L’étymologie du nom « année » en rgyalronguique

Une des innovations communes au sous-groupe du birmo-rgyalronguique comprenant les langues autres que lolo-birmanes que l’on pourrait appeler « na-gyalronguique » est le nom de l’année correspondant au /pa/ que l’on trouve en japhug tɯ-xpa « une année » et pakuku « tous les ans » (voir cet article). L’étymologie de ce nom est donc importante pour comprendre la classification des langues de ce groupe.

L’usage du verbe pa « faire » dans l’exemple (1) peut contribuer à cette question.

(1) tɕiʑo ni kɤ-amɯfse-tɕi nɤ jinde kɯβdɤsqi ɯ-ro to-pa.
1DU DU PFV-se.reconnaître-1DU LNK maitenant quarante 3SG.POSS-reste IFR-faire
« Cela fait plus de quarante ans que nous nous connaissons. » (voir ce texte)

L’exemple (1) signifie littéralement « Après que nous nous ayons fait connaissance, plus de quarante (ans) se sont passés. »

L’emploi du verbe pa « faire » pour le sens de « s’accomplir » à propos d’une certaine unité de temps suggère que le nom « année » pourrait dériver de cet emploi spécifique de ce verbe (avec lequel il est homophone dans les langues considérées), « (unité de temps) accomplie » => « année ». La difficulté que j’entrevois avec cette idée est le fait que le nom correspondant à /pa/ s’emploie dans les langues autre que rgyalrong pour des adverbes de temps tels que « cette année », « l’année dernière » ou « l’année prochaine », et pas pour les mesures d’années « un an », « deux ans » etc.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "L’étymologie du nom « année » en rgyalronguique," Panchronica, 24/09/2017, http://panchr.hypotheses.org/1971 (ISSN 2494-775X)

2 réflexions sur « L’étymologie du nom « année » en rgyalronguique »

  1. En na de Yongning, cette racine donne un simple /i/, dans les expressions ‘l’an passé’, ‘cette année’ et ‘l’an prochain’. Il fallait ton flair de diachronicien pour parvenir à reconstruire (avec un degré élevé d’assurance) *C-ba en proto-naish, en tirant parti du lazé /vie/ et du naxi /be/!
    La reconstruction pour ‘faire’ (homophone avec cette racine ‘année’, dans les trois langues: lazé, naxi, na) ne différait que par l’analyse morphologique: tu reconstruisais *Cba. Maintenant on s’oriente vers *C-ba ! Ca avance 🙂

    Tu reconstruisais *C-pja en proto-tangoute. Y a-t-il de nouvelles hypothèses de ce côté-là?

    1. Tu touches du doigt la question la plus difficile du domaine: l’origine de la lénition en rgyalronguique et dans les langues avoisinantes; ce problème est beaucoup plus complexe que je le pensais autrefois, et la thèse de Gong Xun va contribuer à l’éclaircir (mais je n’en dis pas plus).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *