Archives de catégorie : Billets

L’hébreu à la rescousse du gyalronguique

Un des problèmes non-résolus de la linguistique gyalronguique est la reconstruction des suffixes d’indexation personnelle. Si certaines langues, comme le situ et le zbu présentent des alternances non-triviales, notamment pour marquer la 1sg, le japhug a un système complètement parallèle entre pronoms, préfixes possessifs et suffixes d’indexation, comme le montre le tableau suivant tiré de cet article:

japhug_pronoms

Etant donné les points communs entre les systèmes d’indexation du gyalronguique et ceux du kiranti (en particulier le situ et le kiranti du sud), notamment les préfixes, le système d’indexation dans son ensemble ne peut pas être une innovation récente des langues rgyalronguiques. Si c’était le cas, outre que les ressemblances avec le kiranti et d’autres langues devraient être considérées comme fortuites, il faudrait admettre que les pronoms aient été grammaticalisés indépendanmment dans chaque langue individuelle, puisque les correspondances irrégulières entre langues gyalrong dans les suffixes d’indexation sont les mêmes que dans les pronoms: ainsi le zbu et le situ ont des suffixes et des pronoms palatalisés pour le pluriel et le duel (-ndʑə et -ɲə), tandis que le tshobdun a des formes non-palatalisés (-ndzə, -nə) et le japhug a seulement le duel qui est palatalisé (-ndʑi, -nɯ).

Une telle hypothèse ne serait acceptée par personne, pas même ceux qui veulent remettre en cause l’antiquité des systèmes d’indexations en ST comme LaPolla. Toutefois, l’isomorphie entre suffixes d’indexation et pronoms/préfixes possessifs néanmoins demande une explication. Il me semble qu’il faut considérer la possibilité d’une analogie massive entre pronoms et suffixes d’indexations. Ce type de cas est rare dans les langues dont l’histoire est bien connue, mais il existe un exemple bien attesté: celui des suffixes d’accompli en hébreu (voir Joüon et Muraoka, pp 122-3).

Observons d’abord le paradigme régulier de l’inaccompli en hébreu (avec le verbe qāṭal « tuer »), comparé avec celui de l’arabe (avec kataba « écrire »). Le formes phonétiquement irrégulières en hébreu sont en gras:

1sg qāṭál-tî — katab-tu
1pl qāṭál-nû — katab-nā

2m.sg qāṭál-tā — katab-ta
2f.sg qāṭal-t — katab-ti
2m.pl qāṭal-tem — katab-tum
2f.pl qāṭal-ten — katab-tunna

3m.sg qāṭal — katab-a
3f.sg qāṭəlâ — katab-at
3pl qāṭəl-û — katab-ū / katab-na

Voici le paradigme des suffixes possessifs (avec sûs « cheval ») et des pronoms:

1sg sûs-î — ʔănî, ʔănōxî
1pl sûsḗ-nû — ănáħnû

2m.sg sûsə-xā — ʔattâ
2f.sg sûsē-x — ʔat
2m.pl sûsə-xem — ʔattem
2f.pl sûsə-xen — ʔatten

3m.sg sûs-ô — hûʔ
3f.sg sûs-āh — hîʔ
3m.pl sûs-ām — hēm, hḗmmâ
3f.pl sûs-ān — hēn, hḗnnâ

Une analyse exhaustive de ces paradigmes dépasse le cadre de ce billet, mais notons que plusieurs suffixes de l’inaccompli ont des formes inexplicables si l’on admet pour le proto-sémitique du nord-ouest des suffixes similaires à ceux de l’arabe:
(i) La 1sg *-ta devrait donner †-t en hébreu, et non -tî, qui ajoute à la désinence le -î du suffixe possessif et du pronom ʔănî.
(ii) La 1pl *-na ou *-nâ devrait donner soit †-n soit †-nô en hébreu; le -nû est rigoureusement identique au suffixe possessif.
(iii) La 2m.sg devrait être †-t comme le féminin, et les formes du pluriel devraient être différentes; on observe le même paradigme -â, zéro, -em, -en entre pronoms, suffixes possessifs et suffixes d’inaccompli.

L’hébreu offre donc un exemple de contamination entre les paradigmes possessifs et pronoms d’une part, et suffixes d’indexation d’autre part, ce qui peut servir de modèle pour expliquer les formes des langues gyalronguiques, qui ont apparemment poussé plus loin cette analogie entre les trois paradigmes — l’analogie semble est restée constamment active, et a maintenu la ressemblance entre les paradigmes en supprimant à intervalles réguliers les accidences dues aux changements phonétiques réguliers.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "L’hébreu à la rescousse du gyalronguique," Panchronica, 22/01/2017, http://panchr.hypotheses.org/1660 (ISSN 2494-775X)

La nasale intrusive en limbou

Les correspondances phonétiques des mots apparentés entre le chinois et le tibétain sont très complexes pour un grand nombre de raisons; l’une d’entre elle est à mon avis la perte dans ces deux langues d’une morphologie plus complexe de type gyalrong-kiranti.

Pour illustrer ce problème, notons par exemple le nom de parenté pour ‘père’, tibétain pʰa ཕ་, chinois 父 bju < *N-paʔ (selon Baxter et Sagart). Si l'on part de l'idée qu'il ne s'agit pas d'un mot d'origine enfantine (une objection tout à fait recevable), on se retrouve façe à une correspondance inexplicable entre p(h)-en tibétain et *N-p- avec prénasalisation anormale en chinois.

Or, en limbou, les noms de parentés (dont pa "père", voir le dictionnaire limbou en ligne) ont à leurs formes possessives un élément nasal intrusif non-expliqué (a-mba « mon père »). En l’occurrence, le nom pa « père » en limbou pose problème du point de vue comparatif (puisque le limbou p vient de proto-kiranti *b, voir cet article), mais la nasale homorganique intrusive pourrait tout à fait être un phénomène ancien.

Si l’on accepte cette dernière idée, le tibétain pourrait représenter la racine nue, et le chinois une généralisation de la forme possédée à la forme nue: *pa « père », *ŋa-N-pa « mon père » aurait été réanalysé comme *N-pa « père », *ŋa-N-pa « mon père ». Cette correspondance irrégulière entre chinois et tibétain ne serait donc pas un problème de phonologie comparée, mais plutôt de morphologie historique. Trouve-t-on d’autres traces de nasales préfixées inexpliquées dans les noms de parentés ?

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "La nasale intrusive en limbou," Panchronica, 21/01/2017, http://panchr.hypotheses.org/1654 (ISSN 2494-775X)

Note complémentaire à propos de l’omaha koⁿbthé « je désire »

Comme l’indique le CSD dans l’entrée sur le verbe « désirer », la première syllabe *kǫ- de ce verbe correspond au lakota kúŋ « désirer » et à la forme diminutive kúŋla. La seconde syllabe *-ra en revanche n’est pas cognate de -la en lakota (*-ra donnerait -ya dans cette langue).

Comment rendre compte plus précisément de l’étymologie de ce verbe? Dans le corpus de Dorsey, il s’emploie presque toujours (222 fois sur 235) avec le suffixe -goⁿ « comme », comme en (1): (l’étymologie de ce suffixe est discutée ici)

(1) wi-síthe ki, wi-tóⁿbe koⁿbthé-goⁿ
1>2-penser.à quand 1>2-1sg:voir désirer:1sg-comme
« Quand je pense à toi, j’ai envie de te voir. »

Or, le verbe « penser » (ebthé, ethé) s’emploie toujours en omaha (pas dans les autres langues dhegiha toutefois) aussi avec ce suffixe, au point que le manuel de conjugaison de Eschenberg et Saunsoci donner ethégoⁿ comme radical du verbe « penser ».
Comme je l’explique dans cet article, le verbe ebthé, ethé « penser » est étymologiquement un thème en *y-, ayant incorporé un élément démonstratif *e-, qui a été réanalysé comme un thème en *r- du fait de la confusion à la première personne des groupes *wy- et *wr- en bð-. Dans ce verbe la troisième personne ethé est refaite; on attendrait †ezhé si cette forme était phonétique.

Je pense maintenant que la seconde racine verbale de koⁿbthe, goⁿthe « désirer » doit en fait être la même que celle de ebthé, ethé, et qu’il faut donc reconstruire *kǫ=yA, 1sg *w-kǫ=w-yA en pre-proto-Dhegiha, cette racine subissant ensuite la même analogie que le verbe « penser » (sans quoi la 3sg devrait être †goⁿzhe), donnant la forme *kkǫ-wrA d’où dérivent les formes actuelles.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Note complémentaire à propos de l’omaha koⁿbthé « je désire »," Panchronica, 02/01/2017, http://panchr.hypotheses.org/1634 (ISSN 2494-775X)

Les exceptions à la métathèse *pk- > *kp- en Dhegiha

Dans ce billet, j’aborde la questions des deux exceptions à la métathèse *pk- > *kp- proposées par J. Koontz: le nom « tortue » et le verbe « désirer ». Dans des billets ultérieurs, je discuterai du paradigme archaïque phú « je viens », škú « tu viens » et des paradigmes à lénition.

(1) « tortue »
Concernant le nom « tortue », le seul indice d’une reconstruction *pk- est la forme mandan pké. Il est en particulier manifeste que le lakota khé et l’omaha kké peuvent s’expliquer par une proto-forme *hke, car les pré-aspirées du proto-siouane de la vallée du Mississippi (pSVM) donnent des post-aspirées en lakota.

L’élément p- en mandan, comme l’indique le CSD, est un préfixe de classe *wi- réduit qui se retrouve dans beaucoup de noms d’animaux sous forme fossilisée (notamment dans lakota pté « bison », omaha tté). Le fait qu’il s’agisse d’un élément morphologique implique également qu’il est tout à fait possible de poser plusieurs proto-formes en proto-sioux, l’une préfixée *wi-hké d’où proviendrait le mandan, et l’autre non-préfixée qui aurait donné le pSVM.

L’étymon « tortue » n’est donc pas un contre-exemple à la loi de métathèse; d’autre part, notons qu’il serait surprenant que *pk- donne kh- en lakhota, car dans cette langue les autres groupes *Ck ne donnent pas des aspirées.

(2) le verbe « désirer »
Rappelons le paradigme de ce verbe en omaha:
1sg kką́bðe,
2sg šką́hne
3sg gą́ða

voici celui de l’osage (tiré de Quintero 2009):
1sg hkǫ́bra
2sg škǫ́šta
3sg kǫ́ða

Le proto-Dhegiha était (*A note la voyelle à Ablaut, sujet que je réserve pour une autre fois).
1sg *hkǫ́=brA
2sg *škǫ́=šrA
3sg *kǫ́=rA

Le second élément est un thème en *r-. comme le souligne Lameen Souag, les paradigmes en *r- sont plus clairs que ceux à occlusive pour montrer la nécessité de reconstruire un préfixe *w- à la 1sg. Je discute de ce paradigme, et de celui du thème en *y- qui s’est confondu avec lui, dans cet article.

Il y a à mon avis plusieurs façon de rendre compte de la forme de 1sg. Celle que propose Lameen Souag, à savoir un blocage de la règle de métathèse dans les verbes monosyllabiques en *ka-, n’est pas absolument impossible (même si, comme il le reconnait, elle semble peu motivée phonétiquement).

A mon avis, une autre possibilité est de prendre en compte qu’il s’agit d’un verbe à double indiciation (le seul, d’ailleurs, préservé dans ces langues). Mon expérience avec les langues kiranti et rgyalronguiques, où ce genre de phénomène est beaucoup plus courant, est que les indices personnels ont souvent des formes idiosyncratiques dans les verbes de ce type (je prépare un article sur cette question). La solution que j’envisagerais est la suivante.

(1) *w-kǫ=w-rA
(2) *pkǫ=brA (obstruentisation)
(3) *kkǫ=brA (dissimilation des deux groupes à labiale)

La règle (3) fait des prédictions concernant le reste du vocabulaire: on ne devrait pas trouver de mots reconstructibles du type pCVpCV (mis à part les mots rédupliqués, bien sûr). A ma connaissance (et j’ai vérifié dans le CSD), il n’y a pas de racine de ce type, mais au vu du faible nombre de racines reconstruite, cette absence pourrait être accidentelle. Précisons toutefois qu’il existe plusieurs règles de dissimilation labiale dans les langues siouanes, et que ce changement ne serait pas isolé.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Les exceptions à la métathèse *pk- > *kp- en Dhegiha," Panchronica, 01/01/2017, http://panchr.hypotheses.org/1623 (ISSN 2494-775X)

Métathèse ou analogie

Avant de proposer de nouvelles idées pour rendre compte des données présentées dans ce billet précédent, il est tout d’abord nécessaire d’expliciter l’hypothèse de Koontz, qui n’est que rapidement esquissée dans son article.

Avant d’entrer dans les détails, notons tout d’abord, comme le dit Koontz, que les thèmes en *p- sont très nombreux en Dhegiha, car ce paradigme s’applique aux verbes pourvus du préfixe instrumental *pa- « en poussant » qui est très productif (voir Marsault 2016 p 120; originellement, probablement un verbe, mais j’aborderai cette question dans un billet ultérieur). S’il existe des préfixes en *k-, ceux-ci suivent une toute autre conjugaison (celle à lénition, voir Marsault 2016 p.80).

En lakota, les verbes à préfixe pa– n’ont pas d’alternance, comme le montre le paradigme du verbe pa-ská « pétrir (la pâte) »:

1sg wa-páska
2sg ya-páska
3sg paská

Rappelons le paradigme d’un verbe pourvu du préfixe ba- (de *pa-) en omaha:

« pousser dans »
1sg pásnu (ppásnu)
2sg shpásnu (špásnu)
3sg basnú (basnú)

Koontz suggère que le paradigme des verbes en *k- aurait prit sa 1sg au paradigme en *p- du fait de la plus grande fréquence de ce dernier, et qu’aucune métathèse n’aurait donc jamais eu lieu en Dhegiha. Autrement dit, à un stade plus ancien du Dhegiha (peut-être l’ancêtre commun au Dhegiha et au Lakhota), on avait pour les verbes à instrumental *pa- le paradigme:

1sg *ppa-
2sg *špa-
3sg *pa-

et pour les verbes en *k-:

1sg *kk-
2sg *šk-
3sg *k-

stade dont seul le verbe gą́ða « désirer » (1sg kką́bðe, 2sg šką́hne) garde une trace.

Ensuite, les formes de première personne en *kk- auraient tout simplement été remplacées par *pp- par analogie. Une telle hypothèse n’est pas absolument impossible, même si ce type de cas (la généralisation brutale d’une forme alternante d’un paradigme à un autre paradigme causant une alternance plus opaque que celle présente originellement) me semble très inhabituel. Il faudrait admettre que la première sg pp- a été réanalysée par fausse coupe comme étant un préfixe qui remplace la consonne initiale; autrement dit la règle synchronique d’alternance b- => pp- est réinterprétée comme (i) suppression du b- (ii) préfixation de pp-.

L’exemple le plus proche auquel je puisse penser est le cas, en Thulung, du suffixe de 1sg>3 -pu (voir ce travail d’Aimée Lahaussois, p14, qui apparemment résulte de la fausse coupe CVp-u > CV-pu des verbes en CVp-, généralisant ce -pu aux verbes à finale -k). Si les lecteurs de ce blog connaissent d’autres exemples comparables, je suis preneur.

Etant donné toutefois le fait que l’étymon *táppa mentionné dans le billet précédent offre une preuve indépendante de la métathèse *pk- > *kp-, l’hypothèse déjà fragile de Koontz devient intenable. Quelle alternative proposer pour expliquer le paradigme du verbe « désirer » et le nom « tortue », qui semblent soutenir l’hypothèse d’un changement *pk- > kk-? Nous discuterons de cette question dans un prochain billet.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Métathèse ou analogie," Panchronica, 30/12/2016, http://panchr.hypotheses.org/1578 (ISSN 2494-775X)

La métathèse *pk- > *kp- > pp- en Dhegiha

Parmi les langues siouanes, les langues Dhegiha (omaha, kansa, osage, quapaw) ont le système verbal le plus irrégulier; ces paradigmes, qui ont été presque intégralement régularisés dans les langues de l’ouest (crow, hidatsa, mandan) et considérablement simplifiés dans toutes les autres langues (à l’exception du hochank et du chiwere), sont riches en information sur la phonologie historique.

Dans ce billet, je discute du cas des verbes à consonne initiale venant de *k- (g- en omaha), comme par exemple le verbe « faire » (données tirées du livre « 500+ Verbs in Umoⁿhoⁿ (Omaha) »de Eschenberg et Saunsoci, dans l’orthographe d’usage et dans la transcription siouaniste; voir le mémoire de Julie Marsault, pp.202-3, pour les correspondances), qui présentent une alternance synchroniquement étrange entre pp- à la première personne et g- à la troisième:

1sg páxe (ppaxe)
2sg shkáxe (škaxe)
3sg gáxa (gáxa)

Les verbes à *p- (>b-)et *t- (>d-) initiaux ont des initiales pp- et tt- respectivement:

« pousser dans »
1sg pásnu (ppásnu)
2sg shpásnu (špásnu)
3sg basnú (basnú)

« voir »
1sg tóⁿbe (ttąbe)
2sg shtóⁿbe (štąbe)
3sg dóⁿba (dąba)

On explique le tt- à la 1sg des thèmes en *t- par l’idée qu’il provient d’un groupe *pt-, lui-même provenant d’une forme plus ancienne *w-t- avec obstruentisation du *w-en position préconsonantique; le *št- lui-même viendrait d’un plus ancien *y-t- obstruentisé.

La reconstruction d’un préfixe *w- à la première personne des verbes à occlusive en Dhegiha vient de l’idée qu’il s’agit de la forme réduite du préfixe wa- de première personne (paradigme actif) que l’on trouve toujours en Lakhota (en Dhegiha la 1sg des verbes réguliers actifs est a-, forme encore inexpliquée), d’où le nom de ‘paradigme à syncope’ employé en linguistique siouane pour les trois paradigmes ci-dessus et d’autres du même type (je reviendrai sur cette question dans un billet futur). Cette idée est confirmée par le fait que le Lakhota pt- correspond systématiquement à tt- en Dhegiha (par exemple, Lakhota pté ‘bison’, Omaha tté).

Pour les verbes en *p-, qui ont pp- à la 1sg, on peut admettre un changement du même type *w-p- > pp- et *y-p- > šp-. Pour les verbes en *k-, en revanche (à l’exception du verbe très particulier gą́ða « désirer », 1sg kką́bðe, 2sg šką́hne qui a une double indiciation du sujet), on a pp- à la première personne au lieu de kk- comme on l’attendrait. Si l’on accepte que la reconstruction *pt- > tt- pour les verbes en *t- est correcte, il est logique de supposer que pour les verbes en *k- du type de « faire », le paradigme était

*w-k- > *pk- > *kp- > pp-
*y-k- > *šk- > *šk- > šk-
*k- > *k- > *k- > g-

Le changement *kp- > pp- n’est pas problématique, car le Lakhota kp- correspond par ailleurs régulièrement à pp- en Dhegiha (L. kpázA « être sombre », O. ppáze « soir »).

A-t-on des preuves indépendantes en Dhegiha de la métathèse *pk- > *kp-? Malheureusement, la phonotactique du lakhota (qui préserve généralement mieux les groupes de consonne que les autres langues siouanes) ne permet pas de groupe †pk-.

Seul un exemple de *pk- à *kp- en Dhegiha est explicitement indiqué dans le CSD : l’étymon *tappa « être court », (doⁿppá en omaha, čáahpa en osage), qui comporte une racine *tap- suivie du suffixe *-ka (très productif en lakhota, voir le New Lakota Dictionary pour une description de ses fonctions); Notons au passage que cette étymologie présente des problèmes non expliqués, comme la nasalisation de la première voyelle en omaha.

La question de la métathèse *pk- > *kp- devient plus complexe lorsque l’on prend en compte la suggestion de John Koontz (1985), selon laquelle les formes verbales archaïques phú « I come », škú « you come », seraient les traces du paradigme à syncope en *k- — il les analyse comme les formes anciennes du verbe « revenir » (vertitif de ‘ú « venir »; les formes actuelles sont régulières, wa-kú, ya-kú).

Pour rendre compte de la 1sg phú, il faudrait admettre que ph- en lakota est le réflexe régulier de *pk-; notons que kp- ne peut pas être une étape intermédiaire de de *pk- à ph- (puisque le kp- ancien existe toujours en lakota).

Koontz note en plus que *pk- semble donner Dhegiha kk- et Lakhota kh- dans certains cas:

(i) Le nom *kké « tortue » (O. kké, L. khé), qui correspond à pké en mandan.

(ii) La forme omaha kką́bðe « je désire » (des formes identiques modulo les changements phonétiques existent dans toutes les langues Dhegiha), qui doit venir d’une protoforme du type *w-ką=w-re.

Comme seule la première page est visible sur le site de IJAL, voici une copie d’écran de la deuxième page de cet article:

koontz

Je suis d’accord avec Koontz avec l’idée que le verbe « venir » en Lakhota prouve que cette langue a connu autrefois des verbes à occlusive à syncope. En revanche, son idée, pour expliquer l’alternance entre vélaires et labiales, d’une analogie avec les thèmes en *p- me semble difficilement acceptable, et irréconciliable avec l’étymon « être court » mentionné ci-dessus. Je reviendrai sur cette question dans un billet ultérieur.

===================
Koontz, John 1985. A Syncopating Conjugation *k-Stem in Lakota. International Journal of American Linguistics, Vol. 51, No. 4, pp. 483-484.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "La métathèse *pk- > *kp- > pp- en Dhegiha," Panchronica, 30/12/2016, http://panchr.hypotheses.org/1596 (ISSN 2494-775X)

Le duel inclusif est-il compatible avec un autre argument de première personne?

Dans un article précédent (p85), j’ai affirmé qu’il était impossible dans une même forme verbale en japhug de combiner une première personne inclusive avec un autre argument de première ou deuxième personne. Ainsi, pour exprimer le sens de la phrase « Je nous ai vu tous les deux dans le miroir », il faut dire:

(1) χɕɤlzgoŋ ɯ-ŋgɯ kɤ-ntɕhɤr-tɕi nɯra pɯ-mto-t-a
miroir 3SG.POSS-intérieur PFV-apparaître-1DU DEM:PL PFV-voir-PST-1SG
« Je nous ai vu dans le miroir = j’ai vu que nous étions visibles dans le miroir. »

Une contrainte similaire existe en limbou, et j’en avais tiré la conclusion hâtive que cette configuration était impossible dans tous les cas. Je n’ai jamais trouvé de cas de ce type dans le corpus japhug.

Toutefois, inspiré par une suggestion d’Aimée Lahaussois durant les journées d’étude sur les langues kiranties, j’ai essayé ce matin la phrase « tu vas nous retarder », un des rares cas de configuration combinant duel inclusif avec une première personne qui ne soit pas étrange du point de vue pragmatique. Sans hésiter, Tshendzin a proposé la phrase (2), ici présentée avec l’enregistrement obtenu par Skype. J’ai bien revérifié que l’interprétation n’est pas avec l’exclusif « tu vas nous (moi et lui) faire arriver en retard. »

(2) mɯ́j-tɯ-mbɣom ri tha kɯ-z-maqhu-tɕi
NEG:SENS-2-être.pressé LNK bientôt 2>1-CAUS-être.après-1du
‘(Comme) tu ne te presses pas, tu vas nous (toi et moi) faire arriver en retard.’

La forme utilisée est celle de 2 > 1DU (kɯ-…-tɕi; les langues rgyalrongs ne distinguent pas l’inclusif et l’exclusif dans la morphologie verbale). Plus de recherches vont donc être nécessaires pour évaluer quelles sont les configurations possibles. Espérons que des exemples pourront être mis au jour dans le corpus de textes.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Le duel inclusif est-il compatible avec un autre argument de première personne?," Panchronica, 28/12/2016, http://panchr.hypotheses.org/1586 (ISSN 2494-775X)

Les proto-langues en danger

Si appliquer le terme « d’extinction » à une proto-langue peut prêter à sourire, surtout du point de vue de familles de langues étudiées par un nombre important de spécialistes telles que l’indo-européen, il me semble important de souligner à quel point le savoir cumulatif en linguistique comparative est fragile.

En effet, même si les publications ne risquent pas (au moins à moyen terme) de disparaître, la linguistique comparative ne se limite pas aux livres et aux articles, c.à.d. aux résultats des travaux. En effet, apprendre cette discipline en lisant seulement des livres n’a pas de sens; c’est avant tout une pratique d’analyse des données, que l’on ne peut l’acquérir qu’en réfléchissant soi-même sur des problèmes concrets (étymologies, lois phonétiques, reconstruction de paradigmes), et l’on ne la développe de façon satisfaisante qu’avec l’aide de chercheurs plus expérimentés et par des collègues rigoureux.

La linguistique comparative a donc besoin pour vivre d’une communauté de chercheurs partageant les mêmes connaissances de bases et les mêmes compétences techniques. Malheureusement, de telles communautés n’existent que pour une infime minorité des familles de langues, telles que l’indo-européen, l’ouralique, le sémitique, l’austronésien ou le chinois.

En algonquien par exemple, si le niveau que les spécialistes sont parvenus à atteindre est très élevé, le nombre de chercheurs qui maîtrise vraiment ces connaissances se compte sur les doigts d’une seule main, et leur moyenne d’âge est malheureusement assez haute. On peut réellement s’interroger sur le devenir de cette discipline lorsque cette génération aura disparu.

En sioux, la situation est encore bien moins favorable. Si le Comparative Siouan Dictionary (essentiellement écrit par Bob Rankin) a été publié de façon posthume, c’est un travail qui a les marques d’une oeuvre inachevée – certaines contradictions n’ont pas été résolues, et il n’existe pas de traité explicitant dans tous leurs détails les lois phonétiques des langues sioux telles qu’elles sont admises par les auteurs du CSD. En outre: (i) une part importante, voire l’essentiel des travaux sur les langues de cette famille n’est accessible au mieux que sous forme de littérature grise, (ii) la majorité de ces langues sont disparues ou au bord de l’extinction (toutes à part le Dakota/Lakota/Nakoda et le Crow), (iii) les transcriptions anciennes ne sont pas d’une fiabilité sans reproche (en particulier en ce qui concerne la longueur des voyelles), et (iv) plus aucun siouaniste en activité ne comprend intégralement ce système de reconstruction. Utiliser le CSD demande donc en fait de comprendre le raisonnement des auteurs par rétro-ingénierie, et de redécouvrir le modèle de reconstruction implicite qui est à la base de ce travail.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Les proto-langues en danger," Panchronica, 28/12/2016, http://panchr.hypotheses.org/1579 (ISSN 2494-775X)

Les histoires traduites du chinois en japhug

Le corpus du japhug accessible sur l’archive Pangloss comprend des histoires traditionnelles, des textes procéduraux et des textes traduits du chinois (je n’ai pas inclus les conversations, au moins pour le moment).

Il peut sembler contestable d’employer des histoires traduites pour décrire la grammaire de cette langue, mais voici ma position sur la question. Tout d’abord, le corpus des histoires traditionnelles dont les locuteurs se souviennent encore est restreint, et j’ai enregistré au moins deux versions (parfois cinq versions) des histoires que j’ai pu trouver; si l’on se limite à ces histoires, le corpus narratif aurait déjà atteint ses limites. Ensuite, les traductions, si elles peuvent induire des phrases et constructions peu naturelles, sont aussi l’occasion pour les locuteurs habiles à cet exercice de produire des phrases relativement plus compliquées que celle utilisées dans la vie courante, et d’explorer les limites des possibilités grammaticales de leur langue. Il est manifeste que les traductions que j’ai obtenues sont plus longues que l’original, et que j’ai pu apprendre de nombreux mots et expressions traditionnelles grâce à ce travail.

Naturellement, une phrase tirée d’un corpus traduit doit être traitée avec plus de suspicion qu’une phrase venue d’un document plus authentique. Si l’on observe par exemple une construction sans équivalent dans le corpus non-traduit, et qui de plus suit servilement l’original chinois, il n’y a guère de doute que cette construction ne doit pas être utilisée dans la grammaire, à moins de spécifier que l’on s’intéresse spécifiquement aux calques dus à la traduction.

Les traductions que Tshendzin a faites pour moi (à partir de recueils d’histoires illustrés pour enfants) sont toutefois assez souvent ingénieuse et trop éloignées du mot-à-mot pour avoir la suspicion d’être des calques serviles. Observons par exemple la phrase (1):

(1) 大人,请为小人做主啊!
Seigneur, aidez-moi (prenez mon parti dans cette affaire).

Elle est traduite par (2):

(2) nɤʑo ji-βɣo ra, aʑɯɣ a-qhu tɤ-βze ma maka, tu-kɯ-qur-a ma,
2SG 1PL.POSS-oncle.paternel PL 1G:GEN 1SG:arrière IMP-faire[III] car complètement, IMPF-2>1-aider-1SG car
‘Oncle, défends-moi, aide-moi, car…’

L’épithète 大人 dàrén « seigneur » (s’adressant à un fonctionnaire) a été traduite par ji-βɣo « notre oncle », la formule d’adresse en particulier utilisée pour un lama; le pluriel ra est ici honorifique (sans équivalent en chinois). L’expression chinoise 为……做主 (做主 signifie « décider, être responsable », mais 为……做主 signifie « soutenir X en prenant son parti », en particulier d’un supérieur dans une affaire qui concerne des subalternes) est rendue par la collocation ɯ-qhu,βzu « défendre » (littéralement « faire l’arrière ») de même sens, mais de forme complètement différente.

Il n’est pas possible d’en conclure sans confirmation additionnelle que (2) soit la façon exacte de s’exprimer qu’aurait un locuteur de la langue dans un tel contexte, mais (i) la même interrogation existe aussi pour les phrases tirées de conversations venues des histoires traditionnelles (parfois en fait traduites du tibétain durant la deuxième moitié du 20ème siècle, et donc pas si traditionnelles que ça), et (ii) même si ces traductions peuvent garder une part d’artificialité, elles sont néanmoins utiles lorsqu’elles sont utilisées en combinaison avec un corpus plus naturel, et lorsque l’on peut systématiquement les revérifier avec des locuteurs natifs.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Les histoires traduites du chinois en japhug," Panchronica, 18/12/2016, http://panchr.hypotheses.org/1570 (ISSN 2494-775X)

L’usage de la vidéo en documentation linguistique

Dans un précédent billet, j’avais mentionné un film expliquant les techniques de tissage. La première partie de ce film (avec la transcription complète) est maintenant disponible sur l’archive Pangloss. C’est le premier document vidéo de la collection sur le japhug.

Ce document illustre entre autre pourquoi la vidéo n’est pas un simple gadget, mais un outil indispensable à la documentation des langues. Dans le cas des textes procéduraux (qui expliquent comment réaliser une activité traditionnelle), en effet, il est très courant que le locuteur se serve de gestes et autres signaux non-verbaux pour expliquer une action, qui de toute évidence sont perdus si l’on ne dispose que d’un enregistrement audio. Ainsi, la phrase la plus courante du texte sur le tissage (les lecteurs de ce blog peuvent s’en convaincre par eux-même) est (1), qui est absolument ininterprétable sans vidéo.

(1) ki tú-wɣ-stu tɕe
DEM/PROX IPFV-INV-faire.ainsi LNK
On fait de cette façon.

Mais non seulement la vidéo permet de mieux comprendre les phrases ambiguës ou insuffisamment spécifiques, elle rend aussi possible de saisir les emplois précis de certains affixes ou constructions grammaticales en contexte. C’est notamment le ça ici avec les préfixes directionnels. Certains verbes (comme taʁ « tisser » βzu « faire », ʑa « commencer ») apparaissent dans ce texte avec deux préfixes directionnels imperfectifs: lu- (vers l’amont) et chɯ- (vers l’aval). Le premier (lú-wɣ-ʑa « on commence », lú-wɣ-taʁ « on tisse ») s’emploie pour désigner les mouvements depuis la partie du métier à tisser la plus éloignée du tisserand, tandis que le second est utilisé lorsque le mouvement part de la partie la plus proche du tisserand. Autrement dit, la dimension fluviale amont-aval est métaphoriquement étendue à l’axe des fils de chaîne.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "L’usage de la vidéo en documentation linguistique," Panchronica, 03/12/2016, http://panchr.hypotheses.org/1553 (ISSN 2494-775X)

Un nom galate dans une inscription phrygienne

Cet article présente une inscription gréco-phrygienne qui contient le nom de personne Βρογιμαρος Ἐπικράτου (Brogimaros Epikratou). L’article ne le mentionne pas, mais ce nom est sans le moindre doute celtique, composé de brogi– « pays, marche » (= breton bro) et -maros « grand » (=breton meur), deux éléments amplement attestés dans l’onomastique gauloise (voir Delamarre 2001), signifiant « dont le pays est grand/qui a un grand pays ». Xavier Delamarre a d’ailleurs pu me confirmer que ce nom Brogimaros est attesté ailleurs.

La présence d’un nom celtique en Phrygie n’a rien de surprenant, surtout au troisième siècle de notre ère, longtemps après la conquête de ce pays par les galates, dont la langue était très proche du gaulois. Etant donnée néanmoins la taille réduite du corpus d’inscriptions phrygiennes, la présence d’un nom galate dans une de ces inscriptions me semble intéressante et révélatrice de la situation linguistique de l’époque; je serais curieux de savoir si d’autres cas existent dans le corpus néo-phrygien.

Addendum: L’étymologie celtique de ce nom avait déjà été remarquée par Alexandru Avram dans son article sur cette inscription en 2015.

==============
Delamarre, Xavier 2001. Dictionnaire de la langue gauloise. Paris: Editions errance.

L’harmonie d’uvularité en japhug

Même s’il existe certains indices dans des langues tibétaines modernes périphériques suggérant que le tibétain commun ait pu avoir des uvulaires non représentées dans l’écriture, cette question est encore mal comprise. Les emprunts tibétains en japhug, langue ayant une opposition phonémique entre uvulaires et vélaires, pourraient contribuer à ce débat.

Parmi les mots ayant une occlusive uvulaire en japhug correspondant à une vélaire se trouve le nom tɯ-qhoχpa « organes, état d’esprit », qui provient du tibétain ཁོག་པ་ kʰog.pa. Cette forme apporterait-elle la preuve que le radical /kʰog/ avait une uvulaire en tibétain commun ?
Dans le cas particulier de ce mot, une explication interne au japhug est possible. En effet, il existe dans cette langue une contrainte phonotactique synchronique liée à la distribution des consonnes dorsales : lorsqu’une syllabe a une consonne initiale et une coda dorsale, les deux doivent être soit vélaires (kɤɣ « courber ») ou uvulaires (qaʁ « éplucher, écorcher, enlever la peau »). Cette contrainte ne s’applique pas aux consonnes médianes ou préinitiales (par exemple mbɣaʁ « se retourner »).

Or, les rimes -ag(s)/-eg(s) et -og(s) du tibétain sont régulièrement empruntées comme -aʁ et -oʁ respectivement; la présence d’une uvulaire est ici due au fait que, aussi bien en japhug qu’en tibétain (ancien et amdo, voir dans cet article), les codas uvulaires et vélaires sont en distribution complémentaire. Ainsi, on s’attendrait à ce que kʰog.pa soit emprunté comme *(tɯ-)kʰoχpa. Or, une telle forme violerait la contrainte phonotactique d’harmonie d’uvularité mentionnée ci-dessus. Le nom tɯ-qhoχpa peut donc s’expliquer si l’on admet l’existence d’une loi phonétique *k(ʰ)Vʁ > q(ʰ)Vʁ en japhug. Il existe des preuves indépendantes de cette loi phonétique dans le vocabulaire natif (sujet qui est traité dans un article en train d’être écrit par Gong Xun).

Cette étymologie montre donc que les données des emprunts dans les langues gyalronguiques doivent être utilisées avec précaution pour reconstruire l’histoire du tibétain.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "L’harmonie d’uvularité en japhug," Panchronica, 04/11/2016, http://panchr.hypotheses.org/1528 (ISSN 2494-775X)

Le roi des rgyalrongois

En japhug, la possession est exprimée par un préfixe possessif coréférent avec le possesseur sur le possédé, auquel peut s’adjoindre optionnellement une marque de génitif, comme en (1) et en (2).

(1) rɟɤlpu (ɣɯ) ɯ-ŋga
roi (GEN) 3SG.POSS-habit
« les habits du roi »

(2) jla nɯni (ɣɯ) ndʑi-rpaʁ
yak.hybride DEM.DUEL (GEN) 3DU.POSS-épaule
« Les épaules des deux yaks hybrides »

Pour les possesseurs de troisième personne, ce préfixe est ɯ- au singulier (1), ndʑi- au duel (2) et nɯ- au pluriel.

Un fait intéressant, que je n’ai pas pour le moment observé dans d’autres langues, est que lorsque l’on désigne le seigneur ou le roi d’une région, il est impératif d’employer un préfixe de pluriel, comme dans:

(3) ndzaʁlaŋ ʑɯŋkhɤm nɯ-rɟɤlpu
Jambudvîpa pays 3PL.POSS-roi
« Le roi de Jambudvîpa »

La raison pour ce fait curieux est à mon avis que l’expression signifie en fait non pas « roi de X » mais « roi de ceux de X », car l’on peut ajouter une marque de pluriel optionnelle ra:

(4) iɕqha sɤtɕha ra ɣɯ nɯ-rɟɤlpu
à.l’instant endroit PL GEN 3PL.POSS-roi
« Le roi de (ceux de) cet endroit »

Toutefois, dans les textes que j’ai fait traduire du chinois, cette expression se retrouve même pour des lieux qui ne sont pas censé avoir d’habitants; ainsi « le seigneur du mont Taishan » (泰山之主) est traduit par taishan ra ɣɯ nɯ-rɟɤlpu.

En français et dans les autres langues d’Europe, on trouve au moins deux constructions, illustrées par les titres historiquement attestés de roi de France et de roi des français. Le japhug (et peut-être d’autres langues de la région) semble ne permettre que la seconde possibilité.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Le roi des rgyalrongois," Panchronica, 29/10/2016, http://panchr.hypotheses.org/1516 (ISSN 2494-775X)

Les réduplications qui n’en sont plus

Les réduplications, lorsqu’elles subissent des changements phonétiques même relativement modérés, peuvent parfois devenir méconnaissables, et synchroniquement immotivées.

Un cas bien connu est celui de la forme d’aoriste/injonctif qui donne le grec εἶπον eipon ‘je dis’ (qui fonctionne comme l’aoriste de φημί phêmi et de λέγω legô « dire ») et le sanskrit vocam (aoriste avec augment avocam). Ces deux formes verbales n’ont aucune réduplication apparente ni en grec ni en sanskrit, mais tous les spécialistes s’accordent pour reconstruire ici un aoriste à réduplication *we-wkʷ-om (ce sujet est discuté dans ce billet). Notons que la 1sg vocam en sanskrit est refaite (on attendrait †vokam) dû à la généralisation de l’alternant palatalisé.

En grec notons que le *w se dissimile en -i- entre deux labiovélaires, une loi qui saigne la règle de boukolos, et qui s’observe dans un autre aoriste rédupliqué moins souvent cité (merci à Romain Garnier pour me l’avoir appris), le participe aoriste εἴβων eíbōn « versant » < *we-wgw-ónt- (de la racine *wegw- qui donne le grec ὑγρός hugrós « humide » < *ugw-ró-).

Le germanique contient aussi un certain nombre de formes rédupliquées fossiles (l'anglais wheel, par exemple).

Des réduplications fossiles sont aussi identifiées dans certaines familles dont la phonologie historique est bien comprise; ainsi, en sémitique on peut citer l’hébreu כוכב kôxāβ < *kabkab "étoile" par exemple.

En sino-tibétain/trans-himalayen, le parent pauvre de la méthode comparative, ce type de phénomène est plus difficile à détecter. Je ne connais pas d'exemple de ce type clairement identifié en chinois, en tibétain ou en rgyalronguique. J'ai proposé dans mon étude du tangoute (Jacques 2014:197) que la voix tendue (marquée par un point souscrit dans la reconstruction) du numéral "trois" sọ¹ (qui peut remonter mécaniquement à quelque chose comme *sə-sum) soit un cas de réduplication fossile; cette proposition, dont j'avoue le caractère hypothétique, n'a pour le moment pas fait l'objet d'une discussion détaillée (voir cependant ce billet de Marc Miyake).

Connaissez-vous d’autres exemples de réduplications fossilisées dans d’autres familles?

======================
Jacques, Guillaume 2014. Esquisse de phonologie et de morphologie historique du tangoute. Global Oriental. Leiden: Brill.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Les réduplications qui n’en sont plus," Panchronica, 27/10/2016, http://panchr.hypotheses.org/1506 (ISSN 2494-775X)

L’unification d’étymons distincts par pression homophonique

Lorsqu’une langue subit des changements phonétiques massifs, il peut arriver que des mots sans relations étymologiques mais de sens proches deviennent fortuitement homophones. Le cas le plus extrême que je connaisse est celui du chinois 指 zhǐ « doigt » et 趾 zhǐ « doigt de pied » (qui en mandarin ne s’emploient que comme éléments de composés, notamment 手指 shǒuzhǐ « doigt (de la main) » et 脚趾 jiǎozhǐ « doigt de pied »).

En chinois moyen, ces deux syllabes étaient encore légèrement différentes; leur consonne initiale était la même (章 tɕ-), elles avaient le même ton, mais leurs rimes n’étaient pas identiques (脂 -ij vs 之 -i). En chinois archaïque en revanche (et ceci quel que soit le système de reconstruction adopté), les deux étymons étaient radicalement différents. 趾 zhǐ < tɕiX "doigt de pied" provient de façon non-ambiguë d'une forme *təʔ, tandis que 指 zhǐ < tɕijX "doigt de la main" fait partie des mots à initiale vélaire ayant subi une palatalisation tardive (devant voyelles antérieures) et remonte à *kijʔ (Baxter et Sagart 2014:79 reconstruisent *mə-kijʔ). La présence d'une vélaire ici est prouvée par (a) le fait que certaines langues chinoises min ont échappé à cette palatalisation (建瓯 jianou ki6 "doigt"), (b) dans certaines conditions, les vélaires devant voyelles antérieures ne palatalisent pas, si bien que certains mots des mêmes séries phonétiques ont toujours une vélaire en chinois moyen (comme 耆 gij).

Si l'écriture chinoise n'existait pas et que l'on ignorait tout des langues min, aurait-on eu l'idée que ces deux mots aient pu avoir une origine différente et aient été aussi divergent phonétiquement à une époque antérieure? Connaissez-vous d'autres exemples du même type?

==========
Baxter, William and Laurent Sagart. 2014. Old Chinese: A New Reconstruction. Oxford: Oxford University Press.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "L’unification d’étymons distincts par pression homophonique," Panchronica, 16/10/2016, http://panchr.hypotheses.org/1461 (ISSN 2494-775X)