Tous les articles par Guillaume Jacques

Une trace du suffixe de réfléchi en rgyalronguique?

Parmi les langues à morphologie complexe de la famille sino-tibétaine, la branche rgyalronguique est la seule dans laquelle on ne trouve aucune trace apparente du suffixe de réfléchi, attesté non seulement en kiranti, en dulong-rawang et en kham, mais peut-être même en chinois et en tibétain.
A la place, les langues rgyalronguiques ont innové des préfixes comme le Japhug ʑɣɤ- dont l’origine est encore (presque) transparente.

Comme le rgyalronguique est par ailleurs assez clairement conservateur du point de vue morphologique, l’absence complète de toute trace de ce suffixe bien représenté est assez surprenante, et invite à en rechercher des traces potentielle. A quoi pourraient-elles ressembler? Il pourrait s’agir de paires où un verbe transitif a une contrepartie intransitive avec un suffixe -z ou même -t (du fait du changement « sporadique » encore mal compris de *-s > -t, voir ce billet).

Gong Xun présente dans sa thèse (en cours d’écriture) des arguments comparatifs convaincants pour considérer que le m de mɟa « ramasser, trouver » provient de la nasalisation d’un ancien *w (je n’en dis pas plus tant que sa thèse n’est pas publiée), et compare à l’intérieur du japhug le verbe intransitif βɟɤt « obtenir » (la syntaxe de ce verbe est un sujet non trivial, il peut prendre certains type de semi-objets, mais est morphologiquement intransitif). Cette suggestion me semble correcte; le sujet intransitif de βɟɤt correspond au sujet transitif de mɟa, c’est donc une sorte d’antipassif (que je pourrais rajouter à la liste de cet article), une dérivation qui pourrait s’expliquer comme la forme atrophiée d’un suffixe *-s (d’un plus ancien *-si?) ayant subi le changement vers -t. Si effectivement la paire mɟa « ramasser, trouver » / βɟɤt « obtenir » est une trace du suffixe de réfléchi, nous devrions pouvoir en trouver d’autres traces ailleurs en rgyalronguique.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Une trace du suffixe de réfléchi en rgyalronguique?," Panchronica, 15/10/2017, http://panchr.hypotheses.org/1981 (ISSN 2494-775X)

Les paradigmes négatifs en khaling

Dans mes publications précédentes sur le khaling (en particulier celle-ci et celle-là), les paradigmes négatifs n’avaient pas été inclus, car leur formation est pour l’essentiel assez prédictible: ils prennent un préfixe mu- (aux formes finies sans préfixe de seconde personne / inverse ʔi-, y compris l’impératif) ou mʌ- (aux formes ayant un préfixe ʔi- au positif et aux formes infinitive et participiales) et au passé, le suffixe -t- du passé est remplacé par le -w- de l’irréel (voir p 1102 de Jacques et al. 2012; comme je l’indique dans cet article, ce -w- est apparenté au verbe « être » du limbou).

En travaillant avec Benoît Sagot sur l’analyseur morphologique du khaling, je me suis rendu compte que les règles ci-dessus n’étaient pas suffisantes pour certaines formes. En effet, dans les cas des verbes à syllabe ouvertes, on a au passé des formes -tnu -त्नु au lieu de -tɛnu -त्यनु à l’intransitif 2pl et 3pl, comme l’illustre le paradigme suivant du passé (tirés de Jacques et al 2012:1124) de |je| ‘venir’ (vers le bas):

1sg jeŋʌtʌ
1di jêjti
1de jêjtu
1pi jektiki
1pe jektʌkʌ
2sg ʔijā:tɛ
2du ʔijêjti
2pl ʔijā:tnu
3sg jā:tɛ
3du jêjti
3pl jā:tnu

Les formes analogiques jā:tɛnu et ʔijā:tɛnu pour les 3pl et 2pl sont toutefois utilisées par certains locuteurs.

Si le négatif des formes autres que 2pl et 3pl peuvent se former selon la procédure indiquée ci-dessus, les 2pl et 3pl sont plus problématiques, puisque la forme attendue †jā:wnu contreviendrait à la phonotactique du khaling. Je n’avais pas noté cette forme dans mes cahiers de terrain, mais elle est heureusement attestée à plusieurs reprises dans cette histoire (enregistrée, transcrite et traduite par Aimée Lahaussois), qui a mujânwɛ मुया:न्‍व्य « ils ne sont pas descendus » (noté mujaːnwɛ, S77, S79, S83 etc). Notons que le conteur de cette histoire fait partie des gens qui disent jā:tɛnu pour la 3pl (et qui pourtant n’a pas formé un négatif †jā:wɛnu!).

La forme mujânwɛ est intéressante, car le ton tombant vient de la chute d’une voyelle haute, ici de toute évidence *u, donc d’un plus ancien *mu-jā:-nu-wɛ, autrement dit, d’une forme où le suffixe de pluriel –nu se positionnait avant le –; on a déjà observé de tels changements dans l’ordre des suffixes (notamment dans le paradigme des verbes réfléchis), et ils sont tout à fait attendus était donné l’origine des verbes bipartites en kiranti.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Les paradigmes négatifs en khaling," Panchronica, 09/10/2017, http://panchr.hypotheses.org/1975 (ISSN 2494-775X)

L’étymologie du nom « année » en rgyalronguique

Une des innovations communes au sous-groupe du birmo-rgyalronguique comprenant les langues autres que lolo-birmanes que l’on pourrait appeler « na-gyalronguique » est le nom de l’année correspondant au /pa/ que l’on trouve en japhug tɯ-xpa « une année » et pakuku « tous les ans » (voir cet article). L’étymologie de ce nom est donc importante pour comprendre la classification des langues de ce groupe.

L’usage du verbe pa « faire » dans l’exemple (1) peut contribuer à cette question.

(1) tɕiʑo ni kɤ-amɯfse-tɕi nɤ jinde kɯβdɤsqi ɯ-ro to-pa.
1DU DU PFV-se.reconnaître-1DU LNK maitenant quarante 3SG.POSS-reste IFR-faire
« Cela fait plus de quarante ans que nous nous connaissons. » (voir ce texte)

L’exemple (1) signifie littéralement « Après que nous nous ayons fait connaissance, plus de quarante (ans) se sont passés. »

L’emploi du verbe pa « faire » pour le sens de « s’accomplir » à propos d’une certaine unité de temps suggère que le nom « année » pourrait dériver de cet emploi spécifique de ce verbe (avec lequel il est homophone dans les langues considérées), « (unité de temps) accomplie » => « année ». La difficulté que j’entrevois avec cette idée est le fait que le nom correspondant à /pa/ s’emploie dans les langues autre que rgyalrong pour des adverbes de temps tels que « cette année », « l’année dernière » ou « l’année prochaine », et pas pour les mesures d’années « un an », « deux ans » etc.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "L’étymologie du nom « année » en rgyalronguique," Panchronica, 24/09/2017, http://panchr.hypotheses.org/1971 (ISSN 2494-775X)

« Oublier » et « se rappeler »

Le bantawa |mitt| ‘to think, remember’ et le yakkha |mit| ‘remember’ reflètent une racine verbale *mit « se rappeler » en proto-kiranti, pour laquelle je n’ai pas suggéré de correspondant extra-kiranti dans cet article.

En rgyalronguique, le japhug jmɯt ‘oublier’, le situ jmə̂s et le khroskyabs lmə̂ (voir la thèse de Lai Yunfan) reflètent une racine proto-rgyalronguique dont la reconstruction approximative doit être *lmîs « oublier ». La possibilité d’une comparaison entre les deux étymons ne me paraît pas impossible, même si elle soulève plusieurs questions: la correspondance du *-s final du rgyalronguique (le japhug -t est secondaire, voir la discussion dans ce billet) au -t du kiranti, et bien entendu la correspondance sémantique. Voir aussi cette entrée du STEDT qui rassemble des mots dont certains sont probablement apparentés, commele jinghpo myìt « penser, pensée » (le sens originel).

Dans les langues ayant des préverbes d’origine adverbiale, comme l’indo-européen ancien, il est tout à fait possible de passer de « se souvenir » à « oublier » par l’ajout d’un préverbe; ainsi, le sanskrit a vismarati « il oublie » dérivé de smarati « il se souvient ». Parfois, des préverbes apparentés ont des effets opposés dans des langues distinctes, comme l’illustre l’exemple amusant du tchèque zapomenout « oublier » au regard du russe запоминать « se rappeler ».

En rgyalronguique, le verbe « oublier » s’emploie par exemple en japhug avec un préverbe dont l’un des usage est le mouvement centrifuge (nɯ-, voir dans cet article); par ailleurs, notons que le sens de « se rappeler » est exprimé par un mot dérivé d’un emprunt au tibétain (ɕɯftaʁ) qui ne peut donc pas être bien ancien. Il est donc loisible de considérer la possibilité qu’à un stade plus ancien le même verbe s’employait pour les deux sens, avec « oublier » lorsqu’on lui mettait le préfixe centrifuge, et « se souvenir » avec le préfixe centripète (en pseudo-japhug *ka-jmɯt), le second ayant donc été perdu dès le proto-rgyalronguique. La différence de sens entre rgyalronguique d’une part, et kiranti d’autre part peut donc s’expliquer par une innovation rgyalronguique.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "« Oublier » et « se rappeler »," Panchronica, 23/09/2017, http://panchr.hypotheses.org/1966 (ISSN 2494-775X)

Un nouveau cognat entre japhug et chinois?

La liste des cognats entre langues rgyalronguiques et chinois n’est pas très étendue, et il est rare de trouver de nouveaux cognats (il en va de même d’ailleurs avec le tibétain, à propos des cognats avec lequel j’ai consacré ce billet et celui-ci).

Le japhug ɕlɯɣ ‘laisser tomber (par erreur) 失手’ a des cognats en situ ɕlə̂k et en khroskyabs slɑ́ɣ / slə̂ɣ « laisser tomber » (Lai 2007:276). Il s’agit d’un causatif lexicalisé du verbe lɯɣ « se détacher, s’échapper, glisser » (comme par exemple un chien qui se détache sans vraiment faire exprès, un couteau qui dérape etc — pour la version volitionnelle il faut dire ʑɣɤ-sɯɣ-lɯɣ « se détacher » avec le causatif régulier et le réfléchi).

Les verbes ɕlɯɣ et lɯɣ me semblent candidats à une comparaison avec le chinois 失 ɕit « perdre » dont la reconstruction en chinois archaïque pourrait être soit *lhit, soit *lhik; si la comparaison est correcte, c’est la deuxième option qu’il faut choisir (avec une correspondance phonétique identique à celle de « pou » zrɯɣ – 虱 ʂit < *srik). Cette comparaison soulève la question de l'origine de la latérale sourde *lh: s'agit-il d'une trace de préfixe causatif (et donc 失 serait cognat de la forme dérivée ɕlɯɣ) ou y a-t-il une autre raison? Notons que 失 appartient à une famille de mot comprenant des formes avec latérale sonore tels que 佚逸 yit < *lik, « se laisser aller, s’échapper » et dont le sens semble bien comparable à celui de lɯɣ. Il s’agit peut-être d’un cas où une paire morphologique est partagée par le chinois et le rgyalronguique (ce qui ne veut pas dire que les deux formes sont forcément héritées — il pourrait s’agir aussi de formation parallèles même si la forme de base est cognate).

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Un nouveau cognat entre japhug et chinois?," Panchronica, 07/09/2017, http://panchr.hypotheses.org/1951 (ISSN 2494-775X)

La phonologie des auto-corrections

La transcription des textes japhug, activité à laquelle je consacre au moins une demi-heure tous les jours, me donne l’occasion d’observer « en direct » des phénomènes grammaticaux et phonologiques intéressants.

Un phénomène sur lequel je n’ai jamais écrit, mais à propos duquel je commence à disposer d’une quantité de données suffisante pour pouvoir faire des observations non-triviales, est celle des auto-corrections, lorsque le locuteur se trompe et reprend la forme correcte.

Voici quelques exemples que je trouve particulièrement intéressants.

(1) chɯ-sthɯt-nɯ ɯ-tɯ-me sara… saχaʁ ʑo ŋgrɤl
« (lorsqu’ils commencent à tondre les moutons), Ils n’en finissent pas »

Tshendzin prononce ici le verbe statif saχaʁ « être extrêmement » comme sara(ʁ), avec un /r/ qui remplace le /χ/: je suis très surpris par une telle substitution, les deux segments n’ayant aucun traits phonologique en commun dans ce système, et en l’absence d’un mot ressemblant (notons toutefois qu’en tant que locuteur du français, il m’arrive d’intervertir des /r/ et des /ʁ/ lorsque j’apprends des langues ayant les deux phonèmes, mais c’est un cas différent)

(2) tɕe apow ɣɯ ɯ-mɲo… ɯ-jmŋo ku-sɯntɕhɤr pjɤ-ŋu.
« Il apparaissait dans les rêves d’Abao. »

Ici ɯ-jmŋo « rêve » est d’abord prononcé comme /ɯmɲo/: autrement dit, le groupe à trois éléments /jmŋ/ (à l’histoire compliquée, venant de *lm devant voyelle vélarisée, c’est le seul exemple de groupe dans la langue) est remplacé par /mɲ/, un groupe à deux éléments, dont le deuxième combine le lieu d’articulation du /j/ et le mode d’articulation du /ŋ/. Cet exemple précieux nous donne un indice sur la façon dont un groupe comme /jmŋ/ peut se simplifier diachroniquement.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "La phonologie des auto-corrections," Panchronica, 27/08/2017, http://panchr.hypotheses.org/1940 (ISSN 2494-775X)

Morphologie fossile en japhug

Même si le japhug et les autres langues rgyalronguiques ont une morphologie riche et productive, il n’en ont pas moins une quantité non-négligeable de traces de morphologie fossile non analysable. Un exemple est offert par le verbe courant mɯnmu ‘bouger’ qui apparemment contient un préfix mɯ-, car la base nmu est attestée par un verbe qui s’applique uniquement aux tremblements de terre (voir cet article).

Une autre paire de verbes ayant de la morphologie fossile est sna et mna, verbes statifs dont les sens sont les suivants:

sna: être bon (tɯrme ɲɯ-sna « c’est quelqu’un de bon »), être digne de (… mɤ-sna-a « je ne suis pas digne de…), être (kɤ-ndza sna « ça peut se manger »)

mna: être le meilleur (nɯ-kɯ-mna « leur chef », mbro stu kɯ-mna « le meilleur cheval ») guérir, aller mieux (ɯ-kɯ-mŋɤm to-mna « sa maladie a guéri »)

Je ne leur connais pas de cognat en dehors du rgyalronguique, et à moins que la ressemblance de sens entre ces deux mots ne soit un hasard, la nature des préfixes m- et s- que l’on semble pouvoir observer ici, ainsi que celle de la racine « na », est un mystère épais. Des données additionnelles tirées des autres langues rgyalronguiques permettront peut-être de mieux comprendre cette morphologie.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Morphologie fossile en japhug," Panchronica, 12/08/2017, http://panchr.hypotheses.org/1934 (ISSN 2494-775X)

Une correspondance irrégulière en hmong de Fuyuan

Les langues hmong-mien ont pour désigner la « crinière » des mots empruntés au chinois 鬃 tsuŋ à différentes époques (voir Wang et Mao 1995: 141, Ratliff 2010: 71-73). En mien de Jiangdi 江底 la forme dzoŋ¹ avec un ton de série haute indique une ancienne prénasalisée (*n-ts-) qui peut refléter une présyllabe nasale du chinois archaïque (voir ce billet).

Dans les langues hmong, on ne retrouve pas cette prénasalisation. En revanche, le hmong de Fuyuan 复员 (parlé au Guizhou) a pjoŋ (A), une forme non expliquée. Le groupe pj- dans cette variété peut remontrer à *pr- (comme dans pjoŋ (B) de *prɔŋ(B) ‘winnow 簸(米)’, Wang et Mao 1995:117, Ratliff 2010:49).

Pour expliquer cette correspondance irrégulière, ma première intuition aurait été une lénition « vietnamienne » *pə-s- –> *pə-r-, comme ce que j’ai proposé en Kra-Dai dans cet
article
pour l’étymon proto-tai *prɤm (A) « cheveux » (Buyang ma°ɕam⁵⁴). Toutefois, comme les anciens *ts restent ts- dans cette variété, il n’est pas possible d’admettre un changement *pə-ts –> *pə-s- –> *pr- se confondant avec les anciens *pr- dans ce mot (la présyllabe *pə- pouvant potentiellement être la trace de quelque chose en chinois). S’agit-il de la trace d’une ancienne présyllabe qui s’est fusionnée avec la syllabe principale suivant un changement encore plus compliqué que celui auquel j’avais pensé, du croisement entre un mot natif et l’emprunt chinois, ou encore d’un mot non-apparenté qui a fortuitement la même rime? Cette question me semble difficilement soluble sans davantage de données sur cette variété.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Une correspondance irrégulière en hmong de Fuyuan," Panchronica, 06/08/2017, http://panchr.hypotheses.org/1927 (ISSN 2494-775X)

Le nom du ‘miel’ en chinois archaïque

Dans un article paru dans le premier numéro de *Wékʷesos intitulé « The word for ‘honey’ in Chinese and its relevance for the study of Indo-European and Sino-Tibetan language contact » (téléchargeable ici), j’avais proposé une révision de la reconstruction et de l’étymologie du chinois 蜜 « miel » en chinois. Le point de départ de cet article volontairement provocateur (dans le sens ou je l’ai écrit en attendait une réaction de spécialistes des langues concernées) était le mot lakkia -mlet⁸ « 蜜蜂 / abeille » que Lan Qingyuan 2005 analyse comme un emprunt au chinois 蜜 « miel » p.130. Mon article essaie donc de répondre à la question: si cette forme est bien empruntée au chinois, quelles en sont les conséquences pour la reconstruction de ce mot? Il faut alors considérer que la reconstruction en chinois moyen mjit et le chinois archaïque *mit qui en découle sont fautifs, et que 蜜 a dû avoir une médiane en chinois archaïque *mrit, qui donnerait mit en chinois moyen, et que le placement de 蜜 dans les table de rimes comme étant chongniu 4 est donc une erreur; les conséquences sont également importantes également pour la comparaison avec le tokharien B mit « miel ».

Il faut préciser que -mlet⁸ n’apparaît pas seul en lakkia, c’est un morphème qui peut être extrait de mots comme tu²mlet⁸ « 蜜蜂 abeille », la:p⁸mlet⁸ « 蜂蜡 cire » ou tie:ŋ²mlet⁸ « 蜂蜜 miel », comme on peut l’observer dans l’extrait suivant du dictionnaire de Liu Baoyuan:

Dans un article qui vient de paraître, Kristin Meier and Michaël Peyrot examinent de façon critique l’hypothèse que j’avais proposée. Il apportent des corrections importantes concernant le tokharien (par exemple, le fait que *mr- doit donner pr- en tokharien B, une loi phonétique que j’aurais dû connaître) et expliquent de façon détaillée la chronologie relative des changements phonétiques entre proto-tokharien et tokharien, montrant comment le chinois archaïque *mit a pu provenir d’une forme intermédiaire *ḿətə, ancêtre du tokharien B mit.

En outre, j’apprécie particulièrement leur discussion détaillée du lakkia mlet⁸, qui est il faut bien le dire la seule raison pour laquelle j’ai écrit originellement mon article (pour les lecteurs de ce blog peu familiers avec la phonologie historique de cette langue, voir pour commencer cet article et celui-ci).

La première question concerne les origines possibles du lakkia ml-, car il n’est pas évident à première vue que le proto-Kam-Sui *mr- (si un tel groupe existait bien) donne ml- dans cette langue. Meier et Peyrot indiquent à juste titre suivant Ferlus (1996:256 et 247) que le groupe *mn- donne ml- comme dans le mot « oiseau » mlok⁷, et qu’un groupe *C-mr- donne bl- en lakkia au moins dans le mot « sangsue » bliŋ². Il proposent par ailleurs deux autres étymologies où bl- en lakkia semble bien venir d’une groupe contenant *mr-, avec des comparaisons tirées de Pittayaporn 2009:173).

blaːk⁸ ‘slippery’ (proto-Tai *m.lɯːl B).
wan²blau¹ ‘day after tomorrow’ (deuxième syllabe comparée à *C̬.rɯ: A ‘day after tomorrow’, où *C̬. représente une voisée)

Néanmoins, ils soulignent aussi l’existence du mot lakkia mlet⁸ « 密(筛子编得密) serré (par exemple, à propos de la façon dont un tamis est tressé) » homophone du mot « abeille », que Lan Qingyuan (2005: 129) rapproche du chinois 密 mit venant de *mrit dont c’est un des sens (c’est une paire minimale en chinois moyen avec « miel » dans la reconstruction normale), une forme qui donne crédit à l’idée que *mr- pourrait être l’une des origines de ml- en lakkia. Il y a donc un mystère de la phonologie historique de cette langue encore non résolu, qui ne pourra l’être que par une étude extensive des groupes de consonnes en Kam-sui, et notamment dans les emprunt ancien au chinois. Il faut sans doute à mon avis partir de deux types de groupes différents, peut-être *mr- > ml- vs *Cmr- > bl-, un changement qui rappellerait le tibétain où *mr- > ɴbr- mais *s-mr- > sbr- comme je l’ai proposé ici.

Meier et Peyrot proposent ensuite une étymologie alternative à celle de Lan Qingyuan: -mlet⁸ « abeille » ne viendrait pas de 蜜 « miel » mais du mot 蠣 ljejH (reconstruit *mə-rat-s dans le système de Baxter/Sagart) qu’ils traduisent par « stinging insect ». Ce mot est compatible phonétiquement, et si le caractère 蠣 sert à écrire un mot signifiant « huître » en chinois moderne (牡蛎), on trouve en effet un exemple où il désigne un type de scorpion dans le Zhuangzi (il s’agit d’un mot sans doute non apparenté à « huître »):

(1) 其知憯於蠣蠆之尾
« Leur sagesse est plus mortelle que la queue des scorpions. »

Dans cet emploi 蠣 est sans aucun doute une forme alternative de 蠆 ʈʰæjH « scorpion » reconstruit *mə-r̥ˤa[t]-s et dans ce passage les deux apparaissent l’un après l’autre de façon allitérative *(mə-)rat-s (mə-)r̥ˤa[t]-s.

Cette hypothèse est intéressante, et même si elle soulève de nombreuses questions (en particulier, la rime *-at devant consonne *r- dans un mot chinois peut-elle correspondre à -et dans la strate empruntée au chinois archaïque en lakkia, ainsi que la différence de sens entre « scorpion » et « abeille »), elle n’est pas moins improbable que celle de Lan Qingyuan, qui, je dois le reconnaître, crée des problèmes trop importants.

Un problème additionnel concernant l’hypothèse que je proposais dans mon article qui n’est pas mentionné par Meier et Peyrot est le fait que si effectivement le placement de 蜜 comme chongniu 4 dans les tables de rimes était une erreur, on s’attendrait néanmoins à trouver la notation correcte en écriture ‘Phagspa, qui les distingue clairement; or le ‘Phagspa a bien mi pour 蜜 et mue pour 密, la distinction attendue pour l’opposition chongniu de ces syllabes.

Je dois donc abandonner l’hypothèse proposée dans mon article de 2014, mais me réjouis de ce que cet article a stimulé une discussion qui clarifie la chronologie des contacts entre chinois et tokharien, et contribue à la linguistique historique du kra-dai.

Bibliographie
Jacques, Guillaume 2014. The word for ‘honey’ in Chinese and its relevance for the study of Indo-European and Sino-Tibetan language contact, *wékʷos 1:111–116.
Meier, Kristin and Michaël Peyrot 2017. The Word for ‘Honey’ in Chinese, Tocharian and Sino-Vietnamese. Zeitschrift der Deutschen Morgenländischen Gesellschaft, Vol. 167, No. 1, pp. 7-22 https://www.jstor.org/stable/10.13173/zeitdeutmorggese.167.1.0007

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Le nom du ‘miel’ en chinois archaïque," Panchronica, 20/07/2017, http://panchr.hypotheses.org/1894 (ISSN 2494-775X)

Une attestation ancienne du kalapouyen ?

Dans un numéro de la revue Anthropological Linguistics paru cette année (NB: cette revue a un an de retard systématique) se trouve l’article ‘Francis Drake’s 1579 Voyage: Assessing Linguistic Evidence for an Oregon Landing’ par John Lyon, dont une version est accessible en ligne.

Il analyse une liste de mots transcrits au seizième siècle (l’antiquité, pour l’Amérique du nord) par des membres des expéditions de Francis Drake.

Parmi les mots discutés se trouve la forme petáh ‘root whereof they make a kind of meal, and either bake it into bread or eat it raw’, à laquelle John Lyon compare le kalapouyen pdoʔ, à propos de laquelle j’avais consacré un billet il y a quelques années. Si cette comparaison est confirmée, il s’agirait de la plus ancienne attestation d’une langue kalapouyenne.

D’après cet article, pdoʔ désigne plus particulièrement la plante Sagittaria latifolia, et une forme ressemblante (peut-être empruntée au kalapouyen, comme le suggèrent Zenk et al. 2010, à l’entrée waptʰu) se retrouve en chinook sous la forme wapato, le wa- étant un préfixe possessif féminin en chinook (voir cet article de Sapir). Ce mot chinook lui-même, par l’intermédiaire du jargon chinook, est devenu un mot d’usage en anglais américain pour cette plante.

Dans mon billet précédant, j’avais proposé qu’il pouvait s’agir d’un mot voyageur aussi reflété par le Lakhota bló ‘pomme de terre’ (voir les cognats de ce mots dans les autres langues siouanes). La ressemblance du kalapouyen pdoʔ avec laforme bdó des dialectes sioux en d- est moins évidente lorsque le chinook et cette ancienne attestation sont prises en considération, d’autant qu’il ne s’agit pas du tout de la même plante malgré les traductions par ‘potato’ en anglais qui sont données.

Références
Lyon, John 2016. Francis Drake’s 1579 Voyage: Assessing Linguistic Evidence for an Oregon Landing, Anthropological Linguistics 58(1):1-51. PDF
Zenk, Henry, Tony Johnson, Sarah Braun Hamilton 2010. Chinuk Wawa (Chinook Jargon) etymologies PDF

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Une attestation ancienne du kalapouyen ?," Panchronica, 15/07/2017, http://panchr.hypotheses.org/1883 (ISSN 2494-775X)

A propos des alternances thématiques du kuki-chin et du tangsa

Outre les langues rgyalronguiques et kiranties, dont les alternances de thème sont particulièrement riches et de mieux en mieux documentées (voir par exemple cet article), la famille trans-himalayenne comprend de nombreuses langues ayant des traces d’alternance vocaliques et consonantiques, ce qui soulève naturellement la question de savoir si l’une de ces alternances est reconstructible pour la proto-langue.

Pour le kuki-chin, le livre de VanBik a l’immense mérite d’indiquer les deux thèmes I et II pour plusieurs langues, et donne une reconstruction en proto-kuki-chin, qui est proche de la forme toujours attestée en Hakha Lai. Observons quelques exemples des deux thèmes:

zâa-I, zaat-II ‘itch, tickle’
khàa-I, khaat-II 

zâaŋ-I, zǎan-II ‘light (not heavy)’
kǎaŋ-I, kaŋʔ-II  ‘blaze, burn’

liak-I, liaʔ-II ’lick’
sǎa-I, sak-II  ‘build, connect’

Le thème II ne semble pas complètement prédictible du thème I, ni le thème I du thème II, mais l’on peut offrir quelques généralisations: le thème II semble parfois formé à partir du thème I en rajoutant une coda -t ou en convertissant -ŋ en -n (peut être de *ŋt), ou en convertissant -k en -ʔ (ou -ŋ en -ŋʔ). On sait qu’une des origines de -ʔ en Kuki-chin est *-s (ruʔ « os » , cf tibétain rus.pa རུས་པ་) et il est donc concevable que les formes II sont en partie construites en rajoutant des suffixes *-t ou *-s. Quelle pourrait être la nature de ces suffixes?

Le thème II a une variété d’usages en KC, mais semble refléter une ancienne forme nominalisée; il n’est donc pas illégitime de supposer que ces suffixes puissent être la traces de suffixes de nominalisation, d’autant que *-t et *-s sont attestés comme tels dans de nombreuses langues, dont le tibétain, l’himalayen de l’ouest et le rgyalronguique (voir cet article, section 4.1). Une possibilité alternative serait de comparer le -t du et l’alternance de glottalisation dans le thème II du KC avec le thème 2 des langues rgyalronguiques (le -t est attesté avec le verbe ti, tɯt « dire » en japhug, qui est ici un vrai -t et non pas un ancien *-s). Le champs est ouvert pour tester laquelle de ces deux hypothèses, ou une autre, est la plus prometteuse.

Dans les langues tangsa maintenant, Stephen Morey, dans son chapitre de l’ouvrage collectif « The Sino-Tibetan languages », décrit un système d’alternance thématique qui rappelle fortement celui du kuki-chin. On trouve en Tangsa deux thèmes décrits comme « verbal » et « nominal » respectivement (voir Morey 2017:362-363). Or, certains exemples de verbes ont un thème nominal formé au moyen d’un suffixe *-t, comme le Ngaimong (langue où *-t passe à -l, comme le montre mul¹ « blow » = japhug ɣɤmɯt; le -t est préservé dans certaines variétés de tangsa comme le rinkhu ou le tikhak voir Morey 2017:361, tableau 17.9):

‘roast’: ʃu¹, ə-ʃɔl⁴
‘go’ ka¹, ə-kal⁴

Notons que cette alternance n’est pas productive (certains verbes à syllabe ouverte, au même ton, comme ʒu¹ « flee », n’ont pas de suffixe à la forme nominale).

Je n’ai pas encore trouvé de paire partagée par le KC et le tangsa, et encore moins par le rgyalronguique, mais il me semble que l’étude comparative de ce phénomène ouvre des perspectives fascinantes pour l’histoire de la famille.

========================
Références
Morey, Stephen 2017 Tangsa. In Graham Thurgood & Randy LaPolla (eds.), The Sino-Tibetan Languages, second edition, 350-368 London: Routledge.
Jacques, Guillaume. [2016]2017. How many *-s suffixes in Old Chinese? Bulletin of Chinese Linguistics 9(2). 205–217.
VanBik, Kenneth 2009. Proto-Kuki-Chin: A Reconstructed Ancestor of the Kuki-Chin Languages, STEDT Monograph Series 8, University of California, Berkeley.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "A propos des alternances thématiques du kuki-chin et du tangsa," Panchronica, 29/06/2017, http://panchr.hypotheses.org/1868 (ISSN 2494-775X)

*sr- et *j-

Comme j’en ai discuté à plusieurs reprises déjà dans cet article et sur ce blog (voir ce billet et ce billet), le groupe initial *sr- en sino-tibétain est bien attesté dans plusieurs étymons, dont « pou » (japhug zrɯɣ), « honte » (nɤzraʁ), « racine » (tɤ-zrɤm), et ses réflexes sont japhug zr-, proto-kiranti *s-, tibétain ɕ-, chinois moyen ʂ-, proto-kuki-chin *hr- et jinghpo ts- (par exemple dans tsí’ « pou »).

Le cas de « honte » est intéressant; si le japhug –zraʁ, le LB *hrak et le chinois 色 ʂik < *srək reflètent *sr-, certaines langues, dont le jinghpo gayà’ “害羞” (le coup de glotte final vient d’un *-k) et le hakha lai nı̀ŋ-zak-I, -zaʔ-II, ont une initiale remontant à *j-: on retrouve les mêmes correspondances que dans lai zâa-I, zaat-II  et jinghpo gayá « gratter » (japhug rɤʑa « gratter », voir d’autres cognats dans cet article).

Il me semble inacceptable de postuler ici un groupe plus complexe *srj- donnant *sr- dans certaines langues et *j- dans d’autres (*sr- et *rj- donnent ts- en jinghpo, comme le montre matsát « huit »), et il n’existe pas de processus morphologique permettant une alternance entre *sr- et *j-.

La question se pose donc de savoir si nous avons affaire à une ressemblance fortuite (après tout la correspondance est unique, et la ressemblance est limitée à la rime), s’il s’agit de mots diffusés en jinghpo et en lai à partir d’une langue où *sr- donne j- (mais il faudrait identifier cette langue — par ailleurs, l’emprunt aurait été au moins proto-kuki-chin puisqu’il prédaterait le changement *j- > *z-) ou si une explication plus compliquée encore est justifiée.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "*sr- et *j-," Panchronica, 28/06/2017, http://panchr.hypotheses.org/1859 (ISSN 2494-775X)

‘bul et dbul

Si la comparaison sino-tibétaine a plus d’une centaine d’années, et a été menée par de grand savants tels que Li Fang-kuei, South Coblin ou Gong Hwangcherng, la sophistication des comparaisons fait pâle figure en comparaison avec les travaux des collègues indo-européanistes, car la pratique générale est la Wurzeletymologie, où l’on compare des mots du chinois et du tibétain sans égard à leur structure morphologique, comme s’il s’agissait de racines amorphes.

Or, il semble qu’il existe dans les mots comparés entre le chinois et le tibétain des traces de morphologie ancienne, comme par exemple dans la paire suivante due à Gong Hwangcherng:

འབུལ་ ɴbul, pʰul « donner, offrir » = 分 pjun < *pən
དབུལ་པོ་ dbul.po "pauvre" = 貧 bin < *brən

Il est toutefois selon moi malavisé de comparer directement dbul à bin et de baser dessus des lois de correspondances phonétiques, sans essayer d’analyser la morphologie qui se cache derrière. Le problème est que la morphologie du tibétain, et en encore plus celle du chinois, est dans un état tel qu’elle est difficile à interpréter de façon interne.

La morphologie riche et productive des langues rgyalronguiques offre un modèle d’analyse pour interpréter ces alternances, jouant le rôle du sanskrit en indo-européen ou de l’arabe en sémitique. Toutefois, la phonologie très évoluée du tibétain ne permet pas, dans la plupart des cas, une analyse unique. Dans ce billet, j’explore les différentes possibilités pour analyser comment dériver la forme dbul.po « pauvre » à partir du verbe « offrir », interprétée ici comme la forme de base. Je ne prétends pas que d’autres analyses ne seraient pas possibles.

Je suppose admises les idées de cet article et les données sur la dérivations en rgyalronguiques (voir pour commencer cet article). Pour des raisons de temps, je n’explicite pas tous les détails.

Hypothèse I
*pul « distribuer » → *ŋə-pul « être distribué » (passif, japhug a- < *ŋa-, voir cet article et celui-ci, parmi de nombreux autres)
*ŋə-pul « être distribué »→ *kə-ŋə-pul « personne à laquelle on distribue = qui reçoit une aumône » (participe sujet intransitif, japhug kɯ-, voir cet article et celui-ci à propos de l’usage des participes en rgyalronguique).
*kə-ŋə-pul « personne qui reçoit une aumône = mendiant » > dbul « pauvre » (changements phonétiques)

Hypothèse II
*pul « distribuer » → *wə-pul « objet distribué » (infinitif nu avec un préfixe possessif, type Japhug ɯ-ti, voir par exemple cet article).
*wə-pul « objet distribué=offrande » → *nə-pul « quémander des offrandes » (dénominal, Japhug nɯ-/nɤ- type nɤphɯphɯ).
*nə-pul « quémander des offrandes » → *kə-nə-pul « personne qui quémande des offrandes » (participe)
*kə-nə-pul « personne qui quémande des offrandes = mendiant » > dbul « pauvre » (changements phonétiques)

Hypothèse III
*pul « distribuer » → *wə-pul « objet distribué=offrande »
*wə-pul → *ŋə-pul « pourvu d’offrandes » (type japhug aɣɯ-smɤn)
*ŋə-pul « pourvu d’offrandes » → *kə-ŋə-pul « personne qui est pourvu d’offrandes » (participe)
*kə-ŋə-pul « personne qui quémande des offrandes = mendiant » > dbul « pauvre » (changements phonétiques)

Alternativement à un préfixe de participe sujet, on pourrait considérer un préfixe de possession inaliénable dans un adjectif nominal comme le japhug ɯ-mbe « vieux, vieillerie » (voir la section 5 du chapitre sur le japhug, type du japhug tɤ-mbe au lieu de kɯ-mbe), ce qui mène à 6 hypothèses potentielles (qui n’épuisent pas toutes les possibilités théoriques) pour expliquer la forme tibétaine dbul.po.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "‘bul et dbul," Panchronica, 18/06/2017, http://panchr.hypotheses.org/1742 (ISSN 2494-775X)

Le causatif en jingpo

Dans un article écrit il y a quelques années, je m’intéressais à la question de savoir si le préfixe causatif à sifflante (japhug -, sɯɣ-, z– selon le contexte) était productif ou non dans d’autres langues. En jinghpo, comme en japhug le préfixe cognat a de nombreux allomorphes (sha-, sa-, ja-), mais la grammaire de Dai Qingxia ne précise pas si le préfixe est productif ou non. L’examen des exemples de verbes dérivés dans le dictionnaire permet néanmoins de trancher cette question.

En effet, on trouve (p.734) le verbe shàdáng « 使……挡住 », qui est dérivé du verbe dáng « 挡住 (bloquer) ». Or, ce dernier est de toute évidence un emprunt au chinois mandarin 挡 dǎng de même sens (avec une correspondance tonale attestée par ailleurs), ce qui prouve que le préfixe causatif peut en jinghpo s’appliquer aussi aux emprunts, et donc que ce préfixe est toujours productif. Il serait intéressant d’en recenser plus d’exemples auprès de locuteurs natifs. Cette observation ouvre aussi la question de savoir si d’autres langues que le jinghpo et le japhug ont un préfixe causatif productif en ST.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Le causatif en jingpo," Panchronica, 14/06/2017, http://panchr.hypotheses.org/1831 (ISSN 2494-775X)