Arapaho noohow- ‘voir’

La plupart des langues algonquiennes (sauf les langues de l’est) ont une série de verbes signifiant « voir » dont la racine initiale est *wāp- (qui signifie également « blanc, clair »), comme en ojibwe le VTA waabam-, le VTI waabandan- et le VAI waabi- « avoir une vision », avec des finales différentes (pour une définition de VTA, VTI et VAI, voir par exemple cette page). Même le cheyenne, dont la phonologie est très innovatrice, a un cognat de ces verbes comme le VTA vóom (voir dans ce dictionnaire avec des fichiers sons), le cognat exact de l’ojibwe waabam- (proto-algonquien *wāp-am-(ēwa)).

Si des cognats de ces verbes existaient en arapaho, nous devrions avoir †nookow- et †nookoot pour les verbes correspondants à waabam et waabandan, selon les lois phonétiques découvertes par Kroeber et Goddard (voir cet article et celui-ci). Or les verbes que l’on trouve (et qui sont d’ailleurs utilisés comme exemples dans les tableaux de conjugaison de la grammaire de Cowell and Moss 2008) sont VTA noohow– et VTI noohoot-, avec un h à la place du k attendu. Je ne pense pas que ces verbes, malgré leur ressemblance superficielle, soient apparentés à waabam et waabandan.

Les proto-formes possibles pour noohow– et sa contrepartie VTI sont assez nombreuses; la partie -ow-/-ob- est obligatoirement la finale *-am-, mais l’initiale pourrait être *[wrs]aas- (le *y devient aussi n, mais n’existe pas en début de mot en proto-algonquien). On trouve en ojibwe la forme waazakone ‘glow’ (apparemment d’un proto-algonquien *wās-askweθē-), avec une initiale apparemment provenant de *wās-. Le problème avec l’hypothèse que cette initiale serait cognate avec celle de l’arapaho est que la forme normale de cette initiale est waas– en ojibwe (avoir quelques exemples d’autres verbes ayant cette initiale). Ives Goddard, auquel j’ai soumis mon idée, pense que le z dans waazakone résulte de la dissimilation avec le k (phonétiquement géminé [kk]) suivant, d’après une loi phonétique attestée par ailleurs en ojibwe (voir Goddard 1973:47, dans des mots comme noozhishenh « mon petit-fils » à la place d’une forme †nooshish attendue d’après la reconstruction *nōhšihsa basée sur les autres langues).

Le mystère reste donc assez épais concernant l’étymologie de ces verbes; sans avoir la prétention d’y avoir apporté une réponse, j’espère au moins pouvoir avoir suscité l’intérêt de lecteurs de ce blog à cette question et à la linguistique historique de l’arapaho en général.

=====
Cowell, Andrew; Moss, Alonzo, Sr. (2008). The Arapaho Language. University Press of Colorado. ISBN 978-0-87081-901-8.
Goddard, Ives (1973). Delaware kinship terminology. Studies in linguistics, 23, 39–56.
Goddard, Ives (1974). « An Outline of the Historical Phonology of Arapaho and Atsina ». International Journal of American Linguistics. 40: 102–16.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Arapaho noohow- ‘voir’," Panchronica, 10/06/2017, http://panchr.hypotheses.org/1816 (ISSN 2494-775X)

3 réflexions au sujet de « Arapaho noohow- ‘voir’ »

  1. Bon! Passons à l’essentiel: si ces verbes arapaho (VTA noohow– et VTI noohoot-) correspondent parfaitement pour le sens aux verbes apparentés dans d’autres langues algonquiennes, et leur correspondent parfaitement pour la forme (du point de vue diachronique, et non synchronique), à l’exception du /h/ à la place du /k/ attendu, il me semble qu’il serait plus sage de chercher à expliquer cette possible irrégularité phonologique plutôt que de se lancer à la recherche d’une nouvelle étymologie, comme celle que vous nous présentez: cette dernière nous permet de rattacher les verbes de l’arapaho à ceux d’autres langues algonquiennes, mais pour l’accepter il faut supposer un changement sémantique assez inattendu. D’un point de vue heuristique je ne vois donc pas en quoi elle serait préférable à l’hypothèse que ce verbe arapaho serait apparenté au verbe ‘voir’ d’autres langues algonquiennes.

    1. Merci pour ce commentaire, qui invite à des réponses sur plusieurs sujets.
      Premièrement, la question de savoir si le changement sémantique serait inattendu. Je ne suis pas vraiment un algonquianiste et peux me tromper, mais l’initiale waab- dans waabam est sans doute la même que celle qui signifie « blanc » ou « brillant » (voir par exemple waaban « it is dawn » http://ojibwe.lib.umn.edu/main-entry/waaban-vii), ce qui n’est pas bien loin de waas- « shine ». Notons en IE par exemple de nombreux mots pour la vision dérivant de la racine *lewk « être brillant » (mais qui donne « blanc » en grec aussi), comme locana- « oeil », lokate « regarder » etc.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *