Archives de catégorie : Actualités / News

A propos de l’interprétation des « divisions » en tangoute

Si le système phonologique du tangoute est relativement compris du point de vue de sa structure grâce à l’analysis systématique des fanqie des dictionnaires natifs (voir par exemple cette introduction), l’interprétation phonétique des catégories phonologiques est très difficile, et les reconstructions actuellement disponibles du tangoute inspirent peu confiance — je me sers moi-même de celle de Gong Hwang-cherng comme d’une représentation orthographique de l’information phonologique contenue dans les dictionnaires plutôt que comme essai réel de reconstituer la prononciation de cette langue.

Grâce à sa connaissance du zbu et des autres langues rgyalronguiques, Gong Xun a fait des avancées importante sur l’interprétation phonétique des distinctions phonologiques du tangoute. Ses travaux ne sont pas publiés, mais heureusement le SOAS vient de mettre en ligne une vidéo de son intervention à une conférence à Londres l’année dernière, où ses idées sur les uvulaires et les qualités de voix sont présentées en détail:

Même s’il n’a pas été publié au format papier (un article a été soumis, mais la relecture prend un temps inhabituellement long), ce travail est citable sous la forme suivante:

Gong, Xun (2017) ‘Grade II in Tangut and Hexi Late Middle Chinese’. Workshop “Recent Advances in Tangut Studies”, London, SOAS, 28 February 2017.

Il en va de même de cette présentation sur le bai dont nous avions déjà parlé (ici et ici):

Elle n’est malheureusement toujours pas publiée, mais je suggère de citer cette présentation sous la forme suivante:

Gong, Xun (2015) ‘How old is the Chinese in Bái? Reexamining Sino-Bái under the Baxter-Sagart reconstruction’. Workshop “Recent Advances in Old Chinese Historical Phonology”, London, SOAS, 6 November 2015.

Dictionnaires android du japhug et du khaling

Les versions android des dictionnaires du japhug et du khaling, générés par un programme développé par Rémy Bonnet dans le cadre de l’axe 6 du Labex EFL, sont déjà disponibles depuis un certain temps sur google store. Le dictionnaire khaling est très lourd, car il contient tous les fichiers son; pour celui du japhug, comme le total des fichiers sons, même dégradés, dépassait 100 mo, ils ne sont pas inclus dans l’application, et ne peuvent être écoutés qu’avec une connexion internet. Il s’agit encore de versions β, et les suggestions de corrections et d’améliorations, aussi bien du point de vue technique que du contenu, sont les bienvenus.

La langue de Hüis Tolgoi

L’une des plus importantes découvertes de cette année en linguistique est selon moi celle d’une inscription dans une langue para-mongolique, dont la date pourrait se situer dans un intervalle entre le 5ème et le 7ème siècles, non seulement antérieure de plusieurs siècles aux plus anciens monuments dans une langue apparentée au mongol connue jusqu’ici (le kitan), mais même aux plus anciennes inscriptions en langues turciques.

Quatre articles pré-publiés sur academia.edu par une équipe constituée de Alexandre Vovin, Etienne de la Vaissière, Dieter Maue et Mehmet Olmez présentent cette découverte sur des facettes différentes: le contexte général de la découverte, l’écriture, l’interprétation de l’inscription et le contexte historique.

La découverte de la nature para-mongolique de la langue de cette inscription (par Alexandre Vovin) remonte à 2014, mais plusieurs années ont été nécessaires pour monter une expédition en Mongolie et refaire des photographies plus lisibles pour permettre une meilleure étude de ce document. Suite à une discussion sur academia.edu, il me semble qu’un consensus s’est établi parmi les mongolistes et les turcologues sur le fait que cette langue doit être apparentée au mongolique plutôt qu’au turcique. L’importance de cette découverte pour la linguistique historique de cette région et son histoire politique est considérable, et il est probable qu’il ne s’agisse pas d’une inscription isolée.

Un effondrement silencieux

Dans la dernière lettre de l’institut des sciences humaines et sociales du CNRS (p.20), j’écrivais un bref article destiné au grand public où je me lamentais de l’effondrement rapide de la diversité linguistique dans le monde. Cet effondrement n’est malheureusement que l’un des symptômes d’un mal plus général, qui concerne aussi, et en premier lieu, la biodiversité. Dans un article qui vient de paraître dans le journal PLOS One, une équipe de chercheurs documentent la diminution dramatique de 75% des insectes dans les zones non-agricoles censées être protégées au cours des trente dernières années en Allemagne (comme cette semaine est celle du libre accès — voir par exemple à cette occasion ce billet d’Alexis Michaud à propos de Language Science Press — saluons au passage le fait que cette revue soit en accès libre et permette donc à un large public de lire directement les résultats de ces recherches).

Même si une étude comparable n’a peut-être pas encore été menée en France (on peut espérer qu’elle le soit rapidement), il est probable, étant donnée la proximité des climats et des pratiques agricoles intensives, que ces chiffres soient proches de la situation française, d’autant que ceux qui sont nés avant les années 90 peuvent avoir le souvenir d’une époque où les insectes étaient visiblement plus nombreux dans les campagnes.

J’ignore si le plus effrayant est cette nouvelle elle-même, où l’absence complète de réaction qu’elle suscite auprès du public, des hommes politiques censés s’occuper d’écologie, et des partis dont le nom contient les adjectifs « vert » ou « écologiste ». Il est à craindre que la prédiction d’un printemps silencieux dans les années 1960 ne devienne très vite réalité, avec toutes ses conséquences logiques.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Un effondrement silencieux," Panchronica, 26/10/2017, http://panchr.hypotheses.org/1989 (ISSN 2494-775X)

Journées d’étude sur le kiranti

Aimée Lahaussois et moi-même avons organisé ces 1 et 2 décembre des journées d’études sur les langues kiranties, dont le programme est disponible ici. Les présentations ont porté sur des sujets variés, de la linguistique descriptive à la typologie en passant par la linguistique historique. Contrepartie népalaise de la conférence sur les langues du Sichuan, cette manifestation a été l’occasion de rassembler les trop rares spécialistes de ces langues, et aussi d’engager des interactions entre rgyalrongologues et kirantologues, car j’ai la ferme conviction que la linguistique sino-tibétaine/trans-himalayenne ne pourra se développer sur des bases saines que lorsque davantage des linguistes se seront familiarisés avec les langues à morphologie complexes des deux côtés de l’Himâlaya.

J’en profite pour mentionner que Nathan Hill a rendu public les enregistrements de la conférence sur la phonologie du chinois archaïque qui a eu lieu l’année dernière; voici ma présentation, celle de Lai Yunfan et de celle de Gong Xun.

Sauvons les arbres

Johann-Mattis List et moi-même avons mis en ligne la première version d’un article (qui sera soumis à un numéro spécial du Journal of Historical Linguistics) où nous défendons l’usage des arbres phylogénétiques en linguistique. Il y a en effet plusieurs courants phylosceptiques de plus en plus influents en linguistique; l’un des plus intéressants est la glottométrie d’Alexandre François (voir par exemple cet article en français, celui-ci et surtout celui-là). Il nous a semblé utile d’apporter des pistes de réponses aux questions importantes soulevées par ces travaux.

Un article à propos de la diffusion lexicale

Dans un billet écrit il y a plus d’un an, j’avais présenté une critique de certains problèmes liés à cet article paru dans la nouvelle revue International Journal of Chinese Linguistic. Nathan W. Hill a récemment rendu disponible sa réponse à cet article, qui paraîtra très prochainement dans la même revue.

L’article de Nathan a le mérite, outre de réfuter très en détail l’article calamiteux, de présenter une critique claire et convaincante de la « diffusion lexicale », et de la supériorité de l’approche néogrammairienne sur celle-ci.

=======
Hill, Nathan W. (2016) ‘A refutation of Song’s (2014) explanation of the ‘stop coda problem’ in Old Chinese.’ International Journal of Chinese Linguistics, 3(2): 272–283

Les journées d’études sur les langues du Sichuan

La semaine dernière ont eu lieu les quatrièmes journées d’études sur les langues du Sichuan à Seattle, organisées par Zev Handel. Les journées précédentes avaient eu lieu à Paris en 2013.

Cinq doctorants et anciens doctorants de notre équipe étaient présents: Lai Yunfan, Gong Xun, Zhang Shuya, Rao Min et Gao Yang, qui ont chacun présenté des communications sur leurs langues de spécialité respective (khroskyabs, zbu, situ, guiqiong et menya).

Une des communications les plus inattendues de la conférence était celle de Hiroyuki Suzuki et de Tashi Nyima, qui ont révélé l’existence d’une langue jusqu’alors inconnue, le ‘bo-skad (dont le second auteur, bien que résidant en Norvège, est locuteur natif). Cette langue, bien que très clairement gyalronguique, et même plus proche de la branche stau-khroskyabs, est parlée loin du Sichuan, dans le département de Mdzosgang, au district de Chamdo, à plus de 900 km de Mbarkhams par la route. La présence d’une langue gyalronguique aussi loin de la région Gyalrong est très étonnante (bien que des rumeurs circulaient concernant des langues non-tibétaines dans cette région), mais il semble qu’elle ne soit pas isolée.

Cette découverte confirme l’idée d’une expansion « récente » de la langue tibétaine hors du Tibet central (c’est à dire postérieure à l’établissement de l’empire tibétain) sur des régions où étaient parlées plutôt des langues gyalronguiques, dont la région Gyalrong et les poches isolées de Chamdo sont les dernières traces. Il faut souligner l’importance de cette découverte pour notre compréhension de l’histoire du peuplement du Tibet oriental.

Dictionnaire Japhug, version 1.1

Je viens de rendre disponible la version 1.1 de mon dictionnaire japhug, qui contient environ 300 nouvelles entrées, et corrige un certain nombre de phrases imparfaites, voire agrammaticales, que j’avais laissées dans la version précédente.

La version sans son peut être téléchargée aux adresses suivantes:
version 1.1 (sans son), academia.edu
version 1.1 (sans son), Himalco

La version plus lourde, comprenant les fichiers sons, est disponible ici:
version 1.1 (sans son), Himalco

Carnet de terrain (2016) IX

Le japhug, comme les autres langues rgyalronguiques, a un système d’idéophones (et de verbes déidéophoniques) très complexe, dont cet article offre un court aperçu. Leur usage détaillé et leur sens précis est très difficile à décrire clairement et à traduire correctement, ce qui complique considérablement le travail de lexicographie, mais contribue à l’expressivité et à la richesse de ces langues.
Il suffit de commencer à poser des questions sur ce sujet pour découvrir de nouveaux idéophones et des sens nouveaux à des idéophones déjà connus. Parmi les idéophones que j’ai appris aujourd’hui, il y a par exemple ɟrɯɣɟrɯɣ, qui peut signifier « sensation inconfortable dans le ventre qui annonce une diarrhée » (sans bruit de gargouillement, contrairement au verbe déidéophonique ɣɤɟɯɟrɯɣ « gargouiller ») ou « beaucoup d’objets en désordre » (dans ce sens, presque synonyme de l’idéophone presque identique crɯɣcrɯɣ), thrɤβthrɤβ (avec un groupe de consonne thr peu commun) « dont l’épaisseur n’est pas homogène (à propos de la soupe de riz) » ou crɯcrɯ « crasseux, plein de morve (enfant) ».
Pour les quelques jours qui me restent ici, j’ai décidé d’enregistrer des définitions détaillées du plus grand nombre d’idéophones possible en japhug, ainsi que des comparaisons entre idéophones de sens proche. Il y a matière à rédiger une monographie sur ce sujet, et j’espère tout au moins dans ma future grammaire inclure un inventaire systématique des formes qui existent et celles qui n’existent pas, ainsi qu’un description aussi précise que possible des nuances de sens de ces idéophones.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Carnet de terrain (2016) IX," Panchronica, 19/07/2016, http://panchr.hypotheses.org/1409 (ISSN 2494-775X)

Carnet de terrain (2016) VIII

Il existe en japhug de nombreuses expressions pour dire « le soleil s’est couché », mais la plus surprenante est sans doute (1):
(1) tɤŋe tɤ-a<nɯ>ri
soleil PFV:HAUT-<VERTITIF>aller[II]
« Le soleil est retourné (vers le haut) »

Avec d’autres verbes, on trouve les directionnels attendu – « vers le bas » ou – « vers l’ouest’:
(2) tɤŋe nɯ-ɕqhlɤt
soleil PFV:OUEST-disparaître
(3) tɤŋe pɯ-ɕqhlɤt
soleil PFV:BAS-disparaître

Pourquoi donc employer le préfixe « vers le haut » en (1), direction qui semble être l’inverse du mouvement apparent du soleil lorsqu’il se couche? J’ai eu aujourd’hui la réponse: le mouvement « vers le haut » en question auquel il est fait référence n’est pas celui du soleil directement mais de l’ombre sur l’adret (rndzɤkɤŋe — il doit y avoir un terme technique en français, je serais reconnaissant pour toute suggestion) qui monte à mesure que le soleil descend.

Cet exemple illustre que les usages apparemment irrationnels des préfixes directionnels dans les langues rgyalronguiques peuvent sans doute avoir une explication lorsque le contexte culturel est bien compris, mais ce type d’information n’est souvent pas disponible.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Carnet de terrain (2016) VIII," Panchronica, 17/07/2016, http://panchr.hypotheses.org/1405 (ISSN 2494-775X)

Carnet de terrain (2016) VII

La compilation d’un dictionnaire est une tâche qui de toute évidence ne peut jamais être tout à fait finie, et qui nécessite un travail constant. Contrairement aux histoires ou aux conversations, où l’on trouve souvent des phrases bancales qui ne sont pas bien graves (car elles sont immergées dans le reste et il suffit de mettre une note dans la transcription), dans le cas d’un dictionnaire il est nécessaire de faire attention à la représentativité des exemples (éviter tout exemple pragmatiquement / culturellement bizarre ou choquant) et à plus forte raisons les phrases incorrectes grammaticalement. La tâche pourrait sembler facile, mais même les locuteurs changent souvent d’avis sur l’opportunité d’inclure tel exemple dans le dictionnaire, et rejettent parfois des phrases qu’ils avaient eux-mêmes prononcées. Travailler à un dictionnaire consiste donc parfois autant à rajouter des exemples qu’à en exclure. A mon avis, mieux vaut mentir par omission qu’en incluant des données douteuses: en cas de doute, supprimer!

Cette année, j’ai décidé de faire le grand ménage, et d’examiner systématiquement tous les exemples douteux dans le dictionnaire, ce qui a pris une part importante des derniers jours et va probablement occuper une grande part de mon temps d’ici jusqu’à mon départ. J’ai par ailleurs atteint aujourd’hui les 7000 mots; mon dictionnaire est de taille modeste en comparaison même de ceux que l’on peut trouver même pour des langues minoritaires d’Europe, voire de certaines langues d’Amérique (Navajo, Lakota), mais la lexicographie des langues rgyalrong du nord part vraiment de zéro, et présente des difficultés particulières (notamment dues au fait que les dérivations sont effectuées par des préfixes dans cette langue, ce qui rend l’ordre du dictionnaire peu maniable).

J’espère pouvoir rendre disponible une version révisée 1.1 du dictionnaire japhug après mon séjour.

Carnet de terrain (2016) VI

On trouve en japhug un nom désignant l’embryon des poulains, ɯ-rti, emprunté au tibétain rteɦu རྟེའུ་ ‘poulain’ (le diminutif de rta རྟ་ ‘cheval’). On dit par exemple pour une jument enceinte rgonma ɯ-rti kɯ-tu avec une relative à tête interne.

Ce mot est intéressant à deux titres. D’abord, le japhug est une langue dans laquelle il y a un mot pour ’embryon de cheval’, mais pas de mots spécifiques pour ceux des autres animaux, y compris les humains (on dit ‘enfant’ tɤ-pɤtso pour un embryon humain). Je n’y avais jamais pensé jusqu’à aujourd’hui, mais je trouve ce fait pour le moins inattendu.
Ensuite, le mot tibétain lui-même désigne le poulain, et il y a un déjà un mot natif en japhug (kɤjpɯ, non emprunté au tibétain) pour désigner les poulains. Par quel chemin ce nom a-t-il eu cette acceptation? S’agit-il d’un changement à l’intérieur de la langue tibétaine qui a donné ce mot, ou d’une évolution interne, après avoir emprunté le nom dans le sens de ‘poulain’?