Les verbes à radical discontinu en sioux

L’existence de radicaux discontinus est un trait bien connu des langues sioux (voir par exemple cet article). On trouve dans les langues sioux de la vallée du Mississippi (Lakhota-Nakoda, Hochank/Chiwere, Dhegiha) une grande proportion de verbes où les préfixes d’indexation personnelle sont insérés à l’intérieur du radical, comme par exemple en Lakhota wot’é ‘tuer en jetant un projectile’ est à la première personne du singular wowát’e ‘je l’ai tué en jetant un projectile’ avec le préfixe wa-. L’origine de cette discontinuité est toutefois assez triviale: les radicaux en question sont quasiment tous historiquement bipartite, avec pour premier élément un préfixe locatif ou « instrumental », ici wo- « avec un impact à distance » avec le verbe t’é ‘mourir’ (noter au passage l’effet causativisateur du préfixe instrumental, aussi bien connu).

Néanmoins, on trouve des cas où l’origine de la discontinuité des radicaux n’est pas aussi évidente. Je traiterai dans le billet d’aujourd’hui d’un seul exemple, le verbe ‘entendre’, en lakota naȟ’úŋeten omaha na’óⁿ. Ce verbe est discontinu en lakota nawáȟ’uŋ ‘j’entends’ mais pas en omaha aná’oⁿ (NB: le préfixe de 1sg est a- en omaha et wa- en lakota; voir le mémoire de M1 de Julie Marsault pour une présentation des paradigmes verbaux de l’omaha).

L’étymologie de ce verbe est complètement opaque synchroniquement, et le premier élément na- n’a rien à voir avec l’instrument na- ‘avec le pied’. Comme l’indique le Comparative Siouan Dictionary, le radical de ce verbe doit être découpé en *rãx- ‘oreille’ et *ʔũ ‘utiliser’. Si en lakota ‘úŋ « utiliser » existe toujours, il n’en est pas de même de la première partie de ce radical, qui n’est préservée que dans ce mot. Or, il est intéressant de remarquer que le lieu de placement de la marque de personne, na_ȟ’úŋ, ne correspond pas à l’étymologie (on se serait attendu à des formes telles que †naȟwáuŋ si l’insertion du préfixe était conforme à l’étymologie). Il semble donc que la pression analogique avec les verbes à instrumental en na- ‘avec le pied’ comme nat’é ‘tuer en écrasant du pied/ en donnant des coups de pied’, dont la première personne du singulier est nawáte, a servi de modèle à la conjugaison de ce verbe, qui a été refaite sous une forme contraire à celle attendue étant donnée son étymologie. Cet exemple montre que malgré les apparences, l’histoire des verbes à radical discontinu est plus compliquée qu’on ne pourrait le penser au premier abord. Je reviendrai sur cette question dans un autre billet.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Les verbes à radical discontinu en sioux," Panchronica, 06/02/2016, http://panchr.hypotheses.org/777 (ISSN 2494-775X)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *