La parenté des langues et le hasard

Pour de nombreux auteurs écrivant à propos de la parenté des langues dans une perspective générale (comme Campbell et Poser 2008), les ressemblances morphologiques sont considérées comme des indices plus fiables d’une parenté génétique que le vocabulaire commun.

Si même en l’absence d’une quantité significative de vocabulaire commun, l’existence de plusieurs séries communes de paradigmes ou de morphologie irrégulière commune sont des arguments très convaincants (voir par exemple Seefloth 2000 sur l’ouralique et l’eskimo ou Rankin 1996 sur le youtchi et le sioux; voir aussi mon travail non-publié Jacques 2011), il n’en va pas de même de ressemblances dans la morphologie dérivationnelle, même lorsque celle-ci donne l’impression d’un paradigme commun. Un des cas les plus impressionnant est celui des langues ouraliques et des langues « altaïques »: Georg (2011) recense par exemple une vingtaine de suffixes similaires entre une langue ouralique (le tchérémisse) et le turcique, des ressemblances trop fortes pour qu’il puisse s’agir de formes héritées (sans quoi les changements phonétiques auraient rendu ces suffixes, au moins pour une partie d’en eux, assez dissemblables), et il s’agit vraisemblablement en partie de ressemblances fortuites (les suffixes étant pour la plupart constitués d’une seule consonne) et en partie d’affixes empruntés (l’emprunt d’affixes dérivationnels est relativement courant).

Un nouvel exemple amusant de ressemblances purement fortuites entre deux familles non-apparentées (pour lesquelles le contact de langues est exclu) peut être observé entre le sémitique et le sino-tibétain, prenant ici l’akkadien et le japhug comme exemples représentatifs. On trouve en effet les formes suivantes:

* causatif: š-Stamm en akkadien (du proto-sémitique *s selon Huehnergard 2006) et causatif sɯ- en Japhug.
* passif: n-Stamm en akkadien et prénasalisation anticausative en japhug (prɤt > mbrɤt)
* deuxième personne: ta- en akkadien et tɯ- en Japhug

Dans ces trois cas, il s’agit d’affixes (ou de procédés morphologiques) reconstructibles dans les proto-langues respectives (pour le préfixe de seconde personne tɯ- en japhug, cette question est encore controversée; voir Jacques 2012 pour une discussion plus détaillée), et leur fonctions morphosyntaxiques sont relativement proches.

On pourrait multiplier ce type d’exemples avec n’importe quelle paire de famille de langues ayant une morphologie relativement compliquée.

L’existence de telles ressemblances fortuites soulève naturellement une question: comment les distinguer de ressemblances dues au contact ou à une parenté génétique? Je pense qu’on parviendra peut-être un jour à mettre au point un modèle testant les probabilités de ressemblances fortuites entre deux langues, mais pour le moment un tel modèle n’existe pas: les tests qui ont été proposés jusqu’ici l’on été sur le vocabulaire de base (par exemple Manaster-Ramer et Baxter 1999, qui utilise la loi de Poisson). Cet état de fait n’est pas surprenant: il est moins facile de comparer la morphologie entre deux langues que le vocabulaire de façon automatique, car si l’on peut établir des listes de mots comparables entre n’importe quelle paire de langue, il n’en va pas de même dans le cas de la morphologie.

Références
Georg, Stefan. 2011. The poverty of Altaicism, présentation à la journée d’étude « Altaïque ou pas », 10 décembre 2011, INALCO. https://www.academia.edu/1638942/The_Poverty_of_Altaicism

Huehnergard, John. 2006. Proto-Semitic and Proto-Akkadian, in The Akkadian Language in its Semitic Context: Studies in the Akkadian of the Third and Second Millennium BC (ed. G. Deutscher and N.J.C. Kouwenberg; Leiden: NINO). 1–18. https://www.academia.edu/234660/2006_Proto-Semitic_and_Proto-Akkadian

Jacques, Guillaume. 2011. Siouan irregular inflections, unpublished manuscript. https://www.academia.edu/3758247/Siouan_irregular_inflections

Jacques, Guillaume. 2012. Agreement morphology: the case of Rgyalrongic and Kiranti, Language and linguistics 13.1:83-116. https://www.academia.edu/1526166/Agreement_morphology_the_case_of_Rgyalrongic_and_Kiranti

Manaster-Ramer et Baxter. 1999. Beyond lumping and splitting: probabilistic issues in historical linguistics, Symposium on Time Depth in Historical Linguistics, 19–22 August 1999
McDonald Institute for Archaeological Research, Cambridge http://www-personal.umich.edu/~wbaxter/pdf/tdepth.pdf

Rankin, Robert L. 1996. Deeper Genetic Relationships in North America: Some Tempered Pessimism. Proceedings of the Twenty-Second Annual Meeting of the Berkeley Linguistics Society: Special Session on Historical Issues in Native American Languages, pp. 117-128.

Seefloth, Uwe 2000. Die Entstehung polypersonaler Paradigmen im Uralo-Sibirischen. Zentralasiatische Studien, 30, 163-191.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "La parenté des langues et le hasard," Panchronica, 04/01/2014, http://panchr.hypotheses.org/134 (ISSN 2494-775X)