*sr- et *j-

Comme j’en ai discuté à plusieurs reprises déjà dans cet article et sur ce blog (voir ce billet et ce billet), le groupe initial *sr- en sino-tibétain est bien attesté dans plusieurs étymons, dont « pou » (japhug zrɯɣ), « honte » (nɤzraʁ), « racine » (tɤ-zrɤm), et ses réflexes sont japhug zr-, proto-kiranti *s-, tibétain ɕ-, chinois moyen ʂ-, proto-kuki-chin *hr- et jinghpo ts- (par exemple dans tsí’ « pou »).

Le cas de « honte » est intéressant; si le japhug –zraʁ, le LB *hrak et le chinois 色 ʂik < *srək reflètent *sr-, certaines langues, dont le jinghpo gayà’ “害羞” (le coup de glotte final vient d’un *-k) et le hakha lai nı̀ŋ-zak-I, -zaʔ-II, ont une initiale remontant à *j-: on retrouve les mêmes correspondances que dans lai zâa-I, zaat-II  et jinghpo gayá « gratter » (japhug rɤʑa « gratter », voir d’autres cognats dans cet article).

Il me semble inacceptable de postuler ici un groupe plus complexe *srj- donnant *sr- dans certaines langues et *j- dans d’autres (*sr- et *rj- donnent ts- en jinghpo, comme le montre matsát « huit »), et il n’existe pas de processus morphologique permettant une alternance entre *sr- et *j-.

La question se pose donc de savoir si nous avons affaire à une ressemblance fortuite (après tout la correspondance est unique, et la ressemblance est limitée à la rime), s’il s’agit de mots diffusés en jinghpo et en lai à partir d’une langue où *sr- donne j- (mais il faudrait identifier cette langue — par ailleurs, l’emprunt aurait été au moins proto-kuki-chin puisqu’il prédaterait le changement *j- > *z-) ou si une explication plus compliquée encore est justifiée.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "*sr- et *j-," Panchronica, 28/06/2017, http://panchr.hypotheses.org/1859 (ISSN 2494-775X)

8 réflexions au sujet de « *sr- et *j- »

  1. La présence d’un élément palatal dans ‘honte’ en jingpo et hakha lai, absent en japhug et en LB, illustre le caractère instable de la palatalité en TB d’une langue à l’autre. Tout se passe comme si la présence d’un -y- médian était à la fois fréquente et impossible à prédire. Pour l’expliquer, il faut à mon avis bien sûr une explication néo-grammairienne, mais une explication souple, où les traits et phonèmes nécessaires à l’explication des changements peuvent provenir de l’environnement immédiat du mot à expliquer. Je m’explique. Supposons qu’en PTB existait une règle phonologique qui introduisait une médiane palatale -y- dans l’attaque d’un mot lorsque la dernière voyelle de la partie préinitiale de ce mot, s’il y en avait une, ou la dernière voyelle du morphème précédent (préfixe ou premier élément de mot composé), était une voyelle palatale. Supposons de plus que cette règle a perduré dans les branches et langues TB pendant un certain temps après leur séparation. Un monosyllabe PST intervenant en PTB comme deuxième élément d’un mot composé dont le premier morphème avait *i comme voyelle, développerait une médiane -y-; de même s’il prenait un préfixe à voyelle *i; mais ce même mot, dans un autre contexte ou dans une autre langue, n’aurait pas forcément cette médiane.

    Une attaque *sr- dans un mot PST va donc pouvoir être représentée en PTB et dans les branches TB tantôt par *sr- tantôt par *sry-, en fonction de l’élément précédent, avec des formes alternantes palatalisées et non palatalisées d’une langue à l’autre et même à l’intérieur d’une même langue. Dans le cas de ‘honte’ et de ‘gratter’, les formes jingpo etlai proviendraient de *sry- sans que cela oblige à reconstruire one opposition entre *sr- et *sry- en PTB. Phonologiquement, on aurait /sr/ dans les deux cas. Ce n’est qu’ultérieurement, après la chûte du contexte palatalisant, que les deux attaques seraient devenues contrastives. Par la suite, elles auraient suivi des évolutions divergentes: *sry- se simplifierait indépendamment en *ry- en hakha lai et jingpo, et ce ry- évoluerait régulièrement vers y- (l’évolution ry- > y- me semble vérifiée dans les deux langues).

    1. Si un groupe *srj- doit être reconstruit, je préférerais le réserver pour expliquer la correspondance de tibétain ɕV à KC hriV comme dans *hriat (Hakha hriat, hriaʔ) « comb » = ཤད་ ɕad, bɕad « peigner » (voir ce billet). Notons que *rjV donne nécessairement riV en KC et ts- en jinghpo (voir pariat « huit » = situ wərját), ce qui invalide l’étape *ry- proposée pour ces langues.

      1. Pour mémoire, et en intégrant des éléments de la conversation entre Guillaume et moi après son dernier commentaire : Le hakha lai (au moins; cette langue probablement d’autres langues KC et naga) et a deux traitements de *ry- : z- (zǎa  ‘cent’; zaan ‘nuit’, zak ‘aisselle’) et ri- (riak-I, riaʔ-II  ‘passer la nuit’, pa-riat ‘huit’). Une possibilité est qu’on a *ry > z en début de mot, et *ry > ri ailleurs : ‘passer la nuit’ aurait un préfixe que ‘nuit’ seul n’aurait pas. En jingpo ry- donne j- (jaʔ⁵⁵  « journée de 24 heures, nuit comprise »), et ts (mă³¹tsa̱t⁵⁵  « huit »; lă³¹ tsa̱³³ « cent »; tsap ‘se tenir debout’) dans différents contextes qui restent à déterminer.

        1. Il est possible que ces correspondances reflètent le traitement du groupe *rj- dans des contextes distincts. Pour le démontrer, il faudrait néanmoins trouver au moins une langue où les deux formes apparaissent pour au moins une paire et où le contexte est indépendamment reconstituable.
          Concernant zǎan  »nuit », je ne comprends pas les raisons de reconstruire *rj- ici.

        2. Pour « nuit », je pense que le r- est morphologique: la forme de base repose sur une proto-forme comme *jak, ancêtre direct du jinghpo yá’ et du chinois 夜, on en tire un verbe dénominal intransitif en r- *rjak « passer la nuit », ancêtre de KC riak-I, riaʔ-II et de japhug rʑaʁ, puis un nom tɤ-rʑaʁ « une nuit » dérivé du verbe. Le formes ཞག་ ʑag en tibétain (« durée de 24 heures » et « pellicule de graisse », dont je suis d’accord qu’il correspondent à 夜 et 液) n’ont pas forcément contenu de *r- — une hypothèse aussi possible est que ʑ- soit le traitement ancien de *t-j- (>*dj > ʑ-) dans les formes lexicalisées (par opposition au traitement gj- གཡ par dissimilation plus récent), le mot tibétain provenant donc d’une proto-forme incluant le préfixe numéral signifiant « une nuit », ce qui correspond avec son sens et son emploi.

          1. Les mots tibétains homophones zhag ‘durée de 24 heures’ et zhag ‘graisse à l’état liquide’ ont pour cognats en birman écrit deux morphèmes également homophones, de prononciation rak, et signifiant ‘journée de 24 heures’ et ‘jus’ respectivement. Le second n’apparaît que dans les composés pan3-rak et wat-rak, tous deux signifiant ‘jus de fleur’. Le vieux birman a la forme ryak pour ‘durée de 24 heures’. Les cognats birmans attestent donc -r-.

            Similairement, en Lushai, une langue Kuki-Cin assez éloignée (phylogénétiquement) du birman et du tibétain, on a riak ‘put up for the night’ et hriak (dans le composé sa-hriak ‘huile, graisse’, où sa = ‘viande’).

            En chinois il y a aussi des preuves d’un -r- dans l’attaque de 夜 et 液, indirecte dans le cas du premier et directe pour le second. Baxter et Sagart 2014 reconstruisent 夜 *[ɢ]Ak-s > yaeH > yè ‘night’ et 液 *ɢrAk > yek > yè ‘fluid’ , avec un -r- certain dans le deuxième mot et simplement non exclu, comme une alternative à un ɢ- simple, dans ‘nuit’. Le *-r- dans ‘fluide’ est indiqué par l’initiale proto-Min *z-, qui reflète des attaques OC à *r-, comme proposé dans B&S 2014. Guillaume m’a suggéré oralement hier que le *z- du proto-Min pourrait provenir d’un OC *y en plus des sources de type *m-r-, *N-r-, *ɢr- que nous (B&S) supposons, mais les sources à *r suffisent à expliquer les faits, car les mots en question ont tous des contacts avec des mots à *r et de plus proto-Min *r- devient sifflant également, et dévoise en s-, après une consonne sourde en Min du nord.

            Pour ‘nuit’, il y a deux preuves indirectes. D’abord, ‘nuit’ n’aurait été qu’un phonétique moyen pour ‘fluide’ s’il n’avait pas eu de -r- comme ‘fluide’; ensuite, ‘nuit’ est probablement apparenté à 舍, MC syaeH, en particulier dans le sens de 軍隊住宿一夜 ‘d’une armée, loger une nuit’ (Zuo Zhuan, Zhuang 3). Ce caractère (舍) était interchangeable selon le Hanyu Da Zidian (2e édition, vol. 2:625 ) avec 旅, OC *[r]aʔ, ce dont on peut trouver un exemple dans une inscription sur bambou de Shuihudi. Pour intégrer ce fait, il faudra vraisemblablement dans une prochaine révision de nos reconstructions désambiguiser l’attaque *[l̥] donnée par nous pour 舍, en *r̥- (je n’aborde pas ici la question de l’évolution de r̥- vers MC sy-, qui est possible mais prendrait trop d’espace et de temps).

            Par conséquent il est difficile de supposer que les formes tibétaines zhag ‘journée de 24 h’ et ‘graisse à l’etat liquide’ ne proviennent d’attaques sans r-. Selon Hill, l’une des sources de tibétain écrit zh- est un r- palatalisé, ce qui marche parfaitement dans notre cas (même si la nature de la palatalisation prête à discussion).

            Notons enfin que tibétain écrit bzhag ‘aisselle’ contient la séquence zhag et que le mot chinois correspondant est 腋 *[ɢ](r)Ak > yek > yè ‘armpit’. On a donc un parallèle entre trois mots chinois de la série GSR #800: 腋 ‘aisselle’, 夜 ‘nuit’, 液 ‘liquide’ et les trois mots tibétains bzhag ‘aisselle’, zhag ‘nuit’ et zhag ‘graisse à l’état liquide’. Ce parallèle doit être expliqué par des formes proches en PST, non par des développements spécifiques à chaque mot dans les langues filles.

    1. C’est une comparaison assez ancienne (j’ignore qui est le premier à l’avoir proposée), mais une justification philologique détaillée sur le dossier chinois serait en effet nécessaire (je n’ai pas le temps de m’y plonger pour le moment).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *