Wir müssen wissen, wir werden wissen

On observe parmi un nombre non-négligeable de linguistes, même en linguistique historique, un courant inductiviste et hyper-sceptique qui jette le doute sur la possibilité même d’établir des étymologies entre formes non-superficiellement similaires, de reconstruire des proto-langues et d’explorer les relations historiques éventuelles entre familles de langue.

Ce triomphe de l’ars nesciendi me semble la pire attitude possible qu’un chercheur peut avoir; refuser par principe de se poser certaines questions sous prétexte de rigueur scientifique équivaut à se complaire dans l’ignorance et à jeter l’anathème sur ceux qui ne s’y résignent pas.

Si l’extrême inverse — celui des spéculations basées sur un examen superficiel de données, contribue à augmenter la proportion de « bruit » dans les publications et nuit aussi à sa façon à la science, il est préférable de poursuivre toute sa vie un mirage que de s’auto-congratuler de son manque d’audace et d’originalité. A condition de se donner les moyens intellectuels nécessaires à réaliser son projet et à se refuser à toute falsification de données et/ou utilisation d’arguments malhonnêtes, un chercheur ne doit pas craindre de proposer des idées non-triviales, même si elles peuvent sembler incompréhensibles par ses pairs; les découvertes brillantes en linguistique historique paraissent souvent être des élucubrations à ceux qui n’ont pas le temps ou les moyens de les comprendre.

A l’aphorisme de Wittgenstein, je préfère l’optimisme de Hilbert: Wir müssen wissen, wir werden wissen. L’ignorance n’est ni tolérable ni inéluctable.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Wir müssen wissen, wir werden wissen," Panchronica, 12/06/2016, http://panchr.hypotheses.org/1351 (ISSN 2494-775X)

9 réflexions au sujet de « Wir müssen wissen, wir werden wissen »

  1. Ah, voilà :

    One final point: How “scientific”, how “rigorous” is our discipline when all of the strictest methodologies and some of the most brilliant minds can only solve the EASY problems. Families like Indo-European and Uralic are fairly transparent. Even educated laymen can see the relationships here — indeed this is how it all got started (Sir William Jones). Are our methodologies so flimsy and is our imagination so impoverished that everything falls apart once we reach an arbitrary threshold of 5,000 years B.C. (which just happens to coincide with the most commonly proposed date for Proto-Indo-European)? Where would we be if Biology [sic], for example, were similarly constrained? We can (and must) do better.

    Allan Bomhard

  2. En biologie, on a déjà eu cette épisode que l’on appelle le phylopessimisme. Aujourd’hui il est clair que la phylogénétique, c’est souvent un travail immense et pénible, mais on peut quand même y réussir.

  3. Ce «courant inductiviste et hyper-sceptique» n’est-il pas aussi visible en typologie et description des langues? Je pense à ceux qui estiment qu’il est au fond impossible de comparer les langues entre elles, qu’un «nom» en anglais et un «nom» en chinois ne peuvent pas être la même chose, que la description grammaticale ne doit se faire que sur la base de corpus oraux spontanés, etc.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *