Rgveda 1.29

Comme exemple de ce à quoi pourrait ressembler une édition multimédia du Rgveda (qui pourrait presque trouver sa place dans l’archive pangloss), j’ai choisi un poème parmi les plus court et les plus répétitifs et ai découpé pour chaque vers un extrait sonore tiré des fichiers présenté ici. La traduction est mienne, mais a été revue avec Jamison et Elizarenkova.


1.029.01a yác cid dhí satya somapā
1.029.01b anāśastā́ iva smási

1.029.01c ā́ tū́ na indra śaṃsaya
1.029.01d góṣv áśveṣu śubhríṣu
1.029.01e sahásreṣu tuvīmagha

sandhi:
yác cid dhí > yad/cid/hi
anāśastā́ > anāśastā́s
na > nas
góṣv > góṣu

vocabulaire:
yad: si/quand (neutre sg de ya-)
cid: indéfini
hi: particule
satya- (adj): « véritable » (satya: voc.m.sg)
soma-pā-: « buveur de soma »
iva: comme
anāśasta- : an- (négation), participe passé (en -ta-) de ā+|śaṃs| « espérer » (āśaṃsā- « espoir », āśaṃsu- « espérant ») « sans espoir » (nom.m.pl)
smasi: /as/ « être » présent 1pl
ā́+śaṃsaya: causatif (classe X) de ā+|śaṃs, « donner de l’espoir »
tū: particule
nas: pronom clitique, 1pl.dat
indra: vocatif
go- f. « vache » (góṣu loc.pl)
áśva- m. cheval (áśveṣu loc.pl)
śubhrí- (adj): magnifique (śubhríṣu loc.pl)
sahásra-: millier (sahásreṣu loc.pl)
tuvīmagha- (adj) très généreux

« Chaque fois que nous sommes désespérés, ô véritable buveur de soma, donne-nous de l’espoir, (consistant) en milliers de magnifiques bœufs et chevaux, ô très généreux Indra. »


1.029.02a śíprin vājānãm pate
1.029.02b śácīvas táva daṃsánā
1.029.01c ā́ tū́…

śíprin- (adj): joufflu, (vocatif.ms.sg, pourvu de śiprā- f. « joue »)
vāja- m: prix, butin (gen.pl)
pati- m: maître (voc.sg)
śácīvas: puissant (voc.sg)
tava: 2sg.gen
daṃsánā-f: « wunderbare That, Kraft der Götter » (Grassmann), instr.fem.sg (en sanskrit classique on aurait daṃsanayā)

« Joufflu, puissant maître des butins, par ta puissance extraordinaire, donne-nous… »


1.029.03a ní ṣvāpayā mithūdŕ̥śā
1.029.03b sastā́m ábudhyamāne
1.029.03c ā́ tū́…
sandhi: ṣvāpayā > svāpaya

ní ṣvāpaya-: imp.2sg du causatif de ni+|svap| « dormir »
mithūdŕ̥ś- : « visible |dṛś| par intermittence »
sastā́m: imp.2du de |sas| « dormir »
á-budhyamāne : « non éveillées » (duel » a- négatif+ participe passé médio-passif nom.fem.du de |budh| « être réveillé »

« Fait dormir les deux qui sont visibles par intermittence.
Qu’elles dorment, non éveillées; donne-nous… »
(les entités en question ne sont pas clairement identifiées, peut-être les deux hapax kuṇḍr̥ṇā́cī- et kr̥kadāśū- mentionnées plus bas).


1.029.04a sasántu tyā́ árātayo
1.029.04b bódhantu śūra rātáyaḥ
1.029.04c ā́ tū́…
sandhi:
tyā́ > tyā́s
árātayo > árātayas

sasántu: 3pl.imp de |sas| « dormir »
tyā́s: démonstratif (nom.pl)
rāti-: généreux (dérivé de |rā| « donner ») (nom.pl)
árāti- : non-généreux, avare (de |rā| « donner ») ou « ennemi » (nom.pl)
bódhantu : 3pl.imp de |budh| « se réveiller »
rāti-: généreux/don (dérivé de |rā| « donner ») ou peut-être « calme » (*rmH-tí- de |ram|, ramṇāti)
śūra- m: « héro » (voc.m.sg)

« Que dorment les avares, et que se réveillent les généreux, ô héro, donne-nous… »
(peut-être un double sens avec généreux/don/calme et avare/ennemi/ »non-calme »))


1.029.05a sám indra gardabhám mr̥ṇa
1.029.05b nuvántam pāpáyāmuyā́
1.029.05c ā́ tū́…
sandhi: pāpáyāmuyā́> pāpáyā amuyā́

sam+mr̥ṇa: imp.sg de sam+|mr̥ṇ| « écraser »
gardabha-: âne
nuvántam : participe présent acc.m.sg de |nu| « émettre un son »
pāpā- f. : mal (instr.sg)
amuyā́ : démonstratif (instr.sg.fem de asau)

« Ecrase, ô Indra, l’âne qui braie d’une façon aussi détestable; donne-nous… »


1.029.06a pátāti kuṇḍr̥ṇā́ciyā
1.029.06b dūráṃ vā́to vánād ádhi
1.029.06c ā́ tū́…
sandhi: vā́to > vā́tas

pátāti : subjonctif 3sg de |pat| « voler »
kuṇḍr̥ṇā́cī : « ein in Kreisen sich bewegender Raubvogel » (Grassmann, hapax, instr.sg)
dūráṃ : de loin (adjectif converti en adverbe)
vā́ta- m. : vent (nom.sg)
vána- n.: forêt (instr.sg)
adhi: postposition « dessus » (ici avec l’ablatif)

« Que le vent s’envole loin de la forêt avec l’oiseau de proie; donne-nous… »


1.029.07a sárvam parikrośáṃ jahi
1.029.07b jambháyā kr̥kadāśúvam
1.029.07c ā́ tū́…
sandhi: jambháyā > jambháya

sárva- : tout (acc.sg)
parikrośá- : « démon hurleur » pari-+|kruś| « hurler » (acc.sg)
jahi: imp.2sg de |han| « tuer »
jambháya: imp.2sg de |jambh| « mordre, écraser »
kr̥kadāśū- : (hapax,acc.sg)

« Tue chaque hurleur, écrase la ???, donne-nous… »

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Rgveda 1.29," Panchronica, 27/05/2017, http://panchr.hypotheses.org/1790 (ISSN 2494-775X)

16 réflexions au sujet de « Rgveda 1.29 »

  1. Le /r/ syllabique est variable aussi. Dans 1.029.06a kuṇḍr̥ṇā́ciyā et 1.029.07b kr̥kadāśúvam il est prononcé tel quel; dans 1.029.05a mr̥ṇa j’entends [rɛ]; et dans 1.029.03a mithūdŕ̥śā je ne trouve que [ə].

    Dans ce dernier mot je n’arrive pas à trouver l’aspiration non plus; j’entends [mid̥o̞dədaʔa] (sans être sûr de la distribution de [d̥] et [d]).

    Dans kuṇḍr̥ṇā́ciyā, le i manque, et c’est le ā final qui est traité comme svarita: -[ɳaːcjaʔá].

    1. En réécoutant 07a/b, notons plusieurs choses:
      (i) Les codas nasales sont traitées comme une seconde more et dans les syllabes svarita, comme avec les voyelles longues, c’est la nasales qui est prononcée avec un ton haut, ainsi sárvam est réalisé sar.va.ḿ.
      (ii) ɪl semble qu’à la place de kr̥kadāśúvam on ait kr̥kadāśū́m (une forme d’accusatif possible aussi pour les noms en -ū).

  2. Il me semble que les plus hautes fréquences manquent. Souvent, s et ś ne sont pas là, et ne l’est guère. Au lieu de
    yác cid dhí satya somapā
    anāśastā́ iva smási
    j’entends
    [jacːʰèkmedákjadɔːmab̥aː
    ʔanaːzasd̥aːjíːvàsːb̥az̥íː]
    – est c’est après que je l’ai écouté peut-être 20 fois…

    Mes questions, et des surprises pour moi ou pour des autres:

    – La mélodie semble ignorer les accents. (Comme la mélodie ne se compose que de trois tones, j’ai transcrit les tons hauts et bas ci-dessus.) On les connaît donc comment? Seulement par Pāṇini?
    – Chaque description que j’ai vu indique que e, o sont [eː oː]. Pas dans cette récitation-là, où j’entends [ɛː ɔː] sans ambigüité et sans exception. Est-ce que ce n’est que de la confusion entre l’API et le reste du monde?
    – Il y a souvent ( 1.029.04c […] na indra […]), mais pas toujours (1.029.01c […] na indra […]), un [j] entre une voyelle et un mot qui commence par i. Pas surprenant en comparaison globale, mais apparemment n’indiqué nulle part.
    – Même le grand Kobayashi (2004) a insisté que c j étaient des affriquées au niveau phonétique, malgré l’existence de ñ. Pas dans cette récitation, ou on a des pures occlusives palatales comme en hongrois ou en letton.
    – Selon les descriptions que j’ai lu, a n’est pas [a], mais quelqu’une sorte de [ə]. Ici, ce n’est même pas [ɐ], c’est [a].
    – Également, ā serait [ɑː] ou sa version centrale. Pas ici, où c’est [aː].
    – Comme en hindi et en thaï et bien sûr en mandarin, les occlusives sourdes non aspirées sont toujours lenis, probablement pour mieux les différencier des aspirées.

    1. Merci pour ces questions; je vais essayer d’y répondre une par une (en plusieurs fois). Tous le monde est invité à poser d’avantage de questions, même si je n’ai pas la garantie de connaître la réponse.
      Concernant l’accent, il est très exactement prononcé. La voyelle marquée par un accent (udātta-) n’est pas prononcée plus haute: la précédente (anudātta-) est prononcée plus bas et la suivante (svarita-) plus haut. Si l’on adopte un système « africaniste » (à = ton bas, a = ton moyen, á = ton haut), on a:
      yác cid dhí satya somapā anāśastā́ iva smási
      yac cìd dhi sátya somapā anāśàstā ívà smasí
      La notation de l’accent rgvédique est d’ailleurs comme cela en devanâgarî (la syllabe anudātta- et la svarita- sont marquées, la udātta- n’est pas marquée).

      Avec les voyelles longues, comme e et o (qui viennent toujours de diphtongues en sanskrit), on entend dans l’enregistrement eé pour les e svarita:
      ā́ tū́ na indra śaṃsaya góṣv áśveṣu śubhríṣu sahásreṣu tuvīmagha
      > ā tū ná indra śaṃsayà goṣv aśveéṣu śùbhriṣú sàhasreéṣu tuvīmagha

      1. Svarita est plus haut… intéressant.

        Ah oui, j’avais oublié un ton bas dans anāśastā́.

    2. « Pas dans cette récitation-là, où j’entends [ɛː ɔː] sans ambigüité et sans exception »
      Si je devais transcrire en API, j’opterais plutôt pour [o] et [e], mais je peux me tromper (si d’autres lecteurs ont des avis divergents, n’hésitez pas à vous manifester); En tous les cas, en l’absence d’opposition entre mi-ouvertes et mi-fermées, il n’est pas surprenant que la réalisation de ces voyelles soit intermédiaire entre les deux.

      1. Il y a en effet de la variation. Les trois ā dans 1.029.01a et b sont des [aː] bien antérieurs, identiques à a sauf par leur longueur, mais le ā dans 1.029.01c est central. Le e dans 1.029.01d est [ɛɛ], mais pour celui dans 1.029.01e, il me semble qu’un ou deux des chanteurs (il y en a combien, trois?) chante [ɛɛ] mais un autre utilise la voyelle intermédiaire. Tout cela reste loin d’un é français ou son équivalant allemand – ou bien du i qui devient [e] les deux fois dans 1.029.01a.

        Faut que je continue à écouter…

    3. « un [j] entre une voyelle et un mot qui commence par i. »
      C’est effectivement une remarque correcte, et je l’ai observé dans la récitation d’autres hymnes (par exemple en RV 1.001 sa id deveṣu gachati est bien prononcé [sajid…])

    4.  » que c j étaient des affriquées au niveau phonétique, malgré l’existence de ñ. »
      Remarque tout à fait correcte. La prononciation en occlusive palatale n’est certainement pas due à l’influence de la langue native des chanteurs (c’est d’ailleurs frustrant de ne pas avoir plus d’information sur eux, leur langue maternelle et la façon dont ils ont appris la récitation du RV etc), et il n’est pas illégitime de soulever la possibilité qu’il s’agisse d’un archaïsme.

      1. Ou bien une innovation du védique par rapport au proto-indo-aryen, comme la perte de plusieurs distinctions dans kṣ

    5. « Il me semble que les plus hautes fréquences manquent.  »
      Sur le spectrogramme on voit les fréquences jusqu’à 11000Hz environ, donc la fréquence d’échantillonnage doit être du 22kHz, suffisant pour distinguer les fricatives sifflantes. Je pense que les chanteurs distinguent les trois, même si ce n’est pas toujours très clair (les langues IA modernes les confondent presque toutes, et une influence de leur langue maternelle n’est pas à exclure).

      1. J’entends bien la différence entre s/ś et , et ce dernier est bien rétroflexe. Les trois sont souvent voisés entre des voyelles; à la fois, cela ne surprend pas en l’absence d’une distinction de voix chez les sifflants, et il me surprend beaucoup, parce que – selon mes maigres connaissances; en effet en.wikipedia et Kobayashi (2004) – un tel voisement n’a jamais été décrit en 2500 ans.

        Je n’ai pas, jusque là, trouvé de distinction entre s et ś; faut que je continue à écouter. Mais ma question était pourquoi j’entends [d] si souvent.

        1.029.01c ā́ tū́ na indra śaṃsaya
        1.029.01d góṣv áśveṣu śubhríṣu
        1.029.01e sahásreṣu tuvīmagha

        [äːd̥uːnaindradãɱaja
        gɔːʂʋasʋɛʔɛʐʊzʊːb̥rɪɖʊ
        daɦasrɛʔɛʐʊd̥ʊʋiːmagʱaː]

        Et pourquoi le bh dans 1.029.01d se transforme en pp? Influence d’une lange IA moderne?

        En partie, bien sûr, toute confusion pourrait être due au fait que les chanteurs ne sont pas toujours parfaitement en synchronie. En plus, presque tous les sifflantes (occlusivisées ou pas) me semblent très, très courtes.

    6. Concernant l’insertion du [j/ dans na indra, il faut aussi préciser qu’il n’y a pas d’opposition phonologique en sanskrit entre i- et u- initiaux et yi- / vu- (donc par exemple les formes rédupliquées de verbes en y- et v- ont i- ou u-; ainsi |yaj| ‘sacrifier’ a pour parfait 3sg i-yāj-a et désidératif i-yak-ṣa-ti).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *