Un article sur le proto-kiranti

Dans le dernier numéro de Folia Linguistica Historica vient de paraître cet article accompagné de son appendice en ligne. C’est un premier essai, basé sur quatre langues (wamboule, khaling, bantawa et limbou), de rendre compte de façon systématique à la fois des correspondances entre langues et des alternances morphologiques, et d’introduire une approche réellement néo-grammairienne au comparatisme kiranti (et sino-tibétaine en général), en analysant les correspondances observées sur la base exclusive de trois principes: (i) les changements phonétiques sans exceptions, (ii) l’analogie et (iii) les emprunts.

Ce travail est en opposition radicale à deux courants de pensée molle, qui ont causé un dommage considérable au comparatisme sino-tibétain en particulier: la doctrine de la diffusion lexicale, malheureusement très influente en Chine (je réfère le lecteur de ce blog à cet article de Nathan W Hill) et celle des « allofams » qui sous-tend l’ensemble de la base de donnée STEDT).

Il est en revanche dans la continuité directe de la tradition kirantologique, en particulier des travaux de Boyd Michailovsky (en particulier celui-ci). A ce titre, je dois apporter deux corrections concernant certaines références dans l’article:

(a) p. 177++ parmi les travaux concernant la reconstruction interne des verbes kiranti, je ne mentionne que les travaux récent, et ai oublié d’ajouter cet article, qui a servi de base aux travaux qui l’ont suivi.

(b) p 190, § 5.1.1, l’idée d’un stade préglottalisé pour rendre compte des correspondances des séries d’occlusives en kiranti du sud et kiranti de l’ouest et du nord-est est déjà discutée dans cet article que j’ai omis de mentionner dans cette section.

Mon article n’est naturellement qu’une ébauche de reconstruction, et je compte progressivement ajouter des langues, à commencer par le kouloung (dont j’ai déjà préparé une base de donnée comparative) et le yakkha.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Un article sur le proto-kiranti," Panchronica, 25/11/2017, http://panchr.hypotheses.org/2061 (ISSN 2494-775X)

2 réflexions sur « Un article sur le proto-kiranti »

  1. Félicitations !

    Malheureusement, la distinction entre *a et *ɑ ne s’affiche pas en italique.

    1. Effectivement, quelle horreur, et dire que je ne m’en suis pas rendu compte en lisant les épreuves; le typographe de MdG a dû changer le style « penché » (slanted) en italiques, ce qui supprime effectivement la différence entre *a et *ɑ. J’ai rajouté des notes au PDF éditeur que j’ai mis sur academia.edu. Heureusement qu’ils n’ont pas touché à l’appendice. Je crois que pour la suite il va falloir abandonner le symbole ɑ qui est trop dangereux lorsqu’on ne contrôle pas complètement la production du PDF (il y a des solutions même avec l’italique, pourtant).
      La typographie est une chose trop importante pour la laisser à des typographes!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *