Je.I. Kychanov (1932-2013)

Le professeur Kychanov, l’un des meilleurs spécialistes mondiaux de la langue tangoute et de l’histoire du royaume Xixia (1038-1227), nous a quittés le 24 mai 2013.

Le tangoute est la troisième langue sino-tibétaine à avoir été portée à l’écrit (après le chinois et le tibétain), et à ce titre elle est d’un intérêt indéniable pour la linguistique historique de cette famille. Cette langue nous est parvenue dans une écriture complexe et difficile d’interprétation. Non seulement les caractères tangoutes comportent un nombre de traits moyen par caractère qui dépasse n’importe quelle autre système d’écriture, mais le lien entre la structure de ces caractères et la prononciation est très limité.

Par un hasard de l’histoire, la majorité des textes tangoutes se trouvent actuellement à Saint-Pétersbourg. La mission Kozlov en Chine du nord-ouest et en Asie centrale au début du vingtième siècle a découvert une ville morte au milieu du désert, dans une région qui est actuellement rattachée à la Mongolie intérieure en République Populaire de Chine. Le climat désertique était particulièrement propice à la préservation du papier, et les explorateurs ont découverte une immense bibliothèque contenant des milliers de volumes en tangoute, qu’ils ont rapportés en Russie, et qui ont permis à plusieurs générations de savants russes de se consacrer à l’étude de cette langue.

Le premier tangoutologue russe fut Ivanov, qui découvrit le dictionnaire bilingue tangoute-chinois « La perle dans la paume », document fondamental pour le déchiffrement du tangoute car qui contient des indications à la fois sur le sens et la prononciation des mots.

Le second fut Nevsky, un brillant chercheur qui vécut de longues années au Japon, où il travailla non seulement sur le déchiffrement du tangoute, mais aussi sur la documentation des langues du sud des îles Ryûkyû (à propos de ces langues voir le site http://www.thomaspellard.info/ ). Malheureusement, à son retour en union soviétique, il fut victime des purges staliniennes et exécuté en 1938. Ses travaux, ainsi que l’ensemble des documents tangoutes, furent scellés par le NKVD jusqu’aux années cinquante (certains de ces textes n’ont été rendus publics qu’en 1992!).

Une coupure totale dans la tradition tangoutologique russe a donc eu lieu durant la seconde guerre mondiale, et les chercheurs de la génération suivante, dont Kychanov, ont dû se former tout seuls à partir des notes non-publiées de Nevsky lorsque celles-ci furent dé-scellées après la mort de Staline.

Les premiers travaux de Kychanov, en collaboration avec Sofronov, ont porté sur la reconstruction de la prononciation du tangoute, tâche fondamentale mais également d’une difficulté extrême étant donnée la structure particulière de l’écriture de cette langue. Même si ces premiers travaux datant de 1963 sont maintenant dépassés, toutes les recherches qui ont suivi se sont basées sur leur article.

L’essentiel de l’œuvre de Kychanov a porté sur traduction des textes tangoutes non-bouddhiques. Son magnum opus en philologie tangoute est sans nul doute sa traduction du code de lois tangoute, le plus long texte suivi dans cette langue (il comporte plus de cinq cent pages), qui a depuis été re-traduit en chinois et a fait l’objet d’une foule de commentaires. Il y a quelques années, Kychanov a également publié en collaboration avec Arakawa Shintarô un dictionnaire tangoute-anglais-russe-chinois. Slava Zaytsev a préparé une bibliographie exhaustive des travaux de Kychanov:

http://orientalstudies.ru/rus/images/pdf/a_zaytsev_2012.pdf

Je n’ai jamais eu la chance de rencontrer le professeur Kychanov, mais j’ai eu quelques échanges avec lui par l’intermédiaire de Slava Zaytsev, et il m’a envoyé un exemplaire dédicacé d’un de ses derniers ouvrages История тангутского государства, un recueil de travaux sur l’histoire et la philologie tangoutes.

En comparaison avec les années cinquante, la tangoutologie a connu un progrès immense, et une grande partie du mérite en revient à J. Kychanov; c’est l’accumulation progressive de travaux comme les siens qui font que le tangoute n’est plus une curiosité de musée, mais une langue qui peut être utilisée par des linguistes généralistes intéressés par la morphosyntaxe et la phonologie historique.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *