Khaling keŋ ‘refroidir’ et la loi de Dempsey

Le khaling |keŋ| केऽन्य ‘refroidir’, qui s’emploie en particulier à propos de la nourriture (jûː kêŋtɛ यु: के:ङ्त्य ‘le repas a refroidi’) pourrait être apparenté au tibétain ɴkʰeŋ འཁེང་ ‘se solidifier après avoir refroidi, geler’ (à ne pas confondre avec le verbe kʰeŋs ཁེངས་ ‘se remplir de’, dont on a parlé dans ce billet).

Cette comparaison soulève néanmoins un problème: d’après la loi de Dempsey, les *-eŋ du pré-tibétain deviennent -iŋ, et par conséquent tous les -eŋ du tibétain sont secondaires: soit des emprunts, soit des formes analogiques. l’explication analogique, qui fonctionne pour les verbes transitifs traités par Hill (2014) et pour kʰeŋs ཁེངས་ ‘se remplir de’ (où l’on pourrait argumenter d’une analogie avec une forme comme kʰebs), n’est en revanche pas possible pour ce verbe. Pourrait-il s’agir d’un mot dialectal emprunté à une variété n’ayant pas subi la loi de Dempsey (il faut signaler que ce mot n’est pas très courant)?

Références
Dempsey, Jakob (2003). Analysis of Rime-Groups in Northern-Burmish. Linguistics of the Tibeto-Burman Area 26.1: 63-124.
Hill, Nathan W. (2014). Some Tibetan verb forms that violate Dempsey’s law, Revue d’Etudes Tibétaines 29. pp. 91-101.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Khaling keŋ ‘refroidir’ et la loi de Dempsey," Panchronica, 01/06/2016, http://panchr.hypotheses.org/1332 (ISSN 2494-775X)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *