Les paradigmes négatifs en khaling

Dans mes publications précédentes sur le khaling (en particulier celle-ci et celle-là), les paradigmes négatifs n’avaient pas été inclus, car leur formation est pour l’essentiel assez prédictible: ils prennent un préfixe mu- (aux formes finies sans préfixe de seconde personne / inverse ʔi-, y compris l’impératif) ou mʌ- (aux formes ayant un préfixe ʔi- au positif et aux formes infinitive et participiales) et au passé, le suffixe -t- du passé est remplacé par le -w- de l’irréel (voir p 1102 de Jacques et al. 2012; comme je l’indique dans cet article, ce -w- est apparenté au verbe « être » du limbou).

En travaillant avec Benoît Sagot sur l’analyseur morphologique du khaling, je me suis rendu compte que les règles ci-dessus n’étaient pas suffisantes pour certaines formes. En effet, dans les cas des verbes à syllabe ouvertes, on a au passé des formes -tnu -त्नु au lieu de -tɛnu -त्यनु à l’intransitif 2pl et 3pl, comme l’illustre le paradigme suivant du passé (tirés de Jacques et al 2012:1124) de |je| ‘venir’ (vers le bas):

1sg jeŋʌtʌ
1di jêjti
1de jêjtu
1pi jektiki
1pe jektʌkʌ
2sg ʔijā:tɛ
2du ʔijêjti
2pl ʔijā:tnu
3sg jā:tɛ
3du jêjti
3pl jā:tnu

Les formes analogiques jā:tɛnu et ʔijā:tɛnu pour les 3pl et 2pl sont toutefois utilisées par certains locuteurs.

Si le négatif des formes autres que 2pl et 3pl peuvent se former selon la procédure indiquée ci-dessus, les 2pl et 3pl sont plus problématiques, puisque la forme attendue †jā:wnu contreviendrait à la phonotactique du khaling. Je n’avais pas noté cette forme dans mes cahiers de terrain, mais elle est heureusement attestée à plusieurs reprises dans cette histoire (enregistrée, transcrite et traduite par Aimée Lahaussois), qui a mujânwɛ मुया:न्‍व्य « ils ne sont pas descendus » (noté mujaːnwɛ, S77, S79, S83 etc). Notons que le conteur de cette histoire fait partie des gens qui disent jā:tɛnu pour la 3pl (et qui pourtant n’a pas formé un négatif †jā:wɛnu!).

La forme mujânwɛ est intéressante, car le ton tombant vient de la chute d’une voyelle haute, ici de toute évidence *u, donc d’un plus ancien *mu-jā:-nu-wɛ, autrement dit, d’une forme où le suffixe de pluriel –nu se positionnait avant le –; on a déjà observé de tels changements dans l’ordre des suffixes (notamment dans le paradigme des verbes réfléchis), et ils sont tout à fait attendus était donné l’origine des verbes bipartites en kiranti.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Les paradigmes négatifs en khaling," Panchronica, 09/10/2017, http://panchr.hypotheses.org/1975 (ISSN 2494-775X)

2 réflexions au sujet de « Les paradigmes négatifs en khaling »

    1. Oui, c’est assez probable, mais très compliqué dans les détails; la majorité des langues kiranties ont un préfixe négatif commençant en m-, mais le vocalisme varie de langue à langue. En khaling, mu- est problématique — dans les mots hérités la voyelle /u/ n’existe que lorsqu’il y avait une coda vélaire (cela s’applique d’ailleurs au pluriel -nu, qui vient de la généralisation de *-niŋ (1sg>3pl) — la proto-forme indiquée dans le billet est volontairement un peu simplifiée).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *