Nouvel article sur l’arapaho

Mon premier article sur les langues algonquiennes ( Jacques 2013) vient de paraître. Dans ce travail, je propose deux interprétations de la correspondance entre le proto-algonquien *s- et l’arapaho n- à l’initiale, loi phonétique découverte par Goddard (1974).

Ce travail se place dans une perspective panchronique: pour chaque changement phonétique intermédiaire postulé entre *s- et n-, je propose des parallèles dans des langues d’autres familles, en tenant compte non seulement du changement phonétique lui-même, mais surtout de l’ensemble du système.

La correspondance entre *s- et n- (exclusivement à l’initiale; on a *s- > h- partout ailleurs) ne peut pas s’interpréter comme un changement phonétique direct; il est donc nécessaire de postuler un certain nombre d’étapes intermédiaires, mais il faut tenir compte (1) des autres sons qui fusionnent avec *s- en n- à l’initiale, à savoir *w-, *r- et n- (2) des correspondances dans les autres langues proches, le cheyenne, l’atsina et le nawathinehena.

On peut considérer deux changements: soit *s- > *z- > *r- > n- (un rhotacisme initial, changement par ailleurs uniquement attesté en vietnamien (voir Ferlus 1982); soit *s- > *ɬ- > *l- > n-. A ce propos, les relecteurs anonymes de l’article avaient des avis divergents: l’un a suggéré que le premier scénario était improbable (en raison de l’hypothèse du rhotacisme initial), tandis que l’autre avait la même opinion à propos du second scénario. Je pense pour ma part qu’il est trop tôt pour départager entre ces deux possibilités.

D’autre part, je donne aussi quelques nouvelles étymologies illustrant cette loi, comme nónoyoo- ‘avoir tort’ qui provient d’un *sanak-yaa- ou *sarak-yaa-. Paradoxalement, je pense que ces étymologies sont une contribution aussi grande sinon plus que la discussion sur les étapes intermédiaires de la loi *s- > n-.

Comme les lois phonétiques de l’arapaho sont connues avec une certaine précision, il pourrait sembler que découvrir de nouvelles étymologies est une affaire triviale et automatisable. En fait, il n’en est rien. J’ai appliqué au dictionnaire étymologique de Hewson le programme dont j’ai parlé dans le billet précédent qui applique les lois phonétiques automatiquement, mais le résultat est décevant: la quasi-totalité des étymologies correctes obtenues sont déjà connues.

Quelle est la raison de ce semi-échec? Je vais l’illustrer avec une étymologie que j’ai découverte en appliquant le programme mentionné ci-dessus. En arapaho, on trouve le verbe intransitif inanimé niicisóó- ‘être creux’. Les origines possibles de cette formes si l’on applique les lois phonétiques à l’envers sont très nombreuses: *[w|r|s][ii|oo]p[i|o][θk|šk|š][y|0]aa-. Avec la dictionnaire de Hewson+l’applicateur de loi phonétiques, j’obtiens le résultat suivant:

*niicex TI_hollow *wiimpeʃkamwa

*wiimpeʃkamwa est une forme proto-algonquienne reconstruite (elle aussi automatiquement), et *niicex est la forme obtenue en appliquant les lois phonétiques de façon mécanique (cette forme n’existe pas en arapaho).

Cette comparaison permet au moins de commencer l’étymologie de niicisóó-: ce verbe a le même radical initial que *wiimpeʃkamwa, c’est à dire *wiimp- (qui donne effectivement niic- d’après les lois régulières), mais le reste du mot a une structure différente. La terminaison -óó est un suffixe bien connu (*-yaa/ee-) qui sert à former des verbes intransitifs inanimés (comme nónoyoo- ci dessus). Maintenant, l’élément –is– restant est difficile à analyser. Ses origines possibles sont multiples (plus précisément, *[i|o][θk|šk|š] au moins), mais on ne trouve rien de tel dans les listes de suffixes établies par Bloomfield ou Hewson.

Ainsi, même si les lois phonétiques sont comprises, il n’est pas possible de mécaniser complètement la reconstruction, car les formes de chaque langue ne sont pas complètement superposables, d’une part parce qu’elles ont subi de l’analogie (un sujet dont je parlerai dans un autre billet), et d’autre part parce que dans des mots contenant plusieurs éléments (polymorphémiques), il est rare que des langues éloignées préservent pour chaque mot la même combinaison d’éléments.

C’est donc la morphologie, et non la phonologie, qui constitue le sujet d’étude principal de l’étymologie. Pour le cas de niicisóó- ‘être creux’, son étymologie ne pourra être considérée comme résolue que si l’on découvre un jour un élément postradical (selon le jargon algonquianiste) comparable à *-is- dans une autre langue de la famille qui corresponde selon les lois phonétiques connues et qui soit sémantiquement et morphologiquement similaire.

Même si les lois phonétiques des langues algonquiennes autre que le blackfoot sont connues, l’étymologie de ces langues est un champ d’étude encore vaste; j’espère que ce billet contribuera à susciter des vocations.

Références
Ferlus, Michel. 1982. Spirantisation des obstruantes médiales et formation du système consonantique du vietnamien, Cahiers de Linguistique – Asie Orientale, 11.1: 83–106.

Goddard, Ives. 1974. An Outline of the Historical Phonology of Arapaho and Atsina. International Journal of American Linguistics 40.2: 102–116.

Jacques, Guillaume 2013. The sound change *s > n in Arapaho. Folia Linguistica Historica 34:43-57.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Nouvel article sur l’arapaho," Panchronica, 22/10/2013, http://panchr.hypotheses.org/110 (ISSN 2494-775X)

Le comparatisme est-il un primitivisme?

Aux yeux des non-spécialistes, la linguistique historique comparative apparaît comme un domaine ésotérique et difficile d’accès. La légitimité de proposer des reconstructions et de prétendre reconstruire des proto-langues, c’est à dire des formes hypothétiques supposées représenter l’ancêtre commun d’un groupe de langues particulier, peut par ailleurs sembler contestable. En particulier, une critique récurrente à l’encontre du comparatisme est qu’il s’agirait d’un « primitivisme », autrement dit que les pratiquants de ce domaine s’intéressent davantage aux états pré-historiques reconstruits des langues qu’aux données réelles, et que leur but ultime n’est pas d’expliquer le fonctionnement des langues, mais de remonter à l’état le plus ancien possible.

Dans ce billet, je ne vais pas retracer l’histoire de la discipline (il existe pour cela des références nombreuses sur internet), mais plutôt exposer mon point de vue épistémologique personnel sur la question.

Aux yeux des comparatistes, la reconstruction n’est pas un but en soi, mais c’est en revanche un outil nécessaire pour établir un modèle revérifiable d’évolution des langues. Les reconstructions permettent de rendre compte à la fois des correspondances observées entre langues apparentées, et aussi d’expliquer les formes irrégulières (ce dernier point serait traité dans un autre billet). Il faut insister aussi sur le fait que dans un modèle de reconstruction complet, il n’y a pas « une » reconstruction dans la proto-langue pour un mot particulier: on établit plutôt une suite de reconstructions, une proto-forme suivie d’étapes intermédiaires jusqu’aux formes attestées dans les différentes langues.

Qu’est ce qu’une proto-forme et comment s’en servir? Je ne parlerai pas ici de la méthodologie de la reconstruction (comment établir un système de reconstruction et comment parvenir à une proto-forme pour un étymon particulier), sujet que j’aborderai sans doute dans d’autres billets. La question ici sera comment interpréter les reconstructions.

Pour qu’un comparatiste propose une forme reconstruite (avec une étoile *), deux conditions préliminaires doivent être respectées.

Premièrement, il doit exister un système de lois phonétiques permettant de dériver de cette proto-forme les formes des langues modernes de façon mécanique. Autrement dit, il est possible de représenter le passage de la proto-langue aux langues attestées comme une suite d’expressions régulières s’appliquant à l’ensemble du vocabulaire hérité. Cette manière de procéder est basée sur l’hypothèse de la régularité des changements phonétiques (die Ausnahmslosigkeit der Lautgesetze), autrement dit qu’en dehors des mots empruntés ou remodelés par l’analogie, le changement linguistique est déterministe.

Deuxièmement, il doit exister au moins une forme dans une des langues attestées pouvant descendre de la proto-forme par les lois phonétiques définies auparavant.

Malheureusement, ces conditions ne sont pas toujours explicitées dans les articles de linguistique; les spécialistes d’autres domaines, lisant donc des travaux faisant usage de reconstructions, ne sont pas forcément en mesure de juger de la validité de ces hypothèses et peuvent regarder cette discipline avec suspicion. Pire, certains comparatistes proposent des reconstructions sans que la condition (1) ne soit satisfaite. C’est la cas notamment pour les essais de reconstruction de proto-langues très anciennes comme le proto-sino-tibétain ou le proto-niger-congo.

Pour toute vraie reconstruction, il est possible d’écrire un programme appliquant les lois phonétiques qui dérive régulièrement les formes modernes à partir des formes anciennes. A mon avis, l’avenir de la linguistique historique va de pair avec l’usage de la programmation, d’abord pour s’assurer que les lois phonétiques ont été correctement définies, et d’autre part pour fournir aux lecteurs non-spécialistes un moyen aisé de revérifier immédiatement la cohérence d’une hypothèse historique particulière. Dans l’ensemble, les reconstructions de familles telles que l’indo-européen ou l’algonquien fonctionnent de façon assez satisfaisante (les exceptions aux lois phonétiques sont relativement peu nombreuses).

Pour tester la validité de la reconstruction du proto-algonquien, j’ai moi-même écrit un programme dérivant les formes de l’arapaho (une des langues à la phonologie historique la plus complexe dans la famille). Les lois phonétiques sont basées sur les travaux de Goddard (1974, 1998). Voici le résultat de l’application de ce programme pour deux mots (choisis parce qu’ils présentent des correspondances récurrentes, mais aussi pour la différence formelle frappante avec le proto-algonquien).

sens: écorce sens:foie
*welakeeθki *weθkweni
01-02. olakeeθki 01-02. oθkoni
01-02. ilakeeθki 01-02. iθkini
32. ilakeeʃki 32. iʃkini
31. ilakeeʃki 31. iʃkini
29. ilakeeʃki 29. iʃkini
30. ilakeeʃki 30. iʃkini
04. ilakeeʃki 04. iʃkini
03. inakeeʃki 03. iʃkini
39-41. inakeeʃki 39-41. iʃkini
36. inakeeʃki 36. iʃkini
43-44. inakeeʃk 43-44. iʃkin
11. inakeeʃk 11. iʃkin
38. inakeeʃk 38. iʃkin
05. inaeeʃ 05. iʃin
??. inaeeʃ ??. iʃin
??. inaeeʃ ??. iʃin
??. inaeeʃ ??. iʃin
12-14. inoeeʃ 12-14. iʃin
16. inoeeʃ 16. iʃin
17-19. inoeex 17-19. ixin
26. inooox 26. ixin
15. inooox 15. ixin
20-25. inooox 20-25. isin
10. inooox 10. isin
07-09. inooox 07-09. isin
06. inooox 06. isin
33. hinooox 33. hisin
34. hinooox 34. hisin
35. hinooox 35. hisin
37. hinooox 37. hisin
30. hinooox 30. hisin
47. hinooox 47. hisi
48. hinooox 48. hisə
47. hinooox 47. hisə
49. hinooox 49. his

Le lecteur intéressé pourra revérifier les formes de l’arapaho générées ici (n°49) avec celles du dictionnaire de L. Conathan: http://linguistics.berkeley.edu/~arapaho/arapaho_english.html

Reconstruire le proto-algonquien n’est pas le but ultime de cet exercice (d’ailleurs, le proto-algonquien avait originellement été reconstruit sans l’arapaho, c’est dans un second temps que l’on s’est aperçu qu’il permettait aussi de prédire les formes de cette langue). C’est plutôt la première étape nécessaire à une étude approfondie de l’histoire des langues de cette famille. Le proto-algonquien n’est pas intrinsèquement plus intéressant que l’arapaho ou les autres langues algonquiennes attestées, mais sans ce modèle, l’étude de leur histoire ne serait pas possible de façon aussi détaillée.

Par ailleurs, cette étude permet de contribuer à l’étude des principes généraux des changements phonétiques dans une perspective panchronique, intéressée non seulement à établir l’inventaire des changements phonétiques possibles, mais aussi à déterminer les conditions dans lesquelles ces changements ont lieu.

Concernant ce dernier objectif, certains lecteurs pourraient objecter qu’il est préférable, si l’on s’intéresse aux principes généraux des changements linguistiques, de travailler en priorité sur des langues dont la forme ancienne est attestée par des textes, comme les langues romanes (avec le latin), les langues tibétaines ou les « dialectes » arabes, et éviter de se baser sur des reconstructions, qui ne sont après tout que des hypothèses.

Le problème de ce point de vue est que nous ne disposons de données anciennes que pour une infime minorité des langues du monde, et presque exclusivement en Eurasie. Se limiter à ces données serait dommageable à un projet de recherche prétendant s’intéresser aux changements linguistiques indépendamment d’un groupe de langues particulier. Un nombre considérable de changements phonétiques ne sont en effet pas du tout attestés dans les langues ayant une histoire écrite; par exemple, l’arapaho connaît un changement en chaîne *k > 0, *p > k qui contribue fortement à rendre méconnaissables les étymons hérités. Ce changement n’est à ma connaissance attesté dans aucune autre langue et s’il n’avait pas été mis à jour en arapaho, il est fort probable qu’il aurait été considéré comme impossible. La linguistique historique ne peut donc pas se limiter aux langues à écriture, et l’usage de reconstructions satisfaisant les deux conditions exposées ci-dessus est par conséquent nécessaire.

Les comparatistes doivent toutefois faire en sorte de faciliter la revérifiabilité de leur travail en rendant accessibles des outils permettant de tester leurs modèles. Il est nécessaire d’abandonner le style ésotérique et les raisonnements implicites qui sont habituels, en particulier dans les travaux d’indo-européen.

Biliographie
Goddard, Ives. 1974. An Outline of the Historical Phonology of Arapaho and Atsina. International Journal of American Linguistics 40.2: 102–116.

Goddard, Ives. 1998. Recovering Arapaho etymologies by reconstructing forwards. In Melchert, Craig & Jasanoff, Jay H. (eds.) Mír Curad: Studies in Honor of Calvert Watkins, Innsbruck: Institut für Sprachwissenschaft der Universität Innsbruck, Innsbrucker Beiträge zur Sprachwissenschaft 92, pp.183–200.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Le comparatisme est-il un primitivisme?," Panchronica, 12/10/2013, http://panchr.hypotheses.org/77 (ISSN 2494-775X)