L’ode au tripitaka

Dans un nouveau billet sur son blog, Andrew West publie les résultats d’un travail de recherche dont il avait présenté en 2014 un premier aperçu à une conférence sur le tangoute organisée par Galambos Imre.

Andrew montre que le tripitaka tangoute numérote les volumes qu’il comporte au moyen d’une suite de caractères tangoutes à première vue aléatoire, mais qui s’avère en fait être un nouveau texte, et qui plus est un texte en langue secrète! Or, les textes de ce type se comptent sur les doigts de la main, et le travail d’Andrew est donc d’une grande importance non seulement pour l’étude du bouddhisme tangoute, mais aussi de la langue elle-même. Il n’est pas donné à tous les philologues de découvrir un nouveau texte, surtout un texte qui était d’un certain point de vue sous les yeux de tous; je salue ici l’ingéniosité d’Andrew, et espère qu’il trouvera le temps de mettre en forme ce travail pour le publier dans une revue.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *