Les origines du *-s en chinois archaïque

Je viens de rendre disponible sur academia cet article, soumis au Bulletin of Chinese Linguistics, une version modifiée de ma présentation à la conférence de novembre dernier.

Les lecteurs intéressés peuvent me faire part de leurs commentaires en privé ou sur ce site s’ils le souhaitent. Une partie des idées présentées ici sont nouvelles, en particulier (1) le changement phonétique *-t => *-s /C_# (où C représente une consonne labiale ou vélaire) et (2) la comparaison des valeurs passives et antipassives de la dérivation par ton partant en chinois avec le réfléchi en -si du kiranti.

Ce travail soulève une question à laquelle je ne me sens pas nécessairement capable de répondre dans l’immédiat: si les comparaisons proposées sont valides, et si effectivement les suffixes *-s du chinois archaïque ont des origines sino-tibétaines distinctes, avait-on encore synchroniquement en chinois archaïque plusieurs suffixes productifs différents, ou le système s’était-il déjà opacifié à un point qu’ils n’étaient plus distincts?

Si les différentes valeurs de la dérivation par ton partant étaient encore distincte en chinois archaïque, on devrait s’attendre à des différences dans les alternances phonétiques. En particulier, une question que je n’ai pas encore abordée dans la version en ligne de l’article, mais que j’ajouterai dans la version finale, est que le réfléchi en -si du kiranti s’accompagne de la nasalisation des occlusives finales, comme en khaling |ʔipt-si| ‘dormir’ donne ʔʌ̂msiŋʌ अ:म्सिङ ‘je dors’. On s’attend donc en chinois à des paires où la forme passive ou antipassive aurait un ton partant (venant de *-s) et une finale -m -n ou -ŋ en chinois moyen dans certains cas où la forme de base est à occlusive finale -p -t -k (un type d’alternance appelé 对转 en linguistique traditionnelle du chinois). J’ignore encore si de telles paires existent, mais comme personne ne s’est posé cette question en ces termes, il est possible que nous puissions trouver des exemples.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Les origines du *-s en chinois archaïque," Panchronica, 17/01/2016, https://panchr.hypotheses.org/718 (ISSN 2494-775X)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *