Le destin de *sr- en tibétain

Suite à cet article et à ce billet, voici, en plus des mots tibétain gɕam « le bas » et ɕig « le pou », quelques nouveaux exemples de *sr- > ɕ- en tibétain.

En proto-kuki-chin, selon Van Bik, on trouve les mots suivants:

[1077] *hriat (Hakha hriat, hriaʔ) « comb » qui peut se comparer au tibétain ཤད་ ɕad, bɕad « peigner »
Le ia du KC peut correspondre au *ja ancien, comme dans Hakha pariat « huit » (tibétain བརྒྱད་ brgʲad < *-prjat, situ wurjāt); il ne s'agit donc peut-être pas du traitement de *sr-, mais de celui de *srj- en tibétain.

[1080] *hroom (ɦakha hrôom-I, hrǒom-II) ‘share, distribute’, et tibétain གཤོམ་ gɕom, bɕams « disposer, préparer »; notons la correspondance vocalique de PKC -om à -am ailleurs dans PKC *wom > Hakha vôm ‘bear’, tibétain དོམ་ dom < *t-wam, situ tə-wām "ours")

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Le destin de *sr- en tibétain," Panchronica, 14/04/2017, http://panchr.hypotheses.org/1735 (ISSN 2494-775X)

2 réflexions au sujet de « Le destin de *sr- en tibétain »

  1. Notons que ceci va impliquer que le mot rgy pour les peignes, tɤɕɤt en japhug et tɐɕôt en zbu, cf. tɐ́ɕot en tshobdun (DB) et tɐɕót en situ (DB-Mbola), serait emprunté au tibétain. Le vocalisme arrondi mérite une explication ; peut-il venir de l’impératif ?

    1. Oui, c’est la conséquence implicite de cette idée; l’idée d’un nom « peigne » déverbal distinct du nom tibétain ɕad n’est pas absurde, il pourrait aussi s’agir d’un traitement dialectal (c’est à dire un dialecte tibétain submergé où -ad aurait donné -ot).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *