Indo-européen et linguistique historique

La linguistique indo-européenne a une place à part parmi les sous-domaines de la linguistique historique. Cette discipline, née de la combinaison de la grammaire paninéenne et de la philologie classique du latin et du grec, a une avancée considérable sur les études portant sur les autres familles de langues, et un degré de sophistication inégalé.

Cette avancée est due à une combinaison de plusieurs facteurs. Tout d’abord, à l’exception de la famille afro-asiatique, l’indo-européen est la seule famille pour laquelle on dispose d’autant de données anciennes remontant pour certaines à l’âge du bronze. Ensuite, le nombre d’indo-européanistes est bien supérieur à l’ensemble des spécialistes de linguistique historique de toutes les autres familles de langue combinés — c’est dû en grande partie au fait que les linguistes dans les départements d’études gréco-latines (qui malheureusement sont en train de dépérir dans tous les pays, sauf la Chine) étaient tous traditionnellement des indo-européanistes. Enfin, la méthode comparative néogrammairienne a été développée tout d’abord en indo-européen, avant d’avoir été appliquée à d’autres familles.

Il existe bien sûr des traditions remarquables de linguistique comparée en dehors de l’indo-européen, en particulier pour le sémitique, l’ouralique, l’algonquien, l’austronésien et le bantou, mais (mis à part peut-être le cas de l’austronésien) le nombre de chercheurs dans ces spécialités est trop restreint pour permettre des études d’un niveau de détail comparable. Par exemple, alors que des dictionnaires étymologiques existent pour les plus obscures des langues indo-européennes, pas une seule langue algonquienne n’a de dictionnaire étymologique (en sino-tibétain de même: même le tibétain n’en a pas).

Pour les spécialistes d’autres familles de langues, même de langues sans contact historique avec des langues indo-européennes, une connaissance de l’indo-européen est d’une grande utilité, voire indispensable si l’on s’intéresse à la morphologie historique. En effet, on ne peut pas étudier la linguistique historique en lisant passivement des manuels, on ne peut l’apprendre qu’en s’exerçant sur des données réelles. Pour les étudiants qui se destinent à une spécialisation en linguistique historique, voici mes suggestions:

(1) Etudier les bases du sanskrit (je conseille en particulier les Textes épiques sanskrits de Romain Garnier). Si l’on ne doit apprendre qu’une langue indo-européenne ancienne, c’est celle-là, sans discussion.
(2) Prendre un manuel d’indo-européen (comme celui de Fortson ou de Schmidt-Brandt; malheureusement il n’y a pas l’équivalent en français) et regarder les listes de cognats et les paradigmes comparés un par un mais cacher les reconstructions, et essayer de parvenir à des reconstructions soi-même.
(3) Prendre les paradigmes reconstruits et essayer d’appliquer mécaniquement les lois phonétiques: cet exercice simple permet de se rendre compte qu’absolument aucun paradigme dans aucune langue, même celui de οἶδα ‘je sais’ (sans doute le plus archaïque et le plus bizarre de tous les paradigmes indo-européen), n’est parvenu jusqu’à nous sans changement analogique. Essayer par soi-même de déterminer quels changements analogiques ont eu lieu, puis lire la « solution » dans les manuels.

Le but de cet exercice n’est pas de devenir indo-européaniste, mais de bien comprendre l’interaction entre changements phonétiques et analogie, et de mémoriser des exemples qui pourront ensuite servir de parallèle à l’analyse des données d’autres familles de langues. En outre, il est crucial à mon avis, plus que d’apprendre une solution particulière (qui peut être fausse), de se faire une opinion personnelle, même sur la base de données restreintes et pré-sélectionnées. Ainsi, c’est pour moi un non-sens que d’apprendre les reconstructions à laryngales sans avoir au préalable essayé d’analyser les classes de présent du sanskrit.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *