Carnet de terrain (2016) IX

Le japhug, comme les autres langues rgyalronguiques, a un système d’idéophones (et de verbes déidéophoniques) très complexe, dont cet article offre un court aperçu. Leur usage détaillé et leur sens précis est très difficile à décrire clairement et à traduire correctement, ce qui complique considérablement le travail de lexicographie, mais contribue à l’expressivité et à la richesse de ces langues.
Il suffit de commencer à poser des questions sur ce sujet pour découvrir de nouveaux idéophones et des sens nouveaux à des idéophones déjà connus. Parmi les idéophones que j’ai appris aujourd’hui, il y a par exemple ɟrɯɣɟrɯɣ, qui peut signifier « sensation inconfortable dans le ventre qui annonce une diarrhée » (sans bruit de gargouillement, contrairement au verbe déidéophonique ɣɤɟɯɟrɯɣ « gargouiller ») ou « beaucoup d’objets en désordre » (dans ce sens, presque synonyme de l’idéophone presque identique crɯɣcrɯɣ), thrɤβthrɤβ (avec un groupe de consonne thr peu commun) « dont l’épaisseur n’est pas homogène (à propos de la soupe de riz) » ou crɯcrɯ « crasseux, plein de morve (enfant) ».
Pour les quelques jours qui me restent ici, j’ai décidé d’enregistrer des définitions détaillées du plus grand nombre d’idéophones possible en japhug, ainsi que des comparaisons entre idéophones de sens proche. Il y a matière à rédiger une monographie sur ce sujet, et j’espère tout au moins dans ma future grammaire inclure un inventaire systématique des formes qui existent et celles qui n’existent pas, ainsi qu’un description aussi précise que possible des nuances de sens de ces idéophones.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Carnet de terrain (2016) IX," Panchronica, 19/07/2016, http://panchr.hypotheses.org/1409 (ISSN 2494-775X)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *