La racine sino-tibétaine « traverser »

En lisant cet article qui parle entre autres du verbe 越 hjwot < *ɢwat "traverser" en chinois et de ses dérivés, je me suis rappelé du verbe khaling |wett| « cross over a ridge » (voir aussi ce lien au cas où l’autre ne fonctionnerait plus).

Cette comparaison fonctionne du point du vue du sens (on dit communément en chinois 翻山越岭, bien qu’il faudrait revérifier l’antiquité de cette collocation). La comparaison phonétique est aussi presque parfaite, mais mérite quelques commentaires.

Tout d’abord, la correspondance du chinois *a au khaling *e n’est pas surprenante. Dans cet article sur le proto-kiranti, je postule au §6.2.4, Table 19, un changement de *a > *ɛ (> e en khaling) dans les rimes fermées en *-t et *-l. Ce verbe est un exemple de plus qui confirme cette correspondance.

Ensuite, la correspondance de la consonne initiale que Baxter et Sagart reconstruisent *ɢw- et que d’autres systèmes reconstruisent comme *w- au proto-kiranti *w- (khaling w-) est attestée par d’autres exemples, en particulier le Limbu |wa| ‘be, exist’ et le chinois 有 *ɢwəʔ.

La double consonne finale -tt est une question d’ordre morphologique (voir cet article); elle mérite un examen plus détaillé, mais qui requiert la recherche de cognats de la racine khaling |wett| dans d’autres langues kiranti.

La comparaison avec le tibétain སྐྱོད་ skʲod, un verbe qui signifie « agiter (par exemple, un drapeau) » ou « aller » est quant à elle en fait assez douteuse. Le /o/ du tibétain peut sans doute provenir d’un plus ancien *wa (c’est la loi de Laufer, à propose de laquelle voir cet article, celui-ci et celui-là (Tableau 11)), mais un ancien *s-wat devrait donner †sod; difficile d’accepter une comparaison qui pose de tels problèmes sémantiques et phonétiques sans exemples additionnels d’une telle correspondance.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "La racine sino-tibétaine « traverser »," Panchronica, 11/02/2017, http://panchr.hypotheses.org/1676 (ISSN 2494-775X)

5 réflexions au sujet de « La racine sino-tibétaine « traverser » »

  1. Peiros et Starostin 1996 reconstruisent PST *qʷăt ‘pass, traverse’ en face de 越. Ils citent Jingpo kot3 ‘to step or pass over’ =kot55 (tense) dans le dictionnaire de Dai et WT rgjud, pf. brgjus, ‘to pass through, traverse’. Ces formes sont-elles connectées au khaling /wett/ ?

    1. Le tibétain rgʲud a plutôt le sens de « traverser » comme « faire passer un fil dans le chas d’une aiguille », pas « traverser un fleuve », et d’un point de vue phonétique ça ne va pas non plus. Il y a en revanche le verbe bgrod « marcher, cheminer » qui pourrait être cognat de 越 et wett (d’un *wrat, avec un préfixe b-).
      Pour le Jingpo, normalement le -wa- reste -wa- dans cette langue.

      1. J’avais bien pensé à WT bgrod mais la sémantique n’est pas formidable comparée à 越. Pour le Jingpo, la rime -wat n’existe apparemment pas. La question intéressante est celle de l’initiale, Jingpo k- vs. OC *ɢʷ.

        1. bgrod n’est pas si mal; on peut dire chu bgrod « traverser la rivière » (il y a un exemple comme ça dans Jäschke). Il y a plein de mots en wat en jingpo (nìngwàt “甩”, wàt “悬空地”).

          1. En effet bgrod a ce sens que je n’avais pas remarqué et qui n’est pas mal comparé à 越. En Jingpo il y a des syllabes wan, wat mais pas Kwan, Kwat. Si l’initiale k- en Jingpo dans cet exemple reflète une ancienne uvulaire, alors l’absence d’une rime -wat peut s’interpréter comme le signe d’un changement Kwat > kot.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *