Les scissions non-conditionnées (2): *st- en brittonique

Les langues brittoniques offrent des exemples intéressants de scissions non-conditionnées, en particulier le traitement du proto-indo-européen *st et *s à l’initiale de mot (Scrijver 399-430, 377). Si la phonologie et la morphologie de ces langues n’est pas élucidée au même niveau que celle du grec ou du sanskrit, ce sont néanmoins des cas très instructifs pour une étude générale des scissions non-conditionnées.

Le groupe *-st- à l’intervocalique correspond régulièrement à -s- en gallois, en cornique en breton, comme dans les exemples suivants:
pIE *upo-sth2o- > proto-celtique *ufosto- > *wostos > breton gwas (m.) ‘homme’, gallois gwas ‘serviteur’; voir aussi l’irlandais foss ‘serviteur’. Le sens originel était ‘celui qui se tient (debout) sous X’ (Scrijver 1995:407); on trouve un correspondant exact en sanskrit upastha- ‘qui se tient sous’, qui est probablement toutefois une création indépendante à partie de matériaux hérités communs.
pIE *kʷeh2s-to- ‘toux’ > proto-celtique *kwasto- > breton pas (m.) ‘toux’, gallois pas ‘id.’; cf sanskrit kās- f. ‘toux’ (Scrijver 1995:408).

En revanche, en initiale de mots, le proto-IE *st- correspond soit à st- soit à s- en breton et soit à yst- soit à s- en gallois (le gallois rajoute toujours une voyelle prothétique aux groupes initiaux en sC-). Non seulement la correspondance avec le pIE est aléatoire, mais la correspondance entre breton et gallois l’est aussi. Les quatre paires d’exemples ci-dessous illustrent les quatre possibilités:

(1) pIE *st- : breton st- : gallois yst-
breton stern, starn (m) ‘métier à tisser, harnais’, gallois ystarn (f) ‘harness, saddle’ < *starnā- (plusieurs étymologies possibles, en particulier un dérivé de la racine *sterh3- ‘étendre’, Schrijver 1995:418)

(2) pIE *st- : breton st- : gallois s-
pCl *stamnā- > breton staoñ f. ‘palais’, gallois safn f. ‘bouche’ (cf grec stoma- < *stomn-, Schrijver 1995:422)

(3) pIE *st- : breton s- : gallois yst-
breton sankañ ‘enfoncer’, gallois ystanc m. ‘stake’, comparés à la racine *stenk attestée en germanique (vieil anglais stingan ‘prick, stab’, Schrijver 1995:423)

(4) pIE *st- : breton s- : gallois s-
breton sav-, sevel ‘élever’, gallois sefyll, verbes dénominaux provenant d’un thème proto-celtique *stamo- < *sth2-mo- (Schrijver 1995:421)

Aucune de ces correspondances n’est attestée par un nombre d’exemples plus important que les autres, et si l’on rajoute le cornique, la situation devient encore plus confuse. Schrijver (p.428) en conclut:

« Thus, we are faced with a basically random distribution of the two reflexes of PCl. *st-. On the one hand, this deprives us of the means to formulate a sound law. But, on the other hand, the randomness itself may provide a clue to the solution. »

Selon lui, les mots en *st- en proto-brittonique ont développé une alternance entre *st- (le traitement après les mots finissant en consonne) et *s- (après les mots finissant en voyelle). Un des deux allomorphes a ensuite été généralisé à tous les contextes. Un point important en faveur de cette hypothèse est que la quasi-totalité des verbes hérités de formes en *st- ont s- en breton et en gallois, et que l’on a des paires avec un nom en (y)st- et un verbe en s- (voir l’exemple avec sankañ ‘enfoncer’ ci-dessus). Or, les verbes en celtique portaient généralement des proclitiques de forme CV-, si bien que le radical du verbe devait être le plus souvent en contexte postvocalique; la généralisation de l’allomorphe s- serait donc tout à fait déductible d’autres faits indépendamment attestés.

L’hypothèse de Schrijver pour expliquer les différentes scissions non-conditionnées des langues brittoniques est convaincante dans la mesure où ces langues on par ailleurs des traces de l’allomorphie généralisée de toutes les consonnes initiales: les fameuses mutations consonantiques.

La généralisation aléatoire d’allomorphes est-elle une source fréquente de scissions non-conditionnées? Les cas bien documentés sont trop rares pour pouvoir encore répondre à cette question. Avant de postuler un changement du même type dans une autre langue, il me semble important qu’il existe par ailleurs dans le groupe de langue en question des cas d’alternances complexes dans le même contexte.

Références
Schrijver, Peter. 1995. Studies in British Celtic Historical Phonology. Amsterdam: Rodopi.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Les scissions non-conditionnées (2): *st- en brittonique," Panchronica, 26/04/2015, http://panchr.hypotheses.org/228 (ISSN 2494-775X)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *