Carnet de terrain (2016) V

Dans les langues rgyalrongs et kiranties, l’ordre normal pour dire « père et mère » est l’inverse de celui du français, du chinois ou du tibétain; on dit ainsi en japhug a-mu a-wa « ma mère et mon père », avec la mère en premier.

Dans le registre de langue aujourd’hui disparu des nobles (on ne le retrouve guère que dans les histoires traditionnelles) on employait pour désigner les parents les noms d’origine tibétaine -pa ‘père’ et -ma ‘mère’ de ཨ་ཕ་ ʔa.pʰa et ཨ་མ་ ʔa.ma respectivement. Notons que l’absence d’aspiration dans le mot ‘père’ n’est pas un obstacle contre l’étymologie tibétaine: la consonne -p- est en position intervocalique, précédée par le préfixe ʔa-, est n’était pas aspirée dans le dialecte tibétain donneur; à l’inverse, l’expression phama « père et mère » en japhug, non-préfixée, a bien une aspiration comme son équivalent tibétain ཕ་མ་ pʰa.ma.

Or, l’ordre des parents avec ces noms d’origine tibétaine suit celui du tibétain: on dit donc a-pa a-ma « mon père et ma mère » à l’inverse des noms natifs. C’est un cas intéressant qui illustre que l’influence du contact du tibétain sur le japhug ne se limite pas au lexique (à ce propos, voir aussi cet article).

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Carnet de terrain (2016) V," Panchronica, 06/07/2016, http://panchr.hypotheses.org/1392 (ISSN 2494-775X)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *