Carnet de terrain (2016) III

Malgré l’omniprésence du chinois, une oreille avertie qui passe dans la rue à Mbarkham peut facilement repérer des conversations bien vivantes en situ, en japhug, en tshobdun et aussi en tibétain amdo. Cette diversité linguistique est précieuse mais potentiellement fragile; qu’en sera-t-il dans cinquante ans?

Parmi les découvertes d’aujourd’hui…

Les langues rgyalrong sont extrêmement verbo-centriques, et en comparaison avec la morphologie verbale, la morphologie nominale fait pâle figure. On trouve toutefois des noms à la structure intéressante. J’ai appris aujourd’hui le mot sɤqrɤcha qui désigne l’alcool d’orge que l’on offre aux invités lors des mariages. Ce mot n’est plus du tout employé et est tombé dans l’oubli, mais nous l’avons retrouvé dans une histoire enregistrée en 2003. C’est un composé de cha ‘alcool’ avec le participe oblique de qru ‘recevoir des hôtes, aller accueillir’, sɤ-qru à dans sa valeur instrumentale ‘ce qui sert à recevoir les hôtes’. Ce participe, servant de premier membre de composé, se met à l’état construit sɤqrɤ- (avec le changement régulier u > ɤ).

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Carnet de terrain (2016) III," Panchronica, 03/07/2016, https://panchr.hypotheses.org/1381 (ISSN 2494-775X)

2 réflexions au sujet de « Carnet de terrain (2016) III »

  1. Ce mot se dit tɐwoʁríʔ en zbu, avec la partie (ʁ)ríʔ potentiellement apparentée au -qru. « Aller recevoir, 接 » se dit par contre -qhrə̂. Il doit s’être passé des choses assez difficiles à expliquer…

    1. Donc c’est l’ordre inverse en zbu (tɐwo- veut dire ‘alcool’ n’est-ce pas?) — pour expliquer -ʁríʔ, on peut se dire qu’en tant que deuxième membre de composé, une « compression » a lieu (du même type que qapri –> -χpri). Le vocalisme est plus compliqué à expliquer, mais il n’est jamais simple en zbu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *