Les calques d’étymologies populaires

Dans certaines variétés de breton populaire, on peut désigner les chinois par le terme kac’her kraoñ « chieur de noix » (voir ce dictionnaire par exemple); ce terme d’apparence opaque est en fait le calque d’une étymologie populaire facétieuse du mot français « chinois » [ʃinwa] comme « chie » [ʃi] + « noix » [nwa]. Je m’interroge dans quelle mesure des étymologies du même type, combinant une étymologie populaire (plus ou moins assumée) suivie d’un calque dans autre langue, sont un phénomène courant.

Notons au passage que le nom kraoñ « noix » fait partie de ceux qui ont subi un transfer de nasalité de l’attaque sur la voyelle, un phénomène étudié dans cet article et mentionné aussi dans ce billet


2 réflexions au sujet de « Les calques d’étymologies populaires »

  1. Il y a des gens qui, comme blague, prononcent Teenager à l’allemande pour que ce mot signifie « rongeur de thé ». Hélas, ceci reste très rare.

    1. Pas mal! C’est encore un cas différent (puisqu’il ne fait pas intervenir une étymologie populaire à l’intérieur de l’anglais). D’autres cas auquel je pourrais penser sont certains calques savants du sanskrit en tibétain, comme lha ma yin « non-dieu » pour asura- (par fausse interprétation de a- comme privatif, une étymologie déjà indienne).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *