Comment écrire un mauvais article de linguistique historique?

Comme me l’avait dit l’inimitable Michel Ferlus il y a de nombreuses années, en me tendant l’un des nombreux ouvrages publiés à compte d’auteur d’un personnage dont je préfère taire le nom par charité, ‘pour devenir un bon chercheur, il ne suffit pas d’étudier les articles de qualité (comprendre: les siens), il faut aussi lire les mauvais.’

L’article de Song (2014) ‘Stop codas in Old Chinese and Proto Sino-Tibetan: A lexical diffusion analysis’, publié dans la nouvelle revue ‘International Journal of Chinese Linguistics’ éditée par Benjamins, nous donne l’occasion de tester les vertus pédagogiques des exemples négatifs.

Certains travaux sont mauvais par absence d’originalité, d’autres parce qu’ils contiennent des données douteuses ou une méthodologie erronée. Celui de Song a le mérite d’illustrer tous ces défauts dans le même texte.

Présentons tout d’abord le contexte. Il y a de cela plus de soixante ans, Haudricourt (1954) a démontré que les tons du chinois provenaient de la transphonologisation de consonnes finales. La démonstration exacte a été présentée en détail (et de façon plus claire que dans l’article original) dans de nombreux ouvrages (notamment celui de Baxter 1992:308-311). Les lecteurs intéressés peuvent aussi consulter mon introduction (très perfectible) à la phonologie historique du chinois: https://www.academia.edu/2261546/La_phonologie_historique_du_chinois

Je présente néanmoins un compte-rendu rapide de l’idée fondamentale du travail d’Haudricourt.
Le chinois moyen (VIIe siècle de notre ère, le plus ancien état de langue dont le système phonologique soit complètement connu, grâce à un dictionnaire indiquant la prononciation par une méthode que je ne peux décrire ici) comportait trois tons, traditionnellement appelés plat (A), montant (B) et partant (C). La phonologie traditionnelle ajoute un ‘ton rentrant’ (D) désignant les syllabes à occlusives finales, mais il est plus simple de considérer que l’opposition tonale était neutralisée pour ce type de syllabe.

Pour reconstruire les stades du chinois antérieurs au VIIe siècle, on a recours à cinq types de données:
(1) Les rimes des poèmes antiques (notamment, du Shijing)
(2) Les séries phonétiques des caractères chinois, qui ne sont plus transparentes si on les lit en chinois moderne (par exemple, 率 a deux lectures apparemment sans rapport shuài et lǜ, qui remontent à *s-rut et *rut en chinois archaïque).
(3) Le chinois moyen, les dialectes modernes, et les lectures des caractères chinois en japonais, coréen et vietnamien.
(4) Les différentes couches d’emprunts du chinois dans les autres langues (cette source de données a été très marginalement exploitée avant Baxter et Sagart 2014).
(5) Les cognats entre le chinois et les autres langues sino-tibétaines. Cette source est toutefois plus difficile à manier que les autres, à la fois parce que les cognats sont en petit nombre et parce que les langues apparentées au chinois présentent des caractéristiques plus archaïques que les stades les plus anciens du chinois, et nous renseignent donc davantage sur le proto-chinois que sur les chinois archaïque à proprement parler.

Sur la base de (1) et de (2), on remarque que des mots chinois à occlusive finale en chinois moyen (ton ‘rentrant’ D) peuvent rimer avec des mots sans occlusive finale (dans presque tous les cas, mais pas exclusivement, des mots au ton partant C). Par exemple, 路 lu (C) ‘chemin’ appartient à la même série phonétique que 落 lak (D) ‘tomber’. Les mots à occlusives finales -t et -p correspondent à des mots au ton partant (C) avec une finale -j, comme par exemple 入 rù < ɲip (D) ‘rentrer’ et 内 nèi < nwoj (C) ‘intérieur’ ou 葉 yè < yep (D) ‘feuille’ et 世 shì < ɕjej (C) ‘génération’.

Karlgren (1923), pour expliquer ce phénomène, propose que le chinois archaïque avait des occlusives finales voisées qui ont chuté, alors que les occlusives sourdes ont été préservées en chinois moyen (en se basant sur un changement phonétique en suédois). On aurait ainsi *lag > lu (C) ‘chemin’ contre *lak > lak (D) ‘tomber’. Cette hypothèse a eu un grand succès: si certains auteurs tels que Wang Li l’ont refusée, la plupart des spécialistes de la phonologie historique du chinois qui ont suivi Karlgren, en particulier Dong Tonghe et Li Fang-kuei (dont la reconstruction complète est parue seulement en 1971, d’ailleurs publiée presque à contre-cœur par l’auteur), l’ont appliquée et systématisée.

L’hypothèse de Karlgren pose trois problèmes fondamentaux:

(1) Appliquée de façon systématique, comme l’a fait Li Fang-kuei, le système reconstruit n’a plus de syllabes ouvertes, et la consonne finale la plus courante est *-g. Un tel système n’a aucun équivalent dans une langue attestée.
(2) Aucune langue sino-tibétaine n’a d’opposition de voisement en fin de syllabe.
(3) Cette reconstruction implique que *-g > zéro, *-d > -j, mais aussi que *-b > -j, avec un changement intermédiaire *-b > *-d > -j, un changement hautement improbable.

Haudricourt, en utilisant le parallèle typologique du vietnamien où les finales *-s et *-ʔ du proto-viet-muong se transphonologisent en tons, propose une solution alternative qui explique les rimes et les séries phonétiques sans les problèmes (1) à (3). Selon Haudricourt, on trouvait en chinois archaïque non seulement une consonne finale *-s (qui donne le ton C), mais aussi des groupes finaux *-ps, *-ts, *-ks. Les mots ayant groupes finaux pouvaient rimer ou apparaître dans la même série phonétique que des mots à occlusive simple *-p, *-t, *-k. Dans cette théorie, il convient de faire davantage de distinctions que les *-b, *-d et *-g finaux de Karlgren et Li. Là où Li Fang-kuei a *-g au ton (C), Haudricourt reconstruit soit une syllabe à finale *-s, soit *-ks; pour le *-g aux tons (A) et (B), qui ne riment que très rarement avec des mots à occlusive finale -k, Haudricourt reconstruit une syllabe ouverte. Ainsi, il résout les problèmes (1) et (2), tout en rendant compte des rimes et des séries phonétiques: le *-s final n’intervient pas, ou peu, dans les rimes de l’époque du Shijing et dans les séries phonétiques.

La théorie d’Haudricourt offre aussi une explication lumineuse au problème (3): plutôt qu’un changement *-b > *-d > -j (C), on a en fait *-ps > *-ts > -j (C), avec assimilation de lieu d’articulation, un changement tout à fait banal. Ainsi, avec les exemples ci-dessus 葉 yè < yep (D) ‘feuille’ et 世 shì < ɕjej (C) ‘génération’. L’hypothèse d’Haudricourt permet les reconstructions *lap > yep > yè ‘feuille’ et *lhaps > ɕjej (C) > shì.

La théorie d’Haudricourt est acceptée par la quasi-totalité des chercheurs modernes, en Chine continentale ou dans les pays occidentaux, mais certains restent attachés à la reconstruction de Li Fang-kuei. Il convient de dire qu’aucun de ceux qui continuent à soutenir le modèle de Li Fang-kuei n’ont fourni une argumentation construite contre la thèse d’Haudricourt.

Abordons maintenant l’article de Song. Ce travail n’apporte au débat aucune donnée nouvelle — les étymologies et les comparaisons citées viennent d’autres articles; sa contribution est de relier deux idées, l’hypothèse de Karlgren sur les occlusives voisées finales d’une part, et d’autre part l’hypothèse de la diffusion lexicale (qui ne fera pas l’objet du présent billet, mais sur laquelle je reviendrai plus tard). Les données sont très mal traitées (en particulier, les exemples tibétains sont pleins de coquilles, au point qu’on peut même douter que l’auteur sache déchiffrer l’alphabet), mais je me concentrerai ici sur les arguments de l’article.

L’auteur propose (pp. 122-123) que le proto-sino-tibétain avait deux séries d’occlusives finales, voisées *-b *-d *-g et non-voisées *-p *-t *-k. Il suppose les changements suivants (je présente ici une copie d’écran de son article, afin d’éviter d’introduire des inexactitudes en recopiant)

Song (2014:122)
Song (2014:122)

(i) Les occlusives voisées donnent régulièrement des occlusives sourdes en chinois moyen *-b *-d *-g > -p -t -k et les occlusives finales notées comme voisées dans l’écriture tibétain -b -d -g.

(ii) Les occlusives sourdes *-p *-t *-k donnent zéro en tibétain, et en chinois archaïque parfois zéro parfois des occlusives sourdes (ce qui explique les rimes et les séries phonétiques), puis zéro en chinois moyen et dans toutes les formes de chinois attestées.

La solution de Song ne constitue pas un progrès par rapport aux travaux précédents: non seulement elle n’apporte d’explication à aucun des problèmes (1), (2) et (3), mais en plus elle rajoute deux nouveaux problèmes:
(4) Un changement non-conditionné de chute des occlusives finales en chinois sans aucun équivalent dans une langue autre que le chinois. Si ce type d’hypothèse semble être acceptable pour les partisans de la diffusion lexicale, il est virtuellement infalsifiable, non parcimonieux, et néglige de prendre en compte l’ensemble des langues de la famille autres que les langues chinoises et tibétaines (soit, en terme de nombre de langues, plus de 90% des données).
(5) La solution de Song n’a même pas le mérite de celle de Karlgren d’être basée sur un parallèle attesté: supposer la chute des occlusives sourdes alors que les voisées sont préservées va à l’encontre de tout ce que l’on connaît sur les changements phonétiques (voir Kümmel 2007).

Si l’auteur cite Baxter et Sagart (2014), il paraît ignorer l’hypothèse d’Haudricourt, qui n’est mentionnée nulle part. Il s’agit donc d’un ‘grand pas en arrière’ dans la phonologie historique du chinois, et il est regrettable que la nouvelle revue International Journal of Chinese Linguistics contienne un tel article dans son premier numéro.

Il semble que l’auteur lui-même ne soit pas le seul a entretenir une certaine confusion sur les notions de base de la recherche en linguistique historique. Il cite un relecteur de la revue: ‘As an anonymous reviewer pointed out the chronology of WT and OC is not the same, as the former has a much recent time depth of seventh to ninth century. When using the WT data for the purpose of comparative reconstruction, this problem always deserves our attention.’

Autrement dit, le relecteur suggère que la comparaison du chinois archaïque avec d’autres langues poserait problème parce qu’ils ne sont pas attestés à la même époque (ce qui implique que les langues autres que le chinois n’ont pas de valeur cruciale pour reconstruire le chinois archaïque). Cette assertion trahit un grave manque de culture linguistique. Comme le sait n’importe quel étudiant en indo-européen ou en sémitique, on observe plusieurs cas où des langues à attestation ancienne sont moins conservatrices sur certaines points que des langues récemment attestées, et qu’ainsi toutes les langues, anciennes et modernes, doivent être prise en compte:
(a) l’akkadien a perdu quasiment toutes les consonnes ‘gutturales’ du proto-sémitique (*h, *ʔ, *ʕ, *ħ etc) et confondu les fricatives interdentales *θ et *ð avec *ʃ et *z respectivement, et conserve donc moins bien le système consonantique du proto-sémitique que l’arabe ou même les langues sud-arabiques modernes.
(b) le hittite (attesté au second millénaire avant notre ère), malgré certains archaïsmes indéniables, a perdu la triple opposition des occlusives (reconstruites traditionnellement comme sourde, voisée simple, voisée aspirée) qui est pourtant préservée, sous une autre forme, en germanique moderne et en grec moderne.

Il est facile de trouver d’autres exemples du même type.

L’article de Song, et les commentaires des relecteurs qui ont accepté un tel article, rappellent que la linguistique historique d’une langue particulière ne peut être étudiée de façon satisfaisante sans une prise en compte des autres langues de la famille et sans une perspective panchronique sur la vraisemblance des hypothèses posées.

Bibliographie
Baxter, William H. 1992. A Handbook of Old Chinese Phonology, Berlin: Mouton de Gruyter.
Baxter, William; Sagart, Laurent. 2014. Old Chinese: A New Reconstruction. Oxford University Press.
Haudricourt, André-Georges. 1954. Comment reconstruire le chinois archaïque, Word 10(2-3): 351-364.
Karlgren, Bernhard. 1923. Analytic Dictionary of Chinese and Sino-Japanese, Paris: Paul Geuthner.
Li Fang-Kuei. 1971. 《上古音研究》 The Tsing Hua Journal of Chinese Studies IX(1,2): 1–61.
Kümmel, Martin. 2007. Konsonantenwandel: Bausteine zu einer Typologie des Lautwandels und ihre Konsequenzen für die vergleichende Rekonstruktion. Reichert Verlag.
Song, Chenqing. 2014. Stop codas in Old Chinese and Proto Sino-Tibetan: A lexical diffusion analysis, International Journal of Chinese Linguistics, 1.1:96 – 135.
https://benjamins.com/#catalog/journals/ijchl.1.1.04son/fulltext

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Comment écrire un mauvais article de linguistique historique?," Panchronica, 19/04/2015, http://panchr.hypotheses.org/192 (ISSN 2494-775X)

3 réflexions au sujet de « Comment écrire un mauvais article de linguistique historique? »

  1. Concerning the comparisons involving Old Japanese (pp 118-119), keep in mind in general that OJ consonants corresponding to modern voiced were prenasalized voiced, and they go back to *NC clusters.

    See Martin, Samuel E. 1987. The Japanese Language Through Time. New Haven & London: Yale University Press, pp. 20-26 for the detailed discussion of modern -b-, -d-, -g-, -z- going to back to OJ prenasalized stops and pJ *NC clusters.

    1) OJ (more exactly EOJ muNki1) < PJ *munki (Martin 1987: 487) is a Wanderwort, cf. MK mirh H (Yu Changton 1964. Yico e sacen (A Dictionary of the Yi dynasty language). Seoul: Yensey tayhakkyo chwulphanpu.) < *mirK(V) and Manchu muji < *murgi as shown by early Solon loan murgil 'iarica' (I do not know the exact English equivalent, but it is something like 'field with spring crops') from Manchu *murgi+ collective Solon -l. (Cincius, Vera I. (ed.) 1975. Sravnitel'nyi slovar' tunguso-man'cjzhurskikh iazykov, vol. 1, Leningrad: Nauka. p. 551, 558).
    I think it will present formidable difficulties from the phonological point of view to see it as a Chinese loanword: we probably have here *-rk- medial cluster. Not to mention that vowels are different from OC schwa and they precede *-r-, not follow it.

    2) OJ puNte 'writing brush' is a native formation: a contraction of *pumi 'writing' + te, 'way, tool, etc.', which probably represents a loan from the predecessor of MK toy 'id.' Another possibility is that -te is native J te 'hand'. See Martin 1987: 416.

    3) The reconstruction of OJ mo2no2 < PJ *mənə as *modo is completely teleological. There is zero evidence for that, and the word is native. See Martin 1987: 485.

    The J/K comparison belongs to Martin 1966. 'Lexical evidence relating Korean to Japanese' Language 1966, #42.2. p. 251, #319. A comparison of K with Ma. is probably either Lee Ki-moon's, or Murayama's, but it will take time to trace it.

    Hope this helps,

    Sasha

  2. Thank you for this review and critique of the Song article, which I have just now read. It is astonishing that this article went through a peer review process and was published in its current form. I would say that this reflects much more poorly on the editors (and reviewers) of the journal than on the author. The author is young and at the beginning of her career. She was done a terrible disservice by not giving her proper feedback through the peer review process, and letting this embarrassing paper be published.

    There are many additional minor problems with the paper beyond the major issues you have already raised concerning methodology, data, and argumentation. It would probably be tedious to list them all, but a few jumped out at me, and I think they are worth mentioning.

    First, the article is very poorly sourced. Many claims are made without reference to supporting literature; and much relevant literature (including, of course, works like Haudricourt’s which you have discussed) is absent from the bibliography. For example, the only partially accurate statement on p. 116 « Through the establishment of cognate pairs in WT and Chinese, scholars have found the correspondences listed in (30): » is not attributed to any published source. (Some supporting examples from Gong 2002 are listed on the next page, but that is a different matter.)

    Second, there is a very strange claim on pages 97-98 concerning a so-called « inverted comparative method », which is not defined or defended, aside from the vague explanation: « Much of reasoning here relies on the reconstruction of PST first, which is then applied to the reconstruction of OC. » How PST can be reconstructed before there is a reconstruction of OC is not made clear. Nor is it clear how this claim is related to the methodology in the rest of the paper.

    Third, the author has clearly not understood the source articles that she has read and cited. She claims, for example, that Baxter 1992 supports the « open syllable hypothesis » (p. 103), in which all píng 平, shǎng 上, and qù 去 tone syllables of MC derive from OC open syllables. Yet on the same page she gives a Baxter reconstruction of *lrjas for one of these « open » syllables, and an incorrect reconstruction of *maks for a rù 入-tone syllable (should be *mak). And of course it is simply incorrect that Baxter subscribes to this hypothesis; his 1992 work makes an elaborated and cogent argument in support of the reconstruction of shǎng- and qù-tone syllables with consonant-coda OC forms. These errors of understanding and of data make the argumentation here incomprehensible, yet somehow neither the author nor the reviewers noticed a problem.

    Third, the author lists frequency data in chart (15) on p. 105 that is completely meaningless. There is no context provided. Unless one knows how frequently a certain syllable type occurs in a corpus, it is impossible to judge how significant an « exception » to an observed pattern is. The apparently greater « exception » rate for *-ak may compared to *-uk may vanish if one takes account of the relative frequency of those syllables in the corpus and/or in the language overall.

    Regarding your own comments, I think it is important to point out that Li Fang-Kuei did not precisely subscribe to Karlgren’s voiced stop hypothesis. He was very clear in stating that he did not intend the symbols *-b *-d *-g to represent voiced stops, but only to represent some coda feature that permitted rhyming with *-p *-t *-k. Unfortunately, his use of the symbols b, d, g led many people to assume that he believed in phonetically voiced stop codas. (Even some of his best students misunderstand this point.) He said (1971/1980:30): « 這類的字大多數我們也認為有韻尾輔音的,這類的韻尾輔音我們可以寫作 *-b, *-d, *-g 等。但是這種輔音是否是真的濁音,我們實在沒有什磨很好的證據去解決他。 » This statement is actually not incompatible with the *-Cs hypothesis for qù-tone syllables.

    I love the comment from Michel that you give at the beginning of your post. I hope somebody to learn (sotto voce) whom it was made in reference to.

    1. Dear Zev,

      Young scholars can always be forgiven for mistakes made early in their careers, as long as they correct them later. I hope the comments provided here can be useful to the author and other students to avoid making critical mistakes.

      Concerning Li Fang-kuei, I fully agree with you, he was much more careful than his epigones and only used the final *-b *-d *-g as abstract symbols. His aim was perhaps to simply have a coherent and simple orthographic system corresponding to the traditional yùnbù (in some way, what Baxter did with his MC transcription), which later scholars mistook for a phonetic reconstruction.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *