La noix en hmong et en rgyalronguique

Le terme japhug de la noix, ʑɴɢɯloʁ (que je transcrivais autrefois comme ʑɴɢoloʁ car la voyelle de la première syllabe a dans ce mot une prononciation particulière due à son environnement — la transcription ʑɴɢɯloʁ représente la variante lente hyper-articulée), a des cognats dans les autres langues rgyalronguiques; il est encore difficile de déterminer s’il s’agit d’un mot voyageur ou d’un mot hérité au sein du rgyalronguique lui-même (rappelons que le -ʁ du japhug vient d’une coda *-q).

Ratliff (2010, §6.31, §13), sur la base du Zongdi hlə(5) et du Fuyuan qlo(C) reconstruit un proto-hmong *qlow (C) pour « walnut ». Notons que le proto-hmong avait déjà perdu les occlusives finales, mais que le *-k du mien correspond généralement à des rimes au ton C de série haute, ce qui est le cas ici; rien n’interdit donc, du point de vue interne au hmonguique, de supposer qu’une coda *-k a pu avoir existé ici. Ces langues sont parlées au Guizhou, à plus d’un millier de kilomètres au sud-est de la région Rgyalrong, et l’hypothèse d’un mot voyageur pour « noix » présent uniquement en hmong et en rgyalronguique, sans attestation dans les langues situées au milieu, est sans doute contestable. Néanmoins, nous savons qu’il existe en hmong-mien des emprunts anciens à une langue birmo-qianguique, et il est possible que ce mot pour « noix » fasse partie de la même couche. L’étude du rgyalronguique d’une part, et du hmong-mien d’autre part, peuvent bénéficier l’une de l’autre.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "La noix en hmong et en rgyalronguique," Panchronica, 17/04/2017, http://panchr.hypotheses.org/1758 (ISSN 2494-775X)

2 réflexions au sujet de « La noix en hmong et en rgyalronguique »

  1. Il n’y a pas forcément de -q en proto-rgyalronguique de toute manière : tshobd (Sun) ʒⁿɢólo, zbu (Rgyaltsu) zⁿɢólo etc. La plupart de langues hors du rgyalronguique ont la variante avec un qh- : cf. Sun (2003zhongu) note 123.

    1. En fait il n’y a pas d’occlusive non plus en Situ ʒgoló, c’est le japhug qui est irrégulier ici (peut-être une histoire de voix uvularisée). Ce mot fait fait partie des rares dissyllabes à sembler reconstructibles, mais c’est un peu louche.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *