Les proto-langues en danger

Si appliquer le terme « d’extinction » à une proto-langue peut prêter à sourire, surtout du point de vue de familles de langues étudiées par un nombre important de spécialistes telles que l’indo-européen, il me semble important de souligner à quel point le savoir cumulatif en linguistique comparative est fragile.

En effet, même si les publications ne risquent pas (au moins à moyen terme) de disparaître, la linguistique comparative ne se limite pas aux livres et aux articles, c.à.d. aux résultats des travaux. En effet, apprendre cette discipline en lisant seulement des livres n’a pas de sens; c’est avant tout une pratique d’analyse des données, que l’on ne peut l’acquérir qu’en réfléchissant soi-même sur des problèmes concrets (étymologies, lois phonétiques, reconstruction de paradigmes), et l’on ne la développe de façon satisfaisante qu’avec l’aide de chercheurs plus expérimentés et par des collègues rigoureux.

La linguistique comparative a donc besoin pour vivre d’une communauté de chercheurs partageant les mêmes connaissances de bases et les mêmes compétences techniques. Malheureusement, de telles communautés n’existent que pour une infime minorité des familles de langues, telles que l’indo-européen, l’ouralique, le sémitique, l’austronésien ou le chinois.

En algonquien par exemple, si le niveau que les spécialistes sont parvenus à atteindre est très élevé, le nombre de chercheurs qui maîtrise vraiment ces connaissances se compte sur les doigts d’une seule main, et leur moyenne d’âge est malheureusement assez haute. On peut réellement s’interroger sur le devenir de cette discipline lorsque cette génération aura disparu.

En sioux, la situation est encore bien moins favorable. Si le Comparative Siouan Dictionary (essentiellement écrit par Bob Rankin) a été publié de façon posthume, c’est un travail qui a les marques d’une oeuvre inachevée – certaines contradictions n’ont pas été résolues, et il n’existe pas de traité explicitant dans tous leurs détails les lois phonétiques des langues sioux telles qu’elles sont admises par les auteurs du CSD. En outre: (i) une part importante, voire l’essentiel des travaux sur les langues de cette famille n’est accessible au mieux que sous forme de littérature grise, (ii) la majorité de ces langues sont disparues ou au bord de l’extinction (toutes à part le Dakota/Lakota/Nakoda et le Crow), (iii) les transcriptions anciennes ne sont pas d’une fiabilité sans reproche (en particulier en ce qui concerne la longueur des voyelles), et (iv) plus aucun siouaniste en activité ne comprend intégralement ce système de reconstruction. Utiliser le CSD demande donc en fait de comprendre le raisonnement des auteurs par rétro-ingénierie, et de redécouvrir le modèle de reconstruction implicite qui est à la base de ce travail.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Les proto-langues en danger," Panchronica, 28/12/2016, https://panchr.hypotheses.org/1579 (ISSN 2494-775X)

Une réflexion au sujet de « Les proto-langues en danger »

  1. «il n’existe pas de traité explicitant dans tous leurs détails les lois phonétiques des langues sioux […] plus aucun siouaniste en activité ne comprend intégralement ce système de reconstruction»
    Cela pose un vrai problème de reproductibilité des travaux de reconstruction en linguistique historique. C’est vrai à mon avis non seulement de la linguistique sioux, mais de l’ensemble de la linguistique historique. Trop souvent les reconstructions sont des *educated guess* qui ne sont pas explicites, et donc pas reproductibles non plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *