Métathèse ou analogie

Avant de proposer de nouvelles idées pour rendre compte des données présentées dans ce billet précédent, il est tout d’abord nécessaire d’expliciter l’hypothèse de Koontz, qui n’est que rapidement esquissée dans son article.

Avant d’entrer dans les détails, notons tout d’abord, comme le dit Koontz, que les thèmes en *p- sont très nombreux en Dhegiha, car ce paradigme s’applique aux verbes pourvus du préfixe instrumental *pa- « en poussant » qui est très productif (voir Marsault 2016 p 120; originellement, probablement un verbe, mais j’aborderai cette question dans un billet ultérieur). S’il existe des préfixes en *k-, ceux-ci suivent une toute autre conjugaison (celle à lénition, voir Marsault 2016 p.80).

En lakota, les verbes à préfixe pa– n’ont pas d’alternance, comme le montre le paradigme du verbe pa-ská « pétrir (la pâte) »:

1sg wa-páska
2sg ya-páska
3sg paská

Rappelons le paradigme d’un verbe pourvu du préfixe ba- (de *pa-) en omaha:

« pousser dans »
1sg pásnu (ppásnu)
2sg shpásnu (špásnu)
3sg basnú (basnú)

Koontz suggère que le paradigme des verbes en *k- aurait prit sa 1sg au paradigme en *p- du fait de la plus grande fréquence de ce dernier, et qu’aucune métathèse n’aurait donc jamais eu lieu en Dhegiha. Autrement dit, à un stade plus ancien du Dhegiha (peut-être l’ancêtre commun au Dhegiha et au Lakhota), on avait pour les verbes à instrumental *pa- le paradigme:

1sg *ppa-
2sg *špa-
3sg *pa-

et pour les verbes en *k-:

1sg *kk-
2sg *šk-
3sg *k-

stade dont seul le verbe gą́ða « désirer » (1sg kką́bðe, 2sg šką́hne) garde une trace.

Ensuite, les formes de première personne en *kk- auraient tout simplement été remplacées par *pp- par analogie. Une telle hypothèse n’est pas absolument impossible, même si ce type de cas (la généralisation brutale d’une forme alternante d’un paradigme à un autre paradigme causant une alternance plus opaque que celle présente originellement) me semble très inhabituel. Il faudrait admettre que la première sg pp- a été réanalysée par fausse coupe comme étant un préfixe qui remplace la consonne initiale; autrement dit la règle synchronique d’alternance b- => pp- est réinterprétée comme (i) suppression du b- (ii) préfixation de pp-.

L’exemple le plus proche auquel je puisse penser est le cas, en Thulung, du suffixe de 1sg>3 -pu (voir ce travail d’Aimée Lahaussois, p14, qui apparemment résulte de la fausse coupe CVp-u > CV-pu des verbes en CVp-, généralisant ce -pu aux verbes à finale -k). Si les lecteurs de ce blog connaissent d’autres exemples comparables, je suis preneur.

Etant donné toutefois le fait que l’étymon *táppa mentionné dans le billet précédent offre une preuve indépendante de la métathèse *pk- > *kp-, l’hypothèse déjà fragile de Koontz devient intenable. Quelle alternative proposer pour expliquer le paradigme du verbe « désirer » et le nom « tortue », qui semblent soutenir l’hypothèse d’un changement *pk- > kk-? Nous discuterons de cette question dans un prochain billet.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Métathèse ou analogie," Panchronica, 30/12/2016, http://panchr.hypotheses.org/1578 (ISSN 2494-775X)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *