L’astérisque et l’obèle

L’obèle † est un symbole typographique utilisé (en autre) en linguistique historique pour indiquer une forme attendue mais inattestée.

Il s’emploie notamment lorsqu’une forme phonétiquement régulière hypothétique a été remplacée par l’analogie. Par exemple, en grec attique où *kʷ > t devant voyelle antérieure, on attendrait des paradigmes où p et t alternent (mais tous ont été régularisés par analogie). Ainsi, le vocatif de ἄνθρωπος ánthrôpos ‘homme’ devrait être †ἄνθρωτε †ánthrôte; l’obèle permet d’indiquer de façon concise cette absence d’attestation.

On peut aussi se servir de ce symbole pour indiquer les formes non-attestées prédites par une loi phonétique hypothétique, ainsi que tout simplement des formes incorrectes dans une langue particulière (« barbarismes » comme on dit en thème grec).

Dans certains domaines de la linguistique historique, en particulier le sino-tibétain, on emploie l’astérisque à la fois pour indiquer les formes reconstruites, les formes non-attestées et les phrases incorrectes. L’usage de l’obèle est quasiment inconnu dans la discipline, au point que le directeur d’une revue m’a demandé une fois de remplacer ce symbole par une astérisque. Cet emploi généralisé de l’astérisque, indéniablement dû à l’influence de la linguistique chomskyenne, me semble dommageable.

Un système de reconstruction n’est pas à mettre sur le même plan qu’une forme non-attestée synchroniquement; c’est un système hypothétique, d’un certain degré d’abstraction, d’où on peut dériver mécaniquement les formes attestées des langues. Confondre les deux décrédibilise la reconstruction, et justifie la pratique courante parmi les linguistes peu familiers avec la méthode comparative de proposer des reconstructions au gré de leur fantaisie, sans aucun système revérifiable.

NB: L’obèle est parfois aussi utilisé pour l’interprétation d’une transcription ancienne pré-phonémique, comme c’est l’usage dans le Comparative Siouan Dictionary; je ne conseille pas cette pratique, qui ne peut qu’induire davantage de confusion.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "L’astérisque et l’obèle," Panchronica, 11/02/2016, http://panchr.hypotheses.org/783 (ISSN 2494-775X)

9 réflexions au sujet de « L’astérisque et l’obèle »

  1. Après vous avoir lu toi et Thomas, je serais assez tenté d’adopter l’obèle dans les descriptions synchroniques, pour décrire une forme hypothétique, celle qui serait attendue par application de telle ou telle règle productive (concernant les tons).

    Par exemple (en na), la réduplication ABB pour les adjectifs suit des règles tonales bien régulières (la réduplication est un des aspects les plus réguliers du système), et ça donne envie d’extraire des racines (avec leur ton) pour les formes qui n’ont pas de monosyllabe correspondant. Ex.: /bæ˩-lɑ˩~lɑ˥/ ‘tout flasque’ suggère que la racine monosyllabique devait être /*bæ˩/ ‘mou’. Comme ce monosyllabe n’est pas attesté en synchronie hors de sa forme rédupliquée ABB, actuellement j’utilise l’astérisque.

    Je recopie tout un passage (en anglais) pour recueillir ton avis au sujet de l’utilisation de l’obèle. Disons que c’est une sorte de reconstruction interne.

    « /bæ˩lɑ˩~lɑ˥/ ‘limp, flabby (e.g. of meat without bones)’
    and /bæ˩-ʁwæ˩~ʁwæ˥/ ‘loose (of knot)’ point to the existence of an adjective /*bæ˩/ ‘loose, limp’; in the present state of the language, this root is attested neither on its own, nor in reduplicated guise (expected form: /*bæ˧~bæ˥/). »

    1. A mon avis ce ne serait pas le emploi judicieux de l’obèle, qui implique justement que la forme est incorrecte, alors que tu extrais en fait une racine. Pour cela, tu peux choisir soit de capitaliser la racine (la méthode sanskrite; mais alors certains symboles API n’ont pas d’équivalent en capitale), soit d’utiliser le symbole racine (ce qui est très moche; je précise que si tu essaies qqch comme $\sqrt{\ipa{bæ}}$ ça ne va pas marcher).

      Une autre manière, c’est décrire bæ°, en IE on indique de cette façon un morphelin qui n’apparaît que comme premier membre de composé.

      Dans le cas de ton livre, l’obèle serait plutôt, en discutant plusieurs analyses possibles pour un phénomène tonal, un moyen de marquer les formes inexistantes prédites par une analyse incorrecte que tu critiques.

      Tu peux utiliser $\dagger$; la façon LaTeX de traiter ça serait de faire une commande pour les formes incorrectes, du genre:

      \newcommand{\incorrecte}[1]{$\dagger$\ipa{#1}}

      utilisant la commande \ipa que tu auras définie selon tes préférences.

      1. Je suis d’accord avec Guillaume, l’obèle est utilisé en inod-européen pour noter les fausses formes non-attestées. Les petites capitales s’utilisent aussi dans en romanistique pour noter les étymons latins ou pseudo-latins, mais comme l’a dit Guillaume, ce système n’est pas utilisable pour les notations en API. Personnellement, j’ai utilisé dans un chapitre, perdu dans les dédales de l’espace-temps de la relecture par les pairs, le point médian (·, \textperiodcentered) pour noter les thèmes verbaux (des formes liées) sans leurs suffixes: kak· « écrire ». Il s’agit toutefois d’une proposition originale de ma part, inspirée par le symbole de concaténation en théorie des langages formels.

        1. Merci pour les explications. J’ai pris un mauvais exemple. Je vais utiliser l’obèle pour les formes qui seraient attendues d’après les règles synchroniques, et qui sont incorrectes.

          1. exemple : composé irrégulier :

             » ‘hair’ is /ʁo˧hṽ˧˥/; on the basis of /ʁo˥/ ‘head; top’ and /hṽ̩˥/ ‘hair’, one would
            expect /†ʁo˧hṽ#˥/. « 

          2. Oui dans cet exemple l’emploi de l’obèle serait justifié; il faudra toutefois sans doute que tu présente ce symbole dans ton intro, car tous tes lecteurs ne seront pas au courant de cet usage.

  2. J’utilise moi aussi l’obèle et j’ai introduit son usage auprès des japonologues lors d’un cours à l’université de Kyoto. Je n’ai pas une vision panoramique de l’usage de ce symbole en linguistique historique, mais ce serait une bonne chose qu’il se généralise. Sans vouloir en faire une idée fixe, il faudrait que les notations en linguistique historique soient plus formelles. Bien sûr il ne s’agit en aucun cas d’une assurance tout risque contre le manque de rigueur, mais ça force à être explicite et précis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *