par analogie en pré-tibétain.

Je suis ouvert à des commentaires sur cette hypothèse, que je compte intégrer à une future version de cet article, en cours de relecture actuellement.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Une trace du suffixe de réfléchi en tibétain?," Panchronica, 22/02/2016, http://panchr.hypotheses.org/875 (ISSN 2494-775X)

Le siuslaw : une langue mal documentée

La lecture des travaux du siècle dernier sur des langues maintenant disparues est souvent instructive pour les linguistes de terrain actuels, à la fois par les informations précieuses qu’ils contiennent, mais aussi par leurs limitations, qui nous invitent à mieux faire.

Le siuslaw, langue (isolée?) de la côté de l’Orégon, dont la documentation est essentiellement limitée aux Lower Umpqua Texts: And Notes on the Kusan Dialects et à l’esquisse grammaticale de Frachtenberg (aussi disponible ici), me semblait une langue relativement mieux documentée que d’autres langues de la région. Cela jusqu’à ce que je lise l’introduction du volume de texte, où Frachtenberg écrit:

« The collection of these texts was accomplished under great difficulties […] Louisa’s advanced age rendered her practically useless as a narrator. […] I was forced to resort to her husband’s services as a narrator. Since he was not familiar with the traditions of the Lower Umpqua Indians, the following procedure had to be adopted. He was asked to obtain from his wife, through the medium of Chinook jargon, such stories, and in such form, as she could remember, and to retell them to me in English. I then arranged the facts in what seemed to be the most likely consecutive order, whereupon William was instructed to dictate these facts in the Lower Umpqua language, – a task which at times was too much for his limited intelligence [sic!]. »

Autrement dit, l’essentiel du corpus est retraduit de l’anglais, raconté par un locuteur non-natif qui rapportait des traditions qu’il ne connaissait pas lui-même (je passe sur la remarque concernant l’intelligence de son informateur). L’aspect relativement bien organisé des textes siuslaw est donc un artefact de la méthode choisie pour collecter les textes, et il n’est pas clair jusqu’à quel point ces documents sont une représentation fidèle de cette langue. Il eût peut-être mieux valu que F. enregistre les histoires, même décousues, de son informatrice locutrice native (en dépit des passages en jargon chinook), et éventuellement rajouter ensuite des émendations de son mari. Utiliser les textes que nous a laissés Frachtenberg pour faire de la typologie ou de la linguistique historique me semble assez risqué.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Le siuslaw : une langue mal documentée," Panchronica, 22/02/2016, http://panchr.hypotheses.org/863 (ISSN 2494-775X)

Un nouveau blog de linguistique: Cipanglossia

La blogosphère francophone de linguistique vient de s’enrichir d’un nouveau blog, Cipanglossia, tenu par Thomas Pellard, et qui commence par un billet sur la philologie numérique. Pour le tibétain, nous sommes bien moins pourvus que pour le japonais, mais grâce aux efforts de philologues (principalement japonais), nous disposons au moins d’un corpus de textes en tibétain ancien indispensable à quiconque s’intéresse à l’histoire du Tibet et à la linguistique sino-tibétaine. Nous n’avons pas encore de corpus étiqueté, mais Nathan Hill et ses collègues y travaillent (voir aussi cet article).

Les relatives à tête interne en japhug

Parmi les nombreux phénomènes grammaticaux passionnants que l’on observe en japhug, l’un des plus courants dans les textes est la présence de relatives à tête interne, c’est à dire où l’élément relativisé (l’antécédent en terme de grammaire traditionnelle, mais dans ce cas précis ce terme est impropre) n’est ni extraposé à gauche de la relative (comme dans les relatives postnominales du français) ni à sa droite (comme dans les prénominales du chinois par exemple), mais se situe dans la subordonnée à la même place (et avec le même marquage casuel) que dans une phrase indépendante. L’exemple suivant, tiré de cet article, illustre un exemple de relative à tête interne typique: qajɣi ‘pain’ est l’élément relativisé, mais il est pourtant placé entre le sujet (ɬamu kɯ) et le verbe, ici à une forme participiale (nɯ-kɤ-mbi ‘ce qu’elle lui avait donné’). (NB: je m’excuse d’insérer un image, mais il n’y a pas de moyen efficace de présenter des exemples glosés alignés autrement sur hypothèse.org).

Ce type d’exemple est très courant, mais les plus déroutants sont ceux où le verbe est en plus à une forme finie, comme le suivant:

où rien n’indique (à part le démonstratif , mais celui-ci n’est pas obligatoire), qu’il s’agit d’une phrase subordonnée.

Les relatives à tête interne sont relativement peu courantes dans les langues du monde; elles sont bien connues en navajo ou en lakota, mais parmi les langues à grande diffusion il n’y a guère que le japonais où elles sont censées exister (et encore, ce n’est certainement pas le type de relative le plus courant dans cette langue).

Or, dans la région tibétaine et aux alentours, elles sont omniprésentes, de l’ao naga jusqu’au japhug en passant par le tibétain de Lhasa (mais pas les langues kiranti à ma connaissance). L’étendue aréale de ce phénomène et aussi son histoire est un sujet qui mériterait une étude plus approfondie (et pour cela, outre des descriptions de langues modernes, nous aurions besoin d’une analyse de l’histoire des constructions relatives dans les textes tibétains de l’époque impériale jusqu’à maintenant; des volontaires?).

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Les relatives à tête interne en japhug," Panchronica, 20/02/2016, http://panchr.hypotheses.org/836 (ISSN 2494-775X)

Les emprunts entre langues kiranti

Les verbes conjugués en kiranti, contrairement à ceux des langues gyalronguiques, sont une classe quasi-fermée; il est très difficile d’ajouter de nouvelles racines verbales, et la façon productive de créer de nouveaux verbes est d’utiliser une construction avec auxiliaire. Les emprunts de verbes sont très rares. En khaling, je ne connais que याल्न्य |jal| ‘frapper’ (emprunté au thulung yalmu, voir cet article p.1110) et हेल्न्य |ɦel| « détourner l’eau », qui vient du népali हेल्नु helnu de même sens). On peut s’interroger aussi sur le verbe |pil| « traire, presser », qui pourrait être emprunté à pelnu « presser », mais si c’était le cas, l’emprunt aurait eu lieu en proto-kiranti, ce qui semble peu probable, car des cognats existent ailleurs pour ce mot. Il est intéressant qu’il s’agisse de mots à finale -l: c’est une des rares consonnes finales sans alternance en khaling, ce qui a pu favoriser l’empruntabilité de racines de ce type.

Les emprunts de noms en revanche sont probablement très courants, mais il est encore difficile d’avoir des critères stricts pour les distinguer des cognats. Ce matin, en travaillant sur le wambule, j’ai trouvé deux noms ressemblant au khaling, dont il est difficile de dire à ce stade s’il s’agit d’emprunts ou de cognats: khalamba « rhume » (khaling ख्यल्याम्ब्य khɛ́lɛmbɛ) et lima « mensonge » (khaling लेम lémʌ). La loi de réduction des syllabes ne devrait pas s’appliquer dans ces mots (puisqu’il n’y a pas de voyelle haute), et l’on ne peut donc facilement prouver qu’il s’agit d’emprunts, mais la structure de ces mots est complètement opaque et ne semble pas analysable historiquement. Si ce sont vraiment des cognats (au moins reconstructibles à l’ancêtre commun du khaling et du wambule, ce qui n’est pas forcément le proto-kiranti), cela impliquerait qu’il existait déjà des mots trisyllabiques dans cette proto-langue.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Les emprunts entre langues kiranti," Panchronica, 19/02/2016, http://panchr.hypotheses.org/830 (ISSN 2494-775X)

Quelques sujets de thèse en linguistique à éviter

Il en va des thèses à l’inverse des familles; les bonnes thèses le sont pour des raisons différentes, tandis que les mauvaises thèses ont une forte tendance à se ressembler. A l’intention des étudiants qui se destinent à un doctorat en linguistique, en particulier sur les langues d’Asie, voici quelques exemples de sujets à éviter.

(1) La construction ba 把 en mandarin: le grand classique du mauvais sujet de thèse, qui a été l’objet de plus de travaux à lui tout seul que n’en ont été écrits sur toutes les autres langues de la famille réunies. Si ce sujet vous intéresse, mieux vaut travailler à la description de la grammaire d’une langue chinoise encore non décrite qui a une construction similaire.

(2) L’écriture Domba (东巴文) des naxi: j’ai vu à plusieurs reprises des étudiants essayer de s’intéresser à ce sujet, qui n’est pas intrinsèquement sans intérêt, mais dont les connaissances prérequises dépassent largement ce qu’un étudiant en thèse, même excellent et motivé, peut espérer atteindre en un espace de temps raisonnable. Si ce sujet vous intéresse, commencez par étudier une langue naïque moderne en vous basant notamment sur le travail d’Alexis Michaud (voir ce billet où il expose ses méthodes de travail de terrain) ET apprenez la philologie tibétaine, le bouddhisme et le bon. Après cela seulement, il sera possible de commencer à travailler sur ces textes sans accumuler les énormités.

(3) La différence entre « ceci » et « cela » dans la langue X (ou toute autre opposition sémantique très subtile entre deux formes): S’il est louable de vouloir décrire toute les finesses sémantiques des oppositions grammaticales dans les langues que l’on étudie, il faut fuir, pour un projet de thèse, les sujets où la différence entre deux formes peut être contrainte par de nombreux facteurs, y compris syntaxiques, pragmatiques et stylistiques. Les thèses résultantes sont des collections d’exemples indigestes qui au final ne montrent rien de clair. Si ce genre de sujet vous intéresse, essayez d’en faire une sous-partie d’une étude grammaticale plus générale sur la langue en question, et écrivez un article à ce propos, mais ne construisez pas toute votre thèse dessus.

(4) Les chengyu 成语: Encore un grand classique. Le sujet est aussi mauvais qu’il est populaire auprès des étudiants; si ce sujet vous intéresse, soit reconvertissez-vous dans l’étude de la philosophie chinoise, soit consacrez-vous à la syntaxe diachronique du chinois.

(5) L’évolution des caractères chinois: Quel étudiant de chinois n’a pas un moment été fasciné par les inscriptions sur bronze ou carapace de tortue? Si cet intérêt est légitime, il est préférable de vous former tout d’abord en phonologie historique du chinois en étudiant les travaux de Baxter et Sagart (voir aussi mon cours d’introduction sur ce domaine), et aussi en philologie, en archéologie et en histoire — la paléographie ne doit pas être étudiée en isolation.

(6) La question altaïque (y compris coréen-japonaique): Sujet de thèse potentiellement intéressant mais suicidaire; si ce sujet vous intéresse (NB: il m’intéresse aussi), étudiez d’abord très en détail la philologie d’une ou deux langues (nous avons la chance d’avoir au CRLAO Sasha Vovin qui peut diriger des travaux sur absolument toutes ces langues) ou effectuez du terrain, par exemple sur une langue des Ryûkyû (auquel cas Thomas Pellard est la personne à contacter).

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Quelques sujets de thèse en linguistique à éviter," Panchronica, 18/02/2016, http://panchr.hypotheses.org/818 (ISSN 2494-775X)

Voir > entendre

Je suis en train de préparer une liste de racines verbales reconstructibles au proto-kiranti, et je pense que le cognat khaling du limbou √nis « savoir, voir » doit être ङिन्य |ŋi| « entendre ». Les finales -s ont toutes été perdues en khaling dans les radicaux verbaux (si c’est effectivement un *-s qu’il faut reconstruire ici, une question pas du tout triviale), et le limbou confond *ŋ et *n du proto-kiranti en n- en début de mot.

On trouve cette racine verbale dans d’autres langues (par exemple le yakkha nis- « voir, regarder »; le yakkha garde les ŋ- initiaux mais semble avoir néanmoins neutralisé l’opposition entre ŋ- et n- devant -i). Je ne connais pas de cognats extra-kiranti, mais il est plus vraisemblable que le sens originel de cette racine ait été « voir » (avec l’extension vers « connaitre » comme en indo-européen), et qu’il soit passé à « entendre » en khaling. Il est curieux que ce changement sémantique ait eu lieu précisément dans la langue qui a innové un démonstratif auditif, mais avant d’en tirer des conclusions capillotractées sur les rapports entre grammaire et culture, et sur la place de l’audition par rapport aux autres sens chez les khaling, il faut noter que ces deux innovations n’ont pas eu lieu en même temps, puisque le passage de « voir » vers « entendre » pour cette racine est au moins partagé avec le doumi, où l’on trouve le cognat ŋyiːnɨ « entendre ».

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Voir > entendre," Panchronica, 16/02/2016, http://panchr.hypotheses.org/803 (ISSN 2494-775X)

La chute des consonnes initiales

J’ai remarqué une particularité intéressante dans la prononciation de mon fils Archimède (qui a deux ans et demi): dans un grand nombre de mots (je n’ai pas essayé de faire de comptes systématiques), la consonne initiale chute sans laisser de trace, par exemple « tomber » est réalisé comme [obe].

Ce phénomène me rappelle un des changements phonétiques les plus surprenants observé dans les langues d’Australie, la disparition complète des consonnes initiales dans les langues arandiques, et aussi dans certaines langues du groupe pama au nord du Queensland. Dans l’article de Harold Koch, on trouve entre autres les exemples suivants qui illustrent ce changement (pre-Arrernte > Arrernte)
*munga > ingwe « serpent »
*ngathu > athe « 1sg »
*pula > ale « 3du »
*ngatatharri > atetherre « perruche ondulée »
La reconstruction du pré-Arrernte n’est pas expliquée de façon explicite dans cet article, mais semble relativement sérieuse.

Le résultat de ce changement est que l’arrernte est une langue sans consonnes initiales, une particularité curieuse qui a fait couler beaucoup d’encre à juste titre.

Les informations sur la phonologie historique de ces langues sont malheureusement dispersées dans un grand nombre d’articles difficiles à dénicher, qui sont de plus assez avares en exemples.

A ma connaissance, on n’observe la chute de toutes les consonnes initiales dans aucune autre langue du monde; tout au plus certaines langues présentent la chute de certaines consonnes spécifiques (par exemple en Yamphu, les *p et *t initiaux disparaissent, et en Belhare le *t initial; mais dans ces langues les *b et les *d du proto-kiranti donnent p et t, si bien qu’il n’y a pas de lacune dans le système).

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "La chute des consonnes initiales," Panchronica, 13/02/2016, http://panchr.hypotheses.org/795 (ISSN 2494-775X)

L’astérisque et l’obèle

L’obèle † est un symbole typographique utilisé (en autre) en linguistique historique pour indiquer une forme attendue mais inattestée.

Il s’emploie notamment lorsqu’une forme phonétiquement régulière hypothétique a été remplacée par l’analogie. Par exemple, en grec attique où *kʷ > t devant voyelle antérieure, on attendrait des paradigmes où p et t alternent (mais tous ont été régularisés par analogie). Ainsi, le vocatif de ἄνθρωπος ánthrôpos ‘homme’ devrait être †ἄνθρωτε †ánthrôte; l’obèle permet d’indiquer de façon concise cette absence d’attestation.

On peut aussi se servir de ce symbole pour indiquer les formes non-attestées prédites par une loi phonétique hypothétique, ainsi que tout simplement des formes incorrectes dans une langue particulière (« barbarismes » comme on dit en thème grec).

Dans certains domaines de la linguistique historique, en particulier le sino-tibétain, on emploie l’astérisque à la fois pour indiquer les formes reconstruites, les formes non-attestées et les phrases incorrectes. L’usage de l’obèle est quasiment inconnu dans la discipline, au point que le directeur d’une revue m’a demandé une fois de remplacer ce symbole par une astérisque. Cet emploi généralisé de l’astérisque, indéniablement dû à l’influence de la linguistique chomskyenne, me semble dommageable.

Un système de reconstruction n’est pas à mettre sur le même plan qu’une forme non-attestée synchroniquement; c’est un système hypothétique, d’un certain degré d’abstraction, d’où on peut dériver mécaniquement les formes attestées des langues. Confondre les deux décrédibilise la reconstruction, et justifie la pratique courante parmi les linguistes peu familiers avec la méthode comparative de proposer des reconstructions au gré de leur fantaisie, sans aucun système revérifiable.

NB: L’obèle est parfois aussi utilisé pour l’interprétation d’une transcription ancienne pré-phonémique, comme c’est l’usage dans le Comparative Siouan Dictionary; je ne conseille pas cette pratique, qui ne peut qu’induire davantage de confusion.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "L’astérisque et l’obèle," Panchronica, 11/02/2016, http://panchr.hypotheses.org/783 (ISSN 2494-775X)

Les verbes à radical discontinu en sioux

L’existence de radicaux discontinus est un trait bien connu des langues sioux (voir par exemple cet article). On trouve dans les langues sioux de la vallée du Mississippi (Lakhota-Nakoda, Hochank/Chiwere, Dhegiha) une grande proportion de verbes où les préfixes d’indexation personnelle sont insérés à l’intérieur du radical, comme par exemple en Lakhota wot’é ‘tuer en jetant un projectile’ est à la première personne du singular wowát’e ‘je l’ai tué en jetant un projectile’ avec le préfixe wa-. L’origine de cette discontinuité est toutefois assez triviale: les radicaux en question sont quasiment tous historiquement bipartite, avec pour premier élément un préfixe locatif ou « instrumental », ici wo- « avec un impact à distance » avec le verbe t’é ‘mourir’ (noter au passage l’effet causativisateur du préfixe instrumental, aussi bien connu).

Néanmoins, on trouve des cas où l’origine de la discontinuité des radicaux n’est pas aussi évidente. Je traiterai dans le billet d’aujourd’hui d’un seul exemple, le verbe ‘entendre’, en lakota naȟ’úŋeten omaha na’óⁿ. Ce verbe est discontinu en lakota nawáȟ’uŋ ‘j’entends’ mais pas en omaha aná’oⁿ (NB: le préfixe de 1sg est a- en omaha et wa- en lakota; voir le mémoire de M1 de Julie Marsault pour une présentation des paradigmes verbaux de l’omaha).

L’étymologie de ce verbe est complètement opaque synchroniquement, et le premier élément na- n’a rien à voir avec l’instrument na- ‘avec le pied’. Comme l’indique le Comparative Siouan Dictionary, le radical de ce verbe doit être découpé en *rãx- ‘oreille’ et *ʔũ ‘utiliser’. Si en lakota ‘úŋ « utiliser » existe toujours, il n’en est pas de même de la première partie de ce radical, qui n’est préservée que dans ce mot. Or, il est intéressant de remarquer que le lieu de placement de la marque de personne, na_ȟ’úŋ, ne correspond pas à l’étymologie (on se serait attendu à des formes telles que †naȟwáuŋ si l’insertion du préfixe était conforme à l’étymologie). Il semble donc que la pression analogique avec les verbes à instrumental en na- ‘avec le pied’ comme nat’é ‘tuer en écrasant du pied/ en donnant des coups de pied’, dont la première personne du singulier est nawáte, a servi de modèle à la conjugaison de ce verbe, qui a été refaite sous une forme contraire à celle attendue étant donnée son étymologie. Cet exemple montre que malgré les apparences, l’histoire des verbes à radical discontinu est plus compliquée qu’on ne pourrait le penser au premier abord. Je reviendrai sur cette question dans un autre billet.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Les verbes à radical discontinu en sioux," Panchronica, 06/02/2016, http://panchr.hypotheses.org/777 (ISSN 2494-775X)

L’origine des -u finaux en khaling

Dans un article qui va bientôt paraître, je propose une série de lois phonétiques en khaling pour expliquer l’origine des tons et de certaines alternances vocalique dans la flexion verbale de cette langue. Une question laissée en suspens dans ce travail est celle de l’origine des -u et des -o finaux: normalement, les -u et -o deviennent -ʉ et -ɵ respectivement, sauf lorsqu’ils sont suivis de vélaires auquel cas on observe *-uk > -ûː (*kruk > क्रू: krûː « il mugit ») et *-uŋ > -uŋ (*luŋ > लुङ् lūŋ « pierre »). Comment donc expliquer les noms en -u (मुपु mupu « ventre ») et les suffixes verbaux en -u (comme la 1sg>3 des verbes transitifs)?

La 1sg>3 -u correspond à -uŋ dans les autres langues (au moins celles qui préservent le -ŋ final, bien sûr) comme le limbou. Mais si des noms comme लुङ् lūŋ « pierre » ont toujours le -ŋ final, pourquoi donc est-il tombé dans लोबु lobu « j’attrape », si effectivement cette forme vient de *lop-uŋ? De même, le -pu de मुपु mupu « ventre » semble correspondre à une syllabe en -k final dans d’autres langues (limbou sappok « ventre »), mais si elle provient de qqch comme *mupuk, pourquoi n’a-t-on pas *mʉpûː ?

Je pense que la réponse doit avoir à faire avec le placement de l’accent à un certain stade du proto-khaling, voire du proto-kiranti: les correspondances *-uk > -ûː et *-uŋ > -uŋ s’appliquent dans les monosyllabes et les syllabes accentuées (notons que l’on a aussi *-uŋ > -ūː devant certaines consonnes, mais laissons cette question de côté pour le moment), mais ces rimes donnaient -u dans les syllabes finales non-accentuées. Ainsi, *lópuŋ > *lɵbu > lobu (notons que la première syllabe est toujours celle qui est accentuée) et *múpuk > *mʉ́pu > mupu (avec harmonie vocalique régulière).

Le problème avec cette hypothèse, c’est qu’elle n’est pas complètement compatible avec l’embryon de modèle de reconstruction de l’accent proposé dans l’article ci-dessus, puisque selon lui l’accent dans les formes verbales en première syllabe allonge la voyelle, pour expliquer les formes de 3sg>3 *lópu > ल्योऽब्यु lɵ̄ːbʉ « il l’attrape » avec voyelle longue. Si la piste de l’accentuation pour expliquer les -u finaux est correcte, alors il faut rendre compte de l’allongement vocalique à la 3sg>3 d’une autre façon (ou en supposant des lois phonétiques accentuelles à époques différentes). Malheureusement, les langues les plus proches (doumi et koyi) ne sont pas assez informatives pour élucider cette question, car elles font moins de distinctions phonologiques que le khaling.

J’espère que ce mystère attirera d’autres chercheurs; nous disposons pour le kiranti de suffisamment de données fiables sur près de la moitié des langues pour commencer à entreprendre une vraie reconstruction néo-grammairienne de la phonologie et de morphologie de ce groupe.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "L’origine des -u finaux en khaling," Panchronica, 04/02/2016, http://panchr.hypotheses.org/769 (ISSN 2494-775X)