« Tibéto-birman »: un terme à abandonner

Le terme « tibéto-birman », dont l’usage est très répandu aussi bien parmi les linguistes généralistes que chez les spécialistes du domaine, pose à mon avis un problème fondamental. Il est généralement compris comme englobant toutes les langues sino-tibétaines mis à part le chinois, et permet ainsi d’opposer artificiellement le chinois aux autres langues. Or:

(1) Il n’existe pas la moindre ombre de preuve que le chinois est la première branche de la famille — aucune innovation commune à toutes les langues sino-tibétaines non-chinoise ne permet de suggérer qu’elles forment un clade auquel le chinois n’appartiendrait pas (les apparences d’innovations communes, comme la confusion supposée de l’opposition entre *a et *ə, sont dues à un examen superficiel des données des langues autres que le chinois). La différence manifeste des langues chinoises avec le reste peut tout aussi bien s’expliquer par des innovations massives du côté chinois. Il n’est pas absolument impossible que le chinois soit le premier embranchement de la famille, mais tant que les lois phonétiques et surtout la morphologie de la famille sont aussi mal comprises, ce n’est pas à mes yeux la question prioritaire, d’autant que le chinois, très innovateur, va de toute façon peu contribuer dans l’ensemble à la reconstruction du sino-tibétain. Son importance est essentiellement due aux emprunts qu’il a diffusés dans une grande partie des langues de la région, et qui doivent être minutieusement distingués des mots cognats.

(2) La diversité typologique des langues ST non-chinoises est immense (c’est même potentiellement la famille la plus diverse au monde du point de vue de la diversité morphosyntaxique), et même donc en tant que groupement typologique, la notion de « tibéto-birman » ne tient pas la route — le birman par exemple ressemble beaucoup plus typologiquement au chinois qu’aux langues gyalronguiques (même si phylogénétiquement il est assez clair qu’il existe un groupe birmo-gyalronguique).

Malheureusement, le fait que le mot « tibéto-birman » existe rend possible de parler de ce groupement artificiel comme s’il s’agissait d’une entité réelle, un peu comme s’il existait un mot pour désigner « les langues indo-européennes autres que l’anglais ». Cela a plusieurs conséquences délétères sur la discipline. Du côté des linguistes spécialistes du chinois, c’est un prétexte de plus pour ignorer complètement les autres langues de la famille. Pour ceux qui s’intéressent au comparatisme sino-tibétain, cela divise la discipline en deux camps qui jusqu’à récemment communiquaient peu, les « tibéto-birmanistes » (ceux qui font du terrain sur des langues à tradition orale et du comparatisme sur la base de langues modernes) et les sino-tibétanistes (qui comparent la reconstruction du chinois archaïque avec la reconstruction du « proto-tibéto-birman »). Le résultat est que les premiers n’intègrent pas le chinois dans leur reconstruction (mais lui donnent néanmoins implicitement un rôle prééminent, suggérant que le chinois vaut autant que toutes les autres langues réunies) et que les seconds se contentent d’étudier le chinois, et ne connaissent aucune autre langue de la famille.

Outre un cloisonnement disciplinaire, je pense que la notion de « tibéto-birman » est profondément sinocentrique et dénigre la valeur des langues à tradition orale de la famille. Il contribue à marginaliser des langues déjà trop peu étudiées en minimisant leur diversité et leur valeur propre individuelle. A mon avis il est préférable d’adopter des périphrases du type « les langues ST autres que le chinois » si besoin est plutôt que de continuer à promouvoir ce terme.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "« Tibéto-birman »: un terme à abandonner," Panchronica, 05/03/2016, http://panchr.hypotheses.org/900 (ISSN 2494-775X)

2 réflexions au sujet de « « Tibéto-birman »: un terme à abandonner »

    1. J’utilise « sino-tibétain » et « trans-himalayen » de façon synonyme; ces termes ont des connotations différentes (le second étant clairement militant anti-école de Berkeley). D’un autre côté, si l’on parvient à trouver un jour que le chinois appartient à une sous-branche de la famille (par exemple si le groupe sal est le premier embranchement de la famille, et que chinois+birmo-gyalronguique+tibétain etc sont un clade), cela peut faire sens de garder « ST »pour le clade le plus élevé contenant le chinois et le terme géographique trans-himalayen pour l’ensemble de la famille.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *