L’inverse en sens inverse

Dans un article qui vient de paraître, Konnerth (2015) propose le chemin de grammaticalisation suivant en karbi (mikir), une langue du nord-est de l’Inde (si je n’ai pas commis de contresens):

pronom de 2sg > inverse > cislocatif (directionnel) > cislocatif (mouvement associé)

L’élément en question est le proclitique naŋ=, dérivé selon l’auteur du pronom de second personne nàŋ. Dans son usage comme marque d’inverse, naŋ= apparaît dans les formes 2/3>1 et 1/3>2 (tableau 2 p. 34).

Le chemin proposé va exactement dans le sens inverse du chemin bien attesté (en nez percé en particulier, voir Jacques et Antonov 2014:313):
venir > cislocatif (mouvement associé > directionel) > (action soudaine?) > inverse

Cet article présente donc des données d’un grand intérêt pour la typologie diachronique des systèmes d’indexation, et même de la grammaticalisation en général. Il me semble que si les données et la discussion semblent fiables, il manque à ce travail une approche réellement diachronique et comparative. Une telle étude est bien entendu rendue difficile par le fait qu’il n’existe pas de langue suffisamment proche du karbi pour éclairer directement sa diachronie. Il n’est pas inenvisageable malgré tout que le proclitique naŋ= soit grammaticalisé d’un verbe de mouvement qui est sorti de l’usage en karbi actuel (je pense par exemple au verbe qui a donné le Japhug no < *naŋ ‘chasser’ et le chinois 让 ‘laisser, ouvrir le passage’). Il est à espérer que cet article ouvre le débat, et que des études de terrain et des travaux de linguistique historique complémentaires sur le karbi et d’autres langues sino-tibétaines permettront de mieux comprendre l’origine de ce marqueur.

Bibliographie
Jacques, Guillaume et Anton Antonov. 2014. Language and Linguistics Compass 8/7: 301–318, 10.1111/lnc3.12079
https://www.academia.edu/3619660/Direct-Inverse_systems

Konnerth, Linda. 2015. “A new type of convergence at the deictic center: Second person and cislocative in Karbi (Tibeto-Burman).” Studies in Language 39 (1): 24–45
https://www.academia.edu/13332895/A_new_type_of_convergence_at_the_deictic_center_Second_person_and_cislocative_in_Karbi_Tibeto-Burman_

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "L’inverse en sens inverse," Panchronica, 27/06/2015, http://panchr.hypotheses.org/331 (ISSN 2494-775X)

Les emprunts entre dialectes ou langues proches (1)

Les emprunts à une langue apparentée mais éloignée, comme ceux du tibétain dans les langues gyalrong, sont relativement facile à reconnaître. Identifier ces emprunts, déterminer leurs correspondances avec le tibétain ancien et en déduire les enseignements qu’ils nous apportent sur la phonologie (et la morphologie) historique des langues emprunteuses et du tibétain est même la première tâche que le comparatiste intéressé par ces langues doit entreprendre, car c’est la moins difficile à mener à bien.

Les emprunts entre langues gyalronguiques constituent une question beaucoup plus épineuse: les emprunts entre langues proches obscurcissent les correspondances phonétiques, et selon la quantité de contact, il peut devenir quasi-impossible de déterminer quels sont les mots empruntés et lesquels sont hérités.

En japhug de Kamnyu, on trouve des emprunts clairs au tshobdun tels que qaliaʁ ‘aigle’ (au lieu de *qarɟaʁ, la forme attendue), qro ‘fourmi’ (au lieu de *qroʁ), tɯɟo ‘démon’ (au lieu de *tɯʑu) etc. Ces emprunts sont aisément reconnaissables car (1) ils présentent des correspondances phonétiques spécifiques au tshobdun (2) ils n’apparaissent pas dans les dialectes japhug parlés plus à l’est, où le contact avec le tshobdun est plus occasionnel.

On trouve aussi des mots nécessairement empruntés tels que rkaŋ ‘fort (physiquement)’, apparenté au japhug rko (*-aŋ passe à -o en japhug et en situ dans le vocabulaire hérité). Le changement a-t-il eu lieu d’abord en japhug avant d’opérer en situ? Ou s’agit-il d’un emprunt au tshobdun, avant le passage de *-aŋ à -i dans cette langue? Difficile de trancher.

Un cas où le contact semble avoir obscurci les correspondances est le traitement du *-s final, voir déjà ma thèse pp 249-250:

https://www.academia.edu/968764/Phonologie_et_morphologie_du_japhug_rGyalrong_

Le *-s final passe à -t (au lieu de -z) dans de nombreux mots en japhug, mais pas les mêmes mots selon les dialectes. Dans certains cas, on a -t dans tous les dialectes japhug (jmɯt ‘oublier’), et aussi en zbu (lmît ‘oublier’) alors que le situ (jmə̂s) a un -s. Dans d’autres cas, on a -t seulement dans quelques villages japhug, comme pour le suffixe de passé -t (japhug de Kamnyu), -z (tous les dialectes japhug de Gsar.rdzong et Da.tshang); en dehors du japhug, le -t n’apparaît pas (zbu -z, situ -s). Dans les emprunts au tibétain, certains ont -t correspondant à -s (rɟɤskɤt ‘escalier’ < rgʲa.skas) mais l’immense majorité a -z correspondant au tibétain -s.

Seule une étude détaillée, village par village, des correspondances du *-s final pourra peut-être un jour éclaircir cette question épineuse, qui fait intervenir le contact entre dialectes proches.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Les emprunts entre dialectes ou langues proches (1)," Panchronica, 04/06/2015, http://panchr.hypotheses.org/323 (ISSN 2494-775X)