Les histoires traduites du chinois en japhug

Le corpus du japhug accessible sur l’archive Pangloss comprend des histoires traditionnelles, des textes procéduraux et des textes traduits du chinois (je n’ai pas inclus les conversations, au moins pour le moment).

Il peut sembler contestable d’employer des histoires traduites pour décrire la grammaire de cette langue, mais voici ma position sur la question. Tout d’abord, le corpus des histoires traditionnelles dont les locuteurs se souviennent encore est restreint, et j’ai enregistré au moins deux versions (parfois cinq versions) des histoires que j’ai pu trouver; si l’on se limite à ces histoires, le corpus narratif aurait déjà atteint ses limites. Ensuite, les traductions, si elles peuvent induire des phrases et constructions peu naturelles, sont aussi l’occasion pour les locuteurs habiles à cet exercice de produire des phrases relativement plus compliquées que celle utilisées dans la vie courante, et d’explorer les limites des possibilités grammaticales de leur langue. Il est manifeste que les traductions que j’ai obtenues sont plus longues que l’original, et que j’ai pu apprendre de nombreux mots et expressions traditionnelles grâce à ce travail.

Naturellement, une phrase tirée d’un corpus traduit doit être traitée avec plus de suspicion qu’une phrase venue d’un document plus authentique. Si l’on observe par exemple une construction sans équivalent dans le corpus non-traduit, et qui de plus suit servilement l’original chinois, il n’y a guère de doute que cette construction ne doit pas être utilisée dans la grammaire, à moins de spécifier que l’on s’intéresse spécifiquement aux calques dus à la traduction.

Les traductions que Tshendzin a faites pour moi (à partir de recueils d’histoires illustrés pour enfants) sont toutefois assez souvent ingénieuse et trop éloignées du mot-à-mot pour avoir la suspicion d’être des calques serviles. Observons par exemple la phrase (1):

(1) 大人,请为小人做主啊!
Seigneur, aidez-moi (prenez mon parti dans cette affaire).

Elle est traduite par (2):

(2) nɤʑo ji-βɣo ra, aʑɯɣ a-qhu tɤ-βze ma maka, tu-kɯ-qur-a ma,
2SG 1PL.POSS-oncle.paternel PL 1G:GEN 1SG:arrière IMP-faire[III] car complètement, IMPF-2>1-aider-1SG car
‘Oncle, défends-moi, aide-moi, car…’

L’épithète 大人 dàrén « seigneur » (s’adressant à un fonctionnaire) a été traduite par ji-βɣo « notre oncle », la formule d’adresse en particulier utilisée pour un lama; le pluriel ra est ici honorifique (sans équivalent en chinois). L’expression chinoise 为……做主 (做主 signifie « décider, être responsable », mais 为……做主 signifie « soutenir X en prenant son parti », en particulier d’un supérieur dans une affaire qui concerne des subalternes) est rendue par la collocation ɯ-qhu,βzu « défendre » (littéralement « faire l’arrière ») de même sens, mais de forme complètement différente.

Il n’est pas possible d’en conclure sans confirmation additionnelle que (2) soit la façon exacte de s’exprimer qu’aurait un locuteur de la langue dans un tel contexte, mais (i) la même interrogation existe aussi pour les phrases tirées de conversations venues des histoires traditionnelles (parfois en fait traduites du tibétain durant la deuxième moitié du 20ème siècle, et donc pas si traditionnelles que ça), et (ii) même si ces traductions peuvent garder une part d’artificialité, elles sont néanmoins utiles lorsqu’elles sont utilisées en combinaison avec un corpus plus naturel, et lorsque l’on peut systématiquement les revérifier avec des locuteurs natifs.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Les histoires traduites du chinois en japhug," Panchronica, 18/12/2016, http://panchr.hypotheses.org/1570 (ISSN 2494-775X)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *