Chevrons, avant-toits et uvulaires en chinois archaïque

Le mot tibétain lcam-shing (ltɕam.ɕiŋ dans ma transcription) désigne le chevron (en chinois 椽子 chuánzi). Une origine possible du tibétain lcam est *lhjam (voir cet article).

Cette reconstruction me fait penser au chinois 檐 yem ‘avant-toit’, dont la classe de rime en chinois archaïque (韵部) est *-am de façon non-ambiguë. Une des origines du chinois moyen y- est bien la latérale *l-, donc *lam serait une forme qui pourrait mécaniquement donner le chinois moyen yem et les formes qui en dérivent dans les langues chinoises modernes. Admettons pour le moment cette reconstruction, je reviendrai plus bas dans ce billet sur les problèmes qu’elle soulève.

Le proto-tibétain *lhjam et le chinois archaïque *lam se ressemblent suffisamment pour justifier une étude plus détaillée de la possibilité d’une relation entre les deux mots. Sémantiquement, le rapport entre ‘avant-toit’ et ‘chevron’ n’est pas immédiatement évident, mais comme le montre cette photographie, les chevrons sont en fait assez visibles sur les avant-toits dans l’architecture chinoise, et par conséquent il n’est pas exclu que le terme ‘avant-toit’ puisse avoir été formé à partir de celui désignant le chevron:

Phonétiquement, on observe deux différences entre la forme pré-tibétaine *lhjam et la reconstruction en chinois archaïque proposée *lam. Tout d’abord, la différence d’aspiration, sur laquelle je n’ai pas d’explication. Deuxièmement, la présence de palatalisation en tibétain, qui pourrait s’expliquer de deux façons: (1) lcam serait un emprunt au chinois 檐 yem < *lam à une étape intermédiaire (époque Han) où la palatalisation commençait à apparaître, mais avant la disparition de la latérale. (2) un certain nombre de mots tibétains natifs présentent une palatalisation mal expliquée (que je discute dans cet article), due dans certains cas à l’usage de la palatalisation pour former des mots du vocabulaire honorifique (ce qui n’est sans doute pas le cas ici).

Il semble peu probable qu’un mot aussi technique puisse être cognat entre les deux langues, mais nous ne pouvons pas exclure un emprunt dans un sens ou l’autre: la présence d’emprunts au chinois archaïque en tibétain est un fait avéré (lcags < *lhjaks ‘fer’ de 铁 *l̥ˤik, me.long ‘miroir’ de 铜 *lˁoŋ ‘bronze’ etc), ou du tibétain ou d’une langue himalayenne vers le chinois, comme c’est le cas pour le mot ‘yak’ (voir ce manuscrit).

Cette étymologie pose néanmoins un problème dans la nouvelle reconstruction de B. Baxter et L. Sagart (2014). En effet, alors que d’autres systèmes de reconstruction du chinois archaïque reconstruisent *l pour tous les y- du chinois moyen, Baxter et Sagart reconstruisent une uvulaire *ɢ dans certains cas, pour des raisons très convaincantes mais trop longues à expliquer sur ce blog. Dans leur nouvelle reconstruction, 檐 yem ‘avant-toit’ est reconstruit comme *Cə.[ɢ]am avec une uvulaire, et non avec une latérale.

La comparaison proposée avec le tibétain est-elle impossible pour cette raison? C’est là que la philologie du chinois doit entrer en jeu (malheureusement, ce n’est pas mon point fort). La reconstruction avec uvulaire dépend crucialement de l’usage de 詹 comme élément phonétique dans ce caractère, et une étude sur les textes excavés de l’usage de ce phonétique serait bien utile, mais je suis mal équipé pour m’en charger.
La série phonétique qui contient ce caractère a des occlusives dentales (膽 tamX < [t]ˤamʔ) et des affriquées alvéolo-palatales (瞻 tɕem, reconstruit *[t.q]am), mais pas à ma connaissance de caractères imposant une reconstruction d’uvulaire dans cette série. Ainsi, il serait tout aussi possible, dans le système de Baxter et Sagart, de reconstruire cette série comme une série à latérale:

yem < *lam
tamX < *t-lˤamʔ
tɕem < *t-lam

Dans cette hypothèse, la comparaison entre tibétain lcam et chinois 檐 yem ne serait pas un mirage de la reconstruction.

Références

Baxter, William H., and Laurent Sagart. 2014. Old Chinese: a new reconstruction. New York: Oxford University Press.
Jacques, Guillaume. 2013. On pre-Tibetan semi-vowels. Bulletin of the School of African and Oriental Studies 76.2:289–300.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Chevrons, avant-toits et uvulaires en chinois archaïque," Panchronica, 24/10/2015, http://panchr.hypotheses.org/490 (ISSN 2494-775X)

A propos de la loi de Meillet

La correspondance de l’arménien rk avec l’indoeuropéen *dw en initiale de mot, observation connue sous le nom de ‘loi de Meillet’, est l’un des cas les plus connus de correspondances phonologiques sans ressemblance phonétique de surface, souvent cité dans les manuels de linguistique historique. Néanmoins, la suite d’étapes intermédiaires menant de *dw à rk ne fait pas encore l’objet d’un consensus. Le problème n’est pas tant la présence d’une occlusive vélaire, puisque le *w passe régulièrement à g en arménien, mais le fait que cette vélaire est sourde. En effet, si les voisées simples de l’IE deviennent sourdes en arménien, ce changement a eu lieu avant *w > g, (sans quoi la correspondance serait *w : k).

Rémy Viredaz propose dans cet article la solution suivante:

*dw > *tw > *tkʷ > *rkʷ > rk

L’étape *dw > *tw ne pose aucun problème, car comme mentionné ci-dessus, les occlusives s’assourdissent régulièrement. *tw > *tkʷ serait un cas particulier du changement *w > *gʷ > g, reflétant le stade où *w et *gʷ ou ẉ et kʷ (en contact avec une obstruante sourde) étaient en variation libre.

A propos de l’étape *tkʷ > *rkʷ, toutefois, R. Viredaz reconnaît que ‘An exact parallel for this step has still not been found’.

Les langues tibétaines offrent cependant un bon exemple d’un changement de ce type. Le groupe écrit dk- du tibétain ancien était probablement prononcé d’abord *tə-k-, puis *tk-, car l’opposition de voisement est neutralisée en coda et comme premier élément de groupe de consonne, et l’écriture tibétaine note l’occlusive voisée dans tous les contextes à neutralisation. Ce groupe devient rk- (phonétiquement ʂk- ou ṛk-), se confondant avec l’ancien rk-, dans un grand nombre de langues modernes, y compris dans la couche principale des emprunts au tibétain en japhug (où dkon ‘rare’ par exemple devient rkɯn), le dialecte tibétain donneur ayant subi ce changement phonétique.

Cet exemple d’un changement phonétique tk- > rk-, se confondant avec l’ancien rk-, offre donc un parallèle à l’arménien, et évacue la dernière objection contre la suite de changements phonétiques proposée par R. Viredaz pour expliquer la loi de Meillet.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "A propos de la loi de Meillet," Panchronica, 18/10/2015, http://panchr.hypotheses.org/485 (ISSN 2494-775X)

Le verbe de mouvement ‘voler’ en sino-tibétain

On trouve dans les langues sino-tibétaines de nombreuses racines distinctes pour ‘voler’ (comme un oiseau), dont les trois principales peuvent être illustrées par:

(i) le tibétain ɴpʰur
(ii) le japhug nɯqambɯmbjom < (proto-gyalrong *mbjam)
(iii) le khaling |bʰer| (voir cet article pour plus d’explication sur cette notation)

Laquelle de ces trois racines a le meilleur potentiel d’être proto-sino-tibétaine?

La racine reflétée par le proto-gyalrong *mbjam (et attestée en lolo-birman, entre autres, peut-être une innovation birmo-qianguique) est probablement apparentée à 泛 phjomH (chinois archaïque *p[ro]m-s) ‘flotter’ selon le changement unidirectionnel flotter > planer > voler (je dois cette idée à Laurent Sagart).

La racine du khaling |bʰer|, malgré une distribution limitée (kiranti, tani et trung, voir le STEDT, où le tibétain ɴpʰur est inclus), me semble avoir un meilleur potentiel. On trouve en effet en tibétain bʲer ‘s’enfuir’, attesté par exemple dans l’exemple ci dessous qui provient de ce texte:

(1) | de’i tshe dge slong de dag gis sbrul chen po de’i gzugs de
mthong nas sngangs skrag ste| phyogs su ‘byer par ‘gyur ro|
Then after the form of that great snake is seen by those monks, they will be afraid and unable to breathe and (they) will flee in (all) directions.

Le changement voler > s’envoler > s’enfuir me semble tout à fait naturel, et lui aussi unidirectionnel (les lecteurs de ces blogs sont invités naturellement à proposer des exemples et contre-exemples dans les langues qu’ils connaissent).

En ce qui concerne le tibétain ɴpʰur et le chinois 飞 pjɨj (*Cə.pə[r]), je pense que l’hypothèse de verbes déidéophoniques est plus probable que celle d’héritage sino-tibétain (noter le japhug sɤphɤr ‘battre des ailes, secouer etc’). Le chinois 翩翩 phjien (*pʰe[n]), qui est aussi parfois comparé au tibétain ɴpʰur, est assez évidemment un idéophone.

Naturellement, il semble possible que la racine reflétée par le khaling |bʰer| soit aussi d’origne idéophonique, mais dans ce cas précis la présence d’une voisée initiale (ou probablement originellement prénasalisée, car selon moi c’est une des origines des voisées aspirées du khaling) suggère une dérivation déidéophonique plus ancienne.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Le verbe de mouvement ‘voler’ en sino-tibétain," Panchronica, 16/10/2015, http://panchr.hypotheses.org/443 (ISSN 2494-775X)

Première rencontre avec le thulung

La semaine dernière Gong Xun, Lai Yunfan et moi avons étudié pendant une journée avec Chandra Thulung, qui est venue à Paris pendant deux semaines pour travailler Aimée Lahaussois, sur sa langue éponyme.

Nous avons pu confirmer l’observation d’Aimée selon laquelle dans la variété parlée par Chandra existe une opposition de longueur, dans des paires minimales telles que duŋi (‘boire’, 1pl.incl, Khaling tūŋki तु्ङ्‍कि) et du:ku (‘boire’, 1pl.excl, Khaling tūŋkʌ तु्ङ्‍क), dans ce cas par allongement compensatoire dû à la chute du ŋ dans un contexte particulier. Toutefois, la transcription de la longueur dans cette langue est d’une difficulté redoutable.

Les alternances vocaliques du verbe thulung sont riches et assez différentes de celles observées en khaling, par exemple le verbe ‘faire’ comprend pas moins de quatre radicaux différents (j’indique ici les formes du non-passé):

1sg beu
1du.incl botsi
1pl.incl bi:
3sg by:

On reconnaît ici la racine de ‘faire’ qui se trouve en japhug (pa) et en tibétain (bʲed, bʲas). Les alternances ci-dessus sont caractéristiques des verbes transitifs à racine à syllabe ouverte en *a dans cette langue, et résultent sans doute en partie de fusion avec l’ancien suffixe *-u de patient de troisième personne direct.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Première rencontre avec le thulung," Panchronica, 14/10/2015, http://panchr.hypotheses.org/436 (ISSN 2494-775X)